Sanyu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sanyu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Lieux de travail

Sanyu (常玉) est un peintre franco-chinois né le à Nanchong, dans le Sichuan, et mort en 1966. Il s'est installé à Montparnasse dans les années 1920. Il fait des études en France et devient l'ami de Henri Matisse. Il est enterré au cimetière de Pantin (Seine-Saint-Denis), dans la 92e division.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sanyu (ou Chang Yu) est né le à Nanchong, dans la province chinoise du Sichuan. Sa famille possède l'une des plus grandes fabriques de soieries du Sichuan, dirigée par son frère Chang Junmin, de trente-sept ans son aîné. Celui-ci, reconnaissant son intérêt pour l'art, l'encouragee et la richesse de la famille lui permet de s'y consacrer entièrement. Il étudie à la maison, notamment la calligraphie avec Zhao Xi (1877–1938) et la peinture avec son propre père. Il étudie ensuite à l'université à Shanghai.

En 1919, il se rend au Japon, puis, l'année suivante en France. Contrairement à la plupart des peintres chinois contemporains, il décide de s'y établir. Il habite d'abord Paris, puis déménage à Malakoff avec son épouse. Après son divorce, il revient à Paris, dans le XIV arrondissement. En 1943, il s'installe rue de la Sablière où il résidera jusqu'à sa mort[1].

En 2004, lors d'une exposition temporaire (intitulée L'écriture du corps), le catalogue d'exposition du musée Guimet rappelait que Sanyu est un :

« ...peintre chinois connu pour avoir porté la tradition picturale de son pays au seuil de la modernité. Arrivé à vingt ans dans le Paris de l'après-guerre, Sanyu fait partie des premiers jeunes artistes chinois à bénéficier d'un programme d'études en France. Plutôt que de s'inscrire à l'Ecole Nationale des Beaux-arts, il préfère l'environnement moins traditionnel de l'Académie de la Grande Chaumière. Sa préoccupation majeure est l'étude du nu et il va réaliser un grand nombre d'esquisses, cernant avec talent et rapidité ses modèles. (...)
C'est à partir de 1929 que Sanyu commence réellement à peindre des nus sur toile, qui sont exposées dans les deux salles suivantes. La période 30-40 fut la plus féconde : affranchi de tout souci matériel, Sanyu peint avec un nouvel enthousiasme. Ses œuvres sont à la fois figuratives, paisibles et harmonieuses. À la fin des années quarante, ses créations se teintent d'un modernisme inattendu : ses nus deviennent à la fois graphiques et plus monumentaux. Ses lignes gagnent en puissance. À la fin de sa vie, il exécute de grandes compositions représentant de vastes paysages, étranges et sauvages… »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sanuy, l'écriture du corps », sur Musée Guimet, (consulté le 12 juin 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]