Église de l'Immaculée-Conception de Lambach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les églises consacrées sous le même vocable, voir église de l'Immaculée-Conception.
Église de l'Immaculée-Conception
Présentation
Culte Catholique romain
Rattachement Diocèse de Metz
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Lambach
Coordonnées 49° 02′ 04″ nord, 7° 21′ 38″ est

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Église de l'Immaculée-Conception

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Église de l'Immaculée-Conception

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église de l'Immaculée-Conception

L’église de l’Immaculée-Conception-de-la-Très-Sainte-Vierge se situe dans la commune française de Lambach et le département de la Moselle.

Édifice[modifier | modifier le code]

La première pierre de la Lambacher Bergkirchlein (l’actuel département de la Moselle était alors un territoire allemand) est posée le . De style néoroman, la construction utilise le grès rouge des Vosges du Nord. Les piliers et les arcs contrastent ainsi avec les teintes claires de la décoration, en bois massif des forêts de la région.

Les vitraux sont de la maison Ott de Strasbourg et datent de 1957. Ils retracent la vie de la Sainte Vierge. La crucifixion et le vitrail géométrique du chœur sont à remarquer. L’autel actuel[Quand ?] est réalisé par les ouvriers du village.

L'orgue est inauguré le . Il est conçu dans l'esprit des instruments classiques des XVIIe et XVIIIe siècles. Il comprend une tuyauterie de quinze jeux, soit 1 096 tuyaux et trois claviers. Il en résulte que les tonalités de Do majeur et de Sol sont particulièrement belles. L'étude et l'esthétique sont de Gaston Kern de la Manufacture Alsacienne d'Orgues.

Orfèvrerie[modifier | modifier le code]

L’église possède trois pièces d’orfèvrerie liturgique intéressantes. La première est un calice en argent, portant la lettre-date 1753 de Strasbourg, œuvre de Jean-Louis Imlin le jeune, reçu maître-orfèvre en 1720. Des cornes d'abondances sur fond de feuilles découpées mêlées à des pampres constituent le décor de la fausse-coupe, particulièrement soigné et original. Les deux autres pièces, un calice et un ciboire, le premier en argent, le second en cuivre doré, portent le poinçon de Weihinger et datent des années 1800.

Liens externes[modifier | modifier le code]