Clocheton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cathédrale de Dol-de-Bretagne : clochetons des contreforts ornés de petits frontons doublés trilobés surmontés de pinacles couronnés par des feuillages fleuronnant.
Chapelle Notre-Dame du Kreisker : tour couronnée d'un étage destiné aux cloches et d'une flèche octogonale flanquée sur ses pans de quatre hautes lucarnes et cantonné de quatre clochetons hexagones à trois étages ajourés par des baies superposées, dont les pinacles s'élèvent au-dessus de petits gables pleins.

.

Au sens architectural strict, le clocheton constitue un amortissement, un pinacle, qui prend la forme pyramidale qui rappelle celle d'un clocher mais qui n’a pas de cloches[1], même si ce petit corps est adossé au corps d'un grand clocher. Sa fonction est ornementale (amortissement qui surmonte une tourelle, un contre-fort, ou qui cantonne la base d'une flèche d'église).

Un clocheton, au sens commun du terme, est un petit clocher. Il est membre du corps de bâtiment, et peut être un « corps d’angle » ou un « corps dans œuvre » de la forme d'une petite tour ; il peut aussi être un mur épais de faible hauteur en élévation « dans-œuvre » ou « sur le pan», avec des baies où sont logées les cloches comme un campenard.

Le clocheton d'une mairie (son petit beffroi), le clocheton d’un lycée, d’une manufacture ancienne, d’un bagne ancien, d'un château, est un petit clocher à usage fonctionnel pour l'alarme ou l’appel, et pour donner l'heure.

Un clocheton de chapelle n'a plus ce sens ornemental et a les fonctions d'un clocher d’église.

Clochetons célèbres[modifier | modifier le code]

  • Clocheton en ardoise de l'abbaye du Ronceray, ou dit de la Boquette d'Angers, auquel une chanson est dédiée dans les traditions folkloriques de la ville : un accès secret datant de 1815 permettrait la montée à son sommet et la vue sur la ville d'Angers y serait imprenable.
La Boquette et son clocheton traditionnel.


Galerie[modifier | modifier le code]

Voir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean de Vigan, Le Petit Dicobat. Dictionnaire général du bâtiment, Arcature, 2008, 957 p. (ISBN 978-2952360845). Jean-Marie Pérouse de Montclos, Architecture, méthode et vocabulaire, Éditions du Patrimoine, 2011, 672 p. (ISBN 978-2757701249).