Raphaël Ponson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ponson.
Raphaël Ponson
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Luc Raphaël Ponson, né le à Solliès-Pont (Var), et mort le à Marseille (Bouches-du-Rhône), est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Réputé pour ses paysages de la côte provençale, Raphaël Ponson est le fils d’un décorateur de théâtre qui lui enseigne les rudiments de la peinture. Puis il suit les cours de l'école pratique de dessin de Marseille où il est l’élève d’Émile Loubon, qui lui apprend à peindre des paysages dans le respect du ton local. Il se rend à Paris en 1855 et 1856, puis en Italie où il complète sa formation. Il se fixe alors définitivement à Marseille. Il débute au Salon de Marseille en 1852, et au Salon de Paris en 1861 avec La Châtaigneraie aux environs de Chevreuse et Le Château d’If dans la rade de Marseille.

En 1863, il décore la galerie des appartements privés de la nouvelle préfecture de Marseille. Pour la décoration des salles du premier étage du muséum d’histoire naturelle du palais Longchamp, Henri-Jacques Espérandieu fait appel à Raphaël Ponson dont « le talent souple et brillant conviendrait parfaitement à l’exécution de ce travail » selon les propos de l’architecte lors de la présentation de la lettre de soumission au conseil municipal[1]. En 1867, il décore donc les trois salles du premier étage où il peint les sites naturels les plus extraordinaires : chutes du Niagara, mer de glace, forêt vierge amazonienne et les grottes basaltiques de Fingal dans une des îles Hébrides. La salle la plus renommée est celle de la Provence, où Ponson représente des paysages différents pour chacune des petites régions de la Provence : Chênes-lièges, châtaigniers et arbousiers pour le Var, oliviers et lauriers roses pour les Bouches-du-Rhône, et mûriers, amandiers et melons pour le Vaucluse[2]. Il décore par ailleurs le café Rigaud[3] et la pâtisserie Plauchut en haut de la Canebière à Marseille.

Il se spécialise dans la représentation des plages, calanques et rivages marins des environs de Marseille, mais son talent souffre d’une grande production. Pour se distinguer de son frère cadet, Étienne Aimé Ponson, peintre de natures mortes, il ajoute son prénom à son patronyme[4]. Présent dans de nombreuses expositions régionales, il obtient plusieurs récompenses et est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1896.

Raphaël Ponson meurt le et est enterré à Marseille au cimetière Saint-Pierre dans le caveau familial où repose déjà son fils Édouard (mort en 1885), dont le portrait en médaillon a été sculpté par Henri-Édouard Lombard.

Une rue de Marseille porte son nom[5].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • du 30 mars au 28 août 2016 : Marseille, Fondation Regards de Provence, Lumière et douceur de Raphaël Ponson[7].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Paule Vial, Le Palais Longchamp, à la gloire de l’eau, des arts et des sciences, Images en manœuvre éditions, 1991, p. 134 (ISBN 978-2-908445-05-3).
  2. Marie-Paule Vial, op. cit., p. 138.
  3. Aujourd’hui disparu.
  4. Denis Coutagne, Bruno Ely, Jean-Roger Soubiran et al., Peintres de la couleur en Provence : 1875-1920, Marseille, Office Régional de la Culture Provence-Alpes-côte d'Azur, , 360 p. (ISBN 2-7118-3194-9), p. 354
  5. Adrien Blés, Dictionnaire historique des rues de Marseille, Marseille, Éd. Jeanne Laffitte, 1989, p.292 (ISBN 2-86276-195-8)
  6. « Notice no 00000077539 », base Joconde, ministère français de la Culture
  7. museeregardsdeprovence.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 366-367
  • Bouillon-Landais, Ponson (Luc-Raphaël) (1835-1903), p. 121-125, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Ministère de l'instruction publique, 1908 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :