Groisy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Groisy
Groisy
Groisy vue depuis Les Ollières, en arrière-plan,
le mont Salève.
Blason de Groisy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Annecy
Maire
Mandat
Henri Chaumontet
2020-2026
Code postal 74570
Code commune 74137
Démographie
Gentilé Groisiliens
Population
municipale
3 717 hab. (2018 en augmentation de 9,48 % par rapport à 2013)
Densité 173 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 09″ nord, 6° 10′ 20″ est
Altitude Min. 529 m
Max. 874 m
Superficie 21,44 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Groisy
(ville isolée)
Aire d'attraction Annecy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Annecy-3
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Groisy
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Groisy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Groisy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Groisy
Liens
Site web groisy.org

Groisy est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Groisy se situe au centre de l'ancienne communauté de communes du Pays de Fillière, au cœur du département de la Haute-Savoie, entre Annecy à 16 km, La Roche-sur-Foron (et la vallée de l'Arve), Genève à 30 km et Chamonix à 100 km, avec un échangeur autoroutier à 5 km (A41).

Cette situation privilégiée contribue à son dynamisme démographique et économique. La population a plus que doublé en 25 ans. Environ 700 emplois se répartissent sur la commune entre l’agriculture, l’artisanat, l’industrie, les commerces et les services.

Groisy est placée sur un coteau ensoleillé appartenant au plateau des Bornes, face aux montagnes et bénéficie d’une situation géographique privilégiée. Entre Fillière et les Usses, la commune est exposée au Sud face aux falaises du Parmelan. Son panorama s’étend également du massif du Mont Blanc à celui du Jura, en passant par le sommet de la Tournette avec des ouvertures sur le lac d’Annecy.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Plan du territoire de Groisy.

Groisy est frontalière, à l'ouest, de Fillière (anciennement Thorens-Glières, Les Ollières, Évires), au sud et au sud-ouest, Charvonnex et Villy-le-Pelloux, à l'ouest, Cruseilles, et au nord Villy-le-Bouveret et Menthonnex-en-Bornes.

Urbanisation[modifier | modifier le code]

La commune se divise en quatre parties principales[1] :

  • Le Plot, aux abords de la Route Départementale D 1203 (529 m d'altitude) ;
  • La Gare, situé à mi-hauteur de la commune (640 m d'altitude) ;
  • Le Chef-Lieu, situé en altitude, et où l'on trouve notamment la mairie, l'école ou l'église (740 m d'altitude) ;
  • Fontaine-Vive, hameau situé au sommet de la commune (874 m d'altitude).

Les principaux hameaux de la commune sont :

  • Vallourd ;
  • Boisy ;
  • la Gare ;
  • Flagy ;
  • les Aires ;
  • Menibel ;
  • Moguet ;
  • Fontaine Vive.

Climat[modifier | modifier le code]

La température moyenne est de 10 °C, le mois le plus froid étant le mois de février (-9 °C en moyenne) et le plus chaud le mois de juillet (24 °C en moyenne). Les précipitations annuelles sont de 1340 cm, supérieures à la moyenne départementale. L’enneigement est faible et le vent froid sur le plateau.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Groisy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Groisy, une unité urbaine monocommunale[5] de 3 629 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Annecy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (65,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (28,8 %), forêts (26,8 %), prairies (18,9 %), terres arables (12,9 %), zones urbanisées (8,5 %), cultures permanentes (4,1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Groisy est mentionnée, lors d'une visite épiscopale datée aux environs de l'année 1344, sous la forme Groisie[11]. Dans le Régeste genevois (1866), la commune peut apparaître sous la forme Groysie[12]. Des publications du XIXe siècle ou plus récentes utilisent parfois la forme Groisy-en-Bornes pour désigner la paroisse ou la commune[13].

Le toponyme proviendrait du nom d'un propriétaire gallo-romain, ayant comme gentilice « Groisius »[11], ou bien le latifundium « Groisianus  » ou « Groisiacus ».

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Grouêzi, selon la graphie de Conflans[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de Groisy fut occupé depuis l’antiquité.

Son histoire se conforte au Moyen Âge, à l’époque féodale, par l’établissement et l’enracinement local des familles nobles qui y construisirent leurs résidences : le château de Soirié fondé en 1007, dont subsistent des ruines encore visibles et le château de Boisy depuis 1314, dont il reste le bâtiment principal.

La commune de Groisy a vu sa destinée liée à celle de la famille de Sales de Thorens, qui conservera le château de Boisy jusqu’à la Révolution et où vécut la mère de saint François de Sales.

La construction de la première église en 1410 confirme l’existence ancienne d’une communauté paroissiale. Ce monument a pris sa forme actuelle en 1923 par la reconstruction, après incendie, d’une flèche gothique remplaçant le clocher à bulbe de 1766.

Par la présence des voies de communication, le commerce a conservé un dynamisme important.

Une ancienne voie pavée de 4 à 10 mètres de large traverse la commune par Soirié, les Aires, le bois de la Neyrole, Fontaine-Vive et se dirige vers Carouge.

En 2015, un projet de fusion des communes de la communauté de communes du pays de la Fillière est soumis à un référendum[15],[16]. L'objectif est de créer une commune suffisant forte avant la fusion de la CCPF en 2017 avec la communauté de l'agglomération d'Annecy au sein du Grand Annecy. Un référendum a été tenu le sur l'ensemble des communes de la CCPF pour décider de la création d'une commune nouvelle sur les bases de la communauté de communes, pour ensuite intégrer la communauté de l'agglomération annécienne[17]. À la suite d'un référendum , la proposition de fusion est stoppée[17]. L'opposition au projet est majoritaire dans les suffrages sur la commune et celle de Charvonnex[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1808 1815 George Bessonis    
Les données manquantes sont à compléter.
1861 1878 Henri Bessonis[18]
(1814-1885)
  Propriétaire rentier, géomètre
ca. 1885   Jules Jacquet    
ca. 1931   César Nicollin   Ancien secrétaire de mairie
Les données manquantes sont à compléter.
Jacky Nicollin[19],[20]
(1926-2011)
  Chef d'entreprise, maire honoraire (2004)
Jean-Pierre Fournier-Langlais[21],[22]
(1946-2011)
DVG[23] Retraité
En cours
(au 26 mai 2020)
Henri Chaumontet
(1949- )
DVD Retraité
3e vice-président de la CC du Pays de la Fillière (? → 2016)
Réélu pour le mandat 2020-2026[24]
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de signalisation à l'entrée de Groisy (le Plot).

Groisy est jumelée avec la commune d'Antigny, située en Vendée.

Depuis 2001, le Comité de jumelage Groisy-Antigny a pour objet l'animation du jumelage de la commune de Groisy avec la commune d’Antigny (Vendée) ; le développement avec cette commune de relations privilégiées et d'échanges d’ordre culturel, social, économique, touristique ou sportif. L'objectif du comité est de permettre un échange entre les populations, de contribuer à un développement solidaire, de fournir un appui aux processus démocratiques et au renforcement de la paix dans le monde.

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Groisiliens[25]. Ils sont surnommés P'tiou Brûlins[25].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[27].

En 2018, la commune comptait 3 717 habitants[Note 3], en augmentation de 9,48 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +6,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
8121 0081 0181 2301 3371 5031 4041 5331 580
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 5871 5781 6101 5441 5111 4751 4181 3931 339
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 1721 1351 1721 0921 0821 0491 0331 0441 207
1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018 - -
1 6592 1902 6052 9373 1473 5313 717--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévision locale : TV8 Mont-Blanc.
  • Presse locale : L'équipe municipale édite, depuis le mois de , le Groisilien, un bulletin d'informations municipales reprenant les principales informations liées à la commune (Administration, vie associative...).

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Groisy est située dans l'académie de Grenoble. En 2015, elle administre une école maternelle (132 enfants[30]) et une école élémentaire, regroupant 216 élèves[31].

La commune possède un collège de secteur, nommé Parmelan[32].

Elle accueille aussi un Centre de formation (CFA) avec les spécialités fleuristerie, boucherie, restauration, chocolaterie, confiserie, ramonage.

Sports[modifier | modifier le code]

  • L'association sportive et culturelle.
  • Différents sports sont enseignés et pratiqués au sein de la MJC, en particulier les arts martiaux.
  • Le club de handball de la fillière. C'est au sein de la communauté de communes de la Fillière qu'est né, en 1988, le Handball Club La Fillière. Le club compte aujourd'hui plus de 300 licenciés. Il accueille les jeunes joueurs dès l'âge de 6 ans. Avec trois équipes en senior masculin et deux en senior féminine, il est ouvert aux joueurs de tous niveaux, aussi bien les débutants que les joueurs confirmés[33].
  • L'association communale de chasse agréée.
  • Le cyclo-club du pays de Fillière.
  • Le tennis-club[34].
  • Le trial nature loisirs.
  • La Groisilienne.
  • L'association Groisy rallye sport.
  • Le Club d'escalade de la Fillière, Fillière Grimpe, utilise le mur du gymnase du collège Le Parmelan[35].
  • Le club Fillière Tennis de table[36]. Environ 50 licenciés, et deux équipes.
  • Le club de badminton, les volants de la Fillière[37].
  • Le karaté

Associations culturelles[modifier | modifier le code]

  • l'APF les Annonces du Pays de Fillière, à Thorens, est un magazine mensuel distribué gratuitement dans 16 communes du Pays de Fillière.
  • L'amicale philatélique du pays de la Fillière.
  • L'avenir musical des Glières.
  • le comité de jumelage.
  • Les danses traditionnelles en pays de Fillière.
  • Groisy rock loisirs.
  • P'tious Brulins.
  • La Société d'histoire du pays de Fillière.
  • L'association du Beaujolais et du terroir Savoyard.
  • Gemba Music.
  • Association Familles Rurales de Groisy : centre de loisirs, cours de couture, bibliothèque, cours de danse, commande groupée de fioul, et section jeunes qui organise entre autres le téléthon et les grands bals des 13 et .
  • L'Office de Tourisme du Pays de Fillière.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Boisy.

Possession de la famille des Clets, avant 1467. La mère de saint François de Sales, Madame de Boisy, prénommée Françoise, fille unique de Melchior de Sionnaz, seigneur de la Thuille et de Vallière, et de son épouse, damoiselle Bonaventure de Chevron Vilette, naquit et passa sa petite enfance au château de Boisy. Françoise de Boisy épousera à 14 ans François de Boisy et donnera naissance au futur saint François de Sales à l'âge de 15 ans.

Le château de Boisy n'est composé aujourd'hui plus que de l'ancien donjon. Le château de Boisy est une propriété privée et ne se visite pas.

Située à flanc de colline dans la partie haute de Groisy, l'église primitive semble dater de 1410. Elle est remaniée en 1923, à la suite de l'incendie du clocher qui datait de 1766 et que les troupes révolutionnaires françaises ont rasé lors de l'occupation du duché de Savoie. L'église est endommagée par le tremblement de terre de 1997. Elle est restaurée au début du XIXe siècle et l'intérieur est repeint entièrement.

  • Étang du Marquis, superficie d'un hectare, créé en 2004 sur le plateau des Bornes pour développer une zone humide et accueillir l'avifaune. Site labellisé espace naturel sensible.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Groisy

Les armes de Groisy se blasonnent ainsi :

De gueules à la bande ondé d'azur bordée d'or, accompagné au canton dextre du chef d'une roue de moulin du même, au canton senestre d'un arbre arraché et en pointe d'un château ouvert le tout d'or.

La roue du moulin évoque les nombreuses installations autrefois actionnées par les eaux des Usses, du Daudens et surtout de la Fillière. L'arbre arraché symbolise le développement puis le recul de la culture des pommes et des poires dans la seconde moitié du XXe siècle. Le château, enfin, représente les deux châteaux qui existaient sur la commune (château de Boisy, dont il ne reste que le corps du bâtiment, et le château de Soyrier, dont il ne reste que quelques pans de mur aujourd'hui).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 650-651, « Groisy » ; pp. 615-616, canton Thorens-Glières.
  • Anne Marie Chappaz-Cheneval (membre de la Société d'Histoire du Pays de Fillière), Groisy à travers le temps, 1997, 269 pages.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.groisy.fr/mode-texte/fr/information/41954/presentation-generale
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Groisy », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Annecy », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. a et b Henry Suter, « Groisin », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en ).
  12. Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p. (lire en ligne), p. 497.
  13. Chanoine Charles-Marie Rebord, Administration diocésaine. Gerbe de notes et documents, Impr. commerciale, Annecy, 1922, pp. 256-260, « 37. Groisy-en-Bornes » (lire en ligne sur Gallica).
  14. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 12
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  15. « Commune nouvelle Fillière
  16. Fusion des villages et petites intercommunalités: économies en vue ou perte d'identité?  », BFM TV, 9 octobre 2015, Philippe Gril
  17. a b et c La Rédaction, « La fusion des neuf communes du Pays de Fillière ne se fera pas », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  18. Fiche généalogique Henri Gaspard Bessonis, sur Geneanet
  19. Avis de décès de Monsieur Jacky NICOLLIN, sur libramemoria.com (consulté le 9 octobre 2018)
  20. [PDF] « Jacky Nicollin, un homme d’exception pour Groisy », Le Groisilien n°9, , p. 4-5
  21. A-L D., « Cordelle : un cycliste de Haute-Savoie fait un arrêt cardiaque sur la chaussée », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  22. [PDF] « Jean-Pierre Fournier-Langlais, un homme dévoué et modeste », Le Groisilien n°10, , p. 4-5
  23. Annuaire des Mairies de Haute Savoie (74) - Groisy
  24. Myriam Sibille, « Henri Chaumontet a été réélu maire », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne)
  25. a et b « Groisy », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en ), Ressources - Les communes.
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  30. « Haute-Savoie (74) > Groisy > Maternelle », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  31. « Haute-Savoie (74) > Groisy > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  32. « Haute-Savoie (74) > Groisy > Collège », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  33. http://hbcfilliere.free.fr
  34. http://tennisgroisy.chez-alice.fr/pages/43l_homepag.html
  35. http://fillieregrimpe.ovh.org
  36. http://fillierett.fr/
  37. « Présentation du Club / Les Volants de la Fillière (LVF74) », sur AssoConnect (consulté le ).