Trolleybus de Genève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trolleybus de Genève
Image illustrative de l'article Trolleybus de Genève
Trolleybus Van Hool n° 1601 en 2014

Situation Genève
Drapeau de la Suisse Suisse
Type Trolleybus
Entrée en service 11 septembre 1942 (CGTE)
depuis le 1er janvier 1977 (TPG)
Longueur du réseau 36 km
Lignes 6
Exploitant Transports Publics Genevois
Lignes du réseau 2, 3, 6, 7, 10, 19
Réseaux connexes Mouettes genevoises, Noctambus, Proxibus et Télébus

Le trolleybus de Genève est un réseau de transports en commun de la ville de Genève en Suisse. Il fut mis en service en 1942 sur le réseau de la Compagnie Genevoise des Tramways Electriques (CGTE) (actuellement Transports Publics Genevois (TPG). Le réseau compte en 2014 six lignes exploitées par 90 trolleybus.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

En juin 1942 fut la date de sortie du premier trolleybus no 1. À noter que ce véhicule n'était doté que d'une seule perche, car les lignes aériennes de trolleybus demeuraient encore inexistantes à ce moment-là. Ces premiers essais se sont fait sous une ligne aérienne de tram. La perche installée sur le véhicule captait le courant et le renvoi de celui-ci s'effectuait par le biais des rails, par l'intermédiaire d'un wagonnet attaché au trolleybus. À l'avant de ce trolleybus se trouvait une plaque carrée, un triangle blanc sur un fond bleu qui était obligatoire à l'époque et qui signalait la présence de la remorque.

C'est le 11 septembre 1942 que fut mis en service le premier tronçon de trolleybus situé sur la ligne 3 entre Grand-Pré et Petit-Saconnex. Le 19 novembre de la même année, c'est le tronçon Cornavin - Petit-Saconnex qui fut mis en service. Dès le 18 mai 1944, en raison d'un appauvrissement en pneumatiques, seul le tronçon Grand-Pré - Petit-Saconnex fut desservi par le trolleybus. Ce fut le 3 avril 1946 que le trolleybus put couvrir l'intégralité de la ligne 3, soit Champel - Petit-Saconnex.

Développement du réseau[modifier | modifier le code]

Ligne 2[modifier | modifier le code]

  • Le 5 décembre 1961, les trolleybus prirent le relais de la ligne de tramway.
  • En 1962, la ligne fut prolongée entre Merle-d'Aubigné et Genève-Plage
  • En juin 1968, un service de courses accélérées fut mis en service.
  • Le 14 juin 1975, la ligne fut prolongée jusqu'au chemin de Saule (Bernex).
  • En 1976 fut reprise, dès la date d'ouverture des bains de Genève-Plage, l'exploitation du tronçon Merle-d'Aubigné - Genève-Plage. Celui-ci était assuré qu'avec l'horaire d'été.
  • Dès 1984, la ligne Genève-Plage - Bernex est desservie toute l'année.
  • 11 décembre 2011. À la suite de la mise en service du tram de la ligne 14 (TCOB), la ligne ne dessert plus Bernex. Son parcourt est modifié et elle remplace la ligne 10 sur le tronçon Jonction - Onex-Cité.
  • À noter que jusqu'en 1993, la ligne 22, Genève-Plage - Cité-Nouvelle d'Onex, roulait parallèlement entre les arrêts Genève-Plage et Bois de la Bâtie[1].

Ligne 3[modifier | modifier le code]

  • En 1963, le passage à Cornavin en direction de la place Reverdin fut supprimé et remplacé par l'arrêt XXII-Cantons.
  • Le 28 septembre 1969, le tracé de la ligne fut modifié sur le tronçon Petit-Saconnex.
  • En 1973, la desserte de l'arrêt Place Reverdin (terminus) fut supprimée dès 21 heures.
  • En 1984, le terminus Place Reverdin fut définitivement supprimé et remplacé par celui de Cité-Universitaire de Champel.
  • 12 décembre 2004. Le terminus Champ d'Anier fut remplacé par celui de Gardiol, situé dans le quartier du Pommier. Son nom fur remplacé par Maison des Parlements.
  • Entre 2004 et 2007, avant la mise en service définitive par le chemin de la Tourelle, un parcours provisoire fut mis en service sur le chemin Moïse-Duboule
  • À noter qu'entre le 31 mai 1959 jusqu'en 1984, la ligne 33, Aéroport - Crêts-de-Champel, nouvellement créée roulait parallèlement entre les arrêts Servette-Ecole et Avenue Calas[2].

Ligne 6[modifier | modifier le code]

  • Le 15 octobre 1959, le tramway fut remplacé par le trolleybus sur le tronçon entre Cornavin et Vernier-Ecole.
  • Dès le 27 main 1962, la ligne fut prolongée jusqu'au Molard, mais fut desservie que les jours ouvrables.
  • Le 13 mai 1963, la ligne fut prolongée entre Vernier-Ecole et Vernier-Village. Comme la ligne 3, le passage à Cornavin en direction du Molard fut supprimé et remplacé par l'arrêt XXII-Cantons.
  • Le 10 janvier 1967 fut créée une nouvelle boucle de rebroussement à Châtelaine. Celle-ci passe par l'avenue du Pailly, le chemin du Petit-Bois et le chemin de Maisonneuve.
  • Dès le 30 septembre 1984, toutes les courses effectuent leurs terminus au Molard.
  • Le 28 mars 1988, son parcours fut modifié par la rue de la Pépinière et le passage Montbrillant afin de mieux desservir la gare de Cornavin.

Lignes[modifier | modifier le code]

Depuis le 15 décembre 2013, le réseau comprend 36 kilomètres de lignes de trolleybus, réparties de la façon suivante[3] :

Ligne Tracé Nombre d'arrêts Tracé Nombre d'arrêts
2 Genève-Plage - Molard - Bel-Air - Jonction - Onex-Cité 21 Onex-Cité - Jonction - Bel-Air Cité - Rive - Genève-Plage 23
3 Gardiol - Servette - Bel-Air - Claparède - Crêts-de-Champel 25 Crêts-de-Champel - Claparède - Bel-Air - Servette - Gardiol 24
6 Genève-Plage - 22-Cantons (Gare Cornavin) - Charmilles - Châtelaine - Vernier-Village 21 Vernier-Village - Châtelaine - Lyon (Gare Cornavin) - Rive - Genève-Plage 23
7 Hôpital - Rive - Bel-Air - Aïre - Tours Lignon 20 Tours Lignon - Aïre - Bel-Air Cité - Rive - Hôpital 21
10 Aéroport - Bouchet - Lyon (Gare Cornavin) - Bel-Air Cité - Rive 18 Rive - Bel-Air - 22-Cantons (Gare Cornavin) - Bouchet - Aéroport 19
19 Onex-Cité - Jonction - Bel-Air - 22-Cantons(Gare Cornavin) - Vernier-Village 31 Vernier-Village - Lyon (Gare Cornavin)) - Bel-Air -Jonction - Onex-Cité 29

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Véhicules en service[modifier | modifier le code]

Depuis le 5 janvier 2015, le réseau comporte 93 trolleybus [4],[5],[6] [7] (dont 1 trolleybus école)

Trolleybus SAURER / Hess / BBC-SE GT 560e[modifier | modifier le code]

La série 33 de trolleybus, mise en service pour le premier véhicule en mai 1982, est le plus ancien des véhicules encore en service sur le réseaux des TPG. Elle fut révisée entre 1992 et 1993. Leurs remplacements sont prévus entre 2013 et 2014 par l'arrivée des ExquiCity. Plusieurs de ses véhicules affichent plus d'un million de kilomètres à leurs compteurs. À noter que le trolleybus no 666 fut remis à son état d'origine de 1982 pour la fête des 70 ans de trolley de juin 2012. Il fut exposé devant le Palexpo durant le salon de l'automobile et roule actuellement toujours dans cette même livrée.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]
666 - Place neuve.jpg
  • Numérotation TPG : 651 à 674 - Série 33
  • Mise en service : 1982 - 1983
  • Véhicules en service : 12
  • Longueur : 1 780 mm
  • Largeur : 2 500 mm
  • Hauteur : 3 100 mm
  • Poids à vide : 16 600 kg
  • Poids en pleine charge : 28 000 kg
  • Constructeur : Saurer
  • Carrosserie : Hess
  • Équipement électrique : SAAS
  • Moteur électrique : ABB 4 EBO 2030H
  • Puissance maximale : 2 x 100 kW GMA
  • Moteur auxiliaire : VW
  • Puissance : 35 kW
  • Places assises : 44
  • Places debout : 100
Équipement[modifier | modifier le code]

Annonce des arrêts sonore[8]

Trolleybus articulé NAW / Hess / BBC-SE - BGT 25[modifier | modifier le code]

La série 34 de trolleybus fut mise en service pour le premier véhicule en décembre 1987. À l'origine, la série se composait de 20 véhicules, mais les trolleybus no 691 et 700 furent retirés du service. Elle fut entièrement révisée entre 1997 et 1998. Leurs remplacements sont prévus en 2014 / 2015. À noter que le trolleybus no 681 fut remis à son état d'origine de 1982 pour la fête des 70 ans de trolley en juin 2012. Actuellement, il roule toujours dans cette même livrée.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]
NAW 681.jpg
  • Modèle : BGT 25
  • Numérotation TPG : 681 à 690 / 692 à 699 - Série 34
  • Mise en service : 1987 - 1988
  • Véhicules en service : 18
  • Longueur : 17 950 mm
  • Largeur : 2 500 mm
  • Hauteur : 3 200 mm
  • Poids à vide : 17 300 kg
  • Poids en pleine charge : 28 000 kg
  • Constructeur : NAW
  • Carrosserie : Hess
  • Équipement électrique : SAAS
  • Moteur électrique : ABB 4 EBO 2030H
  • Puissance maximale : 2 x 100 kW
  • Moteur auxiliaire : Alpha Roméo
  • Puissance : 35 kW
  • Places assises : 44
  • Places debout : 107
Équipement[modifier | modifier le code]

Annonce des arrêts sonore[9]

Trolleybus articulé NAW / Hess / Siemens BGT-N2[modifier | modifier le code]

Le prototype Hess 1991 du Swisstrolley fut testé sur la ligne 2. Ce fut le seul Swisstrolley à équipement électrique ABB. Ce véhicule continuera sa carrière à Biel/Bienne sous le numéro 80. Il sera ensuite exporté en Roumanie. La série 35 de trolleybus a mis en service le premier véhicule en juillet 1992. Elle fut entièrement révisée entre 2002 et 2003. À noter que le trolleybus no 702 fut transformé en trolleybus-école et que le no 709 fut utilisé pour la construction du trolleybus à double articulation NAW/Hess/Siemens BGT-N2 no 721.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]
NAW 705
  • Modèle : BGT N2 - Swisstrolley 1
  • Numérotation TPG : 701 à 713 - Série 35
  • Mise en service : 1992 - 1993
  • Véhicules en service : 10
  • Longueur : 17 900 mm
  • Largeur : 2 500 mm
  • Hauteur : 3 400 mm
  • Poids à vide : 18 100 kg
  • Poids en pleine charge : 28 000 kg
  • Constructeur : NAW
  • Carrosserie : Hess
  • Équipement électrique : ABB
  • Moteur électrique : Siemens 1 K 1815
  • Puissance maximale : 2 x 100 kW
  • Moteur auxiliaire : Diesel Deutz
  • Puissance : 40 kW
  • Places assises : 43
  • Places debout : 107
Équipement[modifier | modifier le code]
  • Annonce des arrêts visuel et sonore
  • Plancher surbaissé[10]

Trolleybus bi-articulé NAW / Hess / Siemens BGT-N2[modifier | modifier le code]

Le trolleybus no 721 est un prototype de trolleybus bi-articulé, fabriqué par le constructeur Hess. Il a été construit en décembre 2003 à partir du trolleybus no 709, auquel une caisse intermédiaire a été ajoutée. Ce prototype a donné lieu au développement des véhicules de la gamme Hess lighTram. Il roule uniquement sur la ligne 10.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]
TPG721.jpg
  • Modèle : BGT N2 - lighTram 1
  • Numérotation TPG : 721 - Série 36
  • Mise en service : 1992
  • Modification : 2003
  • Véhicules en service : 1
  • Longueur : 24 000 mm
  • Largeur : 2 500 mm
  • Hauteur : 3 400 mm
  • Poids à vide : 22 900 kg
  • Poids en pleine charge : 35 000 kg
  • Constructeur : NAW
  • Carrosserie : Hess
  • Équipement électrique : ABB
  • Moteur électrique : Siemens 1 K 1815
  • Puissance maximale : 2 x 100 kW
  • Moteur auxiliaire : Diesel Deutz
  • Puissance : 40 kW
  • Places assises : 57
  • Places debout : 122
Équipement[modifier | modifier le code]
  • Annonce des arrêts visuel et sonore
  • Plancher surbaissé[11]

Trolleybus articulé Hess / Vossloh-Kiepe BGT-N2C[modifier | modifier le code]

Le Swisstrolley 3, est en production depuis 2003. Il est à ce jour, le swisstrolley qui a rencontré le plus de succès. À la suite de la faillite de NAW en 2002, Hess se décide de construire lui-même les châssis, cependant des composants comme les essieux ou les suspensions sont toujours issus de Daimler-Benz. L'équipement électrique lui vient désormais de Vossloh, à la suite de son rachat de Kiepe.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]
Geneva trolleybus TPG 766 Hess BGT-2NC.jpg
  • Modèle : BGT-N2C - Swisstrolley 3
  • Numérotation TPG : 731 à 768 - Série 37
  • Mise en service : 2005
  • Véhicules en service : 38
  • Longueur : 17 970 mm
  • Largeur : 2 550 mm
  • Hauteur : 3 330 mm
  • Poids à vide : 18 600 kg
  • Poids en pleine charge : 28 000 kg
  • Constructeur : Hess
  • Carrosserie : Hess
  • Équipement électrique : ABB puis Kiepe
  • Moteur électrique : Skoda ML 3450 K/4
  • Puissance maximale : 2 x 160 kW
  • Moteur auxiliaire : Diesel Deutz
  • Puissance : 50 kW
  • Places assises : 46
  • Places debout : 80
Équipement[modifier | modifier le code]
  • Annonce des arrêts visuel et sonore
  • Plancher surbaissé
  • Climatisation[12]

Trolleybus bi-articulé Hess / Kiepe lighTram[modifier | modifier le code]

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]
Genève TPG Hess BGGT-N2C n°783 L10 Aéroport.jpg
  • Modèle : BGT-N2C - lighTram 3
  • Numérotation TPG : 781 à 790 - Série 38
  • Mise en service : 2005 - 2006
  • Véhicules en service : 10
  • Longueur : 24 690 mm
  • Largeur : 2 550 mm
  • Hauteur : 3 330 mm
  • Poids à vide : 24 580 kg
  • Poids en pleine charge : 39 625 kg
  • Constructeur : Hess
  • Carrosserie : Hess
  • Équipement électrique : Kiepe
  • Moteur électrique : Skoda ML 3450 K/4
  • Puissance maximale : 2 x 160 kW
  • Moteur auxiliaire : Diesel Deutz
  • Puissance : 50 kW
  • Places assises : 66
  • Places debout : 126
Équipement[modifier | modifier le code]
  • Annonce des arrêts visuel et sonore
  • Plancher surbaissé
  • Climatisation[13]

Trolleybus articulé VanHool Exqui.City 18T / AG300-TRL-T[modifier | modifier le code]

Cette série de véhicules remplacera les trolleybus Saurer et NAW BBC. Le premier véhicule fut mis en service le 30 janvier 2014 et leurs arrivées sont prévues pour le restant de l'année. Comme dans les trams, les chauffeurs prennent place dans une cabine fermée. Un des avantages réside dans le « perchage » automatique. Ce système évite aux conducteurs de devoir descendre manuellement les perches qui relient le véhicule à l’électricité en cas de problème ou de changement d’itinéraire

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]
VanHool 1601.jpg
  • Modèle : ExquiCity 18T
  • Numérotation TPG : 1601 à 1633 - Série 301
  • Mise en service : 2014
  • Véhicules en service : 33
  • Longueur : 18 610 mm
  • Largeur : 2 550 mm
  • Hauteur : 3 500 mm (3 700 mm perches incluses)
  • Poids à vide : 20 340 kg
  • Poids en pleine charge : 29 000 kg
  • Constructeur : Van Hool
  • Moteur électrique : 2 moteurs TSA TMF 35-28-4
  • Puissance maximale : 360 kW
  • Moteur auxiliaire : Batterie type LFT (lithium fer phosphate)
  • Autonomie : 7 à 14 km, selon les conditions
  • Puissance : 80 kW
  • Places assises : 41
  • Places debout : 86
Équipement[modifier | modifier le code]
  • Annonce des arrêts visuel et sonore
  • Plancher surbaissé avec une rampe dépliable pour faciliter l'accès aux personnes à mobilité réduite

Couleurs des livrées[modifier | modifier le code]

Anciennes livrées[modifier | modifier le code]

Dès 1942, la CGTE introduisit la livrée vert foncé et ivoire sur les trolleybus fraîchement acquis et progressivement sur les tramways qui passèrent en révision. Elle fut généralisée à tous les véhicules neufs dès 1950. Le sigle CGTE fut apposé sur les deux faces latérales; le C englobant les lettres G, T et E. À la fin de l'année 1957, la CGTE procéda à des essais dans la perspective de l'introduction d'une nouvelle livrée. La motrice n° 704 fut peinte en rouge bordeau pour le bas de caisse et en gris aluminium pour le pourtour des fenêtres. La motrice n° 729 reçu la livrée rouge «coq-de-roche» et ivoire. Les genevois préférèrent celle-ci et, dès 1958, celle-ci fut généralisée à l'ensemble des véhicules. En 1974, sur recommandations du BPA et de l'UST, une livrée entièrement orange, avec un bandeau blanc au-dessous des fenêtres est testée sur les motrices 704, 715 et 724, ainsi que sur la remorque 308. Celle fut apposée sur les nouveaux véhicules mis en service sur le réseau. Ils s'agit des trolleybus FBW articulés 1975 n° 631 à 648, les autobus FBW articulés 1975-1976 n° 101 à 129 et sur les motrices Duewag n° 795 à 799. Certains véhicules de séries plus anciennes reçurent également cette livrée. En 1977, la nouvelle livrée orange clair pour les bas de caisses et blanc perle pour le pourtour des fenêtres fut introduite progressivement.

Livrées actuelles[modifier | modifier le code]

Dix ans plus tard, soit en 1988, la nouvelle livrée est identique à la précédente, sauf que des traits obliques oranges remontants à l'arrière des véhicules. Elle est apposée sur les autobus Mercedes O405 n° 561 à 600 et O405G n° 251 à 298, les trolleybus Saurer BBC-SE n° 651 à 674 et NAW Hess BBC-SE n° 681 à 700. La livrée 2000 est multicolore. Les bas de caisses sont oranges et blancs et l'avant des véhicules sont bleus avec des moustaches turquoises. Les mêmes couleurs sont reprises en parallélogramme en bordure de toiture. Elle est apposée sur les autobus VanHool AGG 300 New n° 101 à 105 et sur les trolleybus NAW Hess Siemens, n° 701 à 713. La livrée 2005 se présente ainsi: bleu foncé pour la moitié des bas de caisses et blanc perle pour toute la partie haute du véhicule. Elle est apposée sur l'ensemble des autres véhicules.

Livrées publicitaires[modifier | modifier le code]

Comme les trams, certains trolleybus ont arboré une livrée publicitaire[15].

  • 2010 : Trolleybus n° 789, Brussel Airlines
  • 2011 : Trolleybus n° 759, PMU
  • 2012 : Trolleybus n° 788, SIG
  • 2013 : Trolleybus n° 766, PMU - Trolleybus n° 732, 757 et 789, Saudia
  • 2014 : Trolleybus n° 767 - Pharmacieplus

Véhicules à l'essai[modifier | modifier le code]

TOSA Bus Genève Aéroport
TOSA Aeroport rail avec tête

Ce projet intitulé TOSA, pour «Trolleybus Optimisation Système Alimentation», est présenté en première mondiale à l’exposition de l’Union internationale des transports publics (UITP). «Notre ambition est de déployer cette technologie à Genève sur une ligne complète et ensuite ailleurs en Europe et dans le monde», a déclaré vendredi Jean-Luc Favre, directeur général d’ABB Sécheron.

En attendant, le prototype TOSA circulera jusqu'à mars 2014 sur un tronçon de ligne entre l’aéroport et Palexpo où se tient l’exposition de l’UITP. Le véhicule silencieux, qui de prime abord ressemble à un bus normal, utilise la technique du «biberonnage». Ce système permet de stocker à bord de l’énergie renouvelable.

Le bus démarre son trajet chargé et grâce à un « système flash », il se recharge ensuite aux arrêts en 15 secondes. Concrètement, quand le bus approche de l’arrêt, l’infrastructure le détecte et se prépare à la connexion. Une fois sur place, un connecteur aérien assure le branchement et le bus reçoit une grosse dose d’énergie (400 kW) pour la suite de son parcours.

A son terminus, il se recharge en 3 - 4 minutes en puissance de 200 kW et en 30 minutes lorsqu'il se trouve au centre de maintenance.


Il est capable de rouler sur une distance de 10 à 15 kilomètres sans aucunes recharges de ses batteries, ce qui lui est fort utile en cas de déviations de son parcours ou pour rejoindre son centre de maintenance[16].

Ce système de bus électrique, appelé Gyrobus, a déjà circulé en Suisse entre les ville d'Yverdon-les-bains et Grandson de 1953 à 1960.

D’ici trois ans, les bus TOSA rouleront sur la ligne 23[17]

Véhicules retirés du service[modifier | modifier le code]

Saurer 1942[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Au début de leurs mises en service, ces trolleybus circulaient principalement sur deux lignes. Dès 1942, sur la ligne 3 (Champel - Petit-Saconnex) et, de 1950 à 1964, sur la ligne 4 (Palais Wilson - Grand-Lancy). Cependant, il était possible de les voir, dès 1950, sur la ligne 7 (Bel-Air - Aïre). Puis, dès 1959, sur la ligne 6 (Vernier - Cornavin (puis Molard dès 1962). Pour finir, dès 1961, sur la ligne 2 (Genève-Plage - Bernex).

C'est en 1958 que toute la livrée reçoit ses nouveaux numéros (801 à 812), ainsi que ses nouvelles couleurs. Cependant, dès 1964, ils n'assurent plus que des services de renfort aux heures de pointe.

Les trolleybus seront retirés du service une première fois dès le mois de juillet 1965. Les véhicules no 801, 802, 804, 805, 807 à 810 furent vendus aux réseaux du Val de Ruz et de la Chaux-de-Fonds. Les quatre derniers véhicules serviront encore, de 1969 au 15 février 1971, en renfort sur la ligne 4. Le trolleybus no 812 est devenu le trolleybus-école no 14 de 1972 à 1974, date à laquelle il fut démoli. En 1973, les no 803 et 811 furent vendus au réseau de la Chaux-de-Fonds et le no 806 fut ferraillé la même année[18].

Données techniques[modifier | modifier le code]

  • Année de mise en service : 1942-1943 (no 1 à 11) / 1948 (no 12)
  • Mise hors service : 1964-1974
  • Numérotation d'origine CGTE : 1 à 12 - Livrée : Vert et ivoire
  • Numérotation CGTE dès 1958 : 801 à 812 - Livrée : Rouge coq-de-roche et ivoire
  • Construction mécanique (châssis) : Adolf Saurer SA (Saurer) à Arbon
  • Construction électrique : Société anonyme des ateliers de Sécheron (SAAS) à Genève
  • Construction carrosserie : Ateliers CGTE de la Jonction (Genève)
  • Longueur : 1 070 mm
  • Largeur : 2 400 mm
  • Hauteur : 2 840 mm
  • Poids à vide : 8,1 t
  • Empattement : 5 000 mm
  • Puissance : 110 CV
  • Rapport d'engrenage : 1:10,6
  • Vitesse maximum : 45 km/h
  • Capacité : 61 places (28 assises / 33 debouts)

Saurer 1950[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Cette série n'a pas subit de grandes transformations, si ce n'est le changement de couleurs en 1958. En 1962 est introduit le service à un seul agent est introduit et les postes de receveurs furent supprimés au fil du temps. Une plate-forme centrale fut également créée à la suite des retraits de certains sièges.

Sur la ligne 6 fut prévu l'introduction du "Self service" et, prioritairement, ces véhicules furent équipés, entre 1970 et 1971 de portes automatiques commandées par les usagers.

Dans le milieu des années 1970, certains véhicules reçurent la livrée orange UST avec une simple bande blanche située au-dessous des fenêtres[19]

Données techniques[modifier | modifier le code]

  • Année de mise en service : 1950-1951
  • Mise hors service : 1964-1974
  • Numérotation d'origine CGTE : 20 à 34 - Livrée : Vert et ivoire
  • Numérotation CGTE dès 1958 : 821 à 835 - Livrée : Rouge coq-de-roche et ivoire
  • Construction mécanique (châssis) : Adolf Saurer SA (Saurer) à Arbon
  • Construction électrique : Société anonyme des ateliers de Sécheron (SAAS) à Genève
  • Construction carrosserie : Hess SA à Bellach
  • Longueur : 11 250 mm
  • Largeur : 2 400 mm
  • Hauteur : 2 840 mm
  • Poids à vide : 9,2 t
  • Empattement : 5 400 mm
  • Puissance : 130 CV
  • Rapport d'engrenage : 1:10,5
  • Vitesse maximum : 45 km/h
  • Capacité : 99 places (25 assises / 74 debouts)

FBW 1947 et FBW 1949/1951[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Cette série fut rachetée au réseau zurichois VBZ. Ils furent rétirés du service entre 1967 et 1975

Données techniques[modifier | modifier le code]

JHM-1971-0966 - Genève, trolleybus.jpg
  • Année de mise en service : 1947 (836 à 846) - 1949/1951 (847 à 856)
  • Année de mise en service CGTE : 1958 à 1960
  • Mise hors service : 1967 à 1975
  • Numérotation CGTE dès 1958 : 836 à 846 et 847 à 856 - Livrée : Bleu et blanc (VBZ), puis rouge coq-de-roche et ivoire
  • Constructeur mécanique : FBW
  • Constructeur électrique : Maschinenfabrik Oerlikon (MFO)
  • Construction carrosserie : Hess SA à Bellach
  • Longueur : 10 800 mm (836 à 846) - 10 670 mm (847 à 856)
  • Largeur : 2 400 mm
  • Hauteur : 2 840 mm
  • Poids à vide : 9,5 t (836 à 846) - 8,5 t (847 à 856)
  • Empattement : 5 200 mm
  • Puissance : 110 CV (836 à 846) - 140 CV (847 à 856)
  • Rapport d'engrenage : 1:10,5
  • Vitesse maximum : 50 km/h
  • Capacité : 80 places (23 assises / 57 debouts)

Berna 200 CV[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

C'est à la fin des années 1950 que la CGTE a prévu de remplacer les trams des lignes 2 et 6 par des trolleybus. Elle commanda donc 18 trolleybus simples et puissants, afin de pouvoir tracter une remorque à voyageurs. Cette série se différencie des anciennes par l'aménagement des sièges rembourrés en cuir, mais étant disposés longitudinalement, cela a déplu à la clientèle. La suspension pneumatique fera de ceux-ci des vrais bateaux dont le roulis ne fut pas du goût de tous les voyageurs. Dès leurs livraisons, ils prirent leurs services sur la ligne 3 et 33. La ligne 3 eut toujours l'honneur de recevoir les nouveaux véhicules. Jusqu'en 1965, ils étaient les maîtres sur ces deux lignes et assurèrent des services avec remorque aux heures de pointe. Mais ils furent dépassés par l'arrivée des Berna 601 à 625. Durant ces mêmes années, ils assurèrent également aux heures de pointe des services avec remorque sur les lignes 4 et 7. On put ensuite les voir sur les lignes 2 et 22, mais aussi sur la ligne 6. Le poste de receveur fut démonté dès 1965 sur plupart des véhicules. Dès la fin 1969, ils furent tous équipés, comme les Saurer 1950, de la commandes des portes par les voyageurs et les raccords électriques pour la remorque furent retirés. Les derniers trolleybus de cette série, qui d'ailleurs n'ont jamais connu d'autres livrées que celle rouge coq-de-roche et ivoire, furent retirés en 1988[20].

Données techniques[modifier | modifier le code]

  • Année de mise en service : 1959-1960
  • Mise hors service : 1988
  • Numérotation CGTE 1958 : 861 à 878 - Livrée : Rouge coq-de-roche et ivoire
  • Portes : 3 commandées électro-pneumatiquement depuis le poste de conduite (par le receveur à l'origine)
  • Construction mécanique (châssis) : Berna AG à Olten
  • Construction électrique : Société anonyme des ateliers de Sécheron (SAAS) à Genève
  • Construction carrosserie : Hess SA à Bellach
  • Longueur : 11 300 mm
  • Largeur : 2 500 mm
  • Hauteur : 2 965 mm
  • Poids à vide : 10,6 t
  • Empattement : 5 400 mm
  • Puissance : 208 CV
  • Rapport d'engrenage : 1:10,5
  • Freins : Rhéostatique et à air comprimé, frein à main de stationnement
  • Vitesse maximum : 53 km/h
  • Capacité : 93 places (26 assises / 67 debouts)

Berliet EH 100[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Après que la ligne 2 fut transformée de tram en trolleybus, la CGTE venait à manquer de véhicules pour desservir les nouvelle cités d'Onex (ligne 22)et du Lignon (ligne 7). Elle décida donc de passer commande de 12 trolleybus Berliet EH 100 et ceux-ci furent livrés en 1963. Dès le début de leurs exploitations, ils furent engagé sur les lignes 4 et 2-22. Dès 1965, date d'arrivée des Berna articulés, on ne les voit plus beaucoup sur la ligne 2-22 qui a hérité les Berna 200 CV de la lignee 3. Ils passèrent donc sur la ligne 7 et, de temps en temps, sur la ligne 6. D'avril à novembre 1970 fut installées les portes automatiques identiques à celles des autres véhicules.

Ils furent victimes d'une forte corrosion du châssis et, dès 1975, ils furent retirés du service selon le rythme d'arrivée des trolleybus FBW 1975 articulés. Les dernier véhicules disparurent en mai 1976 du réseau. Toute cette série sera ferraillée entre juin et juillet 1976 et seuls les équipements électriques en bon état furent alors récupérés en vue d'une utilisation future. Ils seront finalement vendus au Transports publics de la Chaux-de-Fonds.

À noter que cette série fut la dernière commande de véhicules à deux essieux par la CGTE. Les transports publics de l'agglomération fribourgeoise possédaient deux Berliet EH 100 de même livrée avec deux portes. Ceux-ci reçurent en 1970 une troisième porte[21].

Données techniques[modifier | modifier le code]

  • Année de mise en service : 1963
  • Mise hors service : 1976
  • Numérotation CGTE : 881 à 892 - Livrée : Rouge coq-de-roche et ivoire
  • Construction mécanique : Berliet
  • Construction électrique : Société anonyme des ateliers de Sécheron (SAAS) à Genève
  • Transformations : 1970 (portes automatique)
  • Longueur : 10 670 mm
  • Largeur : 2 500 mm
  • Hauteur : 2 960 mm
  • Poids à vide : 9,6 t
  • Empattement : 5 530 mm
  • Puissance : 130 CV
  • Rapport d'engrenage : 1:10,7
  • Vitesse maximum : 50 km/h
  • Capacité : 88 places (23 assises / 65 debouts)

Trolleybus Berna articulé 1965[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

C'est au début des années soixante que la CGTE prévoit l'acquisition de nouveaux trolleybus à grande capacité. La commande de 21 véhicules articulés unifiés fut passée en 1961. Ceux-ci étaient communs aux réseaux de Bâle, Winterthur et Schaffhouse. Dès lors, toutes les nouvelles commandes de nouveaux trolleybus mis en service sur le réseau seront des véhicules articulés.

Construits par les ateliers Berna, SWS et SAAS, la série fut numérotée 601 à 621 et les véhicules entrèrent immédiatement en service, sur les lignes 3 et 33, au rythme de leurs arrivées à la CGTE. Bien que l'esthétique extérieure était réussite, l'intérieur lui était plutôt spartiate de part leurs sièges durs en bois moulé. Cependant, la partie supérieure de leurs baies vitrées latérales pouvaient être ouvertes, ce qui permit une aération supplémentaire bien appréciée lors de fortes chaleurs. Cela fut aussi les premiers trolleybus à être équipés d'une installation de sonorisation.

En dépit de leur construction robuste, la série s'est avérée plutôt délicate et a demandé au service technique des heures d'entretien. Les véhicules furent souvent immobilisés à la suite d'échauffements des essieux moteurs, usure des garnitures de freins et des rhéostats de démarrage, etc. La CGTE disait être contente si 16 véhicules sur 21 étaient en service. Cependant, avec l'arrivée de la conception par ordinateur, les véhicules devinrent véritablement sûrs[22].

Données techniques[modifier | modifier le code]

Berna 608.jpg
  • Année de mise en service : 1965
  • Mise hors service : 1988-1991
  • Numérotation CGTE : 601 à 621 - Livrée : Rouge coq-de-roche et ivoire
  • Construction mécanique (châssis) : Berna
  • Construction électrique : Société anonyme des ateliers de Sécheron (SAAS) à Genève
  • Construction carrosserie : Schweizerische Wagons- und Aufzügefabrik AG (SWS)
  • Moteurs : Traction à courant continu 550 V Sécheron, type L 326
  • Transformations : 1968-1969 (Portes automatiques) / 1970 (livrée orange UST) / 1980 (Livrée orange et gris perle pour quelques véhicules)
  • Longueur : 16 500 mm
  • Largeur : 2 500 mm
  • Hauteur : 3 385 mm
  • Poids à vide : 15,65 t
  • Empattement entre essieux avant et médian: 4 400 mm
  • Empattement entre essieux médian et arrière : 6 300 mm
  • Suspension : Pneumatique type Saurer (membrane à rouleaux)
  • Puissance : 2 X 130 CV
  • Rapport d'engrenage : 1:10,5
  • Vitesse maximum : 60 km/h
  • Capacité : 138 places (31 assises / 107 debout)

FBW articulé 1975[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le 15 décembre 1972, le Grand Conseil genevois approuva l'acquisition de 18 nouveaux véhicules destinés au renouvellement et extensions qui devenaient urgentes. Le choix fut porté sur un trolleybus unifié UST à grande capacité. Celui-ci fut conçu de manière standard en collaboration avec les villes Bâle, Berne et Zurich. Ils furent donc commandés en 1972 et c'est entre février et décembre 1975 qu'ils firent leurs arrivée à la CGTE.

Trente ans plus tard, ils arrivèrent à la fin de leurs carrières avec, pour certains véhicules, plus d'un million de kilomètres affichés au compteur. Ils restèrent quelque temps sur le parking P47 du Palexpo, avant d'être chargés sur des trains pour être exportés aux Transports Publics de Ploiesti en Roumanie. Ils partirent le 5 et 6 septembre 2005. Toutefois, manquèrent à l'appel les trolleybus n° 631, préservé par l'Association Rétrobus Léman et les n° 643 et 644, exportés à Valparaiso au Chili.

À noter que le n° 631 en livrée orange gris perle possède toujours ses portes entièrement blanche, alors que le n° 635 avaient ses portes totalement noires[23].

Données techniques[modifier | modifier le code]

FBW 631
  • Année de mise en service : 1975
  • Mise hors service : 2005
  • Numérotation CGTE : 631 à 648 - Série 32
  • Livrée : Orange UST
  • Construction mécanique : FBW (châssis, essieux, articulations, direction et freins / BBC Sécheron (thyristors 600 V/166 W - 226 ch
  • Construction électrique : Société anonyme des ateliers de Sécheron (SAAS) à Genève
  • Construction carrosserie : Hess
  • Direction assistée : hydraulique ZF
  • Moteurs : Type 4 ELG 2253
  • Transformations : 1977 (Livrée orange et gris perle)
  • Longueur : 17 400 mm
  • Largeur : 2 500 mm
  • Hauteur : 3 100 mm
  • Poids à vide : 15 t
  • Poids total en charge : 25 t
  • Puissance : 226 ch / 166 kW
  • Groupe de secours : VW type 127, 1629 cm3, 66 ch à 4000 tr/min
  • Générateur : "Knurz" 39 VW AE/280, 39 kW, 400 V, 4000 tr/min
  • Vitesse maximum : 60 km/h
  • Capacité : 145 places (44 assises, 101 debout)

Véhicules vendus et préservés[modifier | modifier le code]

Une partie des trolleybus Berna réformés de la série 601-621 sont vendus au réseau de l'Empressa de Trasportes Colectivos Electricos Ltds de la ville chilienne de Valparaiso. Il s'agit des véhicules suivants:

  • Les trolleybus Berna no 32 (ex 609) et 96 (ex 618) partent en décembre 1991.
  • Les trolleybus Berna no 99 (ex 607) 602 à 605, 615 à 611 à 613, 617 et 621 partent eux en octobre 1992. A noter que depuis peu une association fut créée afin de rapatrier le trolleybus 617 à Genève. Tous les détails ici

En 2008, certains ont été vendus. Les no 32, 96, 602 à 605, 611, 613, 615, 616 et 621 furent ferraillés. Plus de détails ici.


Retrobus Léman possèdent 5 anciens trolleybus du réseau CGTE / TPG. Il s'agit des véhicules suivants:

  • Saurer 1950 (CGTE) no 28 en livrée vert / ivoire.
  • Saurer 1950 (CGTE) no 834 en livrée orange UST (Il devrait être repeint en rouge coq- de-roche / ivoire).
  • FBW (ex VBZ 94; ex TL 94) (CGTE) no 855 en livrée orange / blanc perle. (Il devrait être repeint en rouge coq- de-roche / ivoire).
  • Berna "200 ch" (CGTE) no 877 en livrée rouge coq- de-roche / ivoire.
  • FBW 1975 (TPG) no 631 en livrée orange et blanc perle.

Les trolleybus FBW (1975) 632 à 642 et 645 à 648 ont été exporté en Roumanie pour les transports publics de Ploiesti et les 643 et 644 se trouvent également dans la ville chilienne de Valparaiso.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Werner Bögli, Marc Dietschy, Roland Kallmann, Jean-Marc Lacreuze, René Longuet, Erich Rahm et Compagnie génevoise des tramways électriques, Le tram à Genève : Histoire imagée de la Compagnie génevoise des tramways électriques et de ses précurseurs, 1862-1976, Genève, Éditions du Tricorne,‎ 1976, 29 cm, relié, 303 p. (OCLC 3480301)
  • (en) (de) Robert Schwandl, Schwandl's Tram Atlas Schweiz & Österreich, Berlin, Robert Schwandl Verlag,‎ 2010 (ISBN 978-3-936573-27-5)
  • (en) Alan Murray, World Trolleybus Encyclopaedia, Yateley, Hampshire, UK,‎ 2000 (ISBN 0-904235-18-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]