Léman Express

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léman (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec CEVA ou Léman 2030.

Léman Express
Image illustrative de l’article Léman Express
Logo du Léman Express.

Image illustrative de l’article Léman Express
Une RABe 522 en livrée Léman Express assurant un Regio Lancy-Coppet en 2018.

Situation Drapeau de la Suisse Suisse : cantons de Genève et de Vaud
Drapeau de la France France : départements de la Haute-Savoie et de l'Ain
Type Réseau express régional
Entrée en service (mise en service partielle)
(mise en place de la numérotation des lignes)
(mise en service complète)
Longueur du réseau 230 km
Lignes 6 (en 2019)
Gares 45
Rames 40 rames, réparties en :
17 Z 31500 (Régiolis)
23 RABe 522 (FLIRT)
Fréquentation 50 000 voyageurs/jours
(estimations)
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire CFF Infrastructure
SNCF Réseau
Exploitant CFF
SNCF
(coordination via Lémanis)
Site internet lemanexpress.ch
Slogan Vivons plus grand.
Lignes du réseau L1L2L3L4L5L6
Réseaux connexes TPG
TAC
BUT
TUB
TER Auvergne-Rhône-Alpes
RER Vaud

Image illustrative de l’article Léman Express
Le réseau partiellement mis en service le 9 décembre 2018.

Le Léman Express est un réseau au gabarit ferroviaire de transport en commun qui dessert Genève et son agglomération transfrontalière. Constitué de six lignes, il desservira une fois complété 45 gares pour 230 kilomètres de voies et sera fréquenté par 50 000 voyageurs par jour. De par sa situation transfrontalière, à cheval sur la Suisse et la France, ce réseau est coordonné par Lémanis, une filiale commune aux deux exploitants, les CFF et la SNCF, qui est aussi chargée de sa promotion.

La partie centrale du réseau est constituée par le CEVA (« Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse »), la ligne de 16,1 kilomètres reliant Genève à Annemasse en grande partie souterraine et dont la construction a débuté en pour une inauguration prévue en même temps que la totalité du réseau, soit le , bien que les premiers aménagements de l'offre seront mis en place dès le sur les lignes existantes et que la mise en service commerciale partielle du réseau ait lieu dès le . La mise en service complète du Léman Express est tributaire des retards pris sur la construction de la ligne. Le réseau s'étendra sur un périmètre recouvrant les cantons suisses de Genève et de Vaud, ainsi que les départements français de l'Ain et de la Haute-Savoie, ce qui en fait un réseau unique en Europe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Léman Express naît d'une problématique majeure du Grand Genève : les déplacements transfrontaliers. Seuls 16 % des 550 000 déplacements transfrontaliers quotidiens en 2015 s'effectuent en transports en commun, faute d'une offre efficace, poussant les utilisateurs à emprunter leur voiture ce qui provoque une saturation du réseau routier aux heures de pointe[1].

Rhône Express Régional[modifier | modifier le code]

Bem 550 à la gare de Genève-Cornavin en 2006.

Lancée en 1994, le Rhône Express Régional, classée comme un train Regio (R), relie la gare de Genève-Cornavin à celles de La Plaine et de Bellegarde via la Ligne de Châtelaine (bif) à la frontière vers Bellegarde à l'aide d'automotrices bi-modes CFF Bem 550 construites par les Ateliers de constructions mécaniques de Vevey en 1994 (et similaires aux rames de la ligne M1 du métro de Lausanne)[2]. Elles arborent une livrée spécifique avec un sigle RER stylisé et remplacent les BDe 4/4 II en service depuis l'électrification de la ligne dans les années 1950[3].

Initialement en terminus à La Plaine, la ligne RER est prolongée en France jusqu'à Bellegarde-sur-Valserine le [4],[5]. En 2009, les Bem 550 ont été retirées des liaisons Genève-La Plaine, remplacés de façon temporaire par des Stadler FLIRT de type RABe 524 de TiLo[6] modifiées de façon à être aptes à rouler sous 1 500 V et en France[7],[8].

Lors de la modernisation de la ligne en 2014 avec l'abandon de l'électrification en 1 500 V au profit du 25 kV - 50 Hz, les CFF Bem 550, incompatibles avec la nouvelle tension, et les RABe 524 ont été remplacées par des Stadler FLIRT de type RABe 522 et pour certaines relations des RBDe 562 « Colibri » ; les RABe 524 ont retrouvé les lignes tessinoises, tandis que les Bem 550 ont été radiées.

L'appellation Rhône Express Régional semble alors avoir été abandonnée au profit de la seule appellation Regio (R). Seuls les Transports publics genevois semblent continuer à l'utiliser sur certains documents[9].

Elle constitue en quelque sorte les prémices du RER genevois et est intégrée à l'offre du Léman Express (lignes L5 et L6), tout comme le Regio reliant la gare de Coppet à la gare de Lancy-Pont-Rouge (lignes L1 à L4).

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Plan schématique du réseau régional genevois en 2011.

De par sa nature transfrontalière (2 pays, 2 cantons et 2 départements), ce projet regroupe un nombre important d'acteurs, mais est piloté conjointement par la région Auvergne-Rhône-Alpes et le canton de Genève :

L'ensemble des parties s'est engagée, par un protocole d'accord signé le [10] à travailler en commun sur l'organisation du futur réseau et toutes ses thématiques : offre, exploitation, matériel roulant, communication-marketing, tarification-billettique, services, commercialisation…

Le 12 janvier 2009, la Région Rhône-Alpes, à l'occasion d'une réunion de concertation regroupant notamment les collectivités et les associations d'usagers de Haute-Savoie, a présenté les premiers aboutissements de ce travail commun.

Le 13 janvier 2009, les Cantons de Genève et Vaud ont présenté à leur tour ce projet lors d'une conférence de presse[11]. À cette occasion, la mise en service du réseau a été annoncée à l'horizon 2016 (l'année 2013 était évoquée jusqu'à présent). Le dossier de presse était constitué des éléments suivants :

Le travail de partenariat entre les différentes instances des deux pays a déjà été récompensé par la remise le du prix européen Intermodes 2010 qui récompense ainsi l'intermodalité et la complexité transfrontalière du RER franco-valdo-genevois et de son infrastructure principale, le CEVA[12],[13]. Le projet Léman Express est en effet lié aux travaux de cette ligne, tout retard pris sur la construction de cette dernière entraîne un retard sur la mise en service du réseau : prévue initialement en 2017, l'ouverture coordonnée est reportée en 2019[14].

Entre le et le , une consultation sur internet est lancée afin de choisir un nom au Réseau express régional franco-valdo-genevois, parmi quatre propositions[1] : CEVA Express, Léman Express, Lémanis et Réflex. Sur les près de 7 900 votes enregistrés, le nom Léman Express a été choisi avec près de 41 % des voix[1],[15].

Début 2017, la société Transferis créée en 2008 laisse place à Lémanis, un nouvel organisme qui a pour but de coordonner le réseau entre ses deux exploitants (CFF et SNCF) et d'en promouvoir l'offre[16].

Le réseau sera mis en service le [17], en même temps que le CEVA[18].

Travaux d'aménagements[modifier | modifier le code]

Construction de la nouvelle gare de Lancy-Pont-Rouge.

Outre la réalisation du CEVA qui, avec son tunnel, concentre les chantiers les plus importants, d'autres travaux sont nécessaires sur les lignes existantes qui seront parcourues par le Léman Express.

Début , les CFF ont lancé les travaux d'aménagements de la ligne Lausanne – Genève entre Coppet et Lancy afin de pouvoir instaurer un cadencement au quart d'heure sur ce tronçon, via la création d'une 4e voie et de nouveaux quais centraux d'environ 200 m de long aux gares de Chambésy et de Mies. Ces derniers sont achevés respectivement en mai et juin 2017[19]. Ces travaux permettent fin 2017, concomitamment à l'ouverture de la gare de Lancy-Pont-Rouge, d'instaurer ce nouveau cadencement aux heures de pointe, étendu à toute la journée en 2018 une fois la 4e voie terminée. D'août 2018 à fin 2019, c'est au tour de la ligne Genève-La Plaine de voir des aménagements être réalisés avec les gares de La Plaine, Russin, Satigny et de la Zimeysa qui seront rénovées (mise aux normes d'accessibilité, rehaussement des quais et d'autres travaux selon les gares) ; les gares de Meyrin et de Vernier suivront à l'horizon 2022[20],[21]. Ces travaux sont aussi en lien avec le projet Léman 2030[21].

Côté français, on peut citer le réaménagement des gares d'Annemasse et de Thonon-les-Bains, la mise aux normes d'accessibilité (rehaussement des quais, bandes pododactiles, etc.) pour des gares de Valleiry, Saint-Julien-en-Genevois, Machilly, Bons-en-Chablais, Perrignier, Évian-les-Bains et Reignier ainsi que la suppression de passages à niveaux à Étrembières et Reignier-Ésery[22],[23],[24]. En 2019, les gares de Sallanches - Combloux - Megève, Saint-Gervais-les-Bains-Le Fayet, Saint-Pierre-en-Faucigny, Bonneville, Marignier, Magland, La Roche-sur-Foron, Pringy, Saint-Martin-Bellevue et de Groisy - Thorens - la-Caille seront aussi mises en accessibilité[25]. Les travaux s'accompagnent d'un rallongement des quais et d'un éclairage amélioré des gares[25].

Premiers aménagements de l'offre[modifier | modifier le code]

Dès l'année 2018, en avril, la ligne « Regio » ou « RER » Genève-La Plaine est équipée en intégralité des RABe 522, en remplacement des RBDe 560 « NTN » ou « Colibri » ; le 11 juin, cette ligne est officiellement intégrée au réseau et la cadence au quart d'heure est mise en place sur la ligne « Regio » Lancy-Coppet aux heures de pointe du lundi au vendredi (de 6 à 9 h et de 17 à 19 h), marquant officiellement la mise en service partielle du Léman Express[26],[27]. Toutefois, les trains resteront désignés sur les grilles horaires comme des trains « Regio » R[28].

Enfin, le 9 décembre 2018, lors de l'application du nouvel horaire CFF, la cadence au quart d'heure sur la ligne Lancy-Coppet est mise en place de 6 à 20 h, toujours en semaine[27]. La numérotation définitive des six nouvelles lignes devait être connue à cette date[28], mais a été dévoilée dès septembre 2018 par une mise à jour du site officiel du projet. La numérotation définitive est mise en place dès le 9 décembre 2018, bien que pour l'axe Lancy-Coppet on se retrouve avec quatre indices (L1 à L4) pour une même ligne durant cette période transitoire jusqu'à la mise en service du CEVA[29].

Le réseau[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

De par son caractère transfrontalier, le Léman Express desservira des gares dans quatre collectivités territoriales de deux pays, dont la plupart sont dans le Grand Genève :

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Si à son lancement le réseau est co-exploité par les CFF et la SNCF, il devrait d'ici 2023, selon la lettre d'intention signée par les deux pays le 1er février 2018, être exploité par une compagnie bi-nationale unique, ainsi qu'être géré par une autorité organisatrice unique[30]. Cette compagnie unique soulève des craintes chez les syndicats suisses, craignant une ouverture aux appels d'offres (système en vigueur en France) et l'arrivée d'un exploitant dont les conditions de travail seraient, selon le syndicat SEV notamment, inférieures à celles des CFF[30].

Présentation[modifier | modifier le code]

Le réseau Léman Express tel que mis en service de façon partielle le 9 décembre 2018.

Le Léman Express est un moyen de transport ferré qui consiste en l'intégration de lignes régionales préexistantes à un réseau en partie souterrain, à grand gabarit ferroviaire et contournant le centre-ville de Genève par le sud. L'ensemble du réseau est exploité avec des services fréquents et cadencés. Il s'agira d'assurer une desserte aux dix minutes entre les gares de Coppet, Genève-Cornavin et Annemasse et à raison de deux trains par heure en moyenne sur le reste du réseau[1]. À Genève, il offrira plusieurs correspondances avec le tramway.

Le Léman Express sera constitué par l'interconnexion grâce au CEVA (Ligne Genève-Annemasse) de lignes régionales existantes :

Le réseau TER Auvergne-Rhône-Alpes de Haute-Savoie, soit les sections suivantes :

Les lignes Regio genevoises :

Le réseau, via les gares d'Annecy, Annemasse, Bellegarde et Genève-Cornavin sera connecté avec les réseaux grandes lignes suisses (IC, EC, IR) et français (TER, TGV, TGV Lyria). De par son caractère transfrontalier et son étendue, il est unique en Europe[16]. En gare d'Annemasse, gare-frontière, un changement de conducteur sera effectué[31].

Le réseau Léman Express définitif au 15 décembre 2019 avec la mise en service du CEVA entre Lancy-Pont-Rouge et Annemasse.

Le Léman Express permettra de réduire les temps de trajets, dont voici quelques exemples[32] :

  • Annemasse - Genève-Cornavin : 22 min ;
  • Coppet - Genève-Champel : 40 min ;
  • La Roche-sur-Foron - Lancy-Bachet : 40 min ;
  • Lancy-Pont-Rouge - Thonon-les-Bains : 52 min ;
  • Bellegarde - Genève-Eaux-Vives : 54 min ;
  • Évian-les-Bains - Genève-Cornavin : h 8 min ;
  • Annecy - Genève-Eaux-Vives : h 13 min ;
  • Saint-Gervais-les-Bains - Le Fayet - Chêne-Bourg : h 20 min.

Les lignes[modifier | modifier le code]

Les logos Léman Express et CFF sur une RABe 522.

Le Léman Express est constitué de six lignes qui desserviront une fois le réseau achevé un total 45 gares réparties sur 230 km de voies[1]. Le tronçon central, de Genève à Annemasse soit le CEVA, verra passer six trains par heure (Léman Express et trains RegioExpress), chaque branche de l'étoile ferroviaire verra passer deux trains par heure[32].

Le réseau est intégralement cadencé et construit autour de nombreux nœuds de correspondance dont Annemasse, Bellegarde, Genève-Cornavin et La Roche-sur-Foron. Dans cette idée, chaque train arrivant dans une de ces gares est quasi systématiquement en correspondance vers une autre destination (exemple : en gare de La Roche sur Foron, le TER St-Gervais - Annecy sera systématiquement en correspondance avec la ligne L2 qui reliera Coppet à Annecy).

Offre au 9 décembre 2018[modifier | modifier le code]

Les lignes L1 à L4 sont mises en service de façon partielle, de Coppet à Lancy-Pont-Rouge, et les lignes L5 à L6 en totalité dès le 9 décembre 2018[33].

Axe Coppet - Lancy-Pont-Rouge (Lignes L1 à L4) :

  • En semaine, de h à 21 h : un train tous les quart d'heure, toutes les demi-heures en soirée ;
  • Le samedi : un train toutes les demi-heures ;
  • Les dimanches et fêtes : un train par heure.

Ligne L5 : Genève-Cornavin - La Plaine :

  • Du lundi au samedi, de h 15 à 19 h 45 : un train toutes les demi-heures, toutes les heures en soirée ;
  • Les dimanches et fêtes : un train par heure.

Ligne L6 : Genève-Cornavin - Bellegarde :

  • Du lundi au vendredi, de h 50 à 21 h 30 : un train par heure, à certaines heures.

Pour les lignes L5 et L6, il est à noter qu'il s'agit de l'offre préexistante sur l'axe Genève-Bellegarde. L'ensemble des dessertes sont omnibus, sauf pour la ligne L6 qui ne dessert pas la gare de La Plaine, en raison de contraintes d'exploitation (un seul quai en service), tant qu'elle n'aura pas fait l'objet de réaménagements.

Offre au 15 décembre 2019[modifier | modifier le code]

Selon le projet présenté en début d'année 2009[34],[35], et le plan projeté du réseau daté de [36], les lignes du réseau seront cadencées de la manière suivante :

Ligne L1 : Coppet - Genève-Cornavin - Annemasse - Évian-les-Bains :

  • 2 liaisons par heure (cadence 1/2 heure) : desserte omnibus ;
  • 3 trains sur 4 directs ;
  • 1 train sur 4 en une correspondance à Annemasse.

Ligne L2 : Coppet - Genève-Cornavin - Annemasse - La Roche-sur-Foron - Annecy :

  • 2 liaisons par heure (cadence 1/2 heure) : desserte omnibus ;
  • 1 sur 2 direct ;
  • 1 sur 4 en une correspondance à La Roche-sur-Foron ;
  • 1 sur 4 en deux correspondance à La Roche-sur-Foron et Annemasse.

Ligne L3 : Coppet - Genève-Cornavin - Annemasse - La Roche-sur-Foron - Saint-Gervais-les-Bains-Le Fayet :

  • 2 liaisons par heure (cadence 1/2 heure) : desserte omnibus ;
  • 1 sur 4 direct ;
  • 1 sur 4 en une correspondance à Annemasse ;
  • 1 sur 2 en une correspondance à La Roche-sur-Foron ;

Ligne L4 : Coppet - Genève-Cornavin - Annemasse :

  • 4 liaisons par heure (cadence 1/4 d'heure) : desserte omnibus ;
  • 3 trains sur 4 continuent au-delà d'Annemasse à destination d'Évian-les-Bains, Saint-Gervais et Annecy (voir ci-dessus) ;
  • tous les trains sont directs.

Un extrait détaillé des horaires de cet axe a été diffusé en janvier 2009[37].

Ligne L5 : Genève-Cornavin - La Plaine :

  • 2 RER par heure entre Genève et La Plaine : desserte omnibus ;

Ligne L6 : Genève-Cornavin - Bellegarde :

  • 1 RER par heure entre Genève et Bellegarde : desserte omnibus sauf gare de La Plaine, en raison de contraintes d'exploitation (un seul quai en service), tant qu'elle n'aura pas fait l'objet de réaménagements.

Autres lignes régionales[modifier | modifier le code]

Ces trois lignes ne sont pas des lignes du Léman Express mais le compléteront :

Vevey - Lausanne - Genève Cornavin - Annemasse (RegioExpress) :

  • 2 liaisons par heure : desserte des gares de Nyon, Coppet, Genève-Cornavin, Lancy-Pont-Rouge, Genève-Eaux-Vives et Annemasse uniquement
  • Tous les trains sont en provenance de Vevey et desserviront aussi les gares de Lausanne, Renens, Morges, Allaman, Rolle et Gland

Annecy - Saint-Gervais (TER)

Lyon-Part-Dieu - Bellegarde - Genève/Évian/St-Gervais (TER) :

  • 1 liaison par heure : desserte des gares d'Ambérieu-en-Bugey, Culoz et Seyssel-Corbonod
  • desserte systématique de Genève
  • desserte d'Évian et St-Gervais en alternance (1 heure sur 2)
  • coupe-accroche en gare de Bellegarde (entre les trains en provenance/à destination de la Haute-Savoie et Genève)

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

En 2019, le matériel roulant du Léman Express sera constitué de deux matériels distincts appartenant à chaque opérateur, pour un total de 40 rames : les CFF ont choisi en 2014 le FLIRT de Stadler Rail, dans une version RABe 522 répondant aux normes françaises commandée à 23 exemplaires et l'ancienne région Rhône-Alpes (pour la SNCF) a choisi en 2015 le Régiolis d'Alstom, dans une variante tricourant, dénommée Z 31500, spécifique au Léman Express commandée à 17 exemplaires[38],[39].

Le matériel roulant sera bi-courant pour les RABe 522 (15 kV-16⅔ Hz et 25 kV-50 Hz) et tri-tension (1 500 V CC, 15 kV-16⅔ Hz et 25 kV-50 Hz) pour les Régiolis. Ces tensions correspondent aux tensions utilisées sur les lignes empruntés par le Léman Express (15 et 25 kV) mais aussi à celles présentes sur le réseau ferroviaire français (1,5 et 25 kV). Le matériel a livrée majoritairement blanche, avec les portes, le toit et les faces avant peintes ou pelliculées en rouge et un pelliculage bleu reprenant le logo du Léman Express[40].

Les liaisons RegioExpress (RE) entre Annemasse, Lausanne, Romont ou Vevey seront assurées par des rames à deux niveaux RABe 511 monocourant 15 kV-16⅔ Hz construites par Stadler.

La mise en service des RABe 522 destinées au Léman Express a débuté avec une première série (522 215-522 223) dont la livraison a eu lieu entre 2017 et 2018, la livraison des éléments suivants (à commencer par le 522 224) continuera courant 2018[41]. Pour les Z 31500, la livraison n'a pas encore commencée mais les deux premiers éléments (Z 31501/502 et Z 31503/504) sont en essais depuis début 2018, en livrée TER classique[42],[43].

Remisage et entretien[modifier | modifier le code]

Le matériel roulant engagé par les CFF devrait a priori être entretenu au centre d'entretien de Genève situé à proximité de la gare de Genève-Cornavin, les zones de remisage restent à déterminer. Pour le matériel roulant engagé par la SNCF, un technicentre est en cours de construction à côté de la gare d'Annemasse[44].

Tarification[modifier | modifier le code]

La question de la tarification du Léman Express est rendue complexe de par son caractère transfrontalier. La tarification définitive n'est pas encore, en septembre 2018, définie bien que trois grandes lignes se dégagent : un trajet Genève-Annemasse se fera selon la tarification Unireso (zones 10 et 82), les autres dessertes verront leur tarification basée sur les tarifs respectifs des CFF et de la SNCF, avec une décote[45].

En décembre 2018, le système tarifaire reste variable selon la destination[33] : tarifications Unireso et CFF pour les gares suisses et tarification SNCF pour les gares françaises de la ligne L6.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Le logo du réseau est formé d'un ruban de Möbius rappelant la forme générale du lac Léman et formé de deux traits rappelant des rails de chemin de fer, le lac est aussi rappelée par le bleu du logo qui évoque celui de l'eau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Le réseau ferroviaire transfrontalier s'appelle Léman Express », sur http://crieur.ch, (consulté le 16 décembre 2017)
  2. (de) Jean-Philippe Coppex, Die Geschichte des Rhône Express Régional RER, zweisprachig deutsch/französisch, in: Tram Nr. 94, 2008, (ISSN 1422-5344)
  3. « Électrification Genève - La Plaine », sur https://histoireferroviaire.wordpress.com, (consulté le 16 décembre 2017)
  4. (de)Schweizer Eisenbahn-Revue 11/2001: Im "Tram" über die französische Grenze
  5. Marie-Annick Depagneux, « Une desserte ferroviaire en tram-train mise en service entre Bellegarde et Genève », sur https://www.lesechos.fr, (consulté le 16 décembre 2017)
  6. Feuille d'Avis officielle de Genève, le 23 septembre 2009
  7. (de) Christophe Keseljevic, Der Abschied vom 1500-V-Gleichstromsystem in Genf, in "Schweizer Eisenbahn-Revue" n. 12 (2013), p. 652
  8. (de) Mathias Rellstab, Tessiner Flirt-Züge auf Genfer Gleichstromstrecke, in "Schweizer Eisenbahn-Revue" n. 10 (2009), p. 536
  9. Exemple d'usage, sur cette page (fiche horaire)
  10. Canton de Genève, « Un pas important vient d'être franchi dans la mise en œuvre du RER franco-valdo-genevois »,
  11. Canton de Genève, « RER franco-valdo-genevois: tout sur la future offre ferroviaire de la région »,
  12. swissinfo.ch, « Les partenaires du projet CEVA décrochent un prix européen »,
  13. SBB CFF FFS, « Le projet CEVA et son futur RER reçoivent un prix international »,
  14. « 21 mois de retard à Champel: la mise en service du CEVA est reportée », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 7 avril 2017).
  15. Ana Dias, « Le RER franco-valdo-genevois s’appellera Léman Express », sur La Tribune de Genève, (consulté le 14 juin 2016)
  16. a et b Sophie Boutrelle, « Lémanis sur les rails », sur https://eco-savoie-mont-blanc.com, (consulté le 16 décembre 2017)
  17. Florent Pecchio, « [VIDEO] Léman Express: la révolution est-elle sur les rails? », sur http://www.lessorsavoyard.fr, (consulté le 16 avril 2018)
  18. CEVA trimestriel N°7 - Juin 2016
  19. Frédéric Revaz, « Mise en service du nouveau quai à la gare de Mies », sur https://cff-presse.ch, (consulté le 16 décembre 2017)
  20. « Léman Express: six gares genevoises modernisées », sur https://www.20min.ch, (consulté le 6 septembre 2018)
  21. a et b Antoine Grosjean, « Six gares genevoises feront peau neuve », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 7 septembre 2018)
  22. « Les travaux sur l'agglomération d'Annemasse », sur https://www.ceva-france.fr (consulté le 16 décembre 2017)
  23. Benoît Sourd, « La gare de Thonon prépare sa mue pour l’arrivée du Léman Express », sur http://www.lemessager.fr, (consulté le 16 décembre 2017)
  24. « Des aménagements en gares de Haute-Savoie », sur https://www.ceva-france.fr (consulté le 16 décembre 2017)
  25. a et b « Marathon de l'accessibilité, top départ ! », sur https://www.ceva-france.fr, (consulté le 15 mars 2018)
  26. « Genève - La Plaine: le Léman express en service », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 17 avril 2018)
  27. a et b « Le Léman Express va se déployer peu à peu », sur http://www.20min.ch, (consulté le 18 mai 2018)
  28. a et b « Brochure Léman Express 11 juin 2018 », sur https://lemanexpress.ch, (consulté le 9 juin 2018)
  29. Recherche horaire sur le site officiel des CFF à une date postérieure au 9 décembre 2018
  30. a et b Marc Moulin, « Français et Suisses veulent une direction unique pour le Léman Express », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 6 février 2018)
  31. Marc Moulin, « Lémanis, la société qui veut gommer la frontière », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 20 décembre 2017)
  32. a et b « Comprendre le Léman Express », sur https://ledauphine.com, (consulté le 22 septembre 2018)
  33. a et b « Horaires Léman Express au 9 décembre 2018 », sur https://lemanexpress.ch (consulté le 24 novembre 2018)
  34. Cantons de Genève et Vaud, Région Rhône-Alpes, « Plan du RER-FVG projeté à l'horizon 2016 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  35. Cantons de Genève et Vaud, Région Rhône-Alpes, CFF, SNCF, RFF, Transferis, « Synthèse des horaires depuis les principales gares du réseau - Horizon 2016 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  36. « Carte du réseau au 15 décembre 2019 », sur https://lemanexpress.ch (consulté le 24 novembre 2018)
  37. Canton de Genève, « Extrait des horaires RER sur la ligne Coppet - Annemasse - St-Gervais-les-Bains-le Fayet / Annecy / Evian - Horizon 2016 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  38. « Des rames Regiolis d'Alstom pour le franco valdo genevois », sur www.rhonealpes.fr (consulté le 19 juin 2015)
  39. « Le réseau express ferroviaire franco-valdo-genevois s'appelle… LÉMAN EXPRESS ! », sur http://www.grand-geneve.org, (consulté le 16 décembre 2017)
  40. « Photo de la RABe 522 215 en livrée Léman Express », sur https://www.flickr.com, (consulté le 18 décembre 2017)
  41. « RABe 522 », sur http://www.passiontrain.ch (consulté le 16 avril 2018)
  42. « Photos des essais de la Z 31501/502. », sur http://letraindalain.free.fr, (consulté le 11 juin 2018)
  43. « Photos des essais de la Z 31503/504. », sur https://www.flickr.com, (consulté le 14 juin 2018)
  44. « Technicentre Léman Express », sur https://www.eutopia.fr (consulté le 30 juin 2018)
  45. « Transports : 4,60€, le prix du billet Léman Express Annemasse-Genève », sur https://www.ledauphine.com, (consulté le 25 septembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]