Fort de Vanves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fort de Vanves
Image illustrative de l’article Fort de Vanves
Description
Type d'ouvrage Fort
Dates de construction
Ceinture fortifiée
Utilisation
Utilisation actuelle Siège de la Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense (DRSD, ex. DPSD)
Propriété actuelle Ministère de la Défense
Garnison
Armement de rempart
Armement de flanquement
Organe cuirassé
Modernisation béton spécial
Programme 1900
Dates de restructuration
Tourelles
Casemate de Bourges
Observatoire
Garnison
Programme complémentaire 1908
Coordonnées 48° 48′ 42″ nord, 2° 17′ 22″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fort de Vanves

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Fort de Vanves

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

(Voir situation sur carte : Hauts-de-Seine)
Fort de Vanves

Le fort de Vanves est l'un des seize forts détachés de l'enceinte de Thiers qui protégeaient Paris durant la seconde moitié du XIXe siècle, situé à Malakoff (anciennement Châtillon-sous-Bagneux puis Vanves), dans les Hauts-de-Seine, à 3,6 km au sud du mur d'octroi.

Histoire[modifier | modifier le code]

En partie détruit durant le siège de Paris en 1870, il est reconstruit et héberge de 1931 à 1973 la Pharmacie centrale, auparavant aux Invalides, qui y lança la production des premiers thermomètres médicaux français en 1916. Il accueille depuis 1976 la Direction Centrale des Essences, puis la Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense (DPSD) en 1995[1], qui est devenue la direction du renseignement et de la sécurité de la Défense (DRSD) le 10 octobre 2016[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « MALAKOFF PATRIMOINE », sur www.malakoff-patrimoine.fr (consulté le 16 octobre 2015)
  2. Premier ministre français, « Décret no 2016-1337 du portant changement d'appellation de la direction de la protection et de la sécurité de la défense », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le 15 novembre 2016).