13e arrondissement de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 75013)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 13e arrondissement Page d'aide sur l'homonymie.
13e arrondissement de Paris
« arrondissement des Gobelins »
Administration
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Quartiers
administratifs
Salpêtrière (49)
Gare (50)
Maison-Blanche (51)
Croulebarbe (52)
Maire
Mandat
Jérôme Coumet
2014 - 2020
Code postal 75013
Code Insee 75113
Démographie
Population 183 260 hab. (2011[1])
Densité 25 631 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 56″ N 2° 21′ 20″ E / 48.832341, 2.35551148° 49′ 56″ Nord 2° 21′ 20″ Est / 48.832341, 2.355511  
Altitude Min. 27 m – Max. 64 m
Superficie 7,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir sur la carte Paris administrative
City locator 14.svg
13e arrondissement de Paris

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte France administrative
City locator 14.svg
13e arrondissement de Paris

Le 13e arrondissement de Paris est un des vingt arrondissements de Paris. Il est situé sur la rive gauche de la Seine. Il est entouré par le 14e arrondissement à l'ouest et le 5e arrondissement au nord. Au sud, il communique, au-delà du boulevard périphérique, avec les communes du Val-de-Marne, d'ouest en est Gentilly, Le Kremlin-Bicêtre et Ivry-sur-Seine. La Seine borde l'arrondissement à l'est, le séparant du 12e arrondissement et de la rive droite.

Arrondissement relativement peu touristique, le 13e arrondissement est un ancien quartier ouvrier. Aujourd'hui, il est surtout connu pour son quartier asiatique, le quartier de la Butte-aux-Cailles ainsi que pour l'implantation dans les années 1990 de la Bibliothèque nationale de France sur les quais de Seine. Du fait de la présence de nombreuses tours et d'immeubles d'habitation de construction récente, l'arrondissement présente un urbanisme original dans la capitale, qui s'exprime notamment à l'heure actuelle dans le projet Paris Rive Gauche.

L'arrondissement abrite, outre le site Tolbiac de la Bibliothèque nationale de France dite Bibliothèque François-Mitterrand, la gare d'Austerlitz, la manufacture des Gobelins et l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Aux termes de l'article R2512-1 du Code général des collectivités territoriales (partie réglementaire), il porte également le nom d'« arrondissement des Gobelins »[2], mais cette appellation est rarement employée dans la vie courante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Arrondissements de Paris jusqu'à l'extension de 1860

Le 13e arrondissement a été créé après l'extension de Paris réalisée en 1860 en intégrant des parties de l'ancien 12e arrondissement, de Gentilly et d'Ivry. Un premier schéma de numérotation devait attribuer le numéro 13 à l'actuel 16e arrondissement, mais il a été rejeté à cause de l'expression « Ils se sont mariés à la mairie du 13e », qui signifiait « vivre en concubinage », donc hors des bonnes conventions[3]. La répartition des arrondissements de gauche à droite et de haut en bas fut donc abandonnée pour le schéma actuel, la forme en spirale.

Ruelle des Gobelins, typique du 13e pauvre et industrieux du début du XXe siècle (cf. cheminée à l'arrière-plan)
Les nouveaux immeubles du quartier Paris Rive Gauche.

Les quartiers du 13e arrondissement ont été témoins de quelques progrès technologiques majeurs. C'est sur la Butte-aux-Cailles qu'ont atterri Pilâtre de Rozier et le Marquis d'Arlandes lors du premier vol humain en aérostat. En 1891, Panhard et Levassor ont créé la première usine d'automobiles près de la porte d'Ivry.

Place d'Italie, bâtiment de l'architecte Kenzō Tange

Au cours du XIXe siècle et d'une partie du XXe siècle, le 13e arrondissement a connu une forte activité industrielle avec par exemple la présence de la chocolaterie Lombart, des usines Say ou de la SUDAC, usine produisant de l'air comprimé utilisé dans les réseaux de l'agglomération parisienne. La rue de la Glacière comptait des menuiseries, une tannerie, des ateliers de construction électrique, radiologique, de mécanique de précision, de serrurerie, une brasserie (bière de Lutèce), laquelle réutilisait d'anciens vides de carrière du quartier.Ancien chemin dit « de Gentilly », elle se prolongeait avant l'érection de l'enceinte de Paris, vers 1843, jusqu'au centre de Gentilly (où subsiste encore une « rue de la Glacière »), étant l'artère principale de cette extension « nordique » appelée « Le Petit Gentilly ». Grosso modo, elle longeait en partie la Bièvre qui, en débordant l'hiver, permettait de récupérer le glace de ces étangs provisoires, où l'on pouvait aussi patiner ; la glace était conservée jusqu'en fin d'été dans des puits bien protégés par d'épaisses couches d'isolants textiles et végétaux. La première mairie du nouveau 13e arrondissement se serait trouvée dans cette rue, dans un assez bel immeuble face à l'ancienne rue Maurice-Mayer, disparue durant la rénovation de l'îlot XIII, et qui est démoli à son tour quelques années plus tard avec l'îlot Bièvre[réf. nécessaire].

Maître Mikonosuke Kawashi Shi-Han, l'introducteur du judo en Europe vers 1937, avait son dojo boulevard Blanqui, au 109. De très nombreuses ceintures noires y ont été formées (tout ce morceau de quartier a été démoli pour la rénovation de l'îlot Bièvre).

La partie de l'arrondissement située au sud de la place d'Italie a fait l'objet d'une transformation profonde dans la seconde moitié du XXe siècle. Dès avant la Seconde Guerre mondiale, la cité Jeanne d'Arc (rue Jeanne-d'Arc) est en partie reconstruite. D'autres îlots insalubres font l'objet de rénovations  : l'îlot no 13 (boulevard Auguste-Blanqui, rue de la Santé, passage Victor-Marchand, rue de la Glacière côté pair, à partir de 1955), l'îlot no 4 (autour de la place Nationale), l'îlot Bièvre (Boulevard Blanqui), rue Vergniaud, une partie de la rue Wurtz, rue de la Glacière en partie côté impair et celle située entre la rue d'Alésia et la rue Boutin. Quelques rares immeubles anciens restent encore présents, mais les dernières barres construites dans les années 1960 ont en grande partie bouché la vue de ces maisons. Leur construction a eu lieu entre 1964 et 1968.

L'opération la plus importante est toutefois l'opération Italie 13. Inspirée par les théories urbaines de Le Corbusier, elle devait remodeler une zone allant de la Butte-aux-Cailles à la rue Nationale et du boulevard Vincent-Auriol à la porte d'Italie. Elle a laissé dans le 13e plus de trente tours d'une centaine de mètres de hauteur, dont en particulier le quartier sur dalle des Olympiades. Cette opération s'est interrompue au milieu des années 1970. À l'emplacement prévu pour la tour Apogée fut édifié à partir de 1988 un ensemble immobilier surmonté par une sorte de mât ou de campanile multicolore, dont le fameux complexe audiovisuel Grand Écran Italie fait partie intégrante, suivant une décision du Conseil de Paris qui voulait doter le 13e arrondissement d'un équipement culturel de premier plan.

Les Olympiades
Les tours d'habitation de Tolbiac

Vers 1981/1982 les premiers réfugiés vietnamiens sont arrivés dans l'arrondissement. Ils ont commencé à s'installer dans les tours situées en face du stade Georges Carpentier, sur le boulevard Masséna (là où passe le tramway). Les Olympiades étant déjà en grande partie occupées par de nombreux foyers, dont bon nombre d'artistes peintres et sculpteurs.

D'autres vagues de réfugiés ou d'immigrés d'Asie du Sud-Est, surtout cambodgiens et laotiens, puis de Chine sont venus transformer une partie du sud de l'arrondissement en vrai quartier asiatique, relativement ouvert sur la ville contrairement à certains autres Chinatowns à travers le monde.

De nouveaux grands travaux ont été entrepris dans l'est de l'arrondissement à partir des années 1990 avec la construction de la Bibliothèque nationale de France et du vaste quartier nouveau Paris Rive Gauche. Il s'agit encore de l'un des plus grands chantiers de France.

Dans l'ancienne emprise des installations des expéditions/réceptions des marchandises pour la gare d'Austerlitz, il existe une halle occupée en dernier par le Sernam. Cette vaste halle est construite en béton précontraint, œuvre de l'ingénieur Eugène Freyssinet. Préservée, elle sert aujourd'hui de lieu d'exposition et d'évènements.

Le 26 août 2005, un incendie a fait 17 morts, dont 14 enfants, dans un immeuble occupé par des familles africaines au 20 boulevard Vincent-Auriol, mettant en exergue l'insalubrité de certains bâtiments parisiens.

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie du 13e arrondissement donnant sur la place d'Italie
Liste des maires successifs depuis 1983
Élection Identité Parti Notes
1983 Jacques Toubon RPR Élu en 1983, 1989 et 1995.
2001 Serge Blisko PS Élu en 2001, démissionnaire le 12 juillet 2007 après son élection comme député.
2007 Jérôme Coumet PS Réélu en 2008 et en 2014.

Élu depuis mars 2001, Serge Blisko, élu député, démissionne de sa fonction de maire le 12 juillet 2007. Lui succède Jérôme Coumet, son premier adjoint, réélu lors des élections municipales de 2008.

Le 13e arrondissement a deux députés (PS) : Jean-Marie Le Guen (9e circonscription, à l'est de l'avenue des Gobelins et de l'avenue d'Italie) et Denis Baupin (10e circonscription, à cheval sur les 13e et 14e arrondissements).

Démographie[modifier | modifier le code]

L'arrondissement comptait en 2006 178 716 habitants sur une superficie de 715 hectares, soit 24 995 hab/km2.

Année
(recensement national)
Population Densité
(hab. par km²)
1861 56 798
1866 70 192
1872 67 397
1962 166 709 23 329
1968 158 280 22 149
1975 163 313 22 854
1982 170 818 23 904
1990 171 098 23 943
1999 171 533 24 004
2006 (pic de population) 178 716 24 995

Population par quartier[modifier | modifier le code]

Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861 13 238 création
Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861 9 432 création
Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861 13 308 création
Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861 7 634 création

Géographie et équipements[modifier | modifier le code]

Carte des quartiers administratifs du 13e arrondissement

Le cœur de l'arrondissement est la place d'Italie. De forme circulaire, elle constitue le point de convergence des principales avenues et boulevards de l'arrondissement, ainsi que des lignes de métro. C'est là que se rejoignent les quartiers de l'arrondissement : Butte-aux-Cailles, Les Gobelins, quartier asiatique.

Le seul quartier qui échappe vraiment à l'attraction de la place d'Italie est la zone Paris Rive Gauche, en cours de construction le long de la Seine. Séparé du reste de l'arrondissement par les voies ferrées, en cours de couverture, ce quartier se tourne vers la rive droite via le parc de Bercy et la ligne 14 du métro. Il devrait à terme occuper toute la rive de la Seine depuis la gare d'Austerlitz jusqu'au boulevard périphérique.

Le "sommet" du 13e est donc la Butte-aux-cailles qui "culmine" à une soixantaine de mètres par rapport au niveau NGF. La rue Daviel, qui grimpe vers le butte est l'une des plus pentues du quartier Maison-Blanche. Autrefois, elle commençait presque à monter au niveau de la Bièvre. Mais les travaux de couverture de cette rivière (un tantinet dégradée par les tanneries et autres installations plus ou moins bien acceptées...) en 1902, ont quelque peu modifié l'aspect du quartier. Notons que la petite rivière ne coule plus dans son ancien lit mais dans un égout.

Une ligne de tramway parcourait jadis, à l'ouest, la rue de la Glacière en totalité puis en empruntant les rues Boussingault, Brillat-Savarin, la Poterne des Peupliers et poursuivait sa route jusqu'à Arcueil-Cachan et "La Vache-Noire". Elle commençait Place du Châtelet. Au retour, elle bifurquait rue Vergniaud puis passait rue Pascal afin de rejoindre la rue Claude-Bernard. Son indicatif était le N° 93.

Un ancien poste de police "de quartier" se situait à l 'angle des rues Martin-Bernard et de Pouy.

Parmi des bâtiments industriels remarquables, les anciennes usines Gnome-et-Rhône occupaient un bâtiment construit comme un véritable bunker aux murs très épais et aux rares ouvertures vers l'extérieur. On y fabriquait des moteurs d'avion (même durant les dernières hostilités !). Ce groupe est devenu ensuite la SNECMA. Ces bâtiments se trouvent toujours entre le boulevard Kellermann, au sud, et la rue des Longues-Raies au nord ; la rue Cacheux le borde à l'ouest. En août 1944, des bombes soufflantes sont tombées sur ce coin de l'arrondissement. Qu'est-ce qui était visé ?

Quartiers[modifier | modifier le code]

Quartiers administratifs[modifier | modifier le code]

Chaque arrondissement parisien est divisé administrativement en quatre quartiers. Pour le 13e arrondissement, il s'agit des quartiers suivants :

  1. Quartier de la Salpêtrière (49e quartier de Paris), limité au nord par les boulevards Saint-Marcel et de l'Hôpital, à l'est par la Seine, au sud par le boulevard Vincent-Auriol et à l'ouest par l'avenue des Gobelins. Dans ce secteur, on trouve en particulier l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière et la partie nord de Paris Rive Gauche.
  2. Quartier de la Gare (50e quartier de Paris), limité au nord par le boulevard Vincent-Auriol, à l'est par la Seine, au sud par les communes d'Ivry-sur-Seine et du Kremlin-Bicêtre et à l'ouest par l'avenue de Choisy. Dans ce secteur on trouve en particulier le quartier asiatique et la partie sud de Paris Rive Gauche.
  3. Quartier de la Maison-Blanche (51e quartier de Paris), limité au nord par le boulevard Auguste-Blanqui, à l'est par l'avenue de Choisy, au sud par les communes du Kremlin-Bicêtre et de Gentilly et à l'ouest par les rues de l'Amiral-Mouchez et de la Santé.
  4. Quartier Croulebarbe (52e quartier de Paris), limité au nord par le boulevard de Port-Royal, à l'est par l'avenue des Gobelins, au sud par le boulevard Auguste-Blanqui et à l'ouest par la rue de la Santé. Avenue des Gobelins se trouvent la manufacture des Gobelins, le Mobilier national, ainsi que de nombreux restaurants et cinémas.

Quartiers au sens commun du terme[modifier | modifier le code]

Conseils de quartiers[modifier | modifier le code]

Pour les conseils de quartier, le 13e arrondissement est divisé en huit[4],[5] :

  • Croulebarbe
  • Butte-aux-Cailles - Daviel (selon la mairie du 13e) ou Butte-aux-Cailles - Glacière (selon la carte de la ville de Paris)
  • Bièvre-Sud - Tolbiac
  • Salpêtrière - Austerlitz
  • Nationale - Deux-Moulins
  • Olympiades - Choisy
  • Patay - Masséna
  • Bibliothèque - Dunois - Jeanne-d'Arc (selon la mairie du 13e) ou Dunois - Bibliothèque - Jeanne-d'Arc (selon la carte de la ville de Paris)

Rues, places, espaces verts[modifier | modifier le code]

Vue panoramique annotée de l'arrondissement

Espaces verts :

Pour une liste de voies et places du 13e arrondissement, voyez la catégorie « Voies du 13e arrondissement de Paris ».

Personnalités liées à l'arrondissement[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • Akkitham Narayanan, artiste peintre Indien, né en 1939, diplômé de l'école des Arts et Métiers de Chennai en Inde, élève de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Il a remporte par trois fois la Lalit Kala Nadu, Prix de l'Académie Tamil. Lauréat du Festival International de Peinture de Cagnes-sur-Mer. Il vit et travaille dans le 13e arrondissement de Paris depuis 1967.

Monuments[modifier | modifier le code]

Culture et société[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

Le 13e est un arrondissement où le mélange culturel est important. Il s'y trouve de nombreux lieux de culte pour diverses religions[6].

Culte catholique :

Église Sainte-Anne de la Butte-aux-Cailles
Église Saint-Hippolyte

Culte protestant :

Culte orthodoxe :

Culte musulman:

  • Salle de prière A.F.T.A.M., 13 rue Bellièvre
  • Salle de prière place d'Italie (bureau d'aide sociale), 50 rue Clisson
  • Salle de prière quai de la gare (bureau d'aide sociale), 53 rue du Chevaleret
  • Salle de prière Tolbiac (foyer de travailleurs migrants), 78-80 rue de Tolbiac
  • Salle de prière Tolbiac (foyer Sonacotra), rue Giffard
  • Salle de prière Porte d'Ivry (foyer Sonacotra), 43, rue Albert

Culte israélite :

Culte bouddhique et taoïste :

Culte antoiniste :

Cinéma - Spectacle - Expositions[modifier | modifier le code]

Cinéma :

  • L'Escurial (cinéma)
  • Gaumont Gobelins Fauvettes
  • Gaumont Gobelins Rodin, fermé en 2003
  • Grand Écran Italie, complexe audiovisuel fermé en 2006 par le groupe EuroPalaces, gestionnaire des salles Pathé et Gaumont depuis 2001
  • MK2 Bibliothèque
  • UGC Gobelins
  • L'ancien cinéma "Ermitage" de la rue de la glacière a disparu vers 1957.
  • Le Barbizon, cinéma se trouvant au 114 rue de Tolbiac, fermé dans les années 1980, et démoli en 2011. L'association Les Amis de Tolbiac a tenté de sauvegarder ce ciméma durant plusieurs années.

Théâtre :

  • Théâtre 13
  • Théâtre Les Cinq Diamants, qui accueillait la compagnie Catherine Brieux, fermé en 2006
  • Théâtre Dunois, dédié à l'enfance, la jeunesse, et la musique contemporaine
  • Théâtre du Lierre, lieu de recherche et de création théâtrale et musicale
  • Théâtre Tallia, jeune public, tout public
  • La Cachette (spectacle enfants)

Musée :

Musique[modifier | modifier le code]

Le 13e arrondissement présente une certaine concentration de jeunes versés dans le monde de l'évènementiel, du cinéma et de la musique comme le groupe de rap Mafia Trece, l'association Jab qui promeut la réalisation de courts métrages, le PG Crew créateur de Jepsounds.com, site consacré à l'univers des musiques électroniques, la D12 team qui représente l'un des bastions du jeu vidéo de la région parisienne et enfin Cathare prod, maison de production de la nouvelle génération dans la lignée des Nuls. Dans cet arrondissement siègent notamment les radios du groupe Sud radio groupe (Ado, Voltage, etc.) et aussi Fréquence3. S'y trouve aussi, la Salle Colonne, lieu de vie de l'Orchestre Colonne et studio d'enregistrement.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

L'arrondissement est desservi par cinq lignes de métro, une ligne de RER et une ligne de tramway :

La ligne 14 a été prolongée le 26 juin 2007 de Bibliothèque François-Mitterrand à Olympiades. D'après le Schéma directeur de la région Île-de-France adopté en 2007, la ligne devrait, à long terme, rejoindre la station Maison Blanche et assurer la correspondance avec la ligne 7.

De nombreuses lignes de bus desservent le 13e arrondissement : les lignes 21 27 47 57 62 64 67 83 89 91 132 325 Traverse Bièvre Montsouris

Au nord-est de l'arrondissement, le réseau SNCF de la gare d'Austerlitz permet d'atteindre le sud de la France. Au sud de l'arrondissement, la ligne de Petite Ceinture, aujourd'hui désaffectée, a servi autrefois au transport des voyageurs et de fret. Une des dernières gares desservies fut celle dite des Gobelins, sous la dalle des Olympiades, dans le quartier asiatique. Les vastes installations de la gare de Rungis ont longtemps accueilli des wagons de marchandises dont les colis étaient repris par les célèbres camions bleus de la SCETA et les curieux tracteurs à un essieu et une seule roue directrice centrale tirant une remorque ; ces véhicules allaient ensuite faire "la distribution" dans les environs. Une scène du film "Le Train" a été tournée dans cette gare. Tout cet ensemble a été récemment transformé de fond en comble (immeubles, centre de loisirs, écoles...)

Vie de l'arrondissement[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Le 13e arrondissement compte :

  • Et quelques collèges privés comme :
    • Notre-Dame-de-France
    • Sainte-Anne
    • Notre-Dame-de-la-Gare
  • 15 lycées :

Publics :

Privés :

    • Lycée Jacob-Kaplan
    • Lycée Notre-Dame-de-France
    • Lycée Le Rebours
    • Lycée polyvalent Notre-Dame
    • Cours privé Colbert

Arts[modifier | modifier le code]

Le 13e arrondissement bénéficie d'une certaine cote sur le plan artistique grâce à la présence de nombreuses galeries d'avant-garde sur la rue Louise-Weiss. Dans le même quartier, les immenses Frigos, anciens entrepôts frigorifiques, hébergent de nombreux ateliers d'artistes depuis le début des années 1980.

On peut observer dans l'arrondissement plusieurs peintures murales ayant reçu l'aval des autorités et réalisées par des artistes internationaux se réclamant du street art.

En architecture, peu d'arrondissements ont fourni autant d'opportunités aux architectes modernes. Le 13e compte en conséquence des réalisations des grands noms du XXe siècle et de l'époque contemporaine, parmi lesquelles :

  • deux des très rares bâtiments construits par Le Corbusier à Paris : la maison Planeix du 26, boulevard Masséna (1924) et l'Armée du Salut, située entre la rue Cantagrel et la rue du Chevaleret (1934).
  • l'important ensemble de logements des Hautes-Formes, de Christian de Portzamparc (1975), qui préfigure le concept d'« îlot ouvert » que l'architecte utilise à présent dans le quartier Paris Rive Gauche
  • l'immeuble "Grand Ecran" réalisé entre 1988 et 1992 par l'architecte Kenzō Tange à l'entrée du centre commercial Italie2, comportant un immeuble de bureau, une résidence hôtelière, des commerces, ainsi que le complexe audiovisuel Grand Écran Italie.
  • la première construction de Norman Foster à Paris : un immeuble de bureaux à l'angle de la rue Neuve-de-Tolbiac et de l'avenue de France (2004).

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Le 13e arrondissement dispose d'environ 50 complexes sportifs, ce qui fait de lui l'un des arrondissements les mieux équipés. Beaucoup sont situés là où sont aussi les moins de 20 ans et les autres sont dispersés dans l'arrondissement. Entre autres, nous pouvons y trouver de nombreux stades, gymnases et piscines dont :

ASSOCIATIONS

. L'oeuvre de la mie de Pain, dont l'objet est d'accueillir les sans domicile fixe (SDF) dans l'urgence et leur fournir un hébergement. Elle gère également un relais social, une pension de famille et un foyer de jeunes travailleurs. Cette association est l’héritière de l’action sociale de Paulin Enfert commencée dès le XIXe siècle dans le 13e arrondissement pour venir en aide aux enfants pauvres et leurs parents[8].

  • L'association 13 En Vue(S), dont l'objet est la valorisation et la transmission du patrimoine historique et culturel du 13e arrondissement de Paris, édite une revue historique sur cet arrondissement: Histoire & Histoires…du 13e.
  • La Péniche du Cœur, association accueillant les sans-logis envoyés par les services sociaux
  • Les Amis de Tolbiac œuvrent à la reconnaissance du cinéma associatif Le Barbizon en tant qu’espace culturel de diffusion dans le 13e arrondissement
  • Sauvons le Grand Écran se bat pour la préservation du Grand Écran Italie, menacé de disparition au profit de boutiques commerciales
  • Ciné13 regroupe les professionnels et le grand public autour du cinéma et vise à la promotion du cinéma français et européen, au cours d'avant-premières qui avaient lieu jusqu'en 2006 au Grand Écran Italie
  • Ascendance Hip-Hop
  • L'Association des Entreprises du Quartier Asiatique Paris 13e (ENTREPRISES 13), créée au mois de juin 2011, regroupe les commerçants, les artisans, les industriels, les professions libérales et les prestataires de service du quartier, les objectifs principaux sont : mener le combat pour l'ouverture des commerces le dimanche, promouvoir les animations du quartier et mettre en place d'une plateforme d'échange pour les jeunes chefs d'entreprises du quartier.

Évocations littéraires[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

  • Le 13 du Mois est un magazine de société indépendant entièrement dédié à l'actualité du 13e arrondissement. Crée en novembre 2010, il présente chaque mois la diversité de l'arrondissement[9]
  • Histoire & Histoires... du 13e est une revue historique consacrée à l'histoire et à la culture du 13e arrondissement. Créée en mai 2008, elle retrace, rue par rue, quartier par quartier, l'histoire, petite et grande, du 13e arrdt[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :