Hans-Valentin Hube

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans-Valentin Hube
Tombe de Hans-Valentin Hube au Cimetière des Invalides de Berlin
Tombe de Hans-Valentin Hube au Cimetière des Invalides de Berlin

Surnom Der Mensch
Naissance 29 octobre 1890
Naumbourg
Décès 21 avril 1944 (à 53 ans)
Près d'Obersalzberg
Origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand (jusqu'en 1918),
Flag of Germany (3-2 aspect ratio).svg République de Weimar (jusqu'en 1933),
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme Heer
Grade Generaloberst
Années de service 1909 – 1945
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes

Hans-Valentin Hube, né le 29 octobre 1890 à Naumbourg et mort le 21 avril 1944 près d'Obersalzberg) dans un accident d'avion, surnommé « Papa Hube » par ses hommes[1] ou aussi « der Mensch » (l'homme), était un général allemand durant la Seconde Guerre mondiale, qualifié de « brillant et lucide »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Lors de la première guerre mondiale il perd l'un de ses bras[1].

Il est connu pour avoir commandé le XIV. Panzer-Korps lors de la bataille de Stalingrad. Auparavant il avait commandé la 16. Infanterie-Division lors de la campagne de France en 1940, qui s'est notamment battu à Stonne. En novembre 1940, cette division est scindée en deux division, une d'infanterie, et une blindée : la 16. Panzer-Division, dont Hube prend la tête. La division participe à l'invasion de l'URSS en 1941. En 1942 il s'illustre avec elle lors de la bataille de Kharkov - Izioum et de l'opération Fall Blau. En particulier, son unité passe du Don à la Volga en une seule journée, étant la première à atteindre le fleuve, au nord de Stalingrad. Hube prend ensuite le tête du XIV. Panzer-Korps dont fait partie la division. Encerclé lors de la bataille de Stalingrad, il va exposer la situation des assiégés à Hitler au début de l'année 1943[2], passe voir Erich von Manstein le commandant de la Heeresgruppe Don dont dépend son unité, puis retourne dans la poche de Stalingrad[2]. Il est définitivement évacué de celle ci pour s'occuper du ravitaillement des troupes encerclés[2]. Il prend la tête de la 1. Panzer-Armee le 29 octobre 1943, combattant alors sur le Dniepr où elle obtient des succès défensifs. Début janvier 1944 Erich von Manstein l'envoie combler une brèche au centre de l'Ukraine. Une partie de son armée est encerclée dans la poche de Korsoun-Tcherkassy fin janvier 1944 et passe sous contrôle de la Gruppe Stemmermann. Fin mars, la 1. Panzer-Armee est encerclée dans la poche de Kamianets-Podilskyï. Selon von Manstein, Hube aurait voulu l'évacuer par le sud, mais pour von Manstein l'avancée des Soviétiques vers le Dniestr aurait condamné cette option, en outre il a besoin de son unité pour établir une ligne de défense à l'ouest, aussi ordonne t-il contre l'avis de Hube de percer vers l'ouest, avec l'aide de la 4. Panzer-Armee qui poussera vers l'est[3]. La percée réussit au cours du mois d'avril avec l'arrivée de renforts à la 4. Panzer-Armee.

Il est mort dans un accident d'avion le 21 avril 1944. Hube était surnommé der Mensch (littéralement "l'homme") par ses troupes durant la Seconde Guerre mondiale.

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Citations
  1. a, b et c Antony Beevor, Stalingrad, Éditions de Fallois, coll. « Le Livre de poche »,‎ 1998, 605 p. (ISBN 978-2-253-15095-4), p. 138
  2. a, b et c Erich von Manstein, Victoires perdues - Plon - 1958, p.269
  3. Erich von Manstein, Victoires perdues - Plon - 1958, p.425 à 427
  4. a, b, c et d Scherzer 2007, p. 407.
Bibliographie
  • (de) Berger, Florian (1999). Mit Eichenlaub und Schwertern. Die höchstdekorierten Soldaten des Zweiten Weltkrieges. Selbstverlag Florian Berger. ISBN 3-9501307-0-5.
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. ISBN 3-7909-0284-5.
  • (en) Fraschka, Günther (1994). Knights of the Reich. Atglen, Pennsylvania: Schiffer Military/Aviation History. ISBN 0-88740-580-0.
  • (en) McCarthy, Peter & Syron, Mike (2002). Panzerkrieg. New York: Carol and Graf Publishers. pp. 243–244
  • (de) Schaulen, Fritjof (2003). Eichenlaubträger 1940 - 1945 Zeitgeschichte in Farbe I Abraham - Huppertz (in German). Selent, Germany: Pour le Mérite. ISBN 3-932381-20-3.
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939 - 1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. ISBN 978-3-938845-17-2.
  • (en) Williamson, Gordon (2006). Knight's Cross with Diamonds Recipients 1941-45. Osprey Publishing Ltd. ISBN 1-84176-644-5.
  • (de) Helden der Wehrmacht - Unsterbliche deutsche Soldaten. München, Allemagne: FZ-Verlag GmbH, 2004. ISBN 3-924309-53-1.
Source

Liens externes[modifier | modifier le code]