Bourbon-Lancy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourbon.
Bourbon-Lancy
Rue de Bourbon-Lancy.
Rue de Bourbon-Lancy.
Blason de Bourbon-Lancy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Canton Bourbon-Lancy
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes entre Somme et Loire
Maire
Mandat
Édith Gueugneau
Élections municipales de 2014-2020
Code postal 71140
Code commune 71047
Démographie
Gentilé Bourbonniens
Population
municipale
5 241 hab. (2011)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 13″ N 3° 46′ 27″ E / 46.6202777778, 3.77416666667 ()46° 37′ 13″ Nord 3° 46′ 27″ Est / 46.6202777778, 3.77416666667 ()  
Altitude Min. 202 m – Max. 346 m
Superficie 55,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourbon-Lancy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourbon-Lancy
Liens
Site web [1]

Bourbon-Lancy est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.

Ses habitants sont appelés les Bourbonniens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Bourbon-Lancy est une petite cité médiévale au sud-ouest de la Bourgogne. Elle est située à l’extrémité ouest du département de Saône-et-Loire, à la limite avec l’Allier et la Nièvre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lesme Vitry-sur-Loire Maltat Rose des vents
Garnat-sur-Engièvre
(Allier)
Beaulon
(Allier)
N Mont
O    Bourbon-Lancy    E
S
Saint-Aubin-sur-Loire Gilly-sur-Loire Chalmoux

Accès et transports[modifier | modifier le code]

La ville est accessible par autocar depuis Moulins (Réseau départemental trans’allier[1]) ainsi que depuis Montceau-les-Mines et Gueugnon (Réseau départemental Bus’céphale[2])

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

On compte un ruisselet, dit le Borne[3]. La Loire se trouve à trois kilomètres.

Les thermes[modifier | modifier le code]

Les bains de Bourbon-Lancy sont réputés pour soigner les rhumatismes. On compte plusieurs sources chaudes : la Limbe (58 °C) et Saint-Léger, Valois, La Reine et Descures (au-dessus de 45 °C)[4].

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le climat de Bourbon-Lancy est de type océanique avec des tendances continentales dû à l'éloignement de la mer, les hivers y sont froids et humides les brouillards fréquents et souvent givrants et les ciels clairs se caractérisent par de fortes gelées souvent inférieures à -5 °C, la neige n'y est pas très fréquente mais les quantités peuvent être importantes. Les records de froid sont proches des -23 °C atteints en 1985. Les printemps sont tardifs mais de belles journées printanières en mars ne sont pas rares et, avec le vent du sud qui peut souffler assez fort, les 20 °C peuvent êtres atteints. Toutefois le froid ne lâche pas prise facilement en Bourbonnais et les gels peuvent anéantir les fleurs des cerisiers jusqu'en mai. Les étés sont très lumineux et secs. Les orages n'éclatent que rarement avec violence. La présence de la Loire toute proche est importante. Le vent d'ouest apporte souvent de belles journées sèches et chaudes. Les canicules peuvent être fortes et Bourbon-Lancy se distingue en Saône-et-Loire par ses records de chaleurs atteints notamment en août 2003 avec 41,9 °C. En résumé un climat à la teinte particulière souvent influencée par les vents du nord l'hiver et les vents de sud et d'ouest l'été. La pluviométrie est importante en hiver et au printemps, l'été et l'automne se montrant plus secs et lumineux[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Bourbon-Lancy est surtout connue depuis l’Antiquité pour ses eaux thermales qui, des Romains aux curistes du XXIe siècle, soignent les rhumatismes. Parmi ses premiers habitants, les Gaulois « vouèrent le lieu à Bormo ou Borvo, la divinité gauloise des eaux ; d'où le nom de Bourbon »[3]. Ces derniers s'installèrent à l'Ouest de la commune actuelle, à Montaudrou (Mons Druidorum : la montagne des druides) et les Romains au Nord-Est, au somment d'un promontoire rocheux[6] qui y établissent un petit fort : il n'en reste plus rien de nos jours.

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Sur les restes de ce fort, on bâtit durant le Moyen Âge un château-fort orné de sept tours. La ville compte comme patrimoine médiéval un beffroi (qui auparavant était garni d'un pont-levis et d'une grille[7]), le vieux quartier et un rempart, ainsi qu’une église (église Saint-Nazaire, datant du Xe siècle et remaniée au XIIe siècle) du roman primitif qui lui vaut d’être membre des sites clunisiens. Elle a été le « bailliage le plus occidental de la Bourgogne »[8].

Période moderne[modifier | modifier le code]

En 1622, la commune accueille des membres des Frères mineurs capucins ; le 10 mars 1658, elle les dote d'une aide de 40 livres, « attendu qu'ils sont grand nombre de religieux et que les aumônes qui leur sont données par les habitants de cette ville ne sont pas suffisantes pour les faire subsister et que journellement ils rendent de signalés services aux dits habitants »[9].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Elle est chef-lieu de district de 1790 à 1795. Au XIXe siècle, le marquis Étienne Jean François d'Aligre fait bâtir un hôpital, par philanthropie, déboursant quatre millions de francs or ; une statue du marquis et de son épouse ainsi que des armoiries dispersées rappellent leur don[10]. En juin 1904, des inondations submergent en partie la ville[6].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta provisoirement le nom de Bellevue-les-Bains[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections municipales de 2014[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales des 23 et 30 mars 2014, trois listes étaient candidates : la liste du Parti socialiste conduite par le maire sortant, une liste divers gauche et une liste divers droite. La liste PS a été largement battue (ne recueillant que 31 % des suffrages exprimés) par la liste divers gauche (46 % des suffrages exprimés), la liste divers droite recueillant 21 % [12].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Listes des maires[modifier | modifier le code]

PV de la réunion du conseil municipal du 5 avril 2014, signé par le maire Édith Gueugneau.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1912 1934 Gabriel Pain   Médecin
1934 1977      
1977 mars 2001 Roger Luquet PS Enseignant
mars 2001 avril 2014 Jean-Paul Drapier PS Professeur d'histoire
avril 2014 en cours Édith Gueugneau[13] DVG  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 241 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 623 2 802 2 526 2 400 2 292 2 814 2 879 3 003 3 160
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 207 3 292 3 222 3 203 3 228 3 700 3 811 3 881 4 162
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 158 4 266 4 469 4 208 4 843 4 540 4 595 4 559 4 846
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
6 171 6 263 6 640 6 507 6 178 5 634 5 502 5 466 5 275
2011 - - - - - - - -
5 241 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Site industriel implanté à Bourbon-Lancy depuis 1874, l’usine FPT - Fiat Powertrain Technologies - (ex-Iveco-Unic) est le premier employeur privé de Bourgogne, avec un effectif de plus de 1 600 personnes. L’établissement produit des moteurs d’une puissance de 240 à 700 chevaux. Ces moteurs équipent principalement les véhicules du groupe Fiat : Iveco, Irisbus, CNH, etc. Le site, fondé en 1874, était alors la manufacture des machines agricoles Puzenat. L'activité évolue dans les années 1960 avec la fabrication des tracteurs Someca. À la création d'Iveco (Groupe Fiat) en 1975, l'établissement s'est spécialisé dans la fabrication des moteurs diesels. L'usine de Bourbon-Lancy est également un site pilote pour le groupe Fiat.

La commune compte également plusieurs PME : « La Fromagerie Terre D'or », « Les Parfums Jardin de France », etc.

Le slogan touristique qui accompagne le logotype de la ville est : « Bourbon-Lancy, le plein de vie ».

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Hôpital de Bourbon-Lancy.
Entrée de la ville.

Lieux disparus[modifier | modifier le code]

  • Hippodrome de Sornat (1896-1974)[17].

Musées[modifier | modifier le code]

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Bourbon-Lancy est classée ville fleurie, elle possède deux « fleurs ».

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Jean-Baptiste des Gallois de La Tour (1715-1802)
  • Claude Rameau (1876-1955), peintre.
  • Ferdinand Sarrien, maire de Bourbon-Lancy, député, sénateur, ministre et président du Conseil. Il a donné son nom au château Sarrien.
  • Daniel Remondin, général de division, commandant des Écoles logistiques du Train.
  • Michel Laurent, coureur cycliste (1974-1984)
  • Bernard Depierre (1945-), homme politique
  • Gabriel Cimetière (1913-1999), historien, a obtenu plusieurs fois un prix au concours Chefs-d'œuvre en péril pour la restauration du quartier médiéval, créateur du musée des uniformes.
  • Gérard Cimetière (1951-) photographe « portraitiste de France excellence », créateur du festival européen du portrait photographique 2004, 2006, 2008, 2010 et 2012 appelé « L'été des portraits » qui rassemble 500 photographes européens pour une exposition urbaine géante.
  • Edith Gueugneau, Députée de la 2e circonsription de Saône-et-Loire (2012-) et Maire de Bourbon-Lancy (2014-)

Coutumiers des bains[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D’azur au lion d’or accompagné de huit coquilles du même rangées en orle. »
Commentaires : Brian Timms mentionne l’existence d’une variante blasonnée ainsi : « d’or au lion de gueules, à l’orle de huit coquilles d’azur » qui, selon lui, aurait été mentionnée pour la première fois dans un document en 1631. Ces armes, qui étaient celles des seigneurs de Bourbon de la famille de Dampierre (1196-1296), auraient pu être octroyées à la ville par Eudes de Bourgogne (1230-1269), comte de Nevers, d’Auxerre et de Tonnerre, duc héritier de Bourgogne, époux à partir de 1248 de Mathilde II de Bourbon (v. 1234-1262), dame de Bourbon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guide de Bourbon-Lancy, texte de Bernard de Vaulx, édité par le Syndicat d'initiatives et des amis des arts de Bourbon-Lancy et ses environs, 1955, 31 pages.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site des transports de l'Allier (consulté le 6 octobre 2009).
  2. Carte du réseau Bus’céphale sur le site du conseil général de Saône-et-Loire (consulté le 6 octobre 2009).
  3. a et b Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 5.
  4. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 21.
  5. le journal de Saône et Loire, août 2003)
  6. a et b Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 6.
  7. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 9.
  8. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 4.
  9. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 14.
  10. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 19.
  11. « Notice communale de Bourbon-Lancy », sur la base Cassini (consulté le 1er janvier 2012).
  12. Résultats officiels sur le site du ministère de l'Intérieur.
  13. PV de la réunion du conseil municipal du 5 avril 2014 signé par le maire élu Édith Gueugneau.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  16. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, page 12.
  17. http://jeanlouis.maldant.free.fr/hippodromes/hipB.htm