Funiculaire Territet – Glion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Funiculaire
TerritetGlion
Vue plongeante du tracé
Vue plongeante du tracé

Réseau Transports Montreux-Vevey-Riviera, Drapeau de la Suisse Suisse
Histoire
Mise en service
Exploitant Transports Montreux-Vevey-Riviera
Infrastructure
Conduite (système) automatique
Exploitation
Matériel utilisé 2 voitures
Points d’arrêt 3
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Lignes connexes ligne CFF du Simplon
MVR Ligne de Naye
VMCV, trolleybus 201
CGN
Schéma de la ligne
CONTg
ligne MVR vers Rochers de Naye
uKXBHFa-L XBHF-R
Glion-Funi alt. 687 m
uSTR LSTR
uSTR LSTR
CONTgq
tSTRq
STRr
ligne MVR vers Montreux
uSPLe
uHST
Collonge-Funi
uSTR uexCONTg
ancien funiculaire du Mont-Fleuri
uKXBHFe-L uexKXBHFe-R
Territet-Funi alt. 387 m
BUS
VMCV, trolleybus 201
CONTgq BHFq CONTfq
ligne CFF du Simplon
BOOT
bateau CGN

Le funiculaire TerritetGlion, construit en 1883, relie les hauteurs de Montreux aux rives du Léman[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Le funiculaire relie Territet à Glion en effectuant un arrêt intermédiaire sur demande, peu avant la mi-parcours, à l'arrêt « Collonge-Funi », dans Montreux[2]. Le funiculaire est en correspondance en gare aval avec la gare de Territet et en gare amont avec la gare de Glion.

La pente atteint au maximum 57 %. Le tracé de la ligne est rectiligne, les seuls virages sont ceux de l'évitement. Initialement, chaque voiture avait sa propre voie de roulement avec une distance de 1138 mm entre les axes de la voie, de sorte que les deux rails intérieurs n'étaient séparés que de 138 mm, y compris les champignons de rail.[3] Les voies se séparait en milieu du tracé pour permettre le croisement.

Technique[modifier | modifier le code]

Système de 1883[modifier | modifier le code]

Le funiculaire à deux voitures était exploité à contrepoids d'eau. La propulsion étant assurée uniquement par l'eau qui est remplie dans le réservoir de la voiture en station amont jusqu'à ce qu'elle soit plus lourde que la voiture en station aval et que les voitures se mettent en mouvement. La vitesse devait être régulée en actionnant le frein de la voiture en descente, car le funiculaire avait tendance à aller plus vite pendant le trajet parce que le poids du câble de la voiture en descente augmentait avec le trajet.

On a utilisé un frein qui fonctionnait sur une roue dentée qui tournait dans une crémaillère de type Riggenbach pour le frein de service et de secours.[3] Peu avant la mise en service, son concepteur Niklaus Riggenbach démontra l'efficacité du frein de la voiture. Il prit place à bord d'une des voitures située à la station supérieure et fit couper le câble de traction qui retenait le véhicule ! Puis, il se laissa glisser toute la descente, régulant sa vitesse en serrant le frein à vis, et entra en douceur dans la station inférieure[4].

Système de 1975[modifier | modifier le code]

Le système fut transformé à l'entraînement électrique lors de la rénovation de 1975. En même temps le système de voies a été reconstruit, de sorte qu'il n'y a qu'une seule voie commune aux deux voitures avec un évitement Abt en son centre.

Données techniques[5][modifier | modifier le code]

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Funiculaire Territet – Glion - GoldenPass », sur mob.ch (consulté le )
  2. « 2054 Territet - Collonge - Glion », sur www.tableaux-horaires.ch, (consulté le )
  3. a et b Alphonse Vautier, « Notice sur le chemin de fer funiculaire de Territet à Glion », Bulletin de la Société vaudoise des ingénieurs et des architectes,‎ (DOI 10.5169/SEALS-12039)
  4. Crémaillères et funiculaires vaudois, Michel Grandguillaume, BVA 1982, (ISBN 2-88125-002-5)
  5. Réseau ferré suisse, Secrétariat général CFF, Berne 1997, rééd. AS Verlag, (ISBN 978-3-909111-74-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]