Reignier-Ésery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Haute-Savoie
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Haute-Savoie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Reignier-Ésery
Image illustrative de l'article Reignier-Ésery
Blason de Reignier-Ésery
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Canton La Roche-sur-Foron
Intercommunalité CC Arve et Salève
Maire
Mandat
Jean-François Ciclet
2014-2020
Code postal 74930
Code commune 74220
Démographie
Gentilé Reignerands
Population
municipale
7 245 hab. (2013)
Densité 289 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 07″ nord, 6° 16′ 09″ est
Altitude Min. 410 m – Max. 832 m
Superficie 25,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Reignier-Ésery

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Reignier-Ésery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Reignier-Ésery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Reignier-Ésery
Liens
Site web reignier-esery.com

Reignier-Ésery est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'agglomération transfrontalière du Grand Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Reignier-Ésery se situe entre La Roche-sur-Foron et Annemasse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Monnetier-Mornex Arthaz-Pont-Notre-Dame Nangy Rose des vents
N Scientrier
O    Reignier-Ésery    E
S
La Muraz Arbusigny Pers-Jussy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneaux d'entrée d'agglomération. Le nom en arpitan a été ajouté en 2015.

Après la fusion de 1974, la commune s'appelait Reignier, mais elle change de nom au 1er janvier 2007 pour devenir Reignier-Ésery[1].

L'ancienne commune de Reignier se dit, en francoprovençal, Rnyî (graphie de Conflans) ou Regniér (ORB)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures[Note 1], dont 118 pour Les Esserts-Ésery et 257 pour Reignier[5],[6]. Le duché est réuni à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[7].

Reignier et Ésery sont liées par la convention fusion avec création de communes associées, conformément à la loi du 16 juillet 1971. Cette convention a été validée le 13 janvier 1973 et le 18 janvier 1973 par les maires respectifs d'Ésery et de Reignier.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Jean-François Ciclet ... ...

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9],[Note 2].

En 2013, la commune comptait 7 245 habitants, en augmentation de 13,83 % par rapport à 2008 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 015 1 138 1 146 1 355 1 709 1 922 1 820 1 772 1 814
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 728 1 760 1 887 1 854 1 824 1 793 1 796 1 703 1 693
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 691 1 785 1 749 1 843 1 750 2 168 2 326 2 299 3 152
1982 1990 1999 2004 2009 2013 - - -
3 652 4 067 5 269 5 777 6 589 7 245 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Artiste dans la ville - Exposition dans la commune de peintures, sculptures, photographies, dessins... - juin.
  • Fête foraine - octobre.
  • Foire aux atriaux - octobre.
  • La course du Duc d'une distance de 18,17 kilomètres qui a lieu tous les cinq ans au mois de décembre pour rejoindre Genève et faire le lien avec la course de l'Escalade.
  • Les Rencontres de l'Instant - Festival d'improvisation inter-artistique le 1er week-end de mai[12].

Médias[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux touristiques et monuments[modifier | modifier le code]

Reignier vu de Lucinges, Haute-Savoie.
  • Église Saint-Martin de Reignier : mention du premier curé au XIVe siècle. L'ancienne église date peut être de cette période ou serait antérieure. Son clocher étant abîmé il est reconstruit en 1588, puis à nouveau en 1801. Devenue vétuste et moins adapté à la paroisse, celle-ci est détruite en 1860. La nouvelle église était en construction entre 1843 et 1845, selon un plan dit « Halle » d'après Joseph Rouge, curé de Saint-Sigismond, dans un style néoclassique sarde[26].
  • Église Saint-Jean-Baptiste d'Ésery : l'église primitive remonterait au XIe siècle. La première mention d'un curé remonte à 1411. Elle est remaniée au XIXe siècle dans un style néoclassique sarde. En 1964-65, le clocher est restauré. En 1988, l'ensemble de l’église est restaurée[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Reignier.svg

Les armes de Reignier se blasonnent ainsi : D'or au chef de gueules chargée d'une couronne du champ.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenue par l’Angleterre[3],[4].
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Reignier-Ésery sur le site de l'INSEE
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98
  4. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager-Horvath, , 354 p. (ISBN 2-858-82536-X), p. 163.
  5. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 36-37.
  6. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager-Horvath, , 354 p. (ISBN 2-858-82536-X), p. 167.
  7. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  12. http://rencontres-instant.com
  13. « La Pierre aux Fées » publié sur le site de Cabaret - cabaret.over-blog.org, le 7 février 2005.
  14. Château de Polinge
  15. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 13, 33-35.
  16. Lucien Guy, « Les anciens châteaux du Faucigny », Mémoires & documents, vol. 47,‎ , p. 176-181 (lire en ligne).
  17. Lucien Guy, « Les anciens châteaux du Faucigny », Mémoires & documents, vol. 47,‎ , p. 166-169 (lire en ligne).
  18. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 30-33.
  19. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 42.
  20. Lucien Guy, « Les anciens châteaux du Faucigny », Mémoires & documents, vol. 47,‎ , p. 160-163 (lire en ligne).
  21. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 38.
  22. Lucien Guy, « Les anciens châteaux du Faucigny », Mémoires & documents, vol. 47,‎ , p. 182-184 (lire en ligne).
  23. Lucien Guy, « Les anciens châteaux du Faucigny », Mémoires & documents, vol. 47,‎ , p. 174-175 (lire en ligne).
  24. Lucien Guy, « Les anciens châteaux du Faucigny », Mémoires & documents, vol. 47,‎ , p. 171-174 (lire en ligne).
  25. Lucien Guy, « Les anciens châteaux du Faucigny », Mémoires & documents, vol. 47,‎ , p. 169-171 (lire en ligne).
  26. [PDF] Claude Constantin de Magny - Paroisse de Reignier : Saint Jean XXIII d'Arve et Salève, « L’Église de Reignier », sur www.diocese-annecy.fr,‎ (consulté en juillet 2014).
  27. [PDF] Claude Constantin de Magny - Paroisse de Reignier : Saint Jean XXIII d'Arve et Salève, « L’Église d'Ésery », sur www.diocese-annecy.fr,‎ (consulté en juillet 2014).