Mouettes genevoises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mouettes genevoises
Image illustrative de l'article Mouettes genevoises
Logo des Mouettes genevoises.

Image illustrative de l'article Mouettes genevoises
Une Mouette traversant la rade.

Situation Drapeau de la Suisse Genève, Suisse
Type Bateau-bus
Entrée en service
Longueur additionnée des lignes 4.3
Lignes 4
Arrêts 5
Fréquentation 1,36 millions (2016)
Propriétaire SMGN
Exploitant SMGN
Site internet www.mouettesgenevoises.ch
Lignes du réseau M1M2M3M4
Réseaux connexes Transports publics genevois

Les Mouettes genevoises sont un réseau de quatre lignes lacustres (M1 à M4) naviguant sur le lac Léman, plus précisément dans la rade de Genève. Exploitées par la Société des Mouettes genevoises navigation SA (SMGN) fondée le , elles représentent, en cumulé, 4,3 km de lignes fonctionnant toute l'année depuis 2004.

Historique[modifier | modifier le code]

Action de la S.A. des Mouettes Genevoises en date du 30 octobre 1897.

L'ancêtre des Mouettes genevoises voit le jour en 1825 à l'initiative d'Edward Church, homme d'affaires et consul des États-Unis en France[1],[2],[3], à une époque où seuls les ponts de l'Île permettaient de passer d'une rive à une autre du Rhône[3]. Ce service reliait Les Pâquis aux Eaux-Vives et était assuré, chose inédite en Europe, par un « bateau-manège », un catamaran dont chaque coque comportait une roue à aubes, mues par un manège de quatre chevaux, tournant en rond, situés sur le pont qui reliait les coques et abrités par un chapiteau[3]. Un départ par heure était assuré, et des excursions étaient assurées en été[3]. Ce service est un fiasco et le bateau-manège est vendu aux enchères en 1828 puis devient le pont d'accès du Guillaume-Tell, premier bateau à vapeur de Suisse construit en 1823 à l'initiative de ... Edward Church[3]. Ce bateau est surnommé « l'escargot du lac » ou « Lambin » par le poète Petit-Senn qui lui dédia une Oraison funèbre[3].

Ensuite, des bateaux-mouches entrent en service et malgré l'arrivé du chemin de fer en 1858 et de la construction du pont des Bergues puis du pont du Mont-Blanc, ils survécurent, devenant un mode de transport plus orienté sur la plaisance[3].

En 1897, trois compagnies rivales fusionnent et le nom de l'une d'entre elles est utilisé pour celui de la nouvelle compagnie : Les Mouettes genevoises[3]. Les bateaux étaient alors peint en blanc et le restèrent tout au long du XXe siècle[3].

La compagnie est rachetée par la famille Charrière en 1991, et jusqu'en juin 2007, les activités de la SMGN étaient liées à celle de la société Swissboat, autre compagnie appartenant à la famille, qui exploite la flotte touristique[4]. Une ligne touristique propose la descente du Rhône jusqu'à Verbois[5].

Le service est devenu annuel le , il n'était pas assuré en hiver jusqu'alors[2].

Le , le nouvel embarcadère De-Chateaubriand est inauguré et remplace celui de Perle du Lac, afin de faciliter les correspondances avec les Transports publics genevois, l'accès aux personnes à mobilité réduite et de pouvoir assurer une exploitation plus régulière de la ligne M4, l'ancien embarcadère ne permettait pas par forte bise d'accoster en toute sécurité[6].

Composition de la flotte[modifier | modifier le code]

La SMGN utilise six bateaux[6], peints en rouge et jaune, couleurs de Genève :

  • deux bateaux électro-solaires de 60 places (MG6 Solaris et MG12 Hélios) datant de 2003, utilisés sur les lignes M3 et M4[3],[7] ;
  • trois bateaux en bois, d'époque, de 30 à 50 places ;
  • un bateau à coque en acier de 50 places.

D'ici la fin des années 2010, deux des trois bateaux en bois seront remplacés par des bateaux à propulsion électrique[3].

Le réseau[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Les mouettes sont organisées en quatre lignes indicées de M1 à M4, fonctionnant toute l'année de part et d'autre de la rade de Genève. Elles effectuent chaque jour une centaine de rotations[2]. Les lignes M1 et M2, longue de moins d'un kilomètre, fonctionnent à raison d'une rotation toutes les dix minutes tandis que les lignes M3 et M4, longues de près d'un kilomètre et demi, fonctionnent à raison d'une rotation toutes les demi-heures[8]. En 2016, la compagnie a assuré 1,36 millions de voyages[3].

Les lignes[modifier | modifier le code]

Ligne Caractéristiques

M1 PâquisMolard
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
0,6 km
Durée
Nb. d’arrêts
2
Matériel
Bateau-bus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
SMGN
Desserte :
Autre :
  • Zone traversée : 10.
  • Amplitudes horaires : La ligne fonctionne en semaine de h 25 à 19 h 40 et les week-ends et fêtes de 10 h 5 à 18 h. Entre début avril et fin octobre, le service est prolongé jusqu'à 21 h 10 tous les jours.
  • Date de dernière mise à jour : .

M2 PâquisEaux-Vives (Quai Gustave Ador)
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
0,6 km
Durée
Nb. d’arrêts
2
Matériel
Bateau-bus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
SMGN
Desserte :
Autre :
  • Zone traversée : 10.
  • Amplitudes horaires : La ligne fonctionne en semaine de h 20 à 19 h 35 et les week-ends et fêtes de 10 h à 17 h 55. Entre début avril et fin octobre, le service est prolongé jusqu'à 21 h 5 tous les jours.
  • Date de dernière mise à jour : .

M3 PâquisGenève-Plage (Port Noir)
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
1,5 km
Durée
Nb. d’arrêts
2
Matériel
Bateau-bus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
SMGN
Desserte :
Autre :
  • Zone traversée : 10.
  • Amplitudes horaires : La ligne fonctionne en semaine de h 15 à 19 h 30 et les week-ends et fêtes de 10 h 20 à 18 h 5. Entre début avril et fin octobre, le service est assuré en semaine jusqu'à 21 h et les week-ends et fêtes de h 50 à 21 h 5.
  • Date de dernière mise à jour : .

M4 De-Chateaubriand ↔ Genève-Plage (Port Noir)
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
1,6 km
Durée
Nb. d’arrêts
2
Matériel
Bateau-bus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
SMGN
Desserte :
Autre :
  • Zone traversée : 10.
  • Amplitudes horaires : La ligne fonctionne en semaine de h 15 à 19 h 30 et les week-ends et fêtes de 10 h 20 à 18 h 5. Entre début avril et fin octobre, le service est assuré en semaine jusqu'à 21 h et les week-ends et fêtes de h 50 à 21 h 5.
  • Date de dernière mise à jour : .

Tarification et financement[modifier | modifier le code]

La MG N°6 aux couleurs d’Ulysse Nardin.
Article détaillé : Unireso.

Naviguant sous la bannière de la communauté tarifaire Unireso depuis 2001, les Mouettes peuvent être utilisées avec un billet commun aux bus, trolleybus, tramways et trains régionaux. Le billet unitaire « Tout Genève » à 3 CHF permet donc d'utiliser les Mouettes, le ticket « Saut de puce » à 2 CHF permet un aller simple sur une ligne. Avant l'entrée dans Unireso, la traversée coûtait 2,20 CHF[5].

Elles sont subventionnées par l'État de Genève, 2 075 150 francs en 2009[4].

Des mouettes peuvent être habillées en fonction d’un partenariat, comme avec Ulysse Nardin dont la publicité recouvre la MG6 Solaris depuis fin novembre 2016[9].

Évolution du réseau[modifier | modifier le code]

En 2005 une ligne M5 était envisagé entre Les Eaux-Vives et le nouveau débarcadère De-Chateaubriand, ce projet est en 2017 conditionné aux moyens financiers de la compagnie[3]. Un autre projet est à l'étude en 2013, pour permettre la création d'une nouvelle desserte au Pont de la Machine (vers la Petite Fusterie / rive gauche)[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Au début du 19e siècle, un bateau manège mu par des chevaux transportait les passagers des Eaux-Vives aux Pâquis », Archives InterroGE - Question / réponse, sur www.ville-geneve.ch, Ville de Genève, (consulté le 4 janvier 2017).
  2. a, b et c Christelle Borel, « Le lac, les Mouettes et un pilote », sur http://nouvelles.ch, (consulté le 21 décembre 2016).
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Marc Moulin, « Le cheval, ancêtre des Mouettes genevoises », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 6 juin 2017).
  4. a et b Projet de loi 10371, 27 octobre 2008. Contrat de prestations pour 2009 et 2010.
  5. a et b « Les Mouettes genevoises ont le vent en poupe », sur http://www.ge.ch, Feuille d'avis officielle, (consulté le 4 janvier 2017).
  6. a et b « Inauguration du débarcadère De-Chateaubriand », sur http://ge.ch, (consulté le 22 décembre 2016).
  7. « Plan directeur des transports collectifs 2011 - 2014 », sur http://docplayer.fr, (consulté le 22 décembre 2016).
  8. « Horaires des Mouettes », sur http://www.mouettesgenevoises.ch (consulté le 4 janvier 2017).
  9. Michèle Brunner, « Le pavillon Ulysse Nardin flotte dans la rade de Genève », Insider, sur fr.worldtempus.com, World Tempus, (consulté le 4 janvier 2017).
  10. « Réfection du pont de la Machine et construction d'une plateforme sur l'eau », sur http://www.ville-geneve.ch, (consulté le 4 janvier 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]