Square René-Le Gall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Square René-Le Gall
Image illustrative de l'article Square René-Le Gall
La roseraie du Square René-Le-Gall.
Géographie
Pays France
Commune Paris
Quartier 13e arrondissement
Superficie 3.2213 ha[1]
Caractéristiques
Création 1938
Gestion
Protection monuments historiques
Localisation
Coordonnées 48° 49′ 57″ N 2° 20′ 59″ E / 48.8324323, 2.3496097 ()48° 49′ 57″ Nord 2° 20′ 59″ Est / 48.8324323, 2.3496097 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Square René-Le Gall

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Square René-Le Gall

Le square René-Le Gall ou jardin des Gobelins est un grand square situé dans le 13e arrondissement de Paris et construit en 1938 sur les anciennes dépendances du Mobilier national et de la Manufacture des Gobelins.

Localisation[modifier | modifier le code]

Grand square parisien de 32 213 m2, il est situé dans le quartier Croulebarbe et délimité par les rues Émile-Deslandres au nord, Croulebarbe à l'est, Corvisart au sud, et par le lycée Rodin à l'ouest.

Il possède son entrée principale sur la place de la Bergère-d'Ivry, et des entrées annexes sur la rue Croulebarbe, la rue Berbier-du-Mets, la rue Émile-Deslandres et la rue des Cordelières.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce square, construit dans un style néoclassique en 1938 par l'architecte Jean-Charles Moreux[1], fut réalisé à l'emplacement d'une minuscule île parisienne, l'île aux Singes, formée par les bras de la Bièvre. Ce lieu était auparavant un lieu de distraction des ouvriers de la Manufacture des Gobelins où se trouvaient des guinguettes et des débits de boissons, notamment des brasseries tenues par les ouvriers allemands de la manufacture. Les bateleurs laissaient leurs singes en liberté sur l'îlot, qui prit donc ce nom. Le lit de l'ancienne rivière a été matérialisé par Moreux dans le plan du square par une allée de peupliers (remplacés ensuite par des charmes)[2].

Le 7 mars 1942, René Le Gall, un conseiller municipal du 13e arrondissement et résistant, est fusillé par les autorités allemandes à Clairvaux. Peu après la Libération, le square fut rebaptisé de son nom.

En 1981, le square s'étend de 5 000 m2 vers la rue Émile-Deslandres avec la création d'un jardin paysager, puis à nouveau en 1993, de 1 500 m2 vers la rue des Cordelières avec l'aménagement d'un ruisseau artificiel rappelant l'ancien cours de la Bièvre. Depuis 2011, il abrite un jardin partagé, situé à droite de l'entrée rue Émile-Deslandres, qui est géré par une association ayant signé une charte avec la Mairie de Paris lors de son inauguration le 8 mai 2011[3]. La même année, une rénovation de l'extension de 1981 a créé un espace détente et jeux de ballon[4]. Une consultation a été lancée par la mairie du 13e arrondissement à propos de ce projet[5].

Le square a été inscrit aux monuments historiques par un arrêté du 8 avril 1997[6]. De plus, il possède un marronnier d'Inde planté en 1894, classé arbre remarquable en raison de sa taille (18 mètres de hauteur et 3,6 mètres de diamètre en 2011) et de son port[7].


Accès[modifier | modifier le code]

Le square René-Le Gall est desservi à proximité par :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le square René-Le Gall sur le site officiel des parcs de Paris
  2. Hélène Hatte et Valérie Rialland-Addach, Promenades dans le quartier des Gobelins et la Butte-aux-Cailles, Paris, Christine Bonneton, coll. « Le guide »,‎ 2008, 126 p. (ISBN 978-2-86253-420-6), p. 46–50.
  3. Portail des jardins partagés et d'insertion d'Île-de-France.
  4. Présentation du conseil de quartier concernant cette extension
  5. le document de consultation
  6. « Notice no PA75130003 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. Plaque apposée sur le tronc de l'arbre ; voir également Les arbres remarquables à Paris sur le site de la Ville de Paris.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]