Gîtes de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gîtes de France
logo de Gîtes de France

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Sylvie Pellegrin
Activité TourismeVoir et modifier les données sur Wikidata
SIREN 350236006
Site web www.gites-de-france.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Gîtes de France est un réseau, une marque et un label d’hébergements chez l’habitant en France et en Europe. L'association Fédération nationale des gîtes de France (FNGF) est créée en 1955 sous l'impulsion du sénateur des Basses-Alpes et de Émile Aubert.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Gîtes de France sont un mouvement de développement de l'hébergement touristique à domicile créé dans les Basses-Alpes, à l'initiative du sénateur Émile Aubert, dans les années 50. Cette initiative intervenait dans une logique d'aménagement du territoire pour lutter contre la désertification des campagnes[1],[2].

Lorsque les campagnes se vident, l'habitat est délaissé, il y a, donc, un risque de ruines. En parallèle, les citadins ont envie de revenir les weekends à la campagne. La logique est donc d'utiliser les demeures abandonnées pour accueillir les citadins à la campagne[1].

Le 1er gite rural est créé en 1951[3] au hameau de Chaudol à La Javie. Par la suite, en 1955 une fédération nationale est créée[1].

Avec le développement des gîtes de France, de nouvelles prestations apparaissent, comme les chambres d'hôtes en 1969,les gîtes d'enfants en 1973[4] ou, en 2010, la marque "City Break by Gîtes de France", spécialisée dans l'hébergement en ville[5],[6],[7].

La société se fait également connaître en sponsorisant certains vainqueurs du Vendée Globe, tels que Michel Desjoyeaux et Vincent Riou[5].

L'année 2010 donne lieu à un accord entre une société de tour-opérateur chinoise et la fédération des Gîtes de France, dans l'optique pour cette dernière, de permettre la création du premier gîte de France, en Chine[2],[6].

En mai 2016, Gîtes de France réalise l'acquisition de la startup Good Spot, plateforme numérique proposant des expériences touristiques locales aux voyageurs, créée par l'entrepreneur David Rouxel[7],[8].

Organisation et fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les Gîtes de France sont gérés par département avec une fédération nationale. Chaque département labellise et classe ses hébergements. La majorité d'entre eux propose aux adhérents la commercialisation de leur hébergement par le biais d'une centrale de réservation. Les équipes locales connaissent bien la géographie, les animations et les atouts de leur zone touristique.

La Fédération Nationale des Gîtes de France[modifier | modifier le code]

La Fédération Nationale des Gîtes de France est une association qui regroupe des associations départementales pour la promotion et la commercialisation d'hébergements touristiques et décerne des labels non officiels aux logements de tourisme répondant à un cahier des charges. Ces labels « Gîtes de France », octroyés en fonction du niveau de confort (de 1 à 5 épis) sont accompagnées d'une classification et d'une publicité qui informe le consommateur sur la qualité et le degré d'équipement des hébergements[9].

Aujourd'hui, environ 70 000 gîtes existent sur tout le territoire national (DOM-TOM inclus).42 000 propriétaires sont concernés. Les Gîtes de France attirent environ 20 % de clientèle étrangère[2],[10].

Les labels[modifier | modifier le code]

  • Les Gîtes de France ont créé le label « Ecogîtes » pour les Hébergements de Qualité Environnementale qui réduisent leur impact sur l'environnement[11].
  • Gîte Panda : est un label décerné par le Fonds mondial pour la nature - World Wide Fund France, classés par la Fédération des gîtes de France[12]. Le label est créé en 1992 pour des gîtes situés dans les parcs naturels et les parcs nationaux en France, pour lesquels est mis en place une gestion des énergies, de l'eau et des déchets ainsi qu'une éducation pour les hôtes[13]. Les adhérents garantissent la qualité paysagère, la richesse animale et végétale des sites et l’engagement écologique des hôtes. Les propriétaires s'engagent à préserver l'environnement et à gérer leur gîte panda de manière écologique et durable : tri des déchets, utilisation d'énergies renouvelables, éco-matériaux, produits d'entretien verts. En 2009, 230 gîtes avait obtenu ce label[13].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence, « Il y a 60 ans, le 1er Gîte de France », Alpes-de-Haute-Provence, magazine du Conseil général,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le )
  2. a b et c Linda Lainé, « Les Gites de France se développent en ville et en Chine », L’Écho touristique,‎ (lire en ligne Accès libre)
  3. La création du 1er Gîte rural de France
  4. Gîtes de France, « Gîtes de France, 60 ans de success story ! », (consulté en )
  5. a et b « Historique des Gîtes de France », sur Gîtes de France - Corse (consulté en )
  6. a et b Anaïs Borios, « Les Gîtes de France s'installent en ville et en...Chine », Tourmag,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Christophe Palierse, « Gîtes de France se veut toujours plus acteur du tourisme collaboratif », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  8. Iris Maignan, « Gîtes de France s’offre la plateforme de tourisme collaboratif Good Spot », Maddyness,‎ (lire en ligne)
  9. Gites de France, « Le classement en Gites », sur gites-de-france.com
  10. Jérôme Forget, « Regard du le marché de la chambre d'hôte », sur etourisme.info,
  11. « Location de vacances - Gîtes, Chambres d'hôtes / Gîtes de France® », sur Gîtes de France® (consulté le ).
  12. Catherine Dreyfus-Signoles, L'espace touristique, Éditions Bréal, , 255 p. (ISBN 978-2-84291-907-8, lire en ligne), p. 215-217.
  13. a et b (en) Ralf Buckley, Conservation Tourism, CABI, , 214 p. (ISBN 978-1-84593-708-9, lire en ligne), p. 119.