Brion (Lozère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brion.
Brion
Blason de Brion
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton Fournels
Intercommunalité Communauté de communes des Hautes Terres
Maire
Mandat
François Vialard[1]
2008-2014
Code postal 48310
Code commune 48031
Démographie
Population
municipale
98 hab. (2011)
Densité 4,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 19″ N 3° 04′ 18″ E / 44.75528, 3.07167 ()44° 45′ 19″ Nord 3° 04′ 18″ Est / 44.75528, 3.07167 ()  
Altitude Min. 980 m – Max. 1 272 m
Superficie 22,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brion

Brion est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Brionais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Massif central, en Aubrac.

Histoire[modifier | modifier le code]

BRION pourrait remonter à un nom celtique BRIGO-DUNON "forteresse de la montagne". ⇒ comparez LUGO-DUNON pour Lyon.[réf. nécessaire]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Brion

Le blasonnement de Brion est : d'azur au mont de six coupeaux d'argent, à la fasce ondée de sinople chargée de trois flammes d'or brochant en pointe, surmontée d'un bâton de pèlerin en forme de canne de berger de gueules aussi brochante, une gourde du même brochant sur le fût sous la crosse, accompagnée en chef de deux étoiles de six rais aussi d'argent

On retrouve dans ce blason le rocher sommé de deux étoiles, qui sont les armes de la famille du Roc de Briont[2], installée dans la commune[3]. Le bâton de pèlerin et la gourde rappellent que Brion est situé vers la via Podiensis, le chemin du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle qui traverse l'Aubrac.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Brion
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1971 François Vialard    
1971 2008 Louis Pignol UMP  
2008 - - - - François Vialard    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 98 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
411 329 399 255 364 381 394 441 422
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
332 351 378 404 360 344 356 361 366
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
345 333 270 282 283 283 293 284 220
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
200 175 145 143 114 109 96 98 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Chaldette[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune, se trouve le hameau de la Chaldette et sa station thermale ouverte en 1994. Les eaux thermales de la Chaldette prennent un premier essor au XIXe siècle, mais les curistes deviennent de moins en moins nombreux au fil des guerres. Sous l'impulsion des collectivités, la station est relancée dans les années 1990.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site du conseil général de la Lozère
  2. héraldique européenne : D'azur, au roc d'argent, issant de la pointe, surmonté de deux étoiles d'or
  3. Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome II
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :