Jacqueline Veuve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Veuve.

Jacqueline Veuve

Naissance 29 janvier 1930
Payerne
Décès 18 avril 2013 (à 83 ans)
Nationalité Suissesse
Pays de résidence Suisse
Profession cinéaste
ethnologue
documentariste
bibliothécaire
Distinctions

Jacqueline Veuve est une cinéaste, ethnologue, documentariste et bibliothécaire suisse, née à Payerne (Canton de Vaud) le 29 janvier 1930 et morte le 18 avril 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacqueline Veuve, après avoir fréquenté l'école secondaire et le gymnase de Lausanne, suit des études de bibliothécaire à Genève (1952-1953). Ces études la conduisent à travailler au musée de l'Homme de Paris, où elle rencontre Jean Rouch et d'autres cinéastes de l'école ethnologique française. Dans la capitale française, Jacqueline Veuve côtoie d'autres figures éminentes de la vie intellectuelle, telles que Claude Lévi-Strauss, Edgar Morin, Michel Leiris ou encore la psychanalyste Marie Bonaparte. Elle se forme aux techniques de tournage dans le département des films ethnographiques et sociologiques du CNRS et de l'UNESCO.

En 1958, alors qu'elle se trouve en Suisse, Luc de Heusch propose à Jacqueline Veuve de travailler comme scripte pour un documentaire sur Magritte. Jacqueline Veuve réalise ensuite un documentaire pour l'Exposition nationale de 1964. Elle s'associe à Yves Yersin pour Le Panier à viande (1966), un court métrage, tourné dans le terroir vaudois, qui lance sa carrière de cinéaste. Après l'obtention d'un diplôme d'institutrice à l'école normale de Lausanne, Jacqueline Veuve va à la Kunstgewerberschule de Zurich suivre un cours de six mois consacré aux techniques du septième art. Dès 1966, année de son engagement en tant que cinéaste professionnelle au Cycle d'orientation de l'enseignement secondaire genevois, Jacqueline Veuve tourne des films documentaires, de montage et de témoignages. Durant son séjour à Boston (1972-1973), Jacqueline Veuve retrouve et travaille avec Richard Leacock, directeur du Massachusetts Institute of Technology, Section Film, Cambridge. Elle réalise quatre courts métrages. De retour en Suisse, Jacqueline Veuve tourne avec Willy Rohrbach un long métrage qui assoit sa réputation : La Mort du grand-père (1978), un documentaire sociologique sélectionné au Festival de Locarno en 1978.

Elle réalise par la suite de nombreux documentaires et deux fictions (Parti sans laisser d'adresse, présenté à Cannes et primé plusieurs fois, et L'Évanouie). Jacqueline Veuve signe une soixantaine de films, à caractère essentiellement anthropologique et ethnographique, en Suisse, en France ou aux États-Unis. Ils sont présentés dans de nombreux festivals internationaux. La filmographie de Jacqueline Veuve peut s'enorgueillir de nombreuses distinctions, tant en Suisse qu'à l'étranger (Paris, Munich, Chicago). Elle reçoit en 1991 le prix du scénario pour L'Évanouie par le Crédit foncier vaudois, ainsi que le grand prix de la Fondation vaudoise pour la promotion et la création artistiques (1991). Jacqueline Veuve tourne encore notamment Les Lettres de Stalingrad (1972), Swiss Graffiti (1975), Les émotions helvétiques (1991), L'Homme des Casernes (1994) et Journal de Rivesaltes 1941-1942 (1997) (prix du cinéma suisse 1998, meilleur documentaire).

Jacqueline Veuve est morte en avril 2013 des suites d'une longue maladie[1],[2]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1972 Prix Cinéma et Jeunesse à Cannes pour Les Lettres de Stalingrad
  • 1987 Prix Stella di Gibellina, Italie - Diable d'or
  • 1987 Prix spécial de la SSR au Festival international du film alpin
  • 1989 Prix de la Mission du Patrimoine Ethnographique, 8e Bilan international du film ethnographique, musée de l'Homme, Paris
  • 1989 Primée au Festival du film des Diablerets (Suisse)
  • 1992 Prix d'honneur au Festival de Munich
  • 1991 Chicago International Gold Hugo Award
  • 1991 grand prix de la Fondation vaudoise pour la culture
  • 1998 Prix du cinéma suisse, meilleur documentaire pour Journal de Rivesaltes 1941-1942
  • 2011 Prix culturel Leenaards
  • 2013 Prix d'honneur du cinéma suisse pour l'ensemble de sa carrière

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jacqueline Veuve est décédée », La Liberté,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne)
  2. « La réalisatrice vaudoise Jacqueline Veuve est décédée », 24 heures,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bertil Galland, Jacqueline Veuve, 25 ans de cinéma, préface de Freddy Buache, 1991
  • Jacqueline Veuve ; 53e Rencontre internationale de cinéma de Pontarlier, 27-28-29 novembre et 1er décembre, Pontarlier, CERF et Cinémathèque suisse, 1998 (ISBN 295095989X)
  • « Jacqueline Veuve » dans la base de données des personnalités vaudoises de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne.
  • Une femme de cinéma, Jacqueline Veuve et le nouvel envol du film documentaire, p. 116-123
  • Filiations des personnalités racontent leur histoire familiale, p. 593-599
  • Fondation vaudoise pour la promotion et la création artistiques
  • 200 Têtes vaudoises "who is who?" du canton de Vaud, p. 79
  • 24 Heures, 2007/10/04, p. 40 Cahier Le Portrait, - 2002/11/04, p. 15 avec une photographie - portrait de G. Salem avec photographie 2003/12/03, p. 26 - 2005/04/20, p. 38 avec photo - 2005/04/23 grand entretien p. 15 avec photo
  • Jour de marché cf entretien in: Films: revue suisse de cinéma octobre 2002/no 10, p. 18-19
  • Pionnières et créatrices en Suisse romande p. 376-381)
  • Migros Magazine, 2005/04/19 p. 10-14 avec photos

Documentaire[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]