Lac de Sainte-Croix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lac de Sainte-Croix
Image illustrative de l’article Lac de Sainte-Croix
Le lac de Sainte-Croix, et au premier plan, le village du même nom.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Subdivision Alpes-de-Haute-ProvenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Subdivision Provence-Alpes-Côte d'Azur
Géographie
Coordonnées 43° 45′ 49″ nord, 6° 11′ 02″ est
Type artificiel
Origine barrage de Sainte-Croix
mis en service en 1974
Montagne AlpesVoir et modifier les données sur Wikidata
Superficie 22 km2
Longueur 11 kmVoir et modifier les données sur Wikidata
Largeur 5 kmVoir et modifier les données sur Wikidata
Altitude 477 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Profondeur
 · Maximale

93 m
Volume 760 hm3
Hydrographie
Bassin versant 1 591 km2
Alimentation VerdonVoir et modifier les données sur Wikidata
Émissaire(s) VerdonVoir et modifier les données sur Wikidata
Divers
Commentaire quatrième de France métropolitaine par sa superficie
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Lac de Sainte-Croix
Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence
(Voir situation sur carte : Alpes-de-Haute-Provence)
Lac de Sainte-Croix
Géolocalisation sur la carte : Var
(Voir situation sur carte : Var)
Lac de Sainte-Croix

Le lac de Sainte-Croix est une retenue artificielle, mise en eau par Électricité de France (EDF) en 1973, à la suite de la construction du barrage de Sainte-Croix, sur le cours du Verdon. Il est situé entre les départements du Var et des Alpes-de-Haute-Provence, au pied des gorges du Verdon, du Plan de Canjuers et du plateau de Valensole, haut lieu de la culture du lavandin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette retenue est la quatrième de France métropolitaine par sa superficie (environ 2 200 ha) après le lac du Der-Chantecoq, le lac de Serre-Ponçon et le lac d'Orient. Le lac est devenu un centre de tourisme estival ; il est très fréquenté pour les loisirs aquatiques.

La navigation des bateaux à moteur à essence est interdite. Seuls les moteurs électriques et les voiles sont autorisés. On y rencontre beaucoup de pédalos et de barques diverses de juin à septembre. Ce lac artificiel est également utilisé pour les écopages des Canadairs lors des incendies dans la région.

Trois villages se trouvent le long de ses berges :

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet consistant à noyer la vallée des Salles pour réaliser un lac ne date pas d'hier. En 1908, c’est à dos d’âne que Georges Clemenceau, alors président du Conseil, entreprit une randonnée sur tout le cours du Verdon entre Fontaine-l’Évêque et le lac d’Allos : on envisageait déjà à l'époque l’aménagement du Verdon, et la construction de barrages à certains endroits stratégiques de son cours[1].

Le projet fut mis en sommeil à cause des aléas de l'histoire, sans être totalement abandonné. Entre les deux guerres, c'est la société Schneider qui était chargée de la construction du barrage, lequel resta à l'état de projet[2].

Les événements se bousculèrent à partir de 1962[3].

Le projet retenu consistait à réaliser un « grand lac » jusqu'à la cote 500. Celui-ci devait noyer, outre Les Salles-sur-Verdon situé au fond de la vallée, le village de Bauduen, alors que Sainte-Croix-du-Verdon devenait inhabitable[4].

Du fait de la présence de la résurgence vauclusienne de la fontaine L'Evêque[5],[6] un risque existait de voir ce « grand lac » se vidanger par un effet de siphon. De plus, la détermination des expropriés des trois villages les plus concernés par le projet ne faiblissait pas[7]. Fin 1968, la cote retenue pour le futur lac fut abaissée à 482. Les villages de Sainte-Croix et Bauduen étaient sauvés, Les-Salles-sur-Verdon était le seul village condamné par la mise en eau du futur lac[8].

La première mise en eau du barrage eut lieu en [9], et la mise en eau définitive le [10].

Illustration[modifier | modifier le code]

En 2012, le film L'Inconnu du lac a été tourné sur les bords du lac de Sainte-Croix.

La série policière Le Mystère du lac diffusée à partir de , est également tournée en partie dans le village de Bauduen qui borde le lac.

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Pêche[modifier | modifier le code]

Poissons : Grand brochet, Carpe commune, Perche commune, Sandre

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est Lau/Lac de Santa Crotz (écriture classique) et Lau de Santo Crous (écriture mistralienne) en provençal. La prononciation est la même dans les deux graphies.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Mémoire Vive" n°1 (ISSN 1630-3539), pages 15 et 16.
  2. Compléments d'information dans "Monographie des Salles-sur-Verdon", http://www.lessallessurverdon.com/LShistobarr.html
  3. http://www.lessallessurverdon.com/LSecrits.html onglet « Presse quotidienne régionale », références :
    , Le Méridional : « Quel sera le sort des habitants des Salles et de Bauduen qui seront engloutis sous les eaux du Verdon ? »
    , Le Provençal : « Importante séance de travail à Aups, pour informer et apaiser les populations des villages qui seront noyés par le barrage de Sainte-Croix. »
    , Le Provençal : « Le barrage de Sainte-Croix-Fontaine-L'Evêque : les contacts suscités à Baudinard, Bauduen et Les Salles-sur-Verdon ont écarté une scission entre les populations et l'EDF. »
    , Le Petit Varois : « Le barrage de Sainte-Croix doit naître dans le Haut-Var, mais deux villages ne veulent pas mourir noyés sous les eaux du Verdon. Avec inquiétude leurs habitants s'interrogent sur leur sort. »
    25 février 1962, Le Méridional : « Les problèmes posés par la construction du prochain barrage de Ste-Croix ont été examinés aux Salles-sur-Verdon par les membres du Syndicat de défense des Intérêts agricoles et économiques. »
  4. http://www.lessallessurverdon.com/LSecrits.html onglet « Presse quotidienne régionale », référence :
    3 février 1966, Le Méridional : « La retenue de Fontaine l'Evêque absorbera-t-elle les habitants de Ste-Croix, seule commune rescapée du barrage ? »
  5. http://www.lessallessurverdon.com/LSecrits.html onglet « Presse quotidienne régionale », référence :
    12 avril 1968, Le Provençal : « Expériences hydrogéologiques en cours à Fontaine-l'Evêque ».
  6. « La résurgence de Fontaine l’Evêque (Var, Fr.) », sur blog.ssn-speleo-namur.be (consulté le 5 mai 2018).
  7. http://www.lessallessurverdon.com/LSecrits.html onglet « Presse quotidienne régionale », référence :
    15 octobre 1968, Le Méridional : « Le barrage de Sainte-Croix : Les Salles et Bauduen, “villages condamnés” unissent leurs moyens de défense contre l'EDF. »
  8. http://www.lessallessurverdon.com/LSecrits.html onglet « Presse quotidienne régionale », référence :
    , Le Méridional : « EDF précise sa position : le barrage de Sainte-Croix sera le 2e de France. Bauduen épargné, Les Salles reconstruit. »
    , Le Provençal : « Le barrage de Fontaine l'Evêque : EDF recherche le dialogue en vue d'accords avec les expropriés. »
    26 octobre 1968, République : « Le barrage de Fontaine l'Evêque : EDF recherche le dialogue avec les expropriés. »
  9. http://www.lessallessurverdon.com/LSecrits.html onglet « Presse quotidienne régionale », référence :
    12 août 1973, Le Méridional : « Premières eaux à Sainte-Croix. Jeudi, le barrage recevra le premier des 780 millions de mètres cubes qu'il est destiné à contenir. »
  10. http://www.lessallessurverdon.com/LSecrits.html onglet « Presse quotidienne régionale », référence :
    6 novembre 1973, Var-Matin : « Le barrage de Sainte-Croix : mise en eau le 15 novembre. »