Pougny (Ain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pougny.
Pougny
Pougny (Ain)
Le pont de Chancy (transfrontalier) entre Pougny et Chancy (Suisse).
Blason de Pougny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Gex
Canton Thoiry
Intercommunalité Pays de Gex
Maire
Mandat
Jean-Louis Duriez
2014-2020
Code postal 01550
Code commune 01308
Démographie
Gentilé Pougnerands
Population
municipale
817 hab. (2015 en augmentation de 1,87 % par rapport à 2010)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 17″ nord, 5° 57′ 00″ est
Altitude Min. 333 m
Max. 461 m
Superficie 7,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Pougny

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Pougny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pougny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pougny
Liens
Site web pougny01.com

Pougny est une commune qui se trouve dans le département français de l'Ain, dans l'arrondissement de Gex et dans le canton de Collonges. Les habitants de Pougny se nomment les Pougnerands. L'altitude du centre du village est de 406 mètres

Il s'agit du premier village français traversé par le Rhône. Un barrage hydraulique porte son nom, le barrage de Chancy-Pougny. Elle se trouve à la frontière de la Suisse (commune de Chancy) et du département de la Haute-Savoie (commune de Vulbens).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se divise en deux ensembles distants de deux kilomètres par la route.

Le premier est le cœur du village, il se trouve sur les hauteurs et abrite l'église et la mairie, entre 345 et 420 mètres d'altitude. Sa partie basse, nommée l'Étournel, abrite une réserve naturelle qui représente l'une des plus importantes stations d'hivernage d'Europe. Ce site est composé d'une multitude d'étangs sauvages et de prairies humides.

Le second est la partie basse du village qui longe le Rhône et la ligne de chemin de fer de Genève à Lyon. Cet ensemble s'appelle Pougny Gare et comprend le hameau du Crêt. Il culmine de 341 à 412 mètres et est de taille comparable au premier.

Le territoire communal est coupé par une vallée traversée par une rivière, l'Annaz. Elle prend sa source dans la commune de Péron. Elle est longue de 14 kilomètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Farges Péron Challex Rose des vents
N Chancy (Drapeau de la Suisse Suisse, GE)
O    Pougny    E
S
Collonges Vulbens (Haute-Savoie)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Sur les terres de l'actuelle commune, Jules César repoussa les Helvètes en 58 av. J.-C[1].
  • L'existence du hameau du Crêt est mentionnée dès le Xe siècle.
  • En 1156, la terre de Pougny appartenait à Jean de Pougny, un noble originaire de Limoges. Son fils François participa à la croisade de Philippe Auguste avant de se retirer en 1192 sur sa terre de Pougny. Le fils de ce dernier, Pierre de Pougny, s'installe en Pays de Vaud après s'être marié en 1252[2].
  • Vers 1460, Richard de Pougny, châtelain de Nyon, possède à Nyon le domaine de Bois-Bougy.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juillet 2013 en cours Jean-Louis Duriez SE Retraité
mars 2008 juin 2013 (démission)[6] René Mabillard PCF  
mars 2001 mars 2008 Simone Moneyron    
juin 1995 mars 2001 Annick Collet    
  juin 1995 Jacky Lachaux    
? ? Ernest Crépel    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1831. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2015, la commune comptait 817 habitants[Note 1], en augmentation de 1,87 % par rapport à 2010 (Ain : +6,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
298 305 371 394 411 420 420 429 376
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
450 425 411 420 488 382 435 405 525
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
560 470 442 372 381 378 424 543 543
1990 1999 2004 2009 2014 2015 - - -
600 629 709 781 818 817 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Pont de Chancy.
  • Voie de passage sur le Rhône depuis l'Antiquité.
  • Réserve naturelle de l'Étournel.
  • Église gothique Saint-Louis.
  • Vestiges du château de Pougny
Les sires de Gex en font aveu en 1278 aux Dauphins de Viennois.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.


Armes de Pougny

Les armes de Pougny se blasonnent ainsi[11] : D'azur à trois têtes de léopard arrachées d'or, au chef d'argent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Pougny (Ain) - Fiche - Quid.fr »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  2. [PDF]Jérôme Reynaud et Michel Varnet, « La Saga des GUILLET » (consulté en 9 septembre 2012 (la source contient une erreur de 100 ans)).
  3. André Corbaz, Un coin de terre genevoise: mandement et chastellenie de Jussy-l'Évesque, Genève, ATAR, , p. 364.
  4. divers auteurs, Bulletin de l'Institut national genevois, Genève, Kessmann, , p. 93-94.
  5. Joseph Brossard, Histoire politique et religieuse du pays de Gex, Bourg-en-Bresse, Milliet-Bottier, , p. 417.
  6. « Démission : le maire René Mabillard s'explique », Le Pays Gessien,‎ , p. 18.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. Banque de blason, sur labanquedublason2.com (section “communes de France” puis “01” puis “Pougny”)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]