Bons-en-Chablais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bons.
Bons-en-Chablais
La mairie.
La mairie.
Blason de Bons-en-Chablais
Blason
Bons-en-Chablais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Canton Sciez
Intercommunalité Thonon Agglomération
Maire
Mandat
Patrice Bereziat
2014-2020
Code postal 74890
Code commune 74043
Démographie
Gentilé Bonsois
Population
municipale
5 337 hab. (2014)
Densité 280 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 55″ nord, 6° 22′ 15″ est
Altitude Min. 475 m
Max. 1 480 m
Superficie 19,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Bons-en-Chablais

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Bons-en-Chablais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bons-en-Chablais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bons-en-Chablais

Bons-en-Chablais est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, dans la province du Chablais, en région Auvergne-Rhône-Alpes. La commune fait partie de la communauté de communes du Bas-Chablais et de l'agglomération transfrontalière du Grand Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bons-en-Chablais est une commune du bas Chablais, située à 15 km au sud-ouest de Thonon-les-Bains et à 59 km au nord d'Annecy. Le village se développe sur le versant Nord-Ouest des Voirons[1],[2].

Rose des vents Ballaison Sciez Lully
Fessy
Rose des vents
Loisin
Machilly
N Brenthonne
O    Bons-en-Chablais    E
S
Saint-Cergues Boëge Saxel

Différents villages ou hameaux composent la commune : les Clefs, les Bels, Marcley, les Charmottes, les Blancs, Grésier, Langin et les Granges[1]. Auxquels se sont ajoutés les anciennes communes de Brens et de Saint-Didier-en-Chablais, en 1965[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 61 909 hectares ; son altitude est comprise entre 475 et 1480 mètres[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la ligne ferroviaire Longeray-Léaz-Bouveret.

La commune est accessible par l'autoroute A40, sortie no 14 à Annemasse, puis route départementale D 903 direction Thonon-les-Bains.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Par arrêté préfectoral du , la commune de Bons devient officiellement Bons-en-Chablais[4], avec l'association d'un déterminant complémentaire -en-Chablais, indiquant la situation dans la région naturelle du Chablais. Cet arrêté permet également la fusion à cette nouvelle commune, des anciennes communes de Brens et de Saint-Didier-en-Chablais[4].

Le toponyme de Bons-en-Chablais dérive peut être de l'adjectif Bon ((latin bonus) ou encore faire référence à saint Bon[5], dérivé de saint Bonnet de Clermont, évêque de Clermont au VIe siècle[6].

La graphie du nom de la commune a évolué. On trouve Bonz dans le Régeste genevois[5]. La graphie Bonus est mentionnée en 1039. La forme actuelle Bons est attestée depuis 1344[5].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Ban (graphie de Conflans) ou Bons (ORB)[7].

Brens est orthographiée Brans durant l'occupation du duché par les troupes révolutionnaires françaises[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et période antique[modifier | modifier le code]

L'installation humaine sur le territoire de la commune ou ses environs est attestée par différents objets du néolithique et de la période suivante[2].

Le chef-lieu de la commune s'est développé à proximité de la voie celtique reliant la basse vallée de l'Arve au Chablais[1]. Le site a pu accueillir une relais entre les stations d'Annemasse et de Thonon[1].

De nombreuses traces attestent une implantation durant la période gallo-romaine. Lors de la destruction de l'ancienne église, en 1864, des inscriptions romaines ont été découvertes[1],[2]. Des bijoux ou des statuettes de bronze, ainsi qu'une Victoire de la période gallo-romaine ont aussi été découvertes[9],[2].

Période médiévale[modifier | modifier le code]

La région semble avoir été donnée par le roi des Burgondes, Sigismond, à la abbaye de Saint-Maurice d'Agaune[9], en Valais, qu'il vient de fonder ou rétablir en 516[10].

La première mention de Bons —  potestatem quae vocatur Bonus — remonte à un document de 1039, dans lequel l'abbaye de Saint-Maurice donne en fief une partie de ces terres (une propriété ou une seigneurie) à un certain Louis en échange de terres en pays de Vaud[11],[9],[2].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Lors de l'invasion des troupes protestantes bernoises en 1535-1536, tout comme dans une bonne partie du Chablais, l'église est saccagée puis détruite[12]. Durant l’occupation bernoise, l’édifice religieux est reconstruit pour accueillir le culte protestant.

Malgré le retour du Chablais dans le giron de la maison de Savoie dans les années 1660, la foi protestante n'est pas abandonnée[13]. En 1589, le Chablais est de nouveau envahi par les troupes Bernoises, aidés par les Genevois[13]. Ils sont repoussés par les Savoyard. Cependant le culte protestant s'exerce encore après 1598. Le nouveau curé nommé retrouve l'église et la cure dans un bon état[14].

Après l'occupation du Chablais par les troupes réformes suisses, la paroisse de Saint-Didier est unie à celle de Bons entre 1601 et 1618[15]. La paroisse de Brens est dédié à saint Maurice.

Lors de la Restauration sarde, la paroisse de Saint-Didier est à nouveau à celle de Bons[15].

Au cours du XVIIe siècle, la position du chef-lieu situé sur l'axe reliant le Faucigny au Chablais, de même que le caractère agricole du piémont, en font un « petit centre commercial »[16]. Un marché est mis en place le lundi, en 1663, suite à la demande du marquis d'Allinges[16]. Il est complété par quatre foires dites franches se tenant les 2 mars, 1er mai, 7 juillet et 9 août[16].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le duché de Savoie est occupé en 1792. Bons devient le chef-lieu d'un canton jusqu'en 1800[16].

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures[Note 1], dont 125 pour la commune de Saint-Didier, 85 pour Brens et 198 pour Bons[19]. Le duché est réuni à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[20].

Entre 1863 et 1865, une nouvelle église est construite[16].

Saint-Didier devient Saint-Didier-en-Chablais par décret du [15]. Le , elle est unie avec la commune de Brens à Bons-en-Chablais, qui change de nom[4],[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune de Bons-en-Chablais, au lendemain de l'Annexion de 1860, intègre le canton de Douvaine[21]. Elle appartient, depuis 2015, au canton de Sciez, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 25 communes[22].

La commune est membre, avec vingt-cinq autres, de la communauté d'agglomération de Thonon.

Bons-en-Chablais relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[23].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1975 juin 1995 François Mugnier   Conseiller général
juin 1995 mars 2008 Roger Rion    
mars 2008 septembre 2010 (décès)[24] Bernard Sechaud    
octobre 2010 mars 2014 Jean Paul Roch    
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Patrice Bereziat DVD  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Bonsois[4].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[26],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 5 337 habitants, en augmentation de 11,35 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
784 796 810 1 100 1 157 1 325 1 203 1 247 1 397
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 161 1 226 1 268 1 288 1 177 1 009 1 031 1 016 907
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
801 819 810 792 754 804 907 1 920 2 431
1982 1990 1999 2008 2013 2014 - - -
2 781 3 275 3 980 4 688 5 235 5 337 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Bons-en-Chablais est située dans l'académie de Grenoble et compte trois établissements scolaires, deux écoles primaires ainsi qu'un collège[29]. En 2015, l'école maternelle et l'école élémentaire publiques regroupent 512 élèves[30]. L'école primaire privée Saint-Joseph accueille 140 enfants[31].

Le département gère le collège François-Mugnier (anciennement collège de la Côte)[32].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Foire de la Saint-Martin, le premier samedi après le 11 novembre (350e édition le ). Sa grande spécialité culinaire sont les tripes.
  • Vogue.
  • Salon sous le patronage de Vins en fêtes de la vallée du Rhône dans la salle des Fêtes, fin mars.

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio, Radio Chablais… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Chablais, le Courrier savoyard.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Laboratoire Provendi spécialiste du savon de Marseille liquide, gels douches et shampoings, fabriquant du célèbre savon jaune rotatif mural.

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 545 lits touristiques répartis dans 103 structures[Note 3]. Les hébergements marchands se répartissent comme suit : 2 meublés ; un hôtel et un refuge[33].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les Châteaux à Bons-en-Chablais 
  • Le Château de Langin : XIe et XIIe siècles.
    Article détaillé : Tour de Langin.
  • Le Château de Brens[34],[35] : XIVe siècle.
Les Églises à Bons-en-Chablais
  • L'Eglise Saint Pierre Saint-Pierre (Bons), datant de 1865.
  • L'Église Saint-Maurice de Bons-en-Chablais|Saint-Maurice (Brens), du XIXe siècle, dans un style néoclassique sarde[36].
  • L'Église Saint-Didier de Bons-en-Chablais|Saint-Didier (Saint-Didier), également du XIXe siècle.
  • La Centrale ADSL : Elle est située au 398 avenue du Jura, c'est le NRA chargé de la répartition des lignes ADSL pour Ballaison, Bons-en-Chablais, Brenthonne, Fessy et Lully.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Personnalités locales[modifier | modifier le code]

  • François Mugnier, né le 18 avril 1939 et mort le 30 juillet 2011, est un entrepreneur et un homme politique local. Il fut tout d'abord conseiller municipal à partir de 1966, avant de devenir maire de la commune de 1975 à 1995, ainsi que conseiller général du canton de Douvaine de 1985 à 2011, période au cours de laquelle il sera vice-président chargé de l'éducation et de la formation[37].
  • Bernard Sechaud, décédé le 22 septembre 2010, est un homme politique local. Il fut tout d'abord adjoint à partir de 1989, puis maire de la commune de 2008 à 2010[38].

Personnalités étrangères[modifier | modifier le code]

  • Houston Chamberlain, citoyen britannique puis allemand, essayiste pangermaniste et théoricien racialiste, passait régulièrement ses vacances à Saint-Didier en Chablais.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Bons en Chablais.svg

Les armes de Bons-en-Chablais se blasonnent ainsi :

D'azur au cerf saillant d'or sur un mont de trois coupeaux de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud et Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 283-285, « Canton de Douvaine », 298-301, « Bons-en-Chablais », 302-303 « Brens », 336, « Saint-Didier-en-Chablais ».
  • Abbé Jean-François Gonthier, La paroisse de Bons (notice historique), t. XXXV, Annecy, Académie Salésienne - Imp. commerciale, , 56 p. (lire en ligne). Réédition aux éditions Hachette Livre BNF, 2014, (ISBN 978-2-01-340339-9), 60 pages.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenue par l’Angleterre[17],[18].
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[33].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Gonthier, p. 5.
  2. a, b, c, d, e et f Chablais 1980, p. 298.
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. a, b, c et d « Bons-en-Chablais », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 22 mars 2015), Ressources - Les communes.
  5. a, b et c D'après Henry Suter, « Bons-en-Chablais », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 20 septembre 2015).
  6. « Article « Saint-Bonnet, Saint-Bonnet-de-Chavagne, Saint-Bon-Tarentaise » », sur le site Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, site personnel de henrysuter.ch (consulté le 20 septembre 2015).
  7. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 17
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  8. a et b « Brens », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 9 août 2016), Ressources - Les communes.
  9. a, b et c Gonthier, p. 6.
  10. Acte 516 publié dans le Régeste genevois (1866), Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p. (lire en ligne), que l'on peut consulter en ligne dans le Répertoire chronologique des sources sur le site digi-archives.org de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (REG 0/0/1/52).
  11. Acte du publié dans le Régeste genevois (1866), Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p. (lire en ligne), que l'on peut consulter en ligne dans le Répertoire chronologique des sources sur le site digi-archives.org de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (REG 0/0/1/194).
  12. Jean Luquet, Dictionnaire du duché de Savoie : M.DCCCXL (1840), publié dans Mémoires et documents de la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie, La Fontaine de Siloé, coll. « L'Histoire en Savoie » (réimpr. 2005) (1re éd. 1856), 265 p. (ISSN 0046-7510), p. 130.
  13. a et b Gonthier, p. 11.
  14. Gonthier, p. 12-14.
  15. a, b et c « Saint-Didier-en-Chablais », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 9 août 2016), Ressources - Les communes.
  16. a, b, c, d et e Chablais 1980, p. 299.
  17. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98
  18. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager-Horvath, , 354 p. (ISBN 2-858-82536-X), p. 163.
  19. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 29-31, « Saint-Didier », 41-42, « Brens » et 103-106, « Bons ».
  20. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  21. Notice communale de Bons-en-Chablais sur le site de l'EHESS.
  22. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en octobre 2014).
  23. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 22 mars 2015).
  24. décès de M. Sechaud
  25. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  29. « Haute-Savoie (74) > Bons-en-Chablais », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 22 décembre 2015).
  30. « Haute-Savoie (74) > Bons-en-Chablais > École > École primaire publique », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 22 décembre 2015).
  31. « Haute-Savoie (74) > Bons-en-Chablais > École > École primaire privée St Joseph », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 22 décembre 2015).
  32. Site du collège.
  33. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  34. Christian Regat et François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie : Chablais, Faucigny, Genevois, Cabèdita, , 193 p. (ISBN 978-2-8829-5117-5), p. 40-41.
  35. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance. Collection L'amateur Averti, , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 78.
  36. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 393 p. (ISBN 978-2-8420-6350-4, lire en ligne), p. 45-46.
  37. Y. S., « Le dernier adieu à François Mugnier », Le Messager,‎ (lire en ligne).
  38. La Rédaction, « Bons-en-Chablais: le maire Bernard Séchaud est décédé », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).