Pomme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pomme (homonymie).
Pomme rouge Fuji

La pomme est le fruit du pommier. Elle est comestible et a un goût sucré ou acidulé selon les variétés. Elle fait partie des fruits les plus consommés dans le monde.

Généralement, trois types de pommes alimentaires sont distingués :

Ces trois types sont tous de l'espèce Malus pumila qui compte plus de 20 000 variétés à travers le monde.

Étymologies[modifier | modifier le code]

Le mot pomme, issu du gallo-roman POMA, terme d'origine latine avec la désinence -a (pluriel neutre collectif), prise pour un féminin singulier. Le latin a pomum (neutre singulier) « fruit d'un arbre, fruit à pépins ou à noyau » et dont le radical pom- se retrouve dans Pomone, la déesse des fruits. En latin classique, la pomme est appelée malum (qui a donné mela en italien ou măr en roumain). Le mot pomme a remplacé malum car la pomme demeure le fruit, le pomum, par excellence. En revanche, le sens général de « fruit » s'est perpétué longtemps, comme en témoignent les noms de pomme de terre, de pomme de jacque, de pomme d'Orange ou encore de pomme de pin ou pomme cannelle.

Dans certains pays d'Afrique francophone, le mot pomme désigne la pomme de terre, la pomme est quant à elle désignée sous le terme de « pomme-fruit ou pomme de France. L'allemand a emprunté au français le terme de pommes-frites, réduit généralement à pommes, avec [s] sonore.

Le celtique ancien était *ablu « pomme » et son dérivé *abalnos / *abalna « pommier ». Il a donné le gaulois abalo- « pomme » et aballo « pommier » (avallo dans le glossaire de Vienne, glosé poma en latin), le vieil irlandais ubull « pomme » et aball « pommier », le vieux gallois afal, la cornique aval et le breton aval « pomme » (vieux-breton abal, aual, 1499), (e)ur wezenn-aval « pommier », littéralement « un arbre à pommes ». On trouve la même racine indo-européenne en germanique cf. vieux haut allemand apful, allemand Apfel, anglais apple.

Enfin, la toponymie conserve de nombreuses traces de la culture des pommes à époque ancienne : Avallon (Yonne, Aballo IVe siècle), Availles-Limouzine (Vienne, Avallia 1123), etc. remontent au gaulois aballo- « pommier ». Le gallo-roman et l'ancien français ont donné le type *POMARETU, formé sur POMAR- + suffixe collectif gallo-roman -ETU servant à désigner « un ensemble d'arbre appartenant à la même espèce », d'où les Pommeray (oïl) / Pomarède (oc), etc.

Botanique[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Coupe équatoriale d'une pomme, montrant, de l'extérieur vers le centre, la peau du fruit (en rouge), la chair (vert-blanc) et cinq pépins (marrons, au centre) plus ou moins sectionnés ou entaillés.

La pomme est un fruit (en fait, un faux-fruit des arbres du genre Malus (Malus domestica) et plus précisément un fruit composite car constitué à la fois par l'ovaire, la base des pièces florales et le réceptacle, le tout étant soudé) charnu, de forme quasi sphérique, déprimée au sommet et à la base, à pulpe homogène (au contraire des poires qui contiennent des cellules sclérifiées ou pierreuses). Certaines variétés anciennes avaient des formes particulières, comme la pomme d'api, plutôt plate et de forme étoilée pentagonale, ou les pigeonnets, au contraire très allongés. La lemon pipin anglaise, ancienne pomme à cuire, avait la forme et la couleur d'un citron.

Son poids est très variable selon les variétés et les conditions de végétation. Ses couleurs à maturité, se déclinent du vert « pomme » au rouge plus ou moins foncé en passant par une grande variété d'intermédiaires vert pâle, jaune, orangé ou de couleurs plus ou moins panachées.

Au sommet du fruit (côté opposé à celui de l'insertion du pédoncule), on peut voir les restes des sépales desséchés. En effet, la pomme est issue d'une fleur dite « à ovaire infère et adhérent », c'est-à-dire que le périanthe, comprenant sépales et pétales, se trouve au sommet de l'ovaire et que ce dernier est soudé au réceptacle floral.

Du point de vue de la botanique, la pomme est un fruit complexe, intermédiaire entre la baie et la drupe. Certains botanistes appellent « piridion » ce type de fruit, typique de la famille des Rosacées, de la sous-famille des Maloideae.

Dans une coupe transversale, on peut voir au centre, les pépins (les graines) au nombre de deux dans chacune des cinq loges de l'ovaire initial, entourée d'une enveloppe sclérifiée (ce qui rappelle le noyau d'une drupe), l'ensemble étant lui-même entouré d'une pulpe mince, qui correspond au développement de la paroi de l'ovaire. Puis une mince membrane fibreuse marque la séparation avec le réceptacle qui s'est considérablement épaissi pour former l'essentiel de la chair du fruit. En sorte que ce que nous mangeons a en fait la nature d'une induvie, c'est l'enveloppe du fruit, celui-ci constituant le trognon.

D'un point de vue génétique, la pomme compte dix-sept chromosomes et le génome du pommier domestique a été intégralement décrypté par une équipe italienne en août 2010 : les chercheurs montrent l'existence de 992 gènes de résistance aux maladies et une « duplication complète du génome relativement récente qui a provoqué la transition de neuf chromosomes ancestraux à dix-sept chromosomes du Pyreae », ancêtre de la pomme[1],[1]. Ce phénomène de polyploïdie (qui s'est également passé chez le poirier et le peuplier) a eu lieu il y a 50 à 65 millions d'années et pourrait provenir d'une réaction de survie (« effet de vigueur ») face à une catastrophe ayant entraîné une destruction massive d'espèces, notamment des dinosaures[2],[2],[3],[3].

Développement[modifier | modifier le code]

La pomme dérive d'un ovaire infère à cinq loges. Les graines (pépins) se trouvent dans ces loges dont la paroi correspond à l'endocarpe des carpelles. La partie charnue comestible correspond au mésocarpe des carpelles et au conceptacle.

Maladies[modifier | modifier le code]


La tavelure se traduit par des taches noires sur les feuilles et les fruits au printemps et se conserve dans les feuilles mortes en hiver. L'apparition d'un duvet blanc à la surface des jeunes pousses lors des périodes chaudes et humides est la caractéristique de l'oïdium.

Tache brun - Alternaria alternata, un champignon - sur les feuilles d'un plant de pomme de terre.
  • Remèdes : la pulvérisation de bouillie bordelaise (à base de cuivre), à la chute des feuilles et avant l'ouverture des bourgeons est préconisée. Les feuilles tombées doivent être brûlées.

Pour lutter contre l'oîdium la pulvérisation de soufre micronisé est conseillée.

Enfin, l'usage des biopesticides, des diffuseurs d'odeurs et de phéromones, des insecticides microbiens luttent efficacement contre les pucerons lanigères et autres acariens.

Les variétés les plus utilisées dans la culture industrielle sont particulièrement sensibles aux maladies et attaques de ravageurs, Gala, Braedurn, Granny Smith et surtout la Golden delicious qui doit recevoir plus de 30 traitements. dans l'année. Les variétés anciennes et traditionnelles, en général beaucoup plus résistantes, peuvent souvent se passer de traitements. Les maladies étant souvent amplifiées par la culture sur de grandes étendues de la même variété, la plantation de variétés différentes dans les vergers familiaux en limite la propagation[6].

Typologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des variétés de pommes.

De multiples classements sont possibles :

  • par famille d'utilisation (pommes à couteau, à cidre, à cuire),
  • par période de mûrissement (variétés précoces (d'été), d’automne, de garde),
  • par qualités intrinsèques (couleurs, rusticité, conservation, etc.).


Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la pomme.

La pomme que nous consommons aujourd'hui est une descendante de l'espèce Malus sieversii consommée par l'homme depuis le Néolithique sur les plateaux d'Asie centrale (la région d'Almaty au Kazakhstan en revendique l'origine). Il y a 3 000 ans, elle était déjà consommée par les Chinois. Elle arriva par la route de la soie chez les Arabes, les Grecs et les Romains. Pline l'Ancien en répertoriera plus tard environ cent variétés. Aujourd'hui, il existerait plus de 20 000 variétés (voir Liste des variétés de pommes), dont 7 000 sont cultivées à travers le monde.

Au Moyen Âge, les monastères et les couvents ont joué un rôle important dans le développement de sa culture.

Jadis, on utilisait les vertus thérapeutiques de la pomme qui entrait dans la confection d'onguents (ainsi le mot « pommade » vient-il du mot « pomme »).

Dans le calendrier républicain français, le jour de la pomme était généralement le 22 octobre, 1er jour du mois de brumaire. Pomme est donc aussi un prénom révolutionnaire. Après la Révolution, il n’est plus utilisé jusqu’en 1979, année où il est donné à 5 filles. Il est attribué depuis trois à sept fois par an. Il se fête le 22 octobre (1er brumaire)[7].

Économie[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Production mondiale de pommes en 2005, en pourcentage du plus grand producteur, la Chine, avec 25 millions de tonnes.
  •      100 %
  •      10 %
  •      1 %
Production de pommes
en France par variétés
[8]
Golden 37,8 %
Gala 16,8 %
Granny Smith 10,7 %
Braeburn 9,3 %
Red delicious 6,1 %
Reinettes 3,7 %
Pink Lady® 3,7 %
Pomme Fuji 2,0 %
Jonagold 2,0 %
Elstar 1,6 %
Chantecler® 1,2 %
Idared 1,1 %
Boskoop 0,5 %
Autres 3,4 %
Production
en tonnes
2010[9]
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 33 265 186
Drapeau des États-Unis États-Unis 4 212 330
Drapeau de la Turquie Turquie 2 600 000
Drapeau de l'Italie Italie 2 204 970
Drapeau de l'Inde Inde 2 163 400
Drapeau de la Pologne Pologne 1 858 970
Drapeau de la France France 1 711 230
Drapeau du Brésil Brésil 1 275 850
Drapeau du Chili Chili 1 100 000 est.
Monde 69 569 612

Le verger de pommiers s'appelle une pommeraie.

Dans le monde[modifier | modifier le code]

La pomme est le troisième fruit consommé dans le monde, après les agrumes et la banane. Il se récolte environ 69 millions de tonnes de pommes annuellement dans le monde, dont 25 millions de tonnes en Chine qui a multiplié par 2 sa production en 10 ans. C'est le fruit le plus cultivé en milieu tempéré (source FAO 2008).

Au Canada[modifier | modifier le code]

Au Canada, 73 % de la récolte de pommes provient de six variétés : McIntosh, Red Delicious, Spartan, Empire et Idared. Dans les années 1990, les pomiculteurs canadiens ont planté de nouvelles variétés comme la Gala, la Fuji, la Braeburn, la Jonagold, la Honeycrisp et la Cortland.

En Europe[modifier | modifier le code]

L'Europe produit 7,5 millions de tonnes de pommes chaque année (dont deux millions en France).

La Pologne est, en 2013, le premier exportateur de pommes au monde avec 438 millions d'euros dont 56 % vers la Russie[10]. Ce dernier pays étant à cette date, avant l'embargo décidé durant la guerre du Donbass, le premier importateur mondial avec 1,2 million de tonnes achetées par an, l'Union européenne y expédiant environ 750 000 tonnes, le reste provenant de pays limitrophes dont la Chine[11].

Golden (40 %), Gala (15 %) et Granny Smith (10 %) sont les variétés les plus répandues en France. Leur couleur, leur fermeté et leur saveur sont variables.

Depuis 2009, les « pommes des Alpes de Haute Durance » sont une indication géographique protégée.

Rendement[modifier | modifier le code]

Carte présentant le rendement moyen (en quintaux par hectare) de la pomme selon les régions du globe terrestre en l'an 2000.

Consommation[modifier | modifier le code]

La pomme peut se manger crue ou cuite, en dessert ou en accompagnement de mets salés, en compote, en tarte, en gâteau, en gelée, en confiture, en pâte de fruit ; on peut en faire du jus ou des boissons fermentées. Selon le mode de consommation le plus adapté à la variété, on parle de « pomme de table » (ou « pomme à dessert » ou « pomme à couteau »), de « pomme à cuire » ou de « pomme à cidre ».

Le terme « pomme de consommation » désigne les fruits destinés à être vendus directement au consommateur ; « pomme d'industrie » désigne les fruits destinés à la filière de transformation agro-alimentaire[12].

La pomme est le premier fruit consommé en France (part de marché en 2010 : 22,6 %) devant l'orange (12,3 %) et la banane (12,2 %)[13].

Pour la consommation, les pommes sont calibrées comme suit :

calibre (mm) 60/65 65/70 70/75 75/80 80/85 85/90
Poids moyen d'un fruit (g) 75-108 108-142 142-176 176-209 209-243 243-276
Stand de pommes sur le marché international de Rungis

Variétés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des variétés de pommes.
  • Ariane : de couleur rouge, croquante, juteuse, acide et sucrée, une pomme de petit calibre ; à croquer et à cuisiner d'octobre à juin
  • Golden : douce et parfumée, sucrée et croquante ; à croquer et à cuisiner d’août à juin
  • Gala : arôme fruité, rafraîchissante et sucrée ; à croquer et à cuisiner d’août à février
  • Reine des reinettes : légèrement acidulée, sucrée, avec arôme de miel ; à croquer et à cuisiner d’août à octobre
  • Braeburn : acidulée et sucrée, très croquante, juteuse ; à croquer et à cuisiner de novembre à avril
  • Jonagold : juteuse, sucrée, arôme fruité ; à croquer et à cuisiner d’octobre à juin
  • Pink Lady : sucrée, très croquante, arôme fruité ; à croquer et à cuisiner de novembre à mai
  • Elstar : sucrée et acidulée, juteuse et parfumée ; à croquer et à cuisiner d’août à mars
  • Tentation : très parfumée et sucrée, juteuse et croquante, arôme fruité ; à croquer et à cuisiner de décembre à avril
  • Fuji : sucrée et rafraîchissante, croquante et juteuse ; à croquer de janvier à juin
  • Idared : légèrement acidulée, croquante ; à croquer de janvier à juin
  • Red Delicious : délicatement sucrée, croquante ; à croquer d’octobre à avril
  • Reinette grise du Canada : acidulée, sucrée, arôme du terroir ; à croquer et à cuire au four de novembre à mars
  • Belchard Chantecler : sucrée, acidulée, très parfumée ; à croquer d’octobre à juin
  • Belle de Boskoop : acidulée et parfumée ; à croquer et à faire en tarte d’octobre à mars
  • Granny Smith : très acidulée et croquante, rafraîchissante, ferme et juteuse ; à croquer d’octobre à avril[14]


Utilisation[modifier | modifier le code]

Apports nutritifs[modifier | modifier le code]

L'apport énergétique de la pomme (52 kilocalories/100 g, soit 85 kcal pour une pomme de taille moyenne) provient non pas de graisses, mais de fructose et de glucides assimilables lentement par l'organisme. Le profil nutritionnel de la pomme en fait un fruit tout à fait adapté aux sportifs. En effet, dans le cadre d'activités physiques, les composantes de la pomme agissent de façon bénéfique sur l'organisme et ce, avant, pendant et après l'effort.

C'est en vitamine C que la pomme est la mieux pourvue avec une moyenne de 10 mg aux 100 g, mais qui peut s'étager de 0,1 à 30 mg selon la variété : dans la partie externe de la pulpe et plus encore dans la peau, puisque celle-ci renferme quatre à cinq fois plus de cette vitamine que le reste du fruit. Mieux vaut donc croquer la pomme sans la peler, en ayant simplement pris soin cependant de la laver. Les pommes 'Ribston Pipping', 'Reinette d'Orléans', 'Reinette Ananas' ou 'Ontario' sont fortement pourvues en vitamine C (20 à 30 mg aux 100 g), alors que les Golden delicious, Red delicious ou la Granny Smith en renferment généralement moins de (2 à 6 mg en moyenne).

Les autres vitamines contenues dans la pomme, B1, B2, PP, B5, B6, B9, provitamine A (β-carotène, 0,07 mg aux 100 g) et vitamine E (0,5 mg aux 100 g), contribuent également à faire de ce fruit un véritable abécédaire de la forme.

Le stockage de longue durée entraîne une baisse du taux de vitamine d'environ 15 % et la cuisson provoque une destruction vitaminique partielle, de l'ordre de 25 à 30 % pour une cuisson de la pomme au four.

La pomme contient également de la pectine (principalement dans ses pépins). Le gel formé par la pectine emprisonne les graisses, régulant ainsi le taux de cholestérol.

Des chercheurs de l'université Cornell (É.-U.), dont l'étude est parue en juin 2000 dans la revue Nature, ont mis en évidence que le potentiel antioxydant contenu dans 100 grammes de pomme non pelée serait équivalent à 1 500 mg de vitamine C. Or ces composés antioxydants, combinés entre eux — quercétine, catéchine et épicatéchine, procyanidines de la famille des flavonoïdes, qui sont des polyphénols ou « tannins » — et ajoutés aux bienfaits de la vitamine C et de la pectine[15],[15], réduisent de manière significative la croissance d'au moins deux types de cellules cancéreuses : celles du foie et du côlon.

En effet, les composés phytochimiques contenus dans la chair et plus encore dans la peau des pommes exercent un rôle protecteur sur les cellules de notre organisme vis-à-vis de la production de radicaux libres, processus néfaste impliqué dans la genèse des cancers.

Les pommes mûres contiennent du 2–méthylbutanoate d’éthyle (C7H14O2), ester de l’acide 2-méthylbutanoïque et de l’alcool éthylique, avec une configuration des atomes différente de l’acétate d’isoamyle. Les esters sont produits par la dégradation des acides gras à longue chaîne lors du mûrissement des membranes cellulaires des fruits qui sont oxydées.

Les pommes acides ou peu mûres contienne une forme particulière de pectine dite protopectine.

Pomme crue non pelée
(valeur nutritive pour 100 g)

eau : 85,56 g cendres totales : 0,19 g fibres : 2,4 g valeur énergétique : 52 kcal
protéines : 0,26 g lipides : 0,17 g glucides : 13,81 g sucres simples : 10,39 g
oligo-éléments
calcium : 6 mg fer : 0,12 mg magnésium : 5 mg phosphore : 11 mg
potassium : 107 mg cuivre : 0,027 mg sodium : 1 mg zinc : 0,04 mg
vitamines
vitamine C : 4,6 mg vitamine B1 : 0,017 mg vitamine B2 : 0,026 mg vitamine B3 : 0,091 mg
vitamine B5 : 0,061 mg vitamine B6 : 0,041 mg vitamine B9 : 0 µg vitamine B12 : 0,00 µg
vitamine A : 54 UI rétinol : 0 µg vitamine E : 0,18 µg vitamine K : 2,2 µg
acides gras
saturés : 0,028 g mono-insaturés : 0,007 g poly-insaturés : 0,051 g cholestérol : 0 mg

Rappelons que ces chiffres peuvent varier fortement d'un cultivar à l'autre. Ainsi, une 'Ribston Pepping' peut contenir 30 mg/100 g de vitamines C alors qu'une 'Granny Smith' n'en contiendra pas plus que 4 mg/100 g [16].

Médicament[modifier | modifier le code]

Les pommes contiennent divers composés qui les protègent contre les virus, les bactéries et les moisissures. En mangeant des pommes, l'être humain tire profit de ces biomolécules, comme la quercétine, qui s'avère efficace sur le cerveau des rats.

Une étude[17] transpose aux êtres humains les résultats obtenus avec les rats de laboratoire : la consommation quotidienne d'une pomme réduirait le risque de maladie d'Alzheimer[18] et celle de Parkinson.

Une autre étude publiée dans la revue Thorax[19] suggère aujourd’hui que les mères qui mangent régulièrement des pommes (4 par semaine) alors qu’elles sont enceintes ont moins de risques que les autres de mettre au monde un enfant asthmatique. Des travaux ont également mis en évidence l’intérêt d'une consommation régulière de pomme pour la prévention du cancer, notamment sur l'action bénéfique des procyanidines de pomme[20],[21],[22],[23],[24].

Un vieux dicton anglais, ou américain, selon les sources dit[25],[N 1] : « An apple a day keeps the doctor away », traduit par « Une pomme chaque matin éloigne le médecin » ou « Une pomme par jour tient le docteur au loin » (« à condition de viser juste... », aiment à rappeler, avec humour, les Anglais).

Toxicité[modifier | modifier le code]

Les pépins contiennent de l'amygdaline et des glycosides cyanogènes. Les graines avalées mâchées ou entières en petites quantités sont inoffensives. Un seul cas d'empoisonnement fatal au cyanure a été reporté chez un adulte. Il a mâché et avalé une tasse de graines, extraites de plusieurs dizaines de kilos de fruits. Il peut se passer plusieurs heures avant que le poison fasse son effet, car les glycosides cyanogènes doivent être hydrolysés avant que l'ion cyanure soit libéré[26].

Effet sur les dents[modifier | modifier le code]

Bien que la pomme a des effets positifs pour la santé, l'acidité contenue dans les pommes ou le jus de pomme présente des risques pour les dents, en attaquant la dentine et l'émail dentaire. Certaines pommes contiennent jusqu'à quatre cuillères à café de sucre qui contribue à élever le taux d'acidité dans la bouche. Un phénomène particulièrement marqué quand la pomme est mangée crue et lentement. Se rincer la bouche ou boire de l'eau après avoir mangé une pomme ou bu du jus de pomme réduit les effets négatifs de l'acidité contenue dans les pommes sur les dents[27],[27],[28],[28].

Présence de produits de synthèse[modifier | modifier le code]

Comme de nombreux fruits ou légumes issus de l'agriculture conventionnelle et intensive, la pomme peut contenir (prétendument en quantité minime) des résidus de produits de synthèse ou pesticides. Avec l'emploi de méthodes de protections naturelles, certaines applications de pesticides ont pu être réduites, mais généralement jusqu'à 30 applications phytosanitaires, de synthèse ou biologiques, sont effectuées.
La pomme est généralement moins affectée par les pesticides que d'autres fruits, tels le raisin ou la fraise. La législation européenne impose par exemple un délai de rigueur entre le dernier traitement et la mise sur le marché pour favoriser l'élimination des produits de traitement. On recommande de bien laver l'enveloppe extérieure des pommes non issues de l'agriculture biologique avant de les consommer, mais il est plus prudent de peler les pommes car les produits toxiques s'accumlent dans et sous la peau.

Recettes à base de pommes[modifier | modifier le code]

Les pommes cuites au four sont un accompagnement idéal et diététique pour toutes les viandes blanches et les boudins.

Des pommes d'amour sur un étal

Les tartes, gâteaux et desserts :


La pomme est également utilisée dans de nombreuses recettes de gibier, par exemple : l'estouffade de sanglier à la pomme, au cidre et au poivre kappad.

Les boissons à base de pommes[modifier | modifier le code]

Les principales boissons faites à base de jus de pomme sont :

  • le vinaigre de pomme au Japon ;


Symbolique[modifier | modifier le code]

Symbolique antique[modifier | modifier le code]

Adam et Ève

Dans la Bible (plus précisément dans le Livre de la Genèse), c'est après avoir croqué un fruit interdit, identifié à tort à une pomme, qu'Adam et Ève furent chassés du paradis. La pomme est ainsi restée associée au péché originel, du fait de la traduction latine de la Bible (Vulgate) et du nom latin de l'arbre malus, qui désigne aussi bien un arbre « mauvais », c'est-à-dire interdit, qu'un simple pommier. Du fait de cette confusion, la pomme peut symboliser aussi bien l'acte sexuel (« croquer la pomme ») que la connaissance interdite.

Atalante et Hippomène

Dans la mythologie gréco-romaine la pomme est considérée comme un cadeau amoureux au même titre que la rose par exemple ; on en trouve de nombreuses occurrences dans la poésie érotique, par exemple chez Théocrite. Selon la mythologie grecque, Dionysos l’aurait créée pour l’offrir à Aphrodite, sa maîtresse. Pour cette raison, la pomme devint le symbole de la déesse de l'amour. Les érotes, compagnons d'Aphrodite, sont également associés à la pomme. À part cela la pomme (souvent en or) apparaît à plusieurs reprises, notamment dans :

  • la course entre Atalante et Hippomène : ce dernier laissa choir dans sa course des pommes d'or qui lui permirent de battre sa rivale ;


Idunn et ses pommes

Dans la mythologie nordique, la déesse Idunn est la gardienne de pommes de jouvence, qui confèrent l'immortalité aux dieux. Un mythe célèbre raconte que le géant Thjazi se métamorphosa en aigle et déroba Idunn et ses pommes, contraignant les dieux vieillissants de la récupérer puis d'abattre le géant. Ceci a été comparé à un mythe irlandais, la Oidheadh Chloinne Tuireann, où trois frères métamorphosés en faucons volent des pommes magiques d'un jardin, des pommes qui sont inépuisables et ont le pouvoir de guérir les blessures.

La pomme peut aussi être une référence érotique : sa forme sphérique rappelle la poitrine féminine, tandis que son cœur coupé en deux est censé rappeler la vulve. Au Portugal, ce fruit est considéré comme aphrodisiaque.

La forme sphérique de la pomme faisait aussi d’elle un symbole cosmique. C’est pourquoi les empereurs et les rois étaient représentés tenant à la main, à côté de leur sceptre, un globe impérial en forme de pomme, qui est censé symboliser le monde. Sur une pièce de monnaie antique, le globe impérial est couronné par un portrait de la déesse grecque de la Victoire, Niké. Elle est donc aussi un symbole de victoire à la fois. Némésis, la déesse des bosquets sacrés, qui apparaît aussi comme le symbole de la vengeance des dieux contre la fierté des rois, porte une branche de pommier garnie de pommes. C’est ce qu’elle offre aux héros.

Autres apparitions du fruit[modifier | modifier le code]

  • Le logo de Apple Corps Ltd., la maison de disques du groupe anglais The Beatles est une pomme granny smith.
  • La société Apple donna le nom d'une variété de pomme à une gamme de produits (Macintosh). La firme aurait choisi ce symbole car durant leurs jeunes années les fondateurs étaient souvent en manque d'argent et mangeaient régulièrement des pommes (qui ont l'intérêt d'être nourrissantes). Certains pensent aussi que c'est en hommage à Alan Turing, ou en référence à la pomme d'Isaac Newton (d'ailleurs, le logo initial de la firme représentait la pomme, l'arbre et Newton en train de dormir dessous). Pendant de nombreuses années, lors des expositions Apple, des pommes Granny Smith étaient gratuitement mises à disposition des visiteurs.
  • Sur un ordinateur Macintosh, la touche pomme était la touche modificatrice équivalente à la touche Windows (remplacée depuis la version 10.5 du système par le signe « cmd »). Sur les systèmes d'Apple, le symbole « pomme » () s'obtient avec la combinaison touche Alt+&, mais celui-ci n'utilise pas un caractère réservé dans l'Unicode et ne sera donc pas nécessairement représenté sous la forme d'une pomme partout.
  • Blanche-Neige et Alan Turing ont été empoisonnés par une pomme.
  • Guillaume Tell a été obligé par le bailli Hermann Gessler de tirer un carreau d'arbalète dans une pomme posée sur la tête de son fils.
  • Maurice Chevalier a chanté : « Ma pomme, c'est moi ! », et Sacha Distel : Scoubidou, des pommes... des poires....
  • L'expression tomber dans les pommes est sujette à controverse. Apparue en 1889, on la pensait venir d'une déformation de tomber dans les pâmes (pâmer ou pasmer signifiant s'évanouir) mais cette explication fut abandonnée n'étant en réalité qu'un jeu de mot. Les littéraires s'accordent à dire que l'expression viendrait d'une lettre de George Sand envoyée à madame Dupin où elle stipule « être dans les pommes cuites » pour signifier son état de fatigue extrême[29].
  • L'expression c'est pour ma pomme signifie c'est pour moi, ça va être mon tour. Cette expression marque souvent une forme de déception.
  • Dans le langage populaire, le mot « pomme » s'utilise pour désigner un visage rond… comme une pomme : « il a une bonne pomme ». Il s'utilise aussi par extension pour désigner une personne serviable et un peu naïve : « c'est une bonne pomme ». Au Québec, on dit « chanter la pomme » pour conter fleurette ou faire du gringue. On dit aussi « se sucer la pomme » pour s'embrasser ou se bécoter (voir Claude Duneton, La Puce à l'oreille, Poche 1990).
  • Le pommier fut aussi un des symboles de la campagne de Jacques Chirac en 1995 pour son élection à la présidence de la République française. La pomme représentait avec le pommier, les fruits de la France. L'émission satirique Les Guignols de l'info avait d'ailleurs modifié son slogan de campagne en « Mangez des pommes » : sa famille est originaire de la Corrèze, région grande productrice de pommes.
  • Dans un de ses tableaux, l'artiste Magritte emploie une pomme pour appuyer son travail sur les mots et leurs représentations. La toile se nomme Ceci n'est pas une pomme, et se trouve actuellement dans le musée René Magritte, à Bruxelles.
  • Aux États-Unis, la pomme est le cadeau traditionnel que l’on offre aux enseignants. Elle est devenue par extension le symbole de la profession.
  • Le surnom de la ville de New York est « big apple » (« la grosse pomme »).
  • L'île d'Avalon dans le cycle arthurien était réputée pour ses pommiers et partage probablement une étymologie commune avec le nom celtique pour le fruit.
  • La légende dit que ce serait en étant réveillé par la chute d'une pomme sur sa tête qu'Isaac Newton aurait compris les lois de l'attraction universelle. Il semble en réalité que ce soit en observant la chute d'une pomme que Newton ait réalisé que ce devaient être les mêmes lois qui gouvernaient la trajectoire de la pomme en chute libre et de la Lune autour de la Terre[réf. nécessaire]. Un calcul relativement simple permet alors de déduire la forme probable des lois de l'attraction universelle[30]. De ce fait, nombre d'ouvrages sur le sujet ou à propos de relativité générale ont leur couverture illustrée par une pomme. L'ouvrage General Relativity de Robert M. Wald, par exemple, est illustré d'un tableau de Magritte intitulé Les Belles Réalités (1964)[31]. Le thème de la chute de la pomme a été repris d'un point de vue humoristique par Gotlib[32] dans Rubrique-à-brac et multiplié à l'envi et sous divers habits (chute d'un pélican, d'une pierre, de Newton sur une pomme…).
  • À partir d'une pomme et de deux électrodes, une en cuivre, et une en aluminium, il est possible de fabriquer une pile, permettant d'alimenter une petite ampoule en courant électrique.
  • La Quatrième Pomme est une œuvre de l'artiste français Franck Scurti située à Paris, en France. Il s'agit d'une sculpture représentant une pomme, créée en 2011, en hommage à la théorie des quatre pommes du philosophe Charles Fourier.

Musées et foire[modifier | modifier le code]

  • La Société Pomologique du Berry organise chaque année, depuis plus de trente ans, le dernier week-end d'octobre, les Journées de la Pomme, à Neuvy-Saint-Sépulchre[33]
  • L'écomusée de la pomme du Calvados[34]
  • L'écomusée de la pomme du cidre de Breteville-du-grand-Caux[35]
  • Les « pommades », en novembre, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne)[36]
  • La maison de la pomme, à Sainte-Opportune-la-Mare (Eure)
  • La maison de la Pomme d'Or, à Lanouaille (Dordogne)[37]
  • Une importante Foire de la Pomme se tient chaque année le troisième weekend d'octobre à Vimoutiers en Pays d'Auge
  • Fête de la pomme, du cidre et du fromage, à Évreux[38]
  • Foire aux pommes annuelle, à Secondigny[39]
  • Fête du pommé à Joué-l'Abbé (Sarthe), depuis onze ans, le village célèbre chaque année à l'automne la pomme et son nectar le Pommé. Cette recette très ancienne consiste à faire réduire jus de pomme et pommes pendant 24 heures dans une marmite en cuivre pour obtenir le Pommé, sorte de pâte de fruit légèrement caramélisée.

Utilisations anecdotiques du nom de la pomme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon certaines sources, c'est le professeur J. T. Stinson qui prononça cette phrase, dans un discours, lors de l'Exposition universelle de 1904. Voir par exemple Missouri State University Library: Fruit Experiment Station Archives

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) The Apple Genome Initiative, « L'institut agraire de San Michele all'Adige a décodé le génome de la pomme », sur applegenome.org, IASMA, Istituto Agrario, S. Michele all'Adige,‎ 20 août 2010, archivé sur wikiwix
  2. a et b Le fruit défendu par l'évolution Émission Les Années lumière de Radio-Canada, 12 septembre 2010
  3. a et b (en) Riccardo Velasco & al, « The genome of the domesticated apple (Malus × domestica Borkh. », Nature Genetics,‎ 29 août 2010 (lire en ligne)
  4. (en) liste de maladies de la pomme ou du pommier (en)
  5. « Puceron vert du pommier » , sur le site du ministère de l'agriculture et de l'alimentation (Ontario)
  6. http://verger.comprendrechoisir.com/comprendre/verger-bio
  7. Marie-Odile Mergnac, Les prénoms du calendrier révolutionnaire, Paris : Archives et culture, 2006, (ISBN 2-35077-003-6), p. 54.
  8. Section Nationale Pomme-Marketing of Toulouse
  9. Source : Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture|FAO
  10. Julien Sauné, « Sanctions européennes: la Russie contre-attaque », sur La Tribune,‎ 31 juillet 2014 (consulté le 1er août 2014).
  11. AFP, « Embargo russe : « Mangez des pommes », demandent les producteurs français », sur Le Monde,‎ 28 août 2014 (consulté le 29 août 2014).
  12. Panorama du Min de Nantes, Le Web de la filière fruits et légumes, mardi 17 octobre 2006
  13. Jean-Paul Frétillet, « Les petits secrets des pommes », Ça m'intéresse, no 356,‎ octobre 2010, p. 88.
  14. « Pomme et... Variétés », sur http://www.lapomme.org.
  15. a et b Markus Waldecker, Tanja Kautenburger, Heike Daumann, Selveraju Veeriah, Frank Will, Helmut Dietrich, Beactrice Louise Pool-Zobel and Dieter Schrenk, Histone-deacetylase inhibition and butyrate formation: Fecal slurry incubations with apple pectin and apple juice extracts, Nutrition, April 2008
  16. BUND Lemgo, Vitamin-C-Gehalde der Apfelsorten
  17. Journal Of Agricultural and Fool Chemistry
  18. Journal of Food Science - 1 February 2008, p. 17 - Dr Chang Lee, Université Cornell.
  19. Saskia Willers, Maternal food consumption during pregnancy and asthma, respiratory and atopic symptoms in 5-year-old children. Thorax, March 2007; doi:10.1136/thx.2006.074187
  20. World Cancer Research:Washington DC:AICR 2007, Eberhardt MV Nature 2000 405:903-4
  21. Malonado-Celis cancer Mol 2009:5:21-30
  22. Gossé F apple procyanidins on human colon cancer : 1291-5
  23. LeMarchand L flavonoïd and lung cancer Inst 2000:92: 154-60
  24. Jedrychowski W consumption of apples on colorectal cancer risk Eur J Cancer Prev 2010, 19:42-7
  25. Anna Tóthné Litovkina, Old proverbs never die, they just diversify : a collection of anti-proverbs, University of Vermont,‎ 2006, p. 93.
  26. (en) Lewis S. Nelson, Richard D. Shih et Michael J. Balick, Handbook of Poisonous and Injurious Plants, Second Edition, Springer,‎ 2007, 340 p.
    pages 211 à 212
  27. a et b conseil alimentaire de la société suisse des médecins dentistes
  28. a et b Maxi science, Les pommes, plus mauvaises pour les dents que les boissons gazeuses ?
  29. cf. http://www.mon-expression.info/tomber-dans-les-pommes
  30. « Comment déterminer que la force de gravitation est proportionnelle à l’inverse du carré de la distance ? », archivé sur wikiwix, archivé sur wikiwix.
  31. (en) Robert M. Wald, General Relativity, University of Chicago Press,‎ 1984, 498 p. (ISBN 0226870332).
  32. BnF Vidéo sur Gotlib et le thème de la pomme.
  33. [1]
  34. sité de l'écomusée
  35. office du tourisme
  36. L'Ecomusée à Savigny-le-Temple, site officiel de la ville de Sénart.
  37. [2], mairie de Lanouaille en Perigord.
  38. [3]
  39. [4]
  40. Audio, « Pomme de reinette et pomme d'api »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. K. Brazda-Bree, Zur Bedeutung des Apfels in der antiken Kultur, Diss. Bonn, 1977.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Aprifel.com : composition nutritionnelle des pommes.