Alet-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alet.
Alet-les-Bains
Ruines de l'abbaye d'Alet
Ruines de l'abbaye d'Alet
Blason de Alet-les-Bains
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Limoux
Canton Limoux
Intercommunalité Communauté de communes du Limouxin et du Saint-Hilairois
Maire
Mandat
Ghislaine Tafforeau
2014-2020
Code postal 11580
Code commune 11008
Démographie
Gentilé Aletois
Population
municipale
435 hab. (2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 59′ 51″ N 2° 15′ 25″ E / 42.9975, 2.2569 ()42° 59′ 51″ Nord 2° 15′ 25″ Est / 42.9975, 2.2569 ()  
Altitude Min. 180 m – Max. 720 m
Superficie 23,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative d'Aude
City locator 14.svg
Alet-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique d'Aude
City locator 14.svg
Alet-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alet-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alet-les-Bains

Alet-les-Bains est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon. Précédemment incluse dans la communauté de communes du Pays de Couiza, la commune a rejoint au 1er janvier 2013 la communauté de communes du Limouxin et du Saint-Hilairois. Alet-les-Bains est connue pour sa source d'eau minérale (l'eau d'Alet).

Ses habitants sont appelés les Aletois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Alet-les-Bains est une station thermale (dont les eaux sont employées dans le traitement des troubles digestifs) située à neuf kilomètres au sud de Limoux et au nord de Quillan dans le département de l'Aude dans le grand sud de la France, en plein cœur du Pays cathare.

Le village est situé à une heure trois quarts de la mer et à une heure des stations de sports d'hiver.

Il fait partie de la région naturelle du Razès au bord du fleuve Aude.

De chaque côté du fleuve et du village, les montagnes culminent à une altitude de 750 mètres.

Accès SNCF par la gare d'Alet-les-Bains sur la ligne Carcassonne - Rivesaltes et par la route RD 612, ancienne route nationale 118.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de l'abbaye d'Alet sont inconnues, mais remontent a priori au VIIIe siècle. Elle est vraisemblablement fondée par Berà, vicomte du Razès. Au XIIe siècle elle est influente et attire bon nombre de pèlerins. Isolé dans son abbaye catholique en pays cathare, Pons Amiel, abbé de 1167 à 1197, fit fortifier la place. Sage mais inutile prudence. À sa mort, le chapitre avait désigné pour le remplacer Bernard de Saint-Ferréol. Le cathare Bertrand de Saissac, tuteur du vicomte Raimond-Roger Trencavel (1185 † 1209), n'approuva pas ce choix, pénétra de force dans l'abbaye, non sans avoir tué quelques moines, fit jeter en prison le nouvel élu, puis exhuma et plaça sur son siège abbatial la dépouille de Pons Amiel. C'est ainsi que sous la macabre présidence d'un cadavre, il fit élire l'abbé Boson, favorable aux Cathares. Bérenger de Barcelone, archevêque de Narbonne, entérina ce choix contre une coquette somme d'argent. Boson ne fut chassé qu'en 1222, après avoir livré Alet au comte de Foix[1].

En 1318, l'abbaye est érigée en évêché, pour poursuivre la lutte contre le catharisme. Elle le reste jusqu'à la Révolution. Le diocèse comprenait 80 paroisses et s'étendait jusqu'à Formiguères et Saint-Paul-de-Fenouillet. Une enceinte fortifiée, encore de nos jours visible, avec quatre portes destinées à assurer la défense de l'abbaye, est édifiée vers la fin du XIIe siècle.

Au XVIe siècle, sous l'épiscopat d'Antoine Dax les calvinistes, appelés Huguenots par leurs adversaires, incendièrent et ruinèrent le palais épiscopal et l'abbaye qui était devenue la cathédrale sainte-Marie de l'évêché d'Alet. Au XVIIe siècle, Nicolas Pavillon, évêque d'Alet, disciple de saint Vincent de Paul grand organisateur, défenseur et soutien des pauvres et, qui osa même se dresser contre l'administration de Louis XIV, aurait pu trouver les moyens de restaurer les édifices endommagés mais n'a pas jugé bon de le faire, faute sans doute d'en apprécier la valeur et pour ne pas choquer les pauvres de son diocèse. Il fera tout de même construire le pont qui enjambe l'Aude en 1662, un système d'irrigation perfectionné, ainsi qu'un séminaire et une institution des Dames Régentes.

Le 35e et dernier évêque d'Alet, Charles de la Cropte de Chanterac, qui a ouvert la "Grand Route" Limoux-Quillan, a fait aussi construire une partie de l'évêché, rattachée au bâtiment le plus ancien qui date du XIIe siècle, actuellement conservé et aménagé. Par un escalier de pierre appartenant à la vieille abbaye, on accède au premier étage où l'on peut voir la belle et vaste salle synodale et la bibliothèque en trompe l'œil d'époque. L'évêché et ses jardins de trois hectares occupent en grande partie l'emplacement de l'ancienne abbaye.

Lors de la séparation des biens de l'Église et de l'État, le palais épiscopal fut acquis par le propre chirurgien du dernier évêque. Sa petite-fille, Élise Dellac, épousa Auguste Saunière qui fut maire d'Alet durant 18 ans. Ce dernier était lui-même le petit-fils d'Étienne Larade, avocat, qui représenta la Haute-Vallée de l'Aude à l'Assemblée Nationale de 1789.

Leurs descendants conservèrent la propriété qui fut entretenue et occupée jusqu'à la moitié du XXe siècle. La famille de l'actuel propriétaire de l'Hôtel de l'Évêché l'acheta alors[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mi XVIIIe siècle. mi XVIIIe siècle Thomas Goulard    
XIXe siècle XIXe siècle Auguste Saunière    
mars 2001 en cours Jean-Denis Alandry    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 435 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
948 864 950 1 139 1 119 1 218 1 320 1 298 1 336
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 251 1 210 1 166 1 121 1 266 950 984 923 828
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
819 834 786 740 759 758 651 684 695
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
654 590 554 543 460 464 442 435 435
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L’eau minérale d’Alet-les-Bains est l’une des plus anciennes exploitées de France : cela fait bientôt cent vingt ans qu’elle est embouteillée[5]. Récupérée grâce à un forage de trois cents mètres de profondeur, elle a un débit de 400 m3/h. C'est l'une des sources les plus productives de France. L'eau minérale d'Alet a des caractéristiques physico-chimiques propres à la source avec une quantité importante de bicarbonate (300 mg/l), de calcium (63 mg/l), de magnésium (23 mg/l) et de potassium (1,8 mg/l).

Le village possède un casino appartenant au groupe Omnium. Malheureusement, ce village autrefois très vivant (hôtel, thermes, multiples boutiques et commerçants, navette permanente entre sa gare et le cœur de village...) ne compte plus aujourd'hui qu'une épicerie, boulangerie... Une buvette servant de gîte, propose un service restauration, est aussi située dans un ancien couvent avec son jardin intérieur et son évêché. Une piscine d'été permet d'apprécier les bains en eau minérale, traitée.

La commune possède des carrières de dolomie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vieux lavoirs de la ville où les habitants viennent faire le plein d'eau minérale.
Source de l'eau minérale d'Alet-les-Bains.

Alet-les-Bains possède un patrimoine architectural et historique prestigieux inscrit et classé monument historique :

  • abbaye du IXe siècle devenue cathédrale au XIIe siècle,
  • église Saint-André[6] du XIXe siècle avec des chapelles de la fin du XVe siècle et du XVIe siècle,
  • bourg médiéval fortifié,
  • hôtels particuliers des XIIe et XIVe siècles à colombages et encorbellements,
  • source thermale, découverte et exploitée par les Romains depuis 2 000 ans,
  • établissement thermal.

L'évêché, les ruines de la cathédrale, l'église paroissiale et le presbytère se suivent à partir du pont traversé par l'avenue Nicolas-Pavillon : artère principale du village et ancienne route nationale 118.

Evénements, animations, Festivals[modifier | modifier le code]

Ciné Sans Filet, le festival du court-métrage d'Alet-les-Bains[7] s'est déroulé en août 2011. Faute de subventions, le festival ne s'est pas déroulé en 2012, et ne se déroulera pas en 2013.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Dax, chanoine et préchantre d’Alet, abbé de Saint Polycarpe. Nommé le 26 septembre 1564 évêque d’Alet. Il vivait encore en 15719. Il présida l'assemblée du 2 novembre 1569 des États de Languedoc.
  • Nicolas Pavillon (XVIIe siècle), évêque d'Alet.
  • Thomas Goulard, (1697-1784), chirurgien et anatomiste qui fut nommé maire de la ville.
  • Emile Bourgès alias « Le Diable Rouge » (1901-1975 à Vals-les-Bains-Ardèche), funambule autodidacte, enfant abandonné d'Alet qui donna ses premières représentations en costume rouge dans son village les 4 et 15 août 1927.
  • Roger Peyrefitte (1907-2000), écrivain, y est enterré auprès de ses parents.
  • Ferdinand Conquet (1906-2007), résistant et prisonnier de guerre.
  • Achille Laugé (1861-1944), peintre, y avait son atelier.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Alet-les-Bains (Aude).svg Blasonnement de la commune : D'azur au vol abaissé d'argent, à la croisette pattée de procession d'or à la hampe brochant sur le vol, accostée en chef de deux étoiles du même et soutenue d'une foi aussi d'argent.
Blason ville fr Alet-les-Bains-1696 (Aude).svg Blasonnement de la commune tel que décrit en 1696 par Charles d'Hozier : De sable à un sautoir d'or accompagné de quatre losanges d'argent[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Pays Cathare J.L. Aubardier, M. Binet, H. Champollion - éditions OUEST-FRANCE
  2. descendance familiale.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. Tout savoir sur l'eau minérale d'Alet
  6. Gratien Leblanc - L'église Saint-André d'Alet - pp.304-216, dans Congrès archéologique de France. 131e session. Pays de l'Aude. 1973 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1973
  7. Festival International du Court-Métrage Cine Sans Filet Alet les bains
  8. Armorial général des personnes, domaines, compagnies, corps et communautés (circonscription actuelle de l'Aude) / extrait de l'Armorial général (manuscrit), dressé en vertu de l'édit de 1696 par Charles d'Hozier, éd. de Carcassonne, 1876, page 15, (texte sur Gallica)