Funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le funiculaire et la vallée du Grésivaudan, vue prise depuis le sentier du Pal de Fer

Le funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet est situé dans le département de l'Isère sur le flanc sud-ouest du Massif de la Chartreuse. Il permet de relier Lumbin, situé dans la vallée du Grésivaudan entre Grenoble et Chambéry, et le village de Saint-Hilaire-du-Touvet, sur le plateau des Petites Roches[1]. Avec une pente de 83 %, le funiculaire a la plus forte déclinaison de France. C'est aussi l'un des plus anciens des Alpes françaises[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le funiculaire en 1970.

Au début des années 1920, le funiculaire est construit par la Caisse Syndicale d’Assurance Mutuelles des Forges de France, pour desservir le sanatorium du plateau des Petites Roches. Il est mis en service le [3].

Le funiculaire assure un trafic touristique permettant la visite du plateau, le transport des marchandises, notamment les matériaux de constructions des bâtiments des divers sanatoriums. Le funiculaire assure également une desserte quotidienne de ces établissements et du plateau.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le développement de l'automobile a fortement concurrencé le funiculaire à partir des années 1930. Le trafic diminue et l'exploitation est abandonnée en 1972.

En 1973, la société des Chemins de fer Touristiques et de Montagne (CFTM) reprend l'exploitation jusqu'en 1977. Ensuite, une régie municipale assure le service.

Le trafic touristique a été développé grâce à une bonne publicité et l'essor des parapentistes qui utilisent le funiculaire pour remonter, notamment durant la Coupe Icare au mois de septembre.

Gare de jonction[modifier | modifier le code]

La gare de Montfort était initialement desservie par le tramway de Grenoble à Chapareillan, puis par les autocars de la régie des VFD.

Le tracé[modifier | modifier le code]

Le tracé de la ligne, vu depuis la tour du Monfallet (de l'autre côté de la vallée).

La ligne à voie métrique a une longueur de 1,4 km. Elle a son origine dans la vallée du Grésivaudan, à Montfort[a], a une altitude de 251 m sur la commune de Lumbin[4], jusqu'au plateau des Petites Roches, après avoir traversé un tunnel de 130 m de long. La gare supérieure est située à l'altitude de 967 m.

Activités[modifier | modifier le code]

À la gare haute, on peut admirer le "laboratoire d'Icare". C'est un espace muséographique et de découverte de l'univers aérien qui présentant les expériences de Da Vinci, Newton et Galilée, des jeux sur l'air, la gravité et le vol, le fonctionnement du funiculaire et son histoire, et les films de la Coupe Icare[2]. Avec le funiculaire on peut rejoindre la via ferrata[2].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

La machinerie.
Câble 
Les deux voitures sont tractées par un unique câble. La voie étant unique, les voitures se croisent sur un évitement Abt situé au milieu de la ligne qui sert aussi de station facultative ;
Machinerie 
La machinerie actionnant le câble se trouve à la station supérieure[b]. Elle a été livrée par la firme suisse Von Roll. La transmission primaire initialement en cuir est aujourd'hui en fibres synthétiques.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Le funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet fait partie des lieux de tournage de Les Travaux d'Hercule (Titre original : The Labors Of Hercule), épisode 4 de la saison 13 de la série consacrée à Hercule Poirot. Dans la fiction, il représente le funiculaire qui mène à l'Hôtel Olympus, dans les Alpes Suisses[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le hameau de Montfort est à la limite entre les communes de Crolles et Lumbin, mais administrativement relié à Crolles. Neanmoins ce hameau est plus proche du bourg de Lumbin que de celui de Crolles. La gare basse du funiculaire se trouvant sur la commune de Lumbin, son tracé sillonne les deux communes pour entrer enfin, vers la gare haute, dans la commune de Saint-Hilaire.
  2. visite gratuite a l'étage de la station supérieure

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Funiculaire Saint Hilaire du Touvet - Station inférieure », Funimag (consulté le 31 octobre 2010)
  2. a, b et c Guide pratique 2013-2014 : la Chartreuse, sur issuu.com, p. 19
  3. (en) « Histoire du Funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet », Funimag (consulté le 31 octobre 2010)
  4. Funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet, sur le site remontees-mecaniques.net, consulté le 3 février 2013
  5. Le plateau fait son cinéma, MSP Mag, sous la direction de la Maison des Services Publics du Plateau des Petites Roches, n. 101, été 2014, p. 2.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Camand, « Le funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet », dans Petits trains de France, Sélection du Reader's Digest, 2002 (ISBN 2-7098-1324-6), pp. 144-145
  • Patrick Bouillin, Le tramway Grenoble-Chapareillan et le funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]