Bateau-bus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un bateau-bus, ou bateau-omnibus, ou encore navette fluviale, est un bateau utilisé pour les transports en commun avec une organisation similaire à un réseau de bus urbain.

Ce type de transport existe dans de nombreuses villes dans le monde comme Londres[1], New York, Hong Kong, Venise, Monaco[2] ou, en France, à Paris (Batobus)[3], Nantes[4], Marseille[5], Les Sables-d'Olonne[6] ou Lorient[7] et est en développement pour diminuer l'émission de dioxyde de carbone comme le projet entre Zemst et Bruxelles[8].

Navette maritime "Le Nouch" aux Sables d'Olonne (Vendée)
Navette maritime "Le Nouch" aux Sables d'Olonne (Vendée).

Afrique[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

Il existe au Québec (Canada) un service de bateau taxi afin de découvrir le fleuve Saint-Laurent près de la ville de Québec[11].

Asie[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

On trouve les namourettes à Namur, des bateaux-bus dans le canal à Bruxelles[12] et une Navette Fluviale à Liège[13].

France[modifier | modifier le code]

Bateaux parisiens sur la Seine à Paris.

Participant au réseau de transports en commun de la ville, un service de bateaux-omnibus existait jadis à Paris. Ainsi, on lit dans le programme des feux d'artifices du à Paris, paru dans Le Rappel[14] :

En outre, trois autres feux d'artifices seront tirés sur des bateaux-omnibus : un à la pointe du Pont Neuf, un à l'île Saint-Louis, l'autre sur un bateau en marche, au courant du fleuve.
Les bateaux-omnibus sont autorisés à faire leur service jusqu'à minuit.

Grâce à la généralisation de la navigation à vapeur à partir de 1825, des trajets en bateaux-omnibus se développent dès l'année suivante : deux lignes régulières sont mises en place, entre Paris et Saint-Cloud (aval) et entre Paris et Montereau (en amont). Lors de l'exposition universelle de 1867, un service est confié à la compagnie des bateaux de Lyon, surnommée les « Mouches ». À partir de 1873, la compagnie des Hirondelles organise des trajets de Suresnes à Charenton. En 1881, la liberté de navigation sur la Seine est décidée par le ministre des Travaux publics, ce moyen de transport restant très populaire jusqu'au milieu des années 1930[15].

Les Parisiens ont l'habitude d'utiliser le terme bateau-mouche pour les bateaux destinés spécifiquement au tourisme fluvial sur la Seine, du nom de la « Compagnie des Bateaux Mouches » qui possèdent les droits sur l'expression au pluriel. Il existe plusieurs sociétés de tourisme fluviale comme les Bateaux Parisiens[16]. Le Batobus existe aussi depuis 1989 en partenariat avec la RATP qui a transporté 1 701 000 passagers en 2011[17]. Cette compagnie de bateaux-bus dessert 9 escales à Paris, de la Tour Eiffel au Jardin des plantes de Paris[18].

Entre 2008 et 2011, une navette fluviale expérimentale du nom de Voguéo avait été mise en place par le syndicat des transports d'Île-de-France (STIF). Elle reliait la gare d'Austerlitz à l'école vétérinaire de Maisons-Alfort et desservait les escales de la bibliothèque François-Mitterrand (à l'aller), du parc de Bercy (au retour) et d'Ivry-sur-Seine - Pont Mandela. La période expérimentale a pris fin le 5 juin 2011[19]. Le STIF a depuis lancé un appel d'offres pour la mise en place de trois lignes fluviales sur la Seine et la Marne, entre Suresnes et Maisons-Alfort (en passant bien sûr par Paris)[20].

Enfin, depuis 2007, la société immobilière ICADE exploite une navette fluviale sur le canal Saint-Denis permettant de relier son parc d'activités Le Millénaire à un embarcadère situé près de la station de métro Corentin Cariou. Initialement réservée aux salariés du parc d'activités, elle est depuis le 27 avril 2011 ouverte aux clients du centre commercial Le Millénaire[21].

L'Estree : Navette fluviale solaire sur le canal Saint-Denis

D'autres navettes fluviales ou maritimes ont également vu le jour en France comme aux Sables d'Olonne (le Passeur), Brest (le Transrade), Lorient (le Batobus), Nantes (le Navibus), Toulon (Réseau mistral) ou encore Lyon, La Rochelle, Marseille et Bordeaux.

Italie[modifier | modifier le code]

L'un des exemples les plus représentatifs de bateau-bus existant en Europe se trouve à Venise avec les fameux vaporetti, seul moyen de transport en commun urbain existant dans le centre historique de la ville situé sur la lagune.

Roumanie[modifier | modifier le code]

La Société de Transport Publique de Timişoara (ro. Societatea Transport Public Timişoara ou STPT) dessert une ligne de transport naval (V1) sur le Canal Bega, ayant 9 stations.

Le système a débuté le 4 octobre 2018 avec 3 bateaux-bus[22].

Suisse[modifier | modifier le code]

La compagnie générale de navigation sur le lac Léman dessert des lignes de bateau-bus interville entre les rives nord et sud du Lac Léman.

La société des mouettes genevoises dessert des lignes de bateau-mouche en ville de Genève entre les deux rives du lac Léman.


Océanie[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les bateaux-taxis dans la ville de Sydney en Australie mais aussi dans la ville d'Auckland en Nouvelle-Zélande. Les "water taxis" sont gérés par la même compagnie, donc sont les mêmes dans les deux villes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Services de navettes fluviales à Londres », sur visitlondon.com (consulté le 22 mars 2017)
  2. Louis Salvaret, « Monaco retrouve son Bateau bus électrique », (consulté le 24 août 2008)
  3. « Batobus Paris - Navettes fluviales sur la Seine », sur www.batobus.com (consulté le 22 mars 2017)
  4. « Navettes fluviales - Navibus sur l'Erdre et sur la Loire | Nantes Tourisme », sur www.nantes-tourisme.com (consulté le 22 mars 2017)
  5. « Navettes maritimes | Ville de Marseille », sur se-deplacer.marseille.fr (consulté le 22 mars 2017)
  6. « Navettes Maritimes des Sables d'Olonne » (consulté le 8 juillet 2019)
  7. « Les dessertes maritimes », sur le site de l'exploitant, Kéolis (consulté le 24 août 2008)
  8. « Lorsque le bateau se fait bus… », dans La Libre Belgique, 21 août 2008 [lire en ligne (page consultée le 21 aout 2008)]
  9. http://www.stl.ci/
  10. https://snedai.com/presentation-stl/
  11. « Accueil-Excursions Maritimes Québec-Tour ville Québec », sur Excursions Maritimes Québec (consulté le 22 mars 2017)
  12. http://www.bateaubus.be/
  13. « La Navette fluviale | Visitez Liège », sur www.visitezliege.be (consulté le 24 octobre 2017)
  14. Un Passant Les on-dit - Le Rappel, 17 juin 1882, page 2, 1re colonne. Voir le programme reproduit sur la base Commons.
  15. Panneau Histoire de Paris devant le pont au Double (côté rive gauche).
  16. Office du Tourisme et des Congrès de Paris, « Découvrir Paris en bateau - Office de tourisme Paris », sur www.parisinfo.com (consulté le 27 novembre 2019)
  17. [PDF] Dossier de presse de Batobus, septembre 2012, p. 3, consulté le 9 octobre 2013.
  18. « Sur la Seine en Batobus, avec un passe Navigo... C'est désormais possible », sur France 3 Paris Ile-de-France (consulté le 27 novembre 2019)
  19. J. Solonel, « Voguéo mis en rade pour mieux repartir », Le Parisien,‎ (ISSN 0767-3558, lire en ligne)
  20. Le futur réseau fluvial Voguéo, article du 30 mai 2011, sur metronews.fr, consulté le 9 octobre 2013.
  21. Une navette fluviale écolo et privée, dans le 19e, article du 22 novembre 2010, sur dixneufinfo.com, consulté le 9 octobre 2013.
  22. (ro) Bianca Dichis, « Premiera pentru Timisoara. A devenit primul oras din Romania cu transport public pe apa. Mergem cu vaporasele si la serviciu. Ce spun primii calatori? Foto si video », Opinia Timişoarei,‎ (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2018)

Sur les autres projets Wikimedia :