Alexandre Vialatte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vialatte.

Alexandre Vialatte est un écrivain français né le 22 avril 1901 à Magnac-Laval (Haute-Vienne) et mort à Paris le 3 mai 1971.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Alexandre Vialatte naît fils d'officier, en 1901. Il a un frère aîné, Pierre, et une sœur, Madeleine. De souche auvergnate, la famille a son attache à Ambert mais déménage dans différentes villes au fil des changements de garnison du père : Toulouse, Brive, et enfin retour à Ambert en 1915, après sa démobilisation pour raison de santé. D'abord un enfant rêveur et imaginatif, le jeune Alexandre aime le dessin, la calligraphie, la poésie, mais aussi l'exercice, les sports, la nage et l'équitation. Quand se révèle son aptitude aux mathématiques, il se destine à une carrière militaire et prépare l’École navale. En 1913, il noue une amitié avec les frères Paul et Henri Pourrat. L'amitié avec le premier est interrompue par sa mort en 1923, et se reporte sur le second qui, aîné de 14 ans et déjà écrivain, deviendra pour Vialatte une figure de référence et un mentor en littérature. Les années de jeunesse se passent dans leur Auvergne, cadre de fréquentes randonnées pédestres dans les monts du Livradois et de Forez. Jusqu’à la mort d’Henri, leur amitié donnera lieu à une abondante correspondance.

Sa mauvaise vue (un œil blessé lors d'un accident d'enfance) contraint Vialatte à renoncer à l’École navale après la classe de mathématiques spéciales. Il envisage un temps la licence de mathématiques, puis s’inscrit à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand où il prépare un diplôme de langue allemande. En 1922, il se trouve en Allemagne comme traducteur civil auprès des autorités militaires. À Spire, il est chargé de traductions administratives et de cours de français. Puis, à Mayence, la même année, il devient rédacteur à La Revue rhénane grâce à la recommandation de Jean Paulhan dont il a fait la connaissance par Henri Pourrat. C’est pour la Revue rhénane qu’il écrit ses premières chroniques (éditées en 1985 dans le volume Bananes de Königsberg). Il en devient secrétaire de rédaction, et reste en Allemagne jusqu’en 1928, avec de fréquents retours en France. Il effectue son année de service militaire à Berlin en 1924-1925. Tout en continuant à donner des chroniques à la Revue rhénane, il devient aussi rédacteur pour Les Nouvelles littéraires, Le Crapouillot, et la La Nouvelle Revue française. Il prend le goût de la traduction, où il voit un exercice constant et un entraînement littéraire permanent. Lorsqu'il découvre Kafka en 1925, lors de la parution de son roman Le Château, il entreprend immédiatement de traduire et de faire connaître l’écrivain encore inconnu, qu'il considère pour partie comme un humoriste. Vialatte restera traducteur d'allemand, traduisant jusqu'en 1954 une quinzaine d'auteurs parmi lesquels Nietzsche, Goethe, Brecht, Thomas Mann, Hugo von Hofmannsthal, Ernst Ludwig, Gottfried Benn.

Revenu en France en janvier 1928, il s'installe provisoirement à Firminy, où il achève son premier roman Battling le ténébreux, dont il avait commencé la rédaction à Mayence. La publication étant acceptée par Jean Paulhan, le roman est édité chez Gallimard, et reçoit le prix de la fondation Blumenthal. La même année, il rencontre Hélène Gros-Coissy, assistante sociale aux usines Michelin. Il l'épouse. Native de Briançon et originaire du Dauphiné, elle entraînera le couple dans un nouveau cycle de randonnées : à sa géographie intime et mythologique, Vialatte ajoute le Dauphiné, les Alpes. De leur union naît Pierre en 1930. Mais malgré le lien qui demeure indéfectible, le couple ne vivra que très peu la vie commune. Pourtant, c'est quand Hélène est mutée à Paris, en 1934, que Vialatte vient s'installer dans cette ville où finalement lui seul restera tandis qu'elle repartira en Auvergne.

Jusqu'à la guerre, Vialatte écrit des nouvelles, des articles pour les journaux ; il livre des traductions et travaille à plusieurs romans. Il fréquente sans mondanité le milieu artistique de Montparnasse, où il rencontre Brancusi, Dubuffet. De septembre 1937 à juin 1939, il est professeur de français au lycée franco-égyptien d'Héliopolis, près du Caire. Mobilisé en septembre 1939, il se retrouve prisonnier en Alsace en juin 1940. La défaite provoque en lui un effondrement psychologique qui le conduit à l'hôpital psychiatrique de Saint-Ylie (Jura). Après une tentative de suicide, il en sort en 1941. Il relate cette expérience dans Le Fidèle Berger, roman du soldat qui sombre dans la folie à force de marcher, et sera sauvé en pensant à la femme aimée. Le roman qui paraît en 1942, est interdit quelque temps par la censure allemande. Son ami Henri Pourrat mentionne[1] « ce bourg où Vialatte, en se retrempant chaque jour dans le limpide étang des Escures, écrivit en trois semaines Le Fidèle Berger, et, c'est le plus étonnant des livres de guerre parus durant la guerre, le plus profond. Celui où la colère, l'humour, la simplicité, la fidélité nous parle de plus près ». Le roman est remarqué aussi par Jean Grenier, qui écrit : « Ce récit d’un accès de folie, qu’il faudrait nommer plus précisément sans doute psychose hallucinatoire, est admirable de densité et d’unité. ».

En 1945, il est à nouveau correspondant en Allemagne, à Bergen-Belsen où il rend compte des procès de criminels de guerre. Il en tire une nouvelle série de chroniques allemandes, d’un ton différent des précédentes avec lesquelles elles seront regroupées 40 ans plus tard. C’est durant ce même séjour qu’il rencontre à Baden-Baden le sculpteur Philippe Kaeppelin[2]. Le 27 décembre 1946, il perd son frère Pierre, emporté par la tuberculose. Au début de l’année 1947, Vialatte rentre en France définitivement. Tout en continuant à rédiger pour la N.R.F., il travaille alors à son roman Les Fruits du Congo, qu'il achève à Ambert. Le manuscrit est envoyé tel quel au jury du prix Charles Veillon, qui le couronne le 5 février 1950. Publié par Gallimard l’année suivante, le roman est pressenti pour le prix Goncourt, mais finalement écarté au profit du Rivage des Syrtes de Julien Gracq. Les Fruits du Congo sera un échec commercial. De son vivant, Vialatte ne publiera plus de roman.

Depuis son retour d’Allemagne, il est définitivement installé dans le XIIIe arrondissement parisien, à proximité de la prison de la Santé. C’est dans ce quartier qu’il continue jusqu'à sa mort son activité de littérateur. Il rédige ou remanie encore une dizaine de romans qui restent inédits. Mais son activité principale sera le journalisme : chroniqueur prolifique auprès de nombreux journaux et revues, Vialatte livre des articles littéraires (à la NRF, dans Réalités, Le spectacle du monde), d'autres à vocation artistique (dans Arts, Opéra) mais aussi des billets de divertissement, humoristique ou fantaisiste. Ainsi dans Elle : Le Paris des Parisiennes ; un Almanach dans Marie-Claire. Il écrira aussi dans Adam, Arts ménagers, Télé 7 jours et dans des publications spécialisées comme La revue du tiercé, Le Courrier des messageries maritimes, Flammes et fumée. Il est parfois chargé du Courrier des lecteurs qu'il lui arrive de rédiger lui-même, tout comme il peut parodier l’horoscope ou l’almanach, avec un goût du second degré et du canular. Cette masse de textes courts donnera lieu à de nombreuses publications post-mortem ; toute une part reste à exhumer, parfois dissimulée sous des pseudonymes dont celui de Frank Jeudi. Une première série de 13 volumes de Chroniques, organisée par Ferny Besson, paraît chez Julliard à partir de 1985 avec des préfaces de Jean Dutourd, François Taillandier, René de Obaldia, Charles Dantzig et d'autres. La plus grande part du corpus (mais non la totalité) provient de ce qui, à côté de ses romans et traductions, deviendra après sa mort un des principaux titres de notoriété de Vialatte : à partir de 1952, il publie à rythme hebdomadaire un peu moins de 900 chroniques dans le quotidien de Clermont-Ferrand, La Montagne, avec une entière liberté quant au sujet et qu'il rédige sur un ton original. Il y donne libre cours à sa fantaisie. 30 ans après sa mort, l’ensemble sera réuni par son fils, Pierre, dans une édition grande et magnifique car presque intégrale, comprenant jusqu’aux non-publiées (ainsi le total passe de 888 à 898 ; 3 seulement y manqueraient). Toutes s'achèvent par une formule fameuse, devenue un des mots de passe des Vialattiens : « Et c'est ainsi qu'Allah est grand », sans rapport avec le sujet de l'article, mais témoignant de son humour particulier et anti-conventionnel. Parmi la masse de ses articles billets et chroniques, cette chute récurrente permet de distinguer à coup sûr celles qui sont parues dans La Montagne.

Dans les 25 années qui suivent son retour à Paris, c’est toujours sans esprit de mondanité que Vialatte continue à fréquenter le monde littéraire. Sa production journalistique occupe la majeure partie de son temps. En 1957 il écrit le deuxième chapitre d’un roman collectif : Le roman des 12. Les onze autres auteurs sont Jean Dutourd, Jules Romains, Pierre Bost, Jean-Louis Curtis, Louise de Vilmorin, Paul Vialar, André Beucler, André Berry, Yves Gandon, Michel de Saint-Pierre, Gilbert Sigaux. Son épouse Hélène, atteinte par la maladie depuis 1953, meurt à l’hôpital du Val-de-Grâce le 2 décembre 1962. Vialatte est de nouveau très affecté par cette disparition. Il continue à écrire : des lettres, des chroniques, des romans qu’il n’envoie plus aux éditeurs mais qu’il range dans des cartons où il les perd. Exhumés après sa mort, ils seront progressivement publiés malgré leur inachèvement, d'ailleurs relatif. Comme les chroniques, cette publication doit beaucoup aux efforts de son fils, Pierre Vialatte, à l’acharnement de ses amis comme Ferny Besson (qui a pour petit-fils l'ex-ministre Éric Besson dont Vialatte est le parrain[3]), et des éditeurs depuis Bernard de Fallois jusqu’à Pascal Sigoda.

Un dimanche de février 1969, c’est en quasi-inconnu qu’il est reçu par Remo Forlani à la télévision dans L’Invité du dimanche. Durant 3 heures, dans un décor de tables de café voisinant avec des murs de cartons d’archives pour figurer son appartement parisien, Vialatte, entouré de quelques proches, dialogue avec Forlani, et rencontre certains de ses amis célèbres : Alexandre Astruc, Mario Ruspoli, Jacques Dufilho. Il évoque Kafka, Dickens, Buffon et le catalogue Manufrance qui est plein de choses grandes et magnifiques. Il présente le travail de quelques artistes : Dubuffet, Chaval, le dessinateur Georges Allary, le sculpteur Kaeppelin. Il lit des chroniques et des extraits de ses romans, donne des proverbes bantous de son cru. Le décor est complété par les sculptures de Kaeppelin et par un bar fantaisiste tenu par Yves Afonso en barman délirant. Jacqueline Gauthier et Georges Moustaki chantent les chansons des Fruits du Congo. L’émission est désordonnée, pleine de badinage et de second degré, conforme à l’esprit vialattien.

En 1971, Vialatte est hospitalisé. D’abord à Necker puis à Laennec. Il meurt à Paris le 3 mai. Il est inhumé à Ambert. Sur la place de la gare d’Ambert, le monument Vialatte sculpté par son ami Philippe Kaeppelin rappelle au fonctionnaire comme au pèlerin, qu’Alexandre Vialatte était un enfant de la ville.

Plaque commémorative au no 158 de la rue Léon-Maurice-Nordmann à Paris où habita Alexandre Vialatte de 1934 à 1966

Son bestiaire, sa géographie et ses courts-circuits logiques ont été analysés par Pierre Jourde. Un dossier d’hommage réuni par Pascal Sigoda présente des souvenirs, des analyses, des textes inédits.

En 2011, le groupe de presse Centre-France, éditeur du quotidien La Montagne, lance une opération « 2011-Année Vialatte »[4], comprenant la création, à l'initiative de Jean-Pierre Caillard, d'un « Prix Alexandre-Vialatte ».

Bibliographie d'Alexandre Vialatte[modifier | modifier le code]

Pour sa plus grande partie la publication en librairie est posthume, chose courante pour la correspondance et pour les articles mais moins fréquente pour les romans. Les chroniques ont connu des éditions multiples et remaniées.

Romans & nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Battling le ténébreux ou la Mue périlleuse, Gallimard, 1928. Réédition en coll. L'Imaginaire, 1982. (ISBN 2-07-021362-5)
  • Badonce et les Créatures, La Cigale, 1937. Réédition : Julliard, 2003. (ISBN 2-260-01655-3)
  • Le Fidèle Berger, Gallimard 1942. Réédition en coll. L'Imaginaire, 2000. (ISBN 2-07-075782-X)
  • Le Roman des douze, Julliard, 1957 (Collectif - 1 chapitre d'A.V.)
  • Les Fruits du Congo, Gallimard, 1951. Prix Charles Veillon. Réédition en coll. L'Imaginaire, 1994. (ISBN 2-07-072298-8).
  • L'Auberge de Jérusalem, Le Dilettante, 1986
  • La Maison du joueur de flûte, Arléa, 1986
  • La Dame du Job, Arléa, 1987
  • La Maison de M. Inhaber, Le serpent à plumes, 1989
  • Le Fluide rouge, Le Dilettante, 1990
  • Salomé, Les Belles Lettres, 1992
  • Camille et les grands hommes, Les Belles Lettres, 1994
  • La complainte des enfants frivoles, Le Dilettante, 1999
  • Les Amants de Mata Hari, Le Dilettante, 2005
  • Fred et Bérénice, Le Rocher, 2007
  • Le cri du canard bleu, Le Dilettante, 2012

Poèmes[modifier | modifier le code]

  • La paix des jardins, La Différence, 1990

Varia[modifier | modifier le code]

  • La Basse Auvergne, J. de Gigord, Collection Gens et pays de chez nous, 1936
  • L'Auvergne absolue, Julliard, 1983
  • Jean Dubuffet et le grand magma, (avec Jean Dubuffet), Arléa, 1989
  • Légendes vertigineuses du Dauphiné, Bartillat, 1995
  • Correspondance avec Jean Paulhan (1921-1968), Julliard, 1997
  • Correspondance avec Ferny Besson (1949-1971), Plon, 1999
  • Correspondance avec Henri Pourrat, Université de Clermont-Ferrand (en cours, 6 volumes parus depuis 2001)
  • Alexandre Vialatte et les Cahiers du Sud, Au Signe de La Licorne, 2012

Chroniques[modifier | modifier le code]

  • Dernières nouvelles de l'homme, Julliard, 1978. Rééd.en volume Compact puis Pocket
  • Et c'est ainsi qu'Allah est grand, Julliard, 1979. Rééd.en volume Compact puis Pocket
  • L'éléphant est irréfutable, Julliard, 1980. Rééd.en volume Compact puis Pocket
  • Almanach des quatre saisons, Julliard, 1981. Rééd.en volume Compact puis Pocket
  • Antiquité du grand chosier, Julliard, 1984. Rééd.en volume Compact puis Pocket
  • Bananes de Königsberg, Julliard, 1985. Rééd.Pocket
  • La porte de bath-Rabbim, Julliard, 1986. Rééd.Pocket
  • Eloge du homard et autres insectes utiles, Julliard, 1987. Rééd.Pocket
  • Les champignons du détroit de Behring, Julliard, 1988. Rééd.Pocket
  • Chronique des grands Micmacs, Julliard, 1989. Rééd.Pocket
  • Profitons de l'ornythorinque, Julliard, 1991
  • Chronique des immenses possibilités, Julliard, 1993
  • Pas de H pour Natalie, Julliard, 1995
  • Dires étonnants des astrologues, Le Dilettante, 1993
  • L'oiseau du mois, Le Dilettante, 1993
  • Les proverbes Bantous, avec Michel Perrin, Au Signe de la Licorne, 1998
  • Kafka ou l'Innocence diabolique, Les Belles Lettres, 1998 repris et augmenté : "Mon Kafka" en 2001
  • Chroniques de La Montagne, Robert Laffont, 2000 Coll. Bouquins 2 vol.
  • Chroniques des Arts Ménagers, Au Signe de la Licorne, 2001
  • Chroniques de Flammes et Fumées, Au Signe de la Licorne, 2001
  • Mon Kafka, 10/18, 2001 (reprend et augmente "Kafka ou l'innocence diabolique", 1998)
  • Au coin du désert, Le Dilettante, 2002
  • 1968 Chroniques, Julliard, 2008 (origines diverses ; préface de Philippe Meyer)
  • Lettres à Maricou, Au Signe de la Licorne, 2009
  • Critique littéraire, Arléa, 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cahiers Alexandre Vialatte (publication annuelle initiée en 1974 - 26 numéros) par L'association des amis d'Alexandre Vialatte
  • Ferny Besson, Alexandre Vialatte ou la Complainte d'un enfant frivole, J.-C. Lattès, 1981.
  • Pierre Jourde, L'opérette métaphysique d'Alexandre Vialatte, Honoré Champion, 1996
  • Denis Wetterwald, Alexandre Vialatte, Le Castor Astral, 1996
  • Pascal Sigoda (Dir)Alexandre Vialatte, éditions de l'Âge d'Homme, « Les Dossiers H », 1997 (avec de nombreux textes de Vialatte).
  • Pierre Jourde (Dir), Géographie de Vialatte, de l'Auvergne à la Rhénanie, Honoré Champion, 2000
  • Denis Wetterwald, Alexandre Vialatte, des maisons d'enfance aux maisons d'en face, Eds Christian Pirot, 2001

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dans le haut pays avec Berthold Mahn », in L'Auvergne Littéraire, n°115, 1946, p. 21
  2. Décédé le 7 juillet 2011. On lui doit de nombreuses œuvres d'art sacré, dont le mobilier du chœur de la cathédrale Notre-Dame-du-Puy, l'autel de l'église d'Ambert, etc., mais aussi une saisissante statue de la bête du Gévaudan à Auvers (Haute-Loire).
  3. Épigraphe du livre de Ferny Besson
  4. Page « 2011, Année Vialatte », sur le site alexandre-vialatte.com, consultée le 16 novembre 2013.