Annette Messager

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Annette Messager
Defaut 2.svg
Naissance
Nationalité
Activités
Distinction
officier de la Légion d'honneur (d) +

Annette Messager, née le à Berck (Pas-de-Calais)[1], est une artiste et plasticienne française. Elle a notamment réalisé des installations incorporant diverses techniques artistiques dont la photographie ou le dessin[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Annette Messager a étudié aux Arts décoratifs de Paris[3].

Après avoir interrompu ses études à la veille de mai 68 elle réunit ses premières Collections, albums de photographies et de sentences extraites de la presse qu'elle annote et modifie[4]. La galerie Germain lui commande en 1971-1972 une œuvre avec de la laine et du tissu : Messager crée Les Pensionnaires, alignement de moineaux empaillés et emmaillotés dans des tricots recouvert de tissu[5].

Se développant dans le contexte parisien des années 1970, l’œuvre d’Annette Messager, proche de celles d’artistes comme Boltanski, Le Gac, Sarkis, ou Paul-Armand Gette, relève de ces démarches singulières qualifiées de « mythologies individuelles ». Hostiles à tout académisme, comme aussi à une politisation extrême qui avait suivi mai 68, ces artistes prônent la prise en compte de l’élément affectif, imaginaire, voire nostalgique dans l’œuvre. Annette Messager, qui revendique la dimension féminine de son art, intègre l’univers domestique dans lequel le regard masculin a cantonné la femme: travaux à l’aiguille, carnets précieusement intimes, revues de beauté, pour en faire son langage plastique en même temps qu’une critique de la condition féminine. Des Pensionnaires, 1972, à Mes petites effigies, 1988, aux Piques, 1992, son travail affectionne l’esthétique du fragment et révèle un univers de l’intime à l’écoute des mouvements contradictoires de l’inconscient.

Elle entame une création continue, qu'elle expose à Munich en 1973 dans une exposition personnelle[6] puis au Musée d'art moderne de la ville de Paris en 1974. Ses travaux se structurent progressivement et sont exposés à l'échelle internationale, avec notamment une exposition à Buenos Aires en 1999 et au Musée d'art moderne de la ville de Paris en 2004[3]. Elle reçut en 2005 le Lion d'or de la 51e Biennale de Venise pour son œuvre Casino[7].

L'artiste a enseigné à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris[1].

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Voir la liste des expositions personnelles et une sélection d'expositions collectives jusqu'en 2010[8]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La femme et…, éd. Dilecta, Paris, mai 2007
  • Les Pensionnaires, éd. Dilecta, Paris, mai 2007
  • Casino - Biennale de Venise 2005, Paris Musées, 2005.
  • Rions noir, Quiquandquoi/Paris Musées, 2003.
  • État civil, Actes sud, 2002.
  • Les messagers, Éditions Xavier Barral, 2000 (ISBN 978-2-915173-23-9)
  • Nos témoignages, Éditeur Hans-Ulrich Obrist, Oktagon Verlag, 1995

Livres d'artiste[modifier | modifier le code]

  • Mes dessins secrets, 76 dessins de taille variée réalisés entre 1972-2011, 32 x 24 cm. Édition limitée de 24 exemplaires signés et 6 preuves d'artiste. Produit et publié en 2011 par mfc-michèle didier.
  • Ma collection de champignons bons et de champignons mortels, 12 pages réalisées entre 1973-2011, 32 x 24 cm. Edition limitée de 24 exemplaires signés et 6 preuves d'artiste. Produit et publié en 2011 par mfc-michèle didier
  • Mon guide du tricot, 10 pages and 2 feuilles cartonnées, réalisées entre 1973-2011, 32 x 24 cm. Édition limitées de 24 exemplaires signés et 6 preuves d'artiste. Produit et publié en 2011 par mfc-michèle didier.

Multiples[modifier | modifier le code]

  • Ma collection de proverbes, 15 pièces brodées entre 1974-2012, 35 x 28 cm chacune. Édition limitée de 24 exemplaires signés et 6 preuves d'artiste. Produit et publié en 2012 par mfc-michèle didier.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Annette Messager, Centre d'art contemporain, Castres, 1988
  • Annette Messager - Interview, Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, 1993
  • Les chimères d'Annette Messager, réalisateur Yves Brouty, 1983
  • Annette Messager reine de la nuit (12 min) réalisateur Philippe Demontaut, 1986
  • La carte du tendre d'Annette Messager, réalisateur Michel Nuridsany, 1992
  • Plaisirs / Déplaisirs : le bestiaire amoureux d'Annette Messager 2001, documentaire vidéo (52 min), réalisation de Heinz Peter Schwerfel
  • Casino, film de Gilles Coudert (6 min / 2005 / a.p.r.e.s production) Ce documentaire présente l’exposition de l’artiste Annette Messager au Pavillon français de la Biennale de Venise d’art contemporain en 2005. Annette Messager nous fait visiter son exposition intitulée Casino : une installation inspirée très librement de l’histoire de Pinocchio, pour laquelle elle a reçu le Lion d'or.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Laure Bernadac, Annette Messager : mot pour mot : textes, écrits et entretiens, Dijon Londres, Presses du réel Violette éd,‎ (ISBN 978-2-840-66127-6)
  • Annette Messager, Béatrice Parent, Musée d'art moderne de la ville de Paris et al., Annette Messager : sous vent, Paris, Paris musées,‎ (ISBN 978-2-879-00848-6).
  • Annette Messager et al., Annette Messager, hors jeu, Nantes Arles, Musée des beaux-arts de Nantes Actes sud,‎ (ISBN 978-2-742-74105-2).
  • Catherine Grenier, Annette Messager, Paris Paris, Flammarion Centre national des arts plastiques, coll. « Création contemporaine »,‎ (ISBN 978-2-080-12190-5).
  • Serge Lemoine, Annette Messager, Comédie tragédie. 1971-1989, Grenoble, Musée de Grenoble, 1989.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Delia Gaze, Concise dictionary of women artists, London, Fitzroy Dearborn,‎ (ISBN 978-1-579-58335-4), p. 481
  2. (en) Uta Grosenick, Women artists in the 20th and 21st century, Köln New York, Taschen,‎ (ISBN 3-822-85854-4), p. 354
  3. a et b Biographie sur le site de sa galerie, Marian Goodman
  4. Catherine Grenier 2000, p. 71
  5. Catherine Grenier 2000, p. 49-51
  6. Biographie en ligne de la Tate Modern
  7. Palmarès de la 51e Biennale de Venise, sur le site de Libération
  8. Catherine Grenier 2000, p. 186-189.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]