Ligne 18 du tramway de Genève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligne 18.

Ligne 18
N° 866 au terminus CERN
N° 866 au terminus CERN

Réseau Tramway de Genève
Ouverture
Dernière extension
Année de suspension de service
Terminus Bachet-de-Pesay - CERN
Exploitant Transports publics genevois
Conduite (système) Manuelle (marche à vue)
Matériel utilisé Bombardier Cityrunner
Stadler Tango
Dépôt d’attache Bachet-de-Pesay
Points d’arrêt 28
Longueur 11.044 km
Temps de parcours 41 min
Communes desservies 5 (Carouge, Genève, Lancy, Meyrin et Vernier)
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Fréquentation
(moy. par an)
13,412 millions (2017)
4e/4
Lignes connexes 12141518

La ligne 18 du tramway de Genève est une ligne diamétrale exploitée par les Transports publics genevois (TPG). Elle dessert des quartiers de la ville de Genève ainsi que des communes de Carouge, Vernier et Meyrin. Les terminus sont au Bachet-de-Pesay et au CERN. Créée en 2010, elle a été supprimée entre fin 2011 et fin 2012 avant d'être réintégrée au réseau.

Histoire[modifier | modifier le code]

La précédente ligne 18[modifier | modifier le code]

L'indice est utilisé pour la première fois en 1987 par une ligne d'autobus qui est renommée en ligne 23 le , afin de libérer l'indice pour une ligne de tramway[1].

La ligne 18 actuelle[modifier | modifier le code]

Article connexe : Ligne 14 du tramway de Genève.

La nouvelle ligne 18 est mise en service entre Coutance et Avanchet le , cinq jours après la ligne 14 qui quant à elle part du Bachet-de-Pesay[1]. Les deux lignes empruntent le tronçon dit « TCMC » (Tramway Cornavin-Meyrin-CERN) et la ligne 18 emprunte le tronçon Coutance-Cornavin, amorce du TCOB (Tramway Cornavin-Onex-Bernex). L'historique détaillé de ces deux tronçons et de leur construction est traité sur la page de la ligne 14.

Le la ligne est prolongée jusqu'au CERN via une branche du TCMC appelée Direttissima, car elle ne passe pas par Meyrin-Cité mais par Meyrin-Village[1].

À la veille du remaniement du réseau TPG du , la ligne reliait donc Coutance au CERN[1]. Cette restructuration, impliquant la réduction du nombre de lignes de tramway par la suppression des troncs communs et l'application de la logique d'une ligne par axe, afin de décongestionner le réseau, a vu la ligne 18 disparaître au profit de la ligne 14 qui reprend la desserte du CERN[1],[2].

Le , la ligne est finalement remise en service entre Stand et le CERN, remplaçant de fait la branche de la ligne 14 mise en service l'année précédente, afin de simplifier la desserte de cette dernière[3].

Face à l'impopularité de la suppression du tram direct entre Carouge et Cornavin (ancienne ligne 13) et à la suite d'un essai peu concluant en 2013 de combler cette disparition par une ligne de bus au tracé controversé, la ligne 27, il est annoncé en septembre 2013 que la ligne 18 sera prolongée au Rondeau de Carouge[4]. Ce prolongement a eu lieu le et par conséquent, la ligne 27 a été supprimée[1].

Le 9 avril 2018, la ligne est prolongée de Carouge-Rondeau jusqu'au Bachet-de-Pesay, site de la future gare de Lancy-Bachet du CEVA, afin d'améliorer les correspondances avec les lignes de bus du sud du canton[5].

Tracé et stations[modifier | modifier le code]

La ligne est longue de 11,044 km[6]. La ligne alterne tronçons totalement ou partiellement en site propre et tronçons mélangés avec la circulation générale (entre le Rondeau et la rue du Pont-Neuf, pont de Carouge, rue de la Corraterie, rue de la Pépinière).

La ligne dessert de nombreux équipements ou lieux importants au départ de Carouge (Collège Madame de Staël, théâtre, musée, mairie), la ligne traverse ensuite Genève (Parc des Bastions, Place Neuve, Église du Sacré-Cœur, Conservatoire de musique, Musée Rath, les Ponts de l'Île, la Basilique Notre-Dame, la gare de Genève-Cornavin, La Servette), Vernier (Balexert, Les Avanchets) pour finir à Meyrin (quartier de Blandonnet, le Jardin alpin, Hôpital de La Tour, écoquartier des Vergers, CERN).

Tracé[modifier | modifier le code]

La ligne naît, route de Saint-Julien à Lancy au terminus du Bachet-de-Pesay, en tronc commun avec la ligne 12, où se situe le dépôt éponyme et siège social des TPG puis entre dans Carouge où elle traverse la place du Rondeau puis traverse la commune via la rue Ancienne puis la rue Saint-Victor. Elle emprunte ensuite la rue du Pont-Neuf puis franchit l'Arve par le pont de Carouge qui lui permet d'entrer dans Genève. La ligne emprunte la rue de Carouge puis après le rond-point de Plainpalais sur la rue du Conseil-Général qui lui permet de rejoindre la place Neuve, dernière station commune avec le 12. La ligne continue rue de la Corraterie puis, tandis que la ligne 12 bifurque juste avant la place de Bel-Air, la ligne continue tout droit pour rejoindre la ligne 14 et la place de Bel-Air. Elles franchissent le Rhône par les Ponts-de-l'Île pour arriver place de Saint-Gervais. La ligne emprunte ensuite les rues de Coutance puis de Cornavin pour arriver place des XXII-Cantons où les voies se séparent pour passer de part et d'autre de la Basilique Notre-Dame avec la ligne ligne 15, puis emprunte le passage de Montbrillant sous le faisceau de la gare de Genève-Cornavin puis la rue de la Pépinière pour rejoindre la rue de la Servette. Cette rue est prolongée par la route de Meyrin qui permet à la ligne de rejoindre Balexert, de longer l'aéroport international de Genève par le sud et d'arriver à Meyrin. Au Jardin Alpin, tandis que la ligne 14 bifurque à droite, la ligne 18 continue tout droit sur la route de Meyrin, qui traverse le village, ensuite longe l'hôpital de la Tour et l'écoquartier des Vergers pour rejoindre son terminus au CERN à seulement quelques centaines de mètres de la frontière avec la France.

Liste des stations[modifier | modifier le code]

      Station Coordonnées Zone Communes Correspondances
    Bachet-de-Pesay 46° 10′ 26″ N, 6° 07′ 46″ E 10 Lancy Tramway 12 • Bus 2342434662DTransalis T72
    De-Staël 46° 10′ 34″ N, 6° 07′ 57″ E 10 Carouge Tramway 12
    Carouge-Rondeau 46° 10′ 46″ N, 6° 08′ 17″ E 10 Carouge Tramway 12 • Bus 41424445
    Ancienne 46° 10′ 54″ N, 6° 08′ 27″ E 10 Carouge Tramway 12
    Carouge-Marché 46° 11′ 03″ N, 6° 08′ 26″ E 10 Carouge Tramway 12 • Bus 1121
    Armes 46° 11′ 12″ N, 6° 08′ 25″ E 10 Carouge Tramway 12 • Bus 1121
    Blanche 46° 11′ 20″ N, 6° 08′ 35″ E 10 Genève Tramway 12
    Augustins 46° 11′ 31″ N, 6° 08′ 38″ E 10 Genève Tramway 12 • Bus 35
    Pont-d'Arve 46° 11′ 42″ N, 6° 08′ 36″ E 10 Genève Tramway 12 • Bus 1
    Plainpalais 46° 11′ 52″ N, 6° 08′ 35″ E 10 Genève Tramway 1215 • Bus 1
    Place de Neuve 46° 12′ 03″ N, 6° 08′ 37″ E 10 Genève Tramway 12 • Trolleybus 3 • Bus 52036
    Bel-Air 46° 12′ 17″ N, 6° 08′ 36″ E 10 Genève Tramway 1214 • Trolleybus 2371019Bus 52036D
    Coutance 46° 12′ 26″ N, 6° 08′ 32″ E 10 Genève Tramway 14 • Trolleybus 31019 • Bus 520
    Gare Cornavin 46° 12′ 35″ N, 6° 08′ 31″ E 10 Genève CFFLéman Express • Tramway 1415 • Trolleybus 361019
Bus 155+89202561FG+
    Lyon 46° 12′ 34″ N, 6° 08′ 20″ E 10 Genève Tramway 14 • Trolleybus 3
    Poterie 46° 12′ 41″ N, 6° 08′ 04″ E 10 Genève Tramway 14 • Trolleybus 3
    Servette 46° 12′ 48″ N, 6° 07′ 49″ E 10 Genève Tramway 14 • Trolleybus 3 • Bus 11
    Vieusseux 46° 12′ 55″ N, 6° 07′ 24″ E 10 Genève Tramway 14
    Bouchet 46° 11′ 29″ N, 6° 08′ 38″ E 10 Vernier Tramway 14 • Trolleybus 10 • Bus 2251
    Balexert 46° 13′ 06″ N, 6° 06′ 40″ E 10 Vernier Parc relais • Tramway 14
    Avanchet 46° 13′ 11″ N, 6° 06′ 21″ E 10 Vernier Tramway 14
    Blandonnet 46° 13′ 20″ N, 6° 05′ 47″ E 10 Vernier Parc relais • Tramway 14 • Bus 2328535657
    Jardin-Alpin-Vivarium 46° 13′ 33″ N, 6° 04′ 59″ E 10 Meyrin Tramway 14 • Bus 57
    Bois-du-Lan 46° 13′ 38″ N, 6° 04′ 42″ E 10 Meyrin
    Meyrin-Village 46° 13′ 45″ N, 6° 04′ 17″ E 10 Meyrin Bus 57XA
    Hôpital de La Tour 46° 13′ 48″ N, 6° 04′ 04″ E 10 Meyrin Parc relais • Bus 5657W
    Maisonnex 46° 13′ 57″ N, 6° 03′ 32″ E 10 Meyrin
    CERN 46° 14′ 01″ N, 6° 03′ 19″ E 10 Meyrin Parc relais • Bus 68

Les stations en gras servent de départ ou de terminus à certaines missions.

Exploitation de la ligne[modifier | modifier le code]

Amplitude horaire[modifier | modifier le code]

La ligne fonctionne de h 40 à h 30 du matin du lundi au vendredi, le samedi elle débute à h 50 et les dimanches et jours fériés elle fonctionne de h 25 à h 30 du matin environ[7]. Les tramways relient Carouge au CERN en 41 minutes en moyenne, grâce à une vitesse commerciale de 16,06 km/h[6].

En heures de pointe, certains services partent de Meyrin-Gravière et non du CERN[7].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Stadler Tango (à gauche) et Bombardier Cityrunner (à droite).

La ligne est exploitée à l'aide des deux matériels bidirectionnels du réseau, à savoir les Bombardier Cityrunner et les Stadler Tango. L'absence de boucle de retournement au CERN interdit l'usage de matériel unidirectionnel sur la ligne.

Tarification[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Unireso.

La ligne est située en intégralité dans la zone 10 de la communauté tarifaire Unireso.

Trafic[modifier | modifier le code]

En 2017, la ligne a assuré 13,412 millions de voyages, en faisant la quatrième ligne la plus fréquentée du réseau TPG, tous modes confondus[6].

Extension abandonnée[modifier | modifier le code]

Une extension était prévue du côté français de la frontière, en direction de Saint-Genis-Pouilly[8], dont le tronçon suisse avait été approuvé par le Conseil fédéral en 2009[9]. Face aux hésitations du Canton de Genève, qui préfère donner la priorité au projet de bus à haut niveau de service Gex-Ferney-Voltaire[10], le conseil départemental de l'Ain a décidé en 2015 d'engager seul le financement du prolongement de la ligne sur 2,1 km entre le terminus actuel du CERN et la nouvelle station Porte-de-France. Seulement 400 m en Suisse auraient alors été financés par le canton de Genève[11],[12],[13]. Après avoir été plusieurs fois repoussé, la première tranche des travaux a été programmée entre 2019 et 2022[14]. Toutefois, en janvier 2018, des problèmes de financement côté suisse laissent planer le doute sur la date de début des travaux[15].

Des réservations étaient prévues pour deux stations supplémentaires en France : l'une dite Europe, à l'intersection de la route de Meyrin (D 984f) et de la route de l'Europe et l'autre dite Bois de Serves située sur la même route juste avant le giratoire de la Porte-de-France. Une extension jusqu'à la mairie de Saint-Genis était prévue dans un second temps[14]. Le coût de cette extension était estimé, hors taxes, pour sa partie française à 26 millions d'euros (28,6 millions de francs suisses) et pour sa partie suisse à 21,7 millions de francs (17,72 millions d'euros)[14].

Le , le projet est officiellement abandonné au profit d'un bus à haut niveau de service de 2 km de long entre le terminus de la ligne 18 et le centre de Saint-Genis-Pouilly, pour un coût de 15 à 17 millions d'euros contre 43 millions pour le tramway ; le chantier débutera en 2020 pour une mise en service en 2021[16]. Cet abandon fait suite à l'annonce de la Confédération quelques jours avant du non-financement de cette extension[17].

En revanche, si la refonte du projet de nouvelle boucle des Palettes à l'horizon 2022 présenté fin novembre 2018 est validé, la ligne 18 serait prolongée jusqu'aux Palettes à la place de la ligne 12, le nouveau terminus serait en effet dépourvu de boucle de retournement, essentielle à l'exploitation de la ligne 12[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Histoire de la ligne 18 », sur https://www.snotpg.ch (consulté le 21 décembre 2016).
  2. Laure Gabus, « Pourquoi Genève a opté pour trois lignes de tram », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 21 décembre 2016).
  3. Julien de Weck, « Trains, trams, bus: ce qui va changer en 2013 », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 21 décembre 2016).
  4. Marie Prieur, « Carouge retrouve enfin son tram pour Cornavin », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 21 décembre 2016).
  5. Marc Moulin, « Le réseau de trams va retrouver son offre d'antan. Voire plus », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 23 mars 2018)
  6. a b et c « Rapport de gestion 2017 », sur http://www.tpg.ch (consulté le 21 mai 2018).
  7. a et b « Livre horaire TPG », sur http://www.tpg.ch (consulté le 20 décembre 2016).
  8. « Grand Geneve : BHNS et tram sur les rails », sur http://www.ain.fr (consulté le 27 décembre 2016).
  9. « Feu vert de Berne au prolongement de la ligne TCMC vers Saint-Genis-Pouilly », sur https://www.ge.ch (consulté le 27 décembre 2016).
  10. « Le tram de Saint-Genis, pas prioritaire pour la Suisse », sur http://www.ledauphine.com, (consulté le 27 décembre 2016).
  11. Christian Lecomte, « L’Ain n’attend plus Genève pour prendre le tram », sur https://www.letemps.ch, (consulté le 27 décembre 2016).
  12. Laure Gabus, « L’Ain décide de prendre seul le tram vers Saint-Genis-Pouilly », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 27 décembre 2016).
  13. « Tramway TCMC : prolongement Cern - Saint-Genis-Pouilly », sur http://www.ain.fr (consulté le 27 décembre 2016).
  14. a b et c « Le projet de prolongement de la ligne de tramway CERN – Saint-Genis-Pouilly », sur www.ain.fr, (consulté le 22 novembre 2017)
  15. Mathieu Gaillac, « Transport transfrontalier : le sentiment d’être «berné» par les Suisses », sur http://www.lemessager.fr, (consulté le 7 juin 2018)
  16. « Un bus à haut niveau de service pour le Pays de Gex », sur https://www.leprogres.fr, (consulté le 21 septembre 2018)
  17. Christian Lecomte, « Une mobilité à deux vitesses dans le Grand Genève », sur https://www.letemps.ch, (consulté le 22 septembre 2018)
  18. Marc Moulin, « Le tram 12 pourrait quitter le quartier des Palettes », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 25 novembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]