Ligne 17 du tramway de Genève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligne 17.

Ligne 17
Une rame de la ligne 17 d'avant 2011.
Une rame de la ligne 17 d'avant 2011.

Réseau Tramway de Genève
Ouverture
Dernière extension
Année de suspension de service
Terminus Lancy-Pont-Rouge-Gare - Annemasse-Parc Montessuit
Exploitant Transports publics genevois
Conduite (système) Manuelle (marche à vue)
Matériel utilisé Bombardier Cityrunner
Stadler Tango
Dépôt d’attache Bachet-de-Pesay
Points d’arrêt 30
Communes desservies 9 (Ambilly, Annemasse, Carouge, Chêne-Bourg, Chêne-Bougeries, Gaillard, Genève, Lancy et Thônex)
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Lignes connexes 1214151718

La ligne 17 du tramway de Genève est une ligne diamétrale transfrontalière exploitée par les Transports publics genevois (TPG). Elle dessert plusieurs quartiers de Genève ainsi que les communes suisses de Carouge, Chêne-Bourg, Chêne-Bougeries, Lancy et Thônex et les communes françaises de Ambilly, Annemasse et Gaillard. Les terminus sont à la gare de Lancy-Pont-Rouge et au Parc Montessuit à Annemasse. Crée en 2005, elle a été supprimée en 2011 avant d'être réintégrée au réseau en 2019 et prolongée sur le sol français jusqu'à Annemasse.

Histoire[modifier | modifier le code]

La précédente ligne 17[modifier | modifier le code]

L'indice est utilisé pour la première fois en 1988 par la ligne de minibus expérimentale desservant la vieille-ville, qui devient la ligne 36 le afin de libérer l'indice pour une ligne de tramway[1].

La ligne 17 contemporaine[modifier | modifier le code]

La ligne 17 contemporaine est mise en service le entre les gares de Lancy-Pont-Rouge et des Eaux-Vives, afin d'améliorer la desserte du quartier des Acacias et d'éviter une correspondance pour les voyageurs venant depuis Annemasse en train, en utilisant les infrastructures existantes des lignes 12 et 15[1].

Le , première modification avec le prolongement jusqu'aux Palettes puis dès le elle est prolongée jusqu'au Bachet-de-Pesay[1].

Le la ligne est prolongée des Eaux-Vives à Moillesulaz, avec des services partiels à la gare de Chêne-Bourg, mais dans l'autre sens elle est à nouveau limitée à Lancy-Pont-Rouge[1].

À la veille du remaniement du réseau TPG du , la ligne reliait donc Moillesulaz à Lancy-Pont-Rouge[1]. Cette restructuration, impliquant la réduction du nombre de lignes de tramway par la suppression des troncs communs et l'application de la logique d'une ligne par axe, afin de décongestionner le réseau, a vu la ligne 17 disparaître au profit des lignes 12 entre Moillesulaz et Plainpalais et 15 entre Plainpalais et Lancy, avec l'abandon de l'ancienne station terminus, reportée à l'arrêt P+R Étoile à proximité[1],[2].

Renaissance et prolongement à Annemasse[modifier | modifier le code]

La douane de Moillesulaz, que la ligne 17 traversera, avant sa démolition (vue depuis le côté français). On peut voir une rame de la ligne 12 au terminus derrière le bâtiment.
Cette même douane, vue depuis le côté suisse, entièrement reconstruite.
Déviation des réseaux souterrains rue de Genève à Ambilly.

La ligne 17 sera remise en service afin de desservir le nouveau tronçon de 3,3 km jusqu'au lycée des Glières à Annemasse (France) et desservira sept nouvelles stations initialement annoncées comme une extension de la ligne 12, ce qui aurait marqué le retour de la ligne en France[3],[4]. Une nouvelle station sera créée à Moillesulaz, légèrement décalée vers le nord et nécessitant la reconstruction du poste de douane, avec un nouveau système d'aiguillages, une voie de garage et une nouvelle boucle de rebroussement[3]. Cette extension mettra Annemasse à 25 minutes du centre de Genève[4].

L'enquête publie côté français a eu lieu entre juillet septembre 2013[5],[6]. Le chantier a pris trois ans de retard, la ligne aurait dû être inaugurée en 2016, le non à l'initiative populaire sur le financement genevois des parcs relais français et les retards de versement d'une somme de 30 millions d'euros par le canton de Genève ont bloqué le projet, la ville d'Annemasse envisagea même de financer l'extension en taxant les résidents suisses non déclarés en France[7].

Les travaux préparatoires d'extension au futur tram franco-genevois ont débuté en 2015, ceux de déviation des réseaux puis de construction de la plateforme et des voies commencent en 2017[8]. L'extension de la ligne sera mise en service en deux étapes : la première jusque la station Parc Montessuit devrait être mise en service en novembre 2019, tandis que la totalité de l'extension jusqu'à la station Lycée des Glières sera construite à partir de 2020 pour une mise en service à l'horizon 2022[9],[4].

En 2017, le retour de la ligne 17 est évoqué comme un moyen de renforcer la ligne 12 sur sa partie suisse une fois le prolongement à Annemasse (France) mis en service[10]. Elle est aussi évoquée pour désigner les un tramway sur trois — les deux autres seront des trams de la ligne 12 — qui franchiront la frontière à Moillesulaz en 2019 pour desservir Annemasse ; l'autre terminus de cette ligne n'est alors pas encore défini, une des hypothèses étudiées a été le renforcement de la desserte du CERN, assurée par la ligne 18[11]. La renaissance de la ligne 17 pour desservir Annemasse est l'hypothèse privilégiée en août 2018[12], l'autre terminus de la ligne serait la gare de Lancy-Pont-Rouge, desservie par le CEVA, afin de renforcer la desserte de la route des Acacias[13]. Un document de planification du canton édité en décembre 2018 valide cette ligne 17 Pont-Rouge-Annemasse[14].

La construction de la ligne à proprement parler est officiellement lancée le [4], et en la destruction du bâtiment de la douane de Moillesulaz est effectuée, car situé sur l'emprise de la future plateforme[15], ce qui nécessite la reconstruction d'un nouveau poste de douane[3].

La pose symbolique du premier rail a lieu à la frontière le , les déviations des réseaux souterrains sont effectuées à partir de [16], la pose de la voie et l'aménagement de la voirie sera effectué entre les printemps 2018 et 2019 puis suivra les essais avant la mise en service, prévue pour le mois de novembre[4]. De mi- au , la boucle de Moillesulaz a été fermée afin de permettre la reconstruction des infrastructures douanières et aménager le secteur en vue de l'extension du réseau, ce qui a empêché durant ce laps de temps l'utilisation des convois de DAV unidirectionnelles sur la ligne 12[17].

La pose réelle du 1er rail a lieu le 9 octobre 2018 en présence des officiels français et suisses[18]. La pose du gazon débute en avril 2019[19].

Les essais de la ligne devaient débuter le , au lendemain de la mise sous tension de la ligne aérienne de contact[20], ils débutent finalement le — C'est la rame no 891 qui est la première à franchir la frontière —[21], et se poursuivent jusqu'au puis ce sera au tour de la marche à blanc, qui consiste à tester la ligne en conditions réelles mais sans voyageurs, de débuter, elle durera jusqu'à la veille de la mise en service, prévue le [22].

Les essais du tronçons français sont perturbés par des voitures et des camions qui stationnent, roulent où s'embourbent sur le gazon, parfois de façon volontaire[23].

Coût du projet[modifier | modifier le code]

L'extension du réseau coûte 85,6 millions d'euros (57 millions pour la phase 1, 28,6 millions pour la phase 2), financée de la façon suivante[24] :

10 000 voyages par jour son attendus sur la première phase, 12 500 une fois la seconde phase réalisée[4]. La réalisation de la seconde phase est, en septembre 2018, menacée par l'absence de financement de la Confédération suisse annoncé le même mois, annonce qui a provoqué par ailleurs l'abandon de l'extension de la ligne 18 à Saint-Genis-Pouilly au profit d'un bus à haut niveau de service[25].

Tracé et stations[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

Liste des stations prévues en 2019[modifier | modifier le code]

La liste ci-dessous présente les stations et zones tarifaires selon la situation qui sera en vigueur le 15 décembre 2019.

      Station Coordonnées Zone Communes Correspondances[Note 1]
    Lancy-Pont-Rouge-Gare 46° 11′ 16″ N, 6° 07′ 29″ E 10 Lancy CFFLéman Express • Bus 21JK
    Lancy-Pont-Rouge-Gare/Étoile 46° 11′ 15″ N, 6° 07′ 38″ E 10 Lancy Parc relaisCFFLéman Express • Tramway 15 • Bus 2143DJKTransalis T72
    Pictet-Thellusson 46° 11′ 20″ N, 6° 07′ 51″ E 10 Carouge Tramway 15
    Industrielle 46° 11′ 25″ N, 6° 08′ 02″ E 10 Genève Tramway 15
    Acacias 46° 11′ 34″ N, 6° 08′ 18″ E 10 Genève Tramway 15
    Uni-Mail 46° 11′ 41″ N, 6° 08′ 28″ E 10 Genève Tramway 15 • Bus 35
    Plainpalais 46° 11′ 52″ N, 6° 08′ 35″ E 10 Genève Tramway 121518 • Bus 1
    Place de Neuve 46° 12′ 03″ N, 6° 08′ 37″ E 10 Genève Tramway 1218 • Trolleybus 3 • Bus 52036
    Bel-Air 46° 12′ 14″ N, 6° 08′ 36″ E 10 Genève Tramway 121418 • Trolleybus 2371019Bus 52036D
    Molard 46° 12′ 10″ N, 6° 08′ 53″ E 10 Genève Tramway 12 • Trolleybus 2710 • Bus 36Mouette M1
    Rive 46° 12′ 06″ N, 6° 09′ 12″ E 10 Genève Tramway 12 • Trolleybus 26710 • Bus 5+83336AEGG+
    Terrassière 46° 12′ 04″ N, 6° 09′ 22″ E 10 Genève Tramway 12 • Bus 125
    Villereuse 46° 12′ 02″ N, 6° 09′ 31″ E 10 Genève Tramway 12
    Genève-Eaux-Vives-Gare 46° 12′ 00″ N, 6° 09′ 52″ E 10 Genève CFFLéman Express • Tramway 12 • Bus 192133ATransalis T71
    Amandolier 46° 12′ 00″ N, 6° 10′ 05″ E 10 Genève Tramway 12 • Bus 21
    Grange-Canal 46° 11′ 59″ N, 6° 10′ 29″ E 10 Chêne-Bougeries Tramway 12
    Grangettes 46° 11′ 56″ N, 6° 10′ 49″ E 10 Chêne-Bougeries Tramway 12
    Grange-Falquet 46° 11′ 54″ N, 6° 11′ 08″ E 10 Chêne-Bougeries Tramway 12
    Place Favre 46° 11′ 44″ N, 6° 11′ 32″ E 10 Chêne-Bourg Tramway 12 • Bus 313238Accès à distance à la gare de Chêne-Bourg
    Peillonnex 46° 11′ 39″ N, 6° 11′ 46″ E 10 Chêne-Bourg Tramway 12 • Bus 3132Accès à distance à la gare de Chêne-Bourg
    Graveson 46° 11′ 36″ N, 6° 12′ 00″ E 10 Thônex Tramway 12 • Bus 37
    Moillesulaz 46° 11′ 33″ N, 6° 12′ 21″ E 10 Drapeau de la Suisse Thônex Parc relais • Tramway 12 • Bus TAC 3DA côté français, à Gaillard.
    Gaillard-Libération 46° 11′ 29″ N, 6° 12′ 42″ E 210 Drapeau de la France Gaillard Bus TAC 3DA
    Gaillard-Millet 46° 11′ 29″ N, 6° 13′ 01″ E 210 Gaillard
    Croix d'Ambilly 46° 11′ 34″ N, 6° 13′ 28″ E 210 Ambilly Bus TAC 6DA
    Annemasse-Parc Montessuit 46° 11′ 39″ N, 6° 13′ 53″ E 210 Annemasse Bus TAC Tango58DA
  x   Place Deffaugt 46° 11′ 41″ N, 6° 14′ 09″ E 210 Annemasse Objectif 2022
  x   Place de l'Étoile 46° 11′ 39″ N, 6° 14′ 26″ E 210 Annemasse Objectif 2022
  X   Lycée des Glières 46° 11′ 21″ N, 6° 14′ 37″ E 210 Annemasse Objectif 2022

Les stations en gras servent de départ ou de terminus à certaines missions.

Exploitation de la ligne[modifier | modifier le code]

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Stadler Tango (à gauche) et Bombardier Cityrunner (à droite).

De 2005 à 2011, la ligné était exploitée, grâce à ses boucles à tous les terminus, avec les matériels unidirectionnels du réseau, à savoir les Duewag-Vevey DAV (Be 4/6 et Be 4/8).

Une fois remise en service, la ligne sera exploitée à l'aide des deux matériels bidirectionnels du réseau, à savoir les Bombardier Cityrunner et les Stadler Tango. L'absence de boucle de retournement à Annemasse interdit l'usage de matériel unidirectionnel sur la ligne.

Tarification[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Unireso.

La ligne, dans son organisation d'avant 2011, était située en intégralité dans la zone 10 de la communauté tarifaire Unireso. Avec la mise en service intégrale du Léman Express le 15 décembre 2019, la ligne est située sur deux système tarifaires : la zone 10 d'Unireso maintenue dans son fonctionnement actuel et la zone 210 du nouveau système tarifaire transfrontalier Léman Pass (ex-zone 82 d'Unireso)[26].

La tarification fonctionne ainsi[27] :

  • Trajets entre deux stations suisses : tarification zone 10 Unireso ;
  • Trajets entre deux stations françaises : tarification des transports annemassiens collectifs (zone 210 Léman Pass) ;
  • Trajets transfrontaliers : tarification Léman Pass combinant au minimum les zones 10 et 210.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les correspondances sont données avec les réseaux en vigueur au 15 décembre 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Histoire de la ligne 17 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 28 décembre 2016).
  2. Laure Gabus, « Pourquoi Genève a opté pour trois lignes de tram », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 28 décembre 2016).
  3. a b et c Svenn Moretti, « La nouvelle station de Moillesulaz accueillera un tram franco-genevois », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 27 décembre 2016).
  4. a b c d e et f Marie Prieur, « Le tram trace sa voie de Moillesulaz à Annemasse », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 19 février 2017).
  5. « Début de l'enquête publique pour le tram d'Annemasse », sur http://www.mannecy.fr, (consulté le 27 décembre 2016).
  6. « Dossier d'enquête publique du tramway d’Annemasse Agglo », sur http://www.annemasse-agglo.fr (consulté le 27 décembre 2016).
  7. Christian Lecomte, « Le tram d’Annemasse risque la panne », sur https://www.letemps.ch, (consulté le 27 décembre 2016).
  8. Guillaume Raymond, « Annemasse : les travaux du tramway relancés pour trois mois », sur http://www.lemessager.fr, (consulté le 27 décembre 2016).
  9. Guillaume Raymond, « Annemasse : le tram pour septembre 2019 », sur http://www.lemessager.fr, (consulté le 27 décembre 2016).
  10. Marc Moulin, « Un bus supprimé ravive le débat sur la sous-traitance », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 30 mars 2017).
  11. Marc Moulin, « Comment la résurrection du tram 16 a failli être annoncée juste avant Pâques », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 23 avril 2017).
  12. « Ou bien !? numéro 18 », sur https://www.unireso.ch, (consulté le 28 août 2018)
  13. Marc Moulin, « Annemasse se soude à Genève par le rail », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 10 octobre 2018)
  14. « Mise en service intégrale du Léman Express : Mesures d'accompagnement », sur https://www.ge.ch, (consulté le 27 décembre 2018)
  15. Marie Prieur, « A Moillesulaz, la douane française vit ses derniers jours », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 18 février 2017).
  16. Julia Chivet, « Ce qu’il faut savoir sur le chantier du tramway à Annemasse », sur http://www.lemessager.fr, (consulté le 19 février 2017).
  17. Marc Moulin, « Les TPG se préparent eux aussi à la rentrée », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 25 août 2018)
  18. « Tramway entre Annemasse et Genève : les premiers rails ont été posés », sur https://www.francebleu.fr, (consulté le 10 octobre 2018)
  19. « Tramway Genève Annemasse: pose de gazon le long des voies à Gaillard et Ambilly », sur https://www.ledauphine.com, (consulté le 11 avril 2019)
  20. « Mise sous tension de la LAC (Ligne Aérienne de Contact) », sur https://www.tram-annemasse-geneve.fr (consulté le 18 novembre 2019)
  21. Hélène Serbes, « Le tramway Genève-Annemasse fait son grand retour », sur https://www.lemessager.fr/, (consulté le 18 novembre 2019)
  22. Adélaïde Schutz, « Annemasse/ Genève : le chantier du Léman Express avance bien », sur https://www.ledauphine.com, (consulté le 25 avril 2019)
  23. « Annemasse : les pelouses du tram labourées… par un camion », sur https://www.lemessager.fr, (consulté le 18 novembre 2019)
  24. « Les acteurs du projet », sur http://www.tram-annemasse-geneve.fr (consulté le 18 février 2017).
  25. Christian Lecomte, « Une mobilité à deux vitesses dans le Grand Genève », sur https://www.letemps.ch, (consulté le 22 septembre 2018)
  26. « Zones Léman Pass, version juin 2019 », sur https://www.ge.ch, (consulté le 20 juin 2019)
  27. « Le tram arrive à Annemasse et, avec le bus, assure des connexions au Léman Express. Amélioration de la desserte au Petit-Saconnex et du quartier de la Roseraie. Nouveau terminus pour la ligne 5+. », sur https://www.tpg.ch (consulté le 18 novembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]