Lac de Cap-de-Long

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac de Cap-de-Long
Le lac de Cap-de-Long vu depuis le Pas du Chat
Le lac de Cap-de-Long vu depuis le Pas du Chat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département Hautes-Pyrénées
Géographie
Coordonnées 42° 49′ 30″ N 0° 07′ 47″ E / 42.825, 0.12972 ()42° 49′ 30″ Nord 0° 07′ 47″ Est / 42.825, 0.12972 ()  [1]
Type Barrage
Origine Vallée glaciaire
Superficie 1,10 km2
Altitude 2 161 m
Profondeur 130 m
Volume 67 millions de m3
Hydrographie
Bassin versant 11 km2
Émissaire(s) Neste de Couplan

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Lac de Cap-de-Long

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Lac de Cap-de-Long

Le lac de Cap-de-Long est un lac des Pyrénées françaises situé à une altitude de 2 160 m.

C'est après le lac de Lanoux la seconde plus grande retenue des Pyrénées françaises, sur 110 hectares pour une profondeur maximale d'environ 130 m et une capacité utile de 67 millions de m3.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cap de Long signifie « la tête (de vallée) (au pied) du (pic) Long ». C'est le lieu-dit normal du verrou glaciaire au pied du pic Long. La retenue actuelle, créée par la construction d'un grand barrage entre 1950 et 1954, intègre l'ancien lac naturel de Cap de Long et le lac de l'Oustallat.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac s'étend sur la commune d'Aragnouet (Hautes-Pyrénées), près de Saint-Lary-Soulan, dans la région Midi-Pyrénées. Il est situé en bordure de la réserve naturelle du Néouvielle, du massif du Néouvielle et aux portes du parc national des Pyrénées.

Les localités les plus proches sont Aragnouet, Betpouey, Barèges et Gèdre.

Topographie[modifier | modifier le code]

C'est à l'origine un lac glaciaire, creusé durant la phase de glaciation du quaternaire dans le massif granitique du Néouvielle. Il est entouré, au Nord par le Pic de Néouvielle et le Pic des Trois Conseillers, à l'Ouest par le Turon de Néouvielle et au Sud par le Cylindre d'Estaragne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le lac de Cap-de-Long en cours de remplissage

Le réservoir de Cap-de-Long est alimenté, par gravité, par les eaux de son bassin versant (massifs du Pic Long, du Campbielh et du Néouvielle) et par celles du lac d'Aubert et du lac d'Aumar.

Une station de pompage refoulante installée à l'altitude de 1 700 m, au-dessus de l'usine de Pragnères renvoie dans le lac de Cap-de-Long les eaux du massif d'Ardiden, stockées temporairement au barrage d'Ossoue au pied du Vignemale, après un siphonnage de 900 m de dénivellation franchissant la vallée du Gave de Pau.

Une deuxième usine de pompage, située à la Glère, au-dessus du Lienz (commune de Barèges), permet de remonter à Cap de Long les eaux stockées au barrage d'Escoubous et Aygues-Cluses.

Tous les transferts d'eau se font dans 40 km de galeries creusées dans la montagne, et des puits permettent d'y descendre les eaux recueillies sur leur parcours, par 38 prises d'eau.

Bien que le bassin versant du lac soit limité à 11 km2, ce système permet de drainer l'eau équivalente à un bassin de 95 km2 jusqu'au lac de Cap-de-Long[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le barrage de Cap-de-Long au-dessus du lac d'Orédon

Après la mise en service des réservoirs du lac d'Orédon (1884) et du lac d'Aumar (1901), le Ministère de l'Agriculture poursuivit sa politique d'aménagement hydraulique en construisant un barrage sur le lac de Cap-de-Long. Commencés en 1901, les travaux s'achevèrent au début de 1908. Le réservoir d'une capacité de 7 millions de m3 était destiné, comme ceux d'Orédon et Aumar, à alimenter le canal de la Neste.

En 1947, Électricité de France établit les projets d'un nouveau barrage-voûte de 101 m de haut, portant la capacité du réservoir de 7 à 67 millions de m³. Le nouvel ouvrage réunit l'ancien lac de Loustalat et celui de Cap-de-Long. Le barrage fut achevé en 1954. Le réservoir de Cap-de-Long alimente la centrale hydroélectrique de Pragnères (Commune de Gèdre, canton de Luz-Saint-Sauveur) par l'intermédiaire d'une galerie souterraine en charge de 10 km de long.

Voies d'accès[modifier | modifier le code]

La route menant aux lacs (Orédon, Aubert, Aumar et Cap-de-Long) est réglementée : généralement fermée en hiver, la fermeture est signalée par des panneaux, au carrefour de Fabian.

Il n'est accessible qu'à partir de la route départementale 929 en vallée d'Aure en passant par Saint-Lary-Soulan et Tramezaïgues. À Fabian, hameau de la commune d'Aragnouet, la RD 929 délaisse la vallée et monte vers le lac d'Orédon et continue jusqu'au barrage de Cap-de-Long, son terminus.

Haut lieu de balades pyrénéennes, plusieurs sentiers de randonnée permettent, entre autres, d'accéder aux lacs voisins : Aubert et Orédon. C'est le point de départ de nombreuses ascensions pyrénéennes : Pic Long, Pic de Campbieil, Pic Ramoun, escalades des faces et arêtes des versants sud du Néouvielle et du Pic des Trois conseillers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : cartes IGN à l'échelle 1:25000 sur Géoportail
  2. Panneau d'information EDF situé au barrage. Vu le 3 juin 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]