Arreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arreau
Arreau : la place de la Mairie.
Arreau : la place de la Mairie.
Blason de Arreau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Bagnères-de-Bigorre
Canton Arreau
Intercommunalité Communauté de communes d'Aure
Maire
Mandat
Philippe Carrère
2014-2020
Code postal 65240
Code commune 65031
Démographie
Population
municipale
809 hab. (2011)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 54′ 19″ N 0° 21′ 32″ E / 42.90527778, 0.35888888942° 54′ 19″ Nord 0° 21′ 32″ Est / 42.90527778, 0.358888889  
Altitude Min. 658 m – Max. 1 756 m
Superficie 11,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Arreau

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Arreau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arreau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arreau

Arreau est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Aurois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la route départementale 929 (l'ancienne route nationale 129) dans les Pyrénées, en Bigorre, à la jonction des vallées d'Aure et du Louron, à 37 km au sud-est de Bagnères-de-Bigorre, au confluent de la Neste d'Aure et de la Neste du Louron.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune d'Arreau et des proches communes.
Communes limitrophes d’Arreau
Campan,
Ancizan
Aspin-Aure, Beyrède-Jumet Fréchet-Aure
Barrancoueu Arreau Pailhac,
Jézeau
Cadéac Lançon Cazaux-Debat

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Arreau est l'ancienne capitale des Quatre-Vallées.

Elle se situe sur un itinéraire secondaire du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle : le chemin de la vallée d'Aure.

Le premier train arrive en gare d'Arreau le 1er août 1897[1], jour de la mise en service de la ligne de Lannemezan à Arreau, embranchement électrifié à voie unique de la ligne de Toulouse à Bayonne, par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne. Le trafic voyageurs est fermé sur toute la ligne en 1969[2], puis la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) ferme à tout trafic la section de la gare de Sarrancolin à celle d'Arreau[1]. L'ancien bâtiment voyageurs est désaffecté puis racheté par la mairie qui le revend à une entreprise qui y installe ses bureaux[2]. La ligne est déferrée depuis l'ancien bâtiment voyageurs jusqu'aux abords du village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à cinq rustes de sable accolées, 3 en chef et 2 en pointe. ".
Commentaires : Note : Arreau a eu pour devise, à une époque reculée : Melior vigilantia somno (« La veille est préférable au sommeil »)[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 1977 Exupére Verdier    
mars 1977 1995 Bénito Buetas    
mars 1995 mars 2014 Guy Vidailhet    
mars 2014 en cours Philippe Carrère   Agent EDF
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 809 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
854 979 1 110 1 291 1 480 1 479 1 593 1 505 1 515
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 270 1 330 1 298 1 343 1 226 1 188 1 194 1 077 994
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 000 979 998 1 091 919 1 001 997 939 999
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
876 936 913 816 853 823 838 809 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site aure-sobrarbe.net, Lannemezan–Arreau-Cadéac (25km): Le chemin de fer, reproduction texte (origine inconnue) avec fiche horaires et profil de la ligne, source livret Chaix-Midi d'Août 1924 lire (consulté le 20 novembre 2011)
  2. a et b Site culture.gouv.fr, Base Mistral - fiche IA65000264 - 1998 : inventaire général du patrimoine culturel, voie ferrée : ligne Lannemezan-Arreau lire (consulté le 20 novembre 2011).
  3. Les armoiries officielles d'Arreausur le site passion-bigorre, consulté le 29 mars 2014.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Notice no PA00095318 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  7. « Notice no IA65000268 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  8. « Notice no IA65000271 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  9. « Notice no PA00095321 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  10. « Notice no IA65000269 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  11. « Notice no PA00095322 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  12. « Notice no IA65000267 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  13. « Notice no IA65000263 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  14. « Notice no IA65000324 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Notice no IA65000325 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Notice no IA65000270 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Notice no IA65000322 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Notice no IA65000327 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Notice no IA65000377 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Notice no IA65000323 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Notice no IA65000321 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Notice no IA65000168 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Notice no IA65000291 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Notice no IA65000262 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Notice no PA00095320 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  26. « Notice no IA65000118 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  27. « Notice no PA00095319 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  28. « Notice no IA65000140 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  29. « Notice no IA65000117 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.
  30. « Notice no IA65000116 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 24 juillet 2010.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]