Trolleybus de La Chaux-de-Fonds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les transports en commun
Cet article est une ébauche concernant les transports en commun.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Trolleybus de la Chaux-de-Fonds
Image illustrative de l'article Trolleybus de La Chaux-de-Fonds

Situation Drapeau de la Suisse La Chaux-de-Fonds, Suisse
Type Trolleybus
Entrée en service 1949
Fin de service 21 mai 2014
Longueur du réseau 12 km
Lignes 3
Exploitant Transports régionaux neuchâtelois
Lignes du réseau 301, 302 et 304

Le trolleybus de La Chaux-de-Fonds fait partie du réseau de transports en commun à La Chaux-de-Fonds, dans le canton de Neuchâtel, en Suisse.

Ouvert en 1949, le réseau de trolleybus a graduellement remplacé l'ancien tramway de la Chaux-de-Fonds[1]. Depuis 2005, le réseau est exploité par les Transports régionaux neuchâtelois (TRN). Le réseau est complété par plusieurs lignes de bus exploitées par la même autorité.

En avril 2011, les TRN ont annoncé vouloir remplacer les trolleybus en 2014 par des autobus à propulsion hybride, ce qui a suscité une vague de protestations vigoureuses[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le réseau a été ouvert le 23 décembre 1949. Sa société d'exploitation initiale est la Compagnie des Transports en commun, La Chaux-de-Fonds. La première ligne de trolleybus du réseau, longue de 3,54 kilomètres, remplace le tramway entre les stations Tricentenaire à Hôpital. Le 16 juin 1950, la dernière ligne de tramway encore en service commercial est remplacée par trolleybus[4].

Le 13 novembre 1954, la dernière ligne de bus classique de la Chaux-de-Fonds, qui fonctionnait depuis 1948, a été transformée en une ligne de trolleybus. Cela laisse pendant quelque temps le trolleybus comme seule forme de transport en commun dans la ville[4].

En 1960, le réseau est remanié pour former trois lignes radiales, désignées 1-2, 4-5 et 6-7, pour refléter les noms de leurs terminus. Chaque ligne est exploitée avec des fréquences de 12 minutes en heures creuses et à intervalles de 6 minutes pendant les heures de pointe. En 1975, la ligne d'autobus diesel 9, ouverte en 1966, est convertie en trolleybus. L'année suivante, c'est au tour de la ligne 6 d'être électrifiée et exploitée par des trolleybus[4].

Le 28 mai 1990, la ligne 7 est convertie en fonctionnement diesel et, simultanément, une nouvelle ligne de numérotation a été introduite. Les lignes de trolleybus restantes ont été renumérotés 1 et 4. En 1995, à la suite de la construction d'un nouveau dépôt, la ligne 2, est à nouveau électrifiée. Deux ans plus tard, le 1er novembre 1997, les trolleybus sont réintroduits sur la ligne 4, après que cette ligne ait été exploitée par autobus diesel pendant plusieurs années. Ligne 4 est également prolongée jusqu'à l'aérodrome de Les Éplatures[4].

À la suite d'une réorganisation en 2005, les Transports régionaux neuchâtelois (TRN) assurent l'exploitation du réseau de trolleybus.

En avril 2011, les TRN ont annoncé vouloir remplacer les trolleybus de La Chaux-de-Fonds en 2014 par des autobus à propulsion hybride, ce qui a suscité une vague de protestations vigoureuses[2]. Deux raisons principales ont été donnés par TRN : d'une part, les nombreux travaux routiers dans la ville entravent la circulation des trolleybus et nécessiteraient de déplacer les bifilaires. Par exemple, un investissement de 2,5 millions de francs suisses serait nécessaire pour assurer la continuité de la circulation des trolleybus pendant le réaménagement de la Place de la Gare[3]. D'autre part en outre, le coût unitaire de nouveaux trolleybus, estimé à 1,3 millions de francs par véhicule, est jugé beaucoup plus coûteux à acquérir que de nouveaux autobus hybrides à 800 000 francs chacun[2].

Le 27 juin 2012, les TN ont fusionné avec les Transports régionaux neuchâtelois (TRN) pour devenir les Transports Publics Neuchâtelois (abrégé TransN), avec effet rétroactif au 1er janvier 2012.

Lignes[modifier | modifier le code]

Destinations desservies Matériel roulant Fréquentation
301 Arêtes - Gare - Recorne Hess Swisstrolley, Solaris Trollino 18 10 min
302 Combe-à-l'ours - Gare - Charrière Solaris Trollino 12 10 min
304 Eplatures - Breguet - Forges - Gare - Hôpital Hess Swisstrolley, Solaris Trollino 18 10 min

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

La Chaux-de-Fonds était, avec Lausanne, l'un des seuls réseaux de trolleybus suisses utilisant encore des trolleybus standards (deux essieux).

Le parc compte 12 véhicules, tous équipés de plancher surbaissé :

Numéros de parc Quantité Constructeur Chaîne de traction Modèle Configuration Années de livraison Notes
TRN Swisstrolley 2 125.jpg 121–125 5 NAW / Hess Siemens BGT-N (Swisstrolley 2) Articulé 1996 En service au réseau de trolleybus de Neuchâtel.
Trolleybus La Chaux de Fonds.JPG 131–133 3 Solaris Cegelec Trollino 12 AC Standard 2005 Vendus au réseau de trolleybus de Ostrava (CZ)
Trolleybus Solaris Trollino18.JPG 141–144 4 Solaris Cegelec Trollino 18 AC Articulé 2005 Vendus au réseau de trolleybus de Salzbourg (AT).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Trolleybus city: La Chaux-de-Fonds (Switzerland) », TrolleyMotion website, TrolleyMotion (consulté le 26 décembre 2011)
  2. a, b et c (en) « Les trolleybus pourraient disparaître de La Chaux-de-Fonds », 24heures website, 24heures (consulté le 26 décembre 2011)
  3. a et b (en) « Mort annoncée des trolleybus à La Chaux-de-Fonds », RTN website, RTN (radio) (consulté le 27 décembre 2011)
  4. a, b, c et d (en) « Trolleybusstadt : La-Chaux-de-Fonds (Schweiz) », TrolleyMotion website, TrolleyMotion (consulté le 26 décembre 2011) (de)

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) (de) Robert Schwandl, Schwandl's Tram Atlas Schweiz & Österreich, Berlin, Robert Schwandl Verlag,‎ (ISBN 978-3-936573-27-5)
  • (en) Alan Murray, World Trolleybus Encyclopaedia, Yateley, Hampshire, UK,‎ (ISBN 0-904235-18-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]