Quatre-Vallées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aure.
Fontaine des Quatre-Vallées à Tarbes

Le comté d'Aure, appelé également Quatre Vallées était une ancienne province française regroupant les vallées d'Aure, de la Basse-Neste, de Barousse et de Magnoac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Quatre-Vallées passèrent successivement à Jean IV et Jean V d'Armagnac. Celui-ci en fit donation à sa sœur, Isabeau d'Armagnac. Il fut tué lors du sac de Lectoure. le sénéchal de Toulouse, Gaston de Lyon, ayant sauvé Isabeau lors de la prise de Lectoure, celle-ci en fit son héritier, tant pour ses biens patrimoniaux que pour les Quatre-Vallées.

Sous l'Ancien Régime, les Quatre-Vallées étaient divisées en quarante paroisses : treize relevaient du diocèse d'Auch ; les vingt-sept autres, du diocèse de Comminges. La vallée de la Neste comprenait sept communautés d'habitants : Labarthe (aujourd'hui, La Barthe-de-Neste), son chef-lieu ; Bazus (aujourd'hui, Bazus-Neste) ; Bizous ; Lortet, Mazouau ; Mour (réunie, en 1808, à La Barthe-de-Neste) ; et Saint-Arroman. Un sénéchal et un juge royal, assisté de deux lieutenants, résidaient à Castelnau de Magnoac. Tous les ans, une assemblée, présidée par le sénéchal ou, en son absence, par le juge royal, siégeait à Castelnau, lieu ordinaire de sa convocation et de sa réunion.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]