Prison des Carmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le perron du couvent des Carmes.
Le jardin du couvent des Carmes.

La prison des Carmes était installée pendant la Révolution dans l’ancien monastère des Carmes à Paris.

Celui-ci formait un vaste enclos couvrant l’espace circonscrit par la rue du Regard, la rue du Cherche-Midi et la rue Cassette, et était bordé au sud par la rue de Vaugirard.

Martyrs de Septembre[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Pierre-Louis de La Rochefoucauld-Bayers, évêque de Saintes, un des trois prélats assassinés. Vitrail signé Gustave Pierre Dagrant de la Basilique Saint-Eutrope de Saintes, Charente-Maritime.

Le 12 juillet 1790, la Constitution civile du clergé fut adoptée, instaurant l'élection des curés et des évêques et leurs appointement par l'Etat. Sur 130 évêques, 126 la refusèrent, ainsi qu'environ la moitié des prêtres (en proportion variable selon les provinces).

La rupture entre les réfractaires et la Révolution fut consommée le 13 avril 1791 suite au bref du pape déclarant la constitution civile du clergé "hérétique et schismatique". Le 27 mai 1792, un décret de l'Assemblée Législative ordonna la déportation des prêtres réfractaires[1].

Dans ce contexte, la communauté des religieux carmes déchaussés dut quitter son monastère qui fut auparavant pillé, notamment la bibliothèque. Le bâtiment fut immédiatement transformé en prison pour accueillir les « suspects », qui devinrent, pour une large part, les victimes des massacres de septembre 1792.

191 ecclésiastiques dont trois évêques y furent massacrés dans des conditions particulièrement violentes, sous la conduite du commissaire Stanislas-Marie Maillard, exécuteur des ordres du Comité de surveillance[2].

Du tribunal installé dans le couvent, il jugeait et condamnait un à un tous ceux qui se présentaient devant lui « à la force ». La porte s’ouvrait et dès que les religieux qui avaient refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé en franchissaient le seuil, ils tombaient sous les piques ou les baïonnettes[3]. Ce massacre dura toute la nuit[1].

Les victimes[modifier | modifier le code]

L’archevêque d’Arles, Jean Marie du Lau d'Allemans et son vicaire général Armand de Foucauld de Pontbriand, les évêques de Beauvais, François-Joseph de La Rochefoucauld-Bayers, et de Saintes, Pierre-Louis de La Rochefoucauld-Bayers, son frère, furent enfermés dans l’église. Pendant les journées des 2, 3, 4 et , les trois prélats et les prêtres furent massacrés dans les jardins du couvent, parmi lesquels dom Ambroise Chevreux, François-Louis Hébert et Joseph-Marie Gros.

Parmi les prêtres, huit étaient membres de la municipalité de paroisse canadienne du Québec Saint-Sulpice. Parmi ces huit, il y avait André Grasset, prêtre de l’archevêché de Sens, né au Canada. Il y avait également vingt-trois anciens Jésuites qui, ayant refusé la Constitution civile du clergé, furent mis à mort au cours des massacres de Septembre. Trois Jésuites nous sont particulièrement connus : les bienheureux Jacques Bonnaud, vicaire général de Lyon, Guillaume-Antoine Delfaud, archiprêtre de Daglan (Dordogne), et Alexandre Lanfant, prédicateur de la Cour.

Guillaume-Antoine Delfaud, député du clergé aux États généraux, qui vota l'abolition des privilèges, refusa la constitution civile du clergé, par fidélité à Rome. Dénoncé, puis arrêté, il fut enfermé dans la prison des Carmes, où il périt parmi ses compagnons martyrs.

Le secrétaire général de l'Institut des Frères des écoles chrétiennes, le Frère Nicolas Leclerc[4] (en religion Frère Salomon) compte également au nombre des victimes[1].

Jean-François Bousquet, fils d'une famille aisée du village de Ginestas, né le 8 janvier 1751. Il effectue des études à Toulouse et il devient docteur en théologie. Il est ordonné prêtre à Narbonne en 1777, et rejoint le diocèse de Paris. Auteur de recherches sur les sentences canoniques et de deux volumes de droit canonique il est dénoncé, arrêté et enfermé dans le couvent des Carmes en Août 1792[5].

Postérité[modifier | modifier le code]

Ceux qui sont morts ce jour-là ont été appelés les « martyrs de Septembre » ou encore les « martyrs des Carmes ». Une plaque de marbre sur laquelle figure ces mots Hic ceciderunt (Ici, ils périrent) indique le lieu de leur martyr. Le 17 octobre 1926, le pape Pie XI béatifie les 191 « martyrs des Carmes »[1].

Joséphine de Beauharnais et Thérésa Tallien y furent emprisonnées pendant la Révolution. Joséphine de Beauharnais écrivit de sa main un message qui fut contresigné par Thérèse Tallien sur un mur : « Liberté, quand cesseras-tu d’être un vain mot ? Voilà dix-sept jours que nous sommes enfermées. On nous dit que nous sortirons demain, mais n’est-pas là un vain espoir ? ». Ce message a été placé dans une vitrine, où il peut être lu. Les ossements des prêtres ont eux été placés dans une châsse en verre au couvent des Carmes, qui est devenu l’Institut catholique de Paris.

En 1992, à Ginestas (Aude), une croix en granite de 12 m de haut est érigée en mémoire de l'enfant du pays, Jean-François Bousquet, mort dans la Prison des Carmes le , et déclaré bienheureux, avec les autres « martyrs », en 1926[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Clémence Houdaille, « Les martyrs de la Révolution », La Croix, no 40621,‎ , p. 16-17.
  2. Église St Joseph des CarmesA l’Abbaye, sous la « présidence » de Maillard, ils dureront jusqu’au 4 septembre en fin de matinée (180 morts env. dont 21 prêtres sur 238 prisonniers dont 29 prêtres), aux Carmes, avec Violette, ils cesseront vers 18 heures faisant 116 morts sur 162 à 172 prisonniers.
  3. Bienheureux Martyrs des Carmes Le 2 septembre 1792, elles sont investies par des 'sans culottes' exaltés. Les assassinats qui inaugurent le carnage sont suivis d'un simulacre de jugement: "J'appartiens à l'Église catholique, apostolique et romaine." À ce titre, exécution immédiate. Plus d'un millier d'entre ces prisonniers sont tombés en ces jours sous une fureur populaire incontrôlée.
  4. Le Frère Salomon a été canonisé le 16 octobre 2016, par le pape François. Il est le premier saint canonisé de la révolution Française.
  5. a et b Mairie de Ginestas, « La croix du Bienheureux », geocaching.com (consulté le 18 octobre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Cholvy éd., Un évêque dans la tourmente révolutionnaire, Jean Marie du Lau, archevêque d’Arles, et ses compagnons martyrs, 1792-1992, colloque du IIe centenaire tenu à Arles les 2-4 octobre 1992, Montpellier, Université Paul Valéry, 1995.
  • Mère Saint-Jérôme, La Vie de la Révérende Mère Thérèse Camille de Soyécourt, carmélite, Paris, Vve Poussielgue-Rusand, , 309 p. (lire en ligne), p. 167-172, note de bas de page.
  • Paris (France), Mairie annexe du VIe Arrondissement, Association du souvenir des martyrs et Amis du VIe (Paris, France), 1792, les massacres de septembre : les Carmes, l'Abbaye, Saint-Firmin : Mairie du VIe arrondissement, 11 septembre-4 octobre 1992, La Mairie, , 181 p. (lire en ligne).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]