Âge du cuivre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Reconstitution de la hache en cuivre d'Ötzi, datée d'environ 3 300 av. J.-C.

L’Âge du cuivre (ou Chalcolithique en français, Eneolitico en italien), désigne la période du Néolithique durant laquelle les hommes maitrisent la métallurgie du cuivre, avant que l'apparition de la métallurgie du bronze ouvre un peu plus tard l'Âge du bronze. Pendant une grande partie du Néolithique, la métallurgie du cuivre cohabite avec les industries lithiques et osseuses, le cuivre pur étant un métal trop mou pour pouvoir s'imposer dans l'outillage et dans l'armement. À cette époque, d'autres métaux tels que l'or ou l'argent étaient aussi travaillés pour fabriquer des ornements, mais la production d'outils et d'armes demeurait principalement en pierre et en os[1].

Le terme français « chalcolithique » a été forgé par les préhistoriens à partir des racines grecques khalkos (cuivre) et lithos (pierre)[2].

Artisanat du cuivre[modifier | modifier le code]

À la différence du bronze et du fer, l'artisanat du cuivre semble avoir coexisté très longtemps avec celui de la pierre, sans avoir amené de réels bouleversements socio-économiques chez les groupes humains qui le connaissaient. L'archéologie montre aussi que certains groupes maitrisent le travail du cuivre pendant que des groupes voisins ou contemporains l'ignorent, tandis que d'autres possèdent déjà la métallurgie du bronze.

La faible incidence du cuivre sur les cultures néolithiques s'explique par le faible intérêt du cuivre pur par rapport à la pierre. Recueilli à l'état naturel, le cuivre natif est martelé avant d'être fondu et moulé à 1 000 °C environ. La production est anecdotique comparée à l'industrie lithique et concerne principalement des pièces de taille modeste. Poignards à soie et alênes en sont les pièces les plus représentatives. À la même époque, les productions lithiques sont aussi souvent plus fines.

Le Chalcolithique est surtout connu pour :

  • la retouche par pression, technique permettant une grande finesse dans l'élaboration du mobilier lithique (notamment des pointes de flèches), par le détachement successif de petits éclats ;
  • la culture mégalithique, à partir de 4 500 ans av. J.-C. dans toute l'Europe atlantique ;
  • les stèles anthropomorphiques du nord de la mer Méditerranée (Languedoc-Roussillon, Provence, Corse, Sardaigne).

Quelques cultures de l'Âge du cuivre en Europe :

Repères chronologiques[modifier | modifier le code]

Quelques repères permettent d'évaluer la diffusion des métaux au cours du Néolithique :

  • en Asie du Sud, la culture de Mehrgarh, au Baloutchistan pakistanais, plus particulièrement durant la période dite "Merhgarh III" (4800 av. J.-C. - 3500 av. J.-C.), l'utilisation de forets en cuivre, ainsi que celle de fours et de creusets pour faire fondre le cuivre est attestée, suite aux fouilles initiées par l'archéologue Jean-François Jarrige entre 1975 et 2000[3];
  • le plus ancien artisanat du cuivre connu en Europe a été trouvé en Bulgarie (4600 av. J.-C) ;
  • en Égypte, le mobilier en cuivre se répand durant la période caractérisée par le site de Nagada, de 4000 av. J.-C. à 3200 av. J.-C. : haches plates, herminettes, ciseaux, couteaux à manche en os et épingles en témoignent ;
  • dans la vallée de l'Indus, l'usage du métal est attesté vers 2500 av. J.-C. : les sites d'Harappa et de Mohenjo-Darô y ont fourni du mobilier en plomb, argent, cuivre à forte teneur en arsenic (à l'état quasi-naturel) et même en bronze comme en témoignent scies, perles, fermoirs de colliers, ou encore anneaux de chevilles ;
  • à Chypre, c'est sans doute sous l'influence anatolienne que se développe l'exploitation du minerai de cuivre. À Ambelikou, la présence de céramiques rouges permet de la dater d'environ 2300 à 2000 av. J.-C. ;
  • à Troie, les fouilles d'Heinrich Schliemann révèlent la présence de cuivre au niveau le plus ancien, mais c'est surtout aux niveaux II-III (2300 à 2100 av. J.-C.) que le mobilier en cuivre se multiplie ;
  • en Suisse, il est daté d'environ 3700 av. J.-C. (culture de Pfyn) ;
  • dans les cultures précolombiennes, l'usage du cuivre natif remonte dans la région des Grands Lacs à 5000 av. J.-C. ; les deux Amériques ont connu l'usage du cuivre il y a plus de 3000 ans.

En Europe occidentale, l'âge du cuivre commence vers 3500 av. J.-C.. La diffusion de l'artisanat du cuivre dans ces régions pourrait s'être faite depuis les Balkans par la voie danubienne. Sur la façade atlantique, la production métallurgique dominante jusqu'à celle du bronze demeure cependant celle de l'or.

L'Âge du bronze, qui va bouleverser les sociétés qui le connaissent, commence vers 3000 av. J.-C. en Anatolie, et parvient en Europe de l'Ouest vers 2000 av. J.-C..

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Otte, La Protohistoire, De Boeck, 2008, p. 8 à 11, (ISBN 978-2-8041-5923-8)
  2. (de) Konrad Spindler, Der Mann im Eis, Munich, 1993, p. 217
  3. https://www.thoughtco.com/mehrgarh-pakistan-life-indus-valley-171796

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]