Nous les gosses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nous les gosses
Description de cette image, également commentée ci-après
Paris durant l'occupation

Réalisation Louis Daquin
Scénario Gaston Modot
Maurice Hiléro
Acteurs principaux
Sociétés de production Pathé
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 95 minutes
Sortie 1941

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Nous les gosses est un film français réalisé par Louis Daquin, sorti en 1941. La plupart des acteurs de ce film sont des enfants.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans une école primaire pour garçons de la proche banlieue parisienne, au cours d'un match de football qui se déroule dans la cour de récréation, le ballon atterrit dans la grande verrière et la démolit. Nicolas, le responsable du coup de pied fatal est un enfant issu d'une famille pauvre. L'instituteur de la classe tente de responsabiliser les enfants en leur posant un problème d'arithmétique lié au coût d'une vitre brisée que doit payer un commerçant. les enfants se rendent compte alors qu'une vitre coûte très cher (en fait 1800 francs).

Les grandes vacances commencent dés le lendemain et tous les camarades de l'école décident lors d'une réunion de bandes de se solidariser pour aider Nicolas à rembourser le prix de la restauration d'une nouvelle verrière en travaillant pendant l'été. Ils vont user de divers stratagèmes (vente de fleurs, collecte, petits boulots) afin de collecter de l'argent mais la cassette dans laquelle ils cachent leur cagnotte est subtilisée par deux voyous.

Grâce à leur persévérance et leurs courage et malgré l'opposition de certains adultes, les gamins vont réussir à récupérer leur argent et financer la reconstruction de la verrière, mais ils ne sont pas au bout de leur surprise[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Connu pour ses talents d'acteur, Gaston Modot est le co-scénariste du film

Distribution[modifier | modifier le code]

L'acteur Pierre Larquey apporte une touche humoristique au film.
L'acteur Raymond Bussières (à droite) interprète le rôle de Gaston, le voleur.
Acteurs non crédités 

Autour du film[modifier | modifier le code]

L'écrivain Marcel Aymé est l'auteur des dialogues du film

Il s'agit du deuxième film réalisé par Louis Daquin, ancien assistant-réalisateur de Pierre Chenal. Il réalisa ce film durant l'occupation allemande, alors que Louis Daquin est syndicaliste et militant communiste[2].

Librement inspiré du roman Émile et les Détectives d'Erich Kästner écrivain allemand (mais non crédité dans le générique), ce film a été tourné dans les studios de Joinville, situé près de Paris, en 1940[3].

Le film présente deux mise en abyme en forme de clin d'œil[4] :

  • Lors d'une scène, l'instituteur lit un extrait des Contes du chat perché de Marcel Aymé, alors que l'écrivain est l'auteur des dialogues du film.
  • Au cours d'une autre scène, le spectateur peut découvrir une affiche ou figure le nom de Pierre Larquey alors que celui-ci est un des acteurs du film.

Le titre de ce film est évoqué dans un roman de Léo Malet, Burma contre CQFD[5].

Accueil et critiques[modifier | modifier le code]

Durant cette période de guerre qui a connu la production de grands films (la période étant considérée comme l'âge d'or du cinéma français[6]), ce film consacré aux enfants bénéficie d'un bon accueil du public mais aussi des spécialistes[7].

Selon le critique B. Catherine du magazine Image et Son, au travers d'un article paru dans le numéro de novembre-décembre 1954 ce film « exalte la solidarité et l'esprit collectif ». Un peu plus loin dans son commentaire, il précise que « les jeunes ont joué dans cet histoire avec enthousiasme et conviction »

Selon Roger Boussinot, critique dans l'encyclopédie du cinéma, « il (Louis Daquin) sut évoquer le monde de l'enfance sans faute de tact », mais il précise dans cet article écrit en 1955 que ce film a « considérablement vieilli »

Éditions[modifier | modifier le code]

Le film est édité en VHS par René Chateau dans la série Mémoire du cinéma français en 1990 et à nouveau en 1994 dans la collection Le Cinéma français sous l'occupation. La société Pathé le sort ensuite une première fois en DVD (série Pathé Classique), puis en 2019 en version restaurée DVD et Blu-Ray[8].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]