Orchestre Colonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orchestre Colonne
« Colonne conduit » (1905), lithographie d'Hector Dumas
« Colonne conduit » (1905), lithographie d'Hector Dumas

Ville de résidence Paris Drapeau de la France France
Lieux d'activité Salle Pleyel, Salle Gaveau, Maison de Radio France, Opéra Garnier, Opéra Bastille
Années d'activité Depuis 1873
Type de formation Orchestre symphonique
Genre Musique symphonique,
opéra, ballet
Style Périodes classique
à contemporaine
Direction Laurent Petitgirard
Fondateur Édouard Colonne
Circonstances de la création Fondation de l'« Association artistique des Concerts du Châtelet »
Structure de rattachement Association artistique des concerts Colonne
Statut Société coopérative de production
Effectif 82 musiciens
Collaborations Chœur de l'orchestre Colonne,

chef de chœur Francis Bardot

Site internet www.orchestrecolonne.fr

L’Orchestre Colonne est un orchestre symphonique français. Fondé en 1873 par Édouard Colonne sous le nom de « Association artistique des Concerts Colonne », il est l'un des plus anciens orchestres associatifs parisiens encore en activité.

Historique[modifier | modifier le code]

L'orchestre est intimement lié à la carrière de son fondateur, le violoniste et chef d'orchestre Édouard Colonne. Alors premier violon à l’orchestre de l’Opéra de Paris, il est remarqué par l’éditeur de musique Georges Hartmann, qui l’engage aussitôt à la tête du « Concert National » qu’il fonde en mars 1873 au Théâtre de l’Odéon avec comme objectif assigné de faire connaître à un large public les compositeurs français contemporains. La première saison remporte un succès triomphal et marque le renouveau, en France, de la musique symphonique. Mais malgré cette indéniable réussite auprès du public, le bilan financier catastrophique oblige Hartmann à renoncer.

Fort de son succès personnel, Édouard Colonne crée son propre orchestre, l’Association artistique des Concerts Colonne qui, dès novembre 1873, s’installe au Théâtre du Châtelet. Les Concerts Colonne servent alors avec passion la musique contemporaine de l’époque : ils imposent de nombreux musiciens français (Saint-Saëns, Massenet, Charpentier, Fauré, d'Indy, Debussy, Ravel, Widor, Dukas, Chabrier), intègrent dans leur répertoire Wagner et Richard Strauss, redécouvrent des œuvres oubliées comme la Damnation de Faust, qu’Hector Berlioz avait créée en 1846 à l’Opéra-Comique.

L’orchestre invite les plus grands solistes de l’époque (Sarasate, Pugno, Ysaÿe...), et est l’un des premiers à faire appel à des chefs étrangers, tels que Mottl ou Weingartner. Mahler, Tchaïkovsky, Debussy, Grieg, Richard Strauss et Prokofiev viennent y diriger leurs œuvres. L’Orchestre Colonne peut donc s’enorgueillir d’avoir accueilli, depuis ses débuts, les plus grands chefs d’orchestre. En 1910, Gabriel Pierné succède à Édouard Colonne. Il est suivi de Paul Paray (1932), Charles Münch (1956), Pierre Dervaux (1958), tous présidents - chefs d’orchestre, assurant à la fois la direction musicale et la responsabilité administrative. Marcel Landowski, puis Armin Jordan présideront ensuite aux destinées de l’Association artistique des Concerts Colonne, sans toutefois en assurer la direction musicale.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'orchestre Colonne est une société coopérative de production officiellement dénommée Association artistique des concerts Colonne. Elle se compose d'un orchestre d'une centaine de musiciens professionnels sociétaires. Depuis 1982, l'association est à nouveau dotée d'un chœur symphonique bénévole, actuellement dirigé par Francis Bardot. Ce chœur, sans structure juridique, est composé d'une centaine de choristes, amateurs.. Début avril 2013, pour des raisons purement financières, le chœur est dissous.

L'orchestre a récemment été dirigé par Sylvain Cambreling, Dennis Russell Davies, Michel Corboz, Kent Nagano, Mauricio Kagel, Lovro von Matačić, Armin Jordan, Günter Neuhold, Edmon Colomer, Antonello Allemandi, Stéphane Denève. L'actuel directeur musical est Laurent Petitgirard élu initialement en décembre 2004 puis, « seul chef français directeur musical d'un orchestre parisien »[1], réélu régulièrement tous les trois ans.

Directeurs musicaux[modifier | modifier le code]

Principales créations[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Dans le film Fauteuils d'orchestre de Danièle Thompson, c'est l'Orchestre Colonne dirigé par Laurent Petitgirard qui interprète le célèbre concerto pour piano et orchestre no 5 L'Empereur de Ludwig van Beethoven avec le soliste François-René Duchâble dans les traits d'Albert Dupontel à l'écran.

Annexes[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué de l'association de l'orchestre Colonne publié par abeilleinfo.com
  2. (it) « Source » (consulté le 10 décembre 2007)
  3. Le Petit Méridional, 29 août 1905, "La deuxième des Hérétiques aux Arènes de Béziers".


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]