Voyoucratie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voyoucratie
Réalisation Fabrice Garçon
Kévin Ossona
Scénario Fabrice Garçon
Kévin Ossona
Acteurs principaux
Sociétés de production LIP Productions
FGKOFilms
Afiavi
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Thriller
Durée 84 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Voyoucratie est un thriller français réalisé par Fabrice Garçon et Kévin Ossona, sorti en 2015.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À sa sortie de prison, Sam tente de se réinsérer mais il est vite rattrapé par le milieu et sombre peu à peu dans un engrenage criminel. À travers les yeux de son fils, il perçoit une lueur d'espoir.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (décembre 2018)
Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », « Autour de... » , etc., peuvent être inopportunes dans les articles (décembre 2018).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.
  • Le film a été tourné sans autorisation. La police est intervenue en plein tournage lors d'une scène de braquage avec homicide et fuite trouvant la scène trop réaliste. Les réalisateurs s'en sont sortis en expliquant qu'ils tournaient... un film étudiant.[2]
  • FGKO revient sur la mise en scène de Voyoucratie : "On filme caméra à l'épaule en se plongeant dans le quotidien des gens un peu à la manière du courant la Nouvelle Vague. On ne recrée pas la réalité comme le fait en général le cinéma traditionnel, on filme les décors tels qu'ils sont. On a, par exemple, tourné des scènes à l'arrache dans Barbès sans donner de directives aux gens, sans monter de décor. Les jeux de couleurs sont également un détail qui nous différencie. On fait un film noir, mais aussi beau et coloré. Par exemple, tout le long du film, on a voulu que la veste du héros affiche le même rouge sur tous les plans. Ça nous a demandé un travail dingue en post-production pour obtenir le même rouge tout le temps, malgré les lumières et les différents filtres."[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Festival Les Pépites du Cinéma : 9e édition du 16 au 23 octobre », sur lepole.org (consulté le 14 février 2018)
  2. « Interview FGKO par Comme au Cinéma »,
  3. Marc Fayad, « Cinéma - FGKO : "Tout notre film a été fait hors la loi !" », Le Point,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]