Christine de Tyr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christine de Tyr.
Par Sante Peranda.

Sainte Christine de Tyr est une sainte martyre ayant vécu, selon les sources, au IIIe siècle ou au Ve siècle. Son jour de fête est fixé au 24 juillet en Orient et en Occident.

Son père, Urban, était un riche magistrat romain qui vénérait les idoles païennes. Il possédait un grand nombre de ces statues en or, que sa fille, convertie au christianisme, brisa et donna aux pauvres. Son père, furieux, la fit fouetter et emprisonner. Face à son refus de renoncer au Christ, le père écartela Christine avec des crochets en fer et finit par la jeter au feu. Voyant qu'elle avait survécu à ce traitement, il fut si frappé qu'il en mourut dans de grandes souffrances.

Cela ne mit pourtant pas un terme au chemin de croix de Christine, étant donné qu'un second magistrat fut nommé. Ce dernier l'exhorta à davantage de sagesse en lui rappelant ses origines aristocratiques, ce à quoi elle aurait répondu : « Le Christ, que tu méprises, me délivrera de tes mains ». La réplique exaspéra le magistrat, qui l'enferma dans un four pendant cinq jours, en vain. Le juge suivant l'enferma en compagnie de serpents venimeux : ces derniers l'ignorèrent mais tuèrent le gardien. Christine ramena le gardien à la vie et le convertit au christianisme, mais sa seule récompense fut d'avoir la langue coupée.

Elle succomba finalement à la mort après avoir été percée de flèches. Ses reliques sont désormais conservées à Palerme en Sicile, dont Christine est également l'une des quatre saintes patronnes.

Deux traditions[modifier | modifier le code]

On a supposé qu'elle avait souffert dans une ville appelée Tyro, située sur une île du lac de Bolsena. C'est la présence fort ancienne de ses reliques en Italie qui a fait chercher dans ce pays un lieu pouvant correspondre aux indications obscures de certains textes. En fait, la tradition orientale permet de lever certaines obscurités. L'Orient honore en effet le 24 juillet une martyre du nom de Christine qui a combattu à Tyr, ville située sur une île qu'Alexandre le Grand transforma en presqu'île. Il n'y a pas lieu de penser qu'il y ait eu deux Christine de Tyr (ou de Tyro).

Iconographie chrétienne[modifier | modifier le code]

Ces attributs sont une flèche dans le cou

Lieux de vénération[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres saintes du nom de Christine : voir l'article Sainte Christine.