Henning von Tresckow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tresckow.
Henning von Tresckow
Henning von Tresckow en janvier 1944
Henning von Tresckow en janvier 1944

Naissance 10 janvier 1901
Magdebourg, Allemagne
Décès 21 juillet 1944 (à 43 ans)
Ostrow, Allemagne
Origine Allemand
Allégeance Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Proposed German National Flag 1944.svg Résistance allemande
Arme Balkenkreuz.svg Heer
Grade Generalmajor
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Seconde bataille de la Marne
Distinctions Croix allemande

Henning von Tresckow (10 janvier 1901 à Magdebourg - 21 juillet 1944 à Ostrow, près de Białystok, Pologne), est un militaire allemand, Generalmajor de la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale et opposant à Hitler.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henning von Tresckow est issu d'une lignée de vieille noblesse prussienne. Son père était général de cavalerie et son grand-père maternel, le comte Robert Zedlitz-Truetzschler, ministre de l'Instruction en Prusse. Il était aussi le gendre du général von Falkenhayn, chef d'état-major de l'Armée allemande de 1914 à 1916.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Engagé le 15 août 1917, en tant que Fahnenjunker, Tresckow est affecté au 1er Garde-Regiment zu Fuß[1]. Devenu un des plus jeunes sous-lieutenants de l'Armée prussienne en juin 1918, Henning von Tresckow reçoit la croix de Fer 1re classe, pendant la seconde bataille de la Marne.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Après la Grande guerre, Tresckow participe à la répression des spartakistes, puis il démissionne de la Reichswehr en 1920 pour se consacrer à des études de droit et d'économie qu'il ne finit pas. Aussi entre-il pour des raisons familiales dans la Reichswehr, où il fait une carrière rapide. Il sert dans le 9e Infanterie-Regiment[1]. Sur le plan militaire, Tresckow a notamment élaboré avec le général von Manstein le plan victorieux d'invasion de la France par les Ardennes en 1940. Bien qu'étant pour le rattachement du corridor de Dantzig à l'Allemagne, Tresckow s'oppose à l'Anschluss et à l'invasion de la Tchécoslovaquie.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Henning von Tresckow a surtout laissé son nom dans l'histoire pour avoir été l'un des organisateurs de plusieurs attentats contre Adolf Hitler, dont celui du 20 juillet 1944 avec Claus Schenk von Stauffenberg. D'abord affecté dans la 21e division d'infanterie, où il commande une compagnie, Tresckow est affecté fin 1939 dans la 228e Infanteriedivision[1]. Il est affecté en décembre 1940 dans le Groupe d'armées B, puis sur le front de l'est dans le Groupe d'armées Centre en juin 1941. Là, il s'insurge contre le traitement que les SS réservent aux civils, mais aussi contre le fonctionnement des camps de concentration. Il prend dès lors contact avec Ludwig Beck, Carl Friedrich Goerdeler et Hans Oster. Le 1er avril 1942, Tresckow est promu Oberst, colonel, à l'état-major du Groupe d'armées Centre[1]. Le 2 janvier 1943, il y reçoit la Deutsche Kreuz en or[1]. En mars 1943, alors qu'il est commandant d'un bataillon sur le front de l'Est, Tresckow participe notamment au complot visant à éliminer Hitler à Smolensk[2]. L'explosif, dissimulé dans deux bouteilles de cognac, devait exploser dans l’avion ramenant Hitler à Berlin. La bombe n’ayant pas explosé à cause de la trop basse température dans la soute, le complot échoua[3].

Henning von Tresckow participe l'année suivante à l'attentat du 20 juillet 1944, avec Claus Schenk von Stauffenberg. Après l'échec de l'attentat, il se suicide. Il se fait sauter avec une grenade pour faire croire à une attaque de partisans soviétiques et dissimuler son implication, afin de mettre sa famille à l'abri des représailles. Cependant, le Gestapo l'a nommé la tête de la conspiration (dit en latin: « spiritus rector »)[4]. Après que les nazis ont découvert son rôle dans l'attentat, son corps est exhumé et brûlé dans le crématorium du camp de concentration à Sachsenhausen.

Son épouse et ses enfants ont survécu à la guerre.

Décorations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Le film Walkyrie, sorti en France le 28 janvier 2009, retrace les événements de l'attentat du complot du 20 juillet 1944. Tom Cruise y incarne Claus Schenk von Stauffenberg et Henning von Tresckow est interprété par Kenneth Branagh.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Barbara Koehn, La résistance allemande à Hitler, PUF 2003

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Citations
  1. a, b, c, d et e Notice sur lexikon-der-wehrmacht.de
  2. Claude Paul Pajard :La bouteille de Cognac qui faillit tuer Hitler, dans Les grandes énigmes de la Seconde Guerre mondiale, éd. de Saint-Clair, Paris, 1965 (p.28-32).
  3. Bodo Scheurig: Henning von Tresckow. Biographie. Oldenburg 1973, p. 139–141.
  4. Bodo Scheurig: Henning von Tresckow. Biographie. Oldenburg 1973, p. 196.
  5. Rangliste des Deutschen Reichsheeres, Hrsg.: Reichswehrministerium, Mittler & Sohn Verlag, Berlin 1930, S.170
  6. Klaus D. Patzwall et Veit Scherzer: Das Deutsche Kreuz 1941-1945, Geschichte und Inhaber Band II, Verlag Klaus D. Patzwall, Norderstedt 2001, ISBN 3-931533-45-X, S.479