Ligne Lausanne – Genève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne principale à voie normale
Lausanne – Genève
Image illustrative de l'article Ligne Lausanne – Genève
RABe 523 028 de la ligne S3 quittant la halte de Prilly-Malley en direction de la gare de Renens
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Villes desservies Lausanne, Morges, Gland, Nyon, Versoix, Genève
Historique
Mise en service 1855 – 1858
Électrification 1925
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 150
Longueur 60,3 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 15 kV – 16,7 Hz
Nombre de voies Double voie
Signalisation ZUB 121 / SIGNUM
Trafic
Propriétaire CFF
Exploitant(s) CFF
Trafic EC, IC, ICN, IR, RE, S, R, fret

La ligne Lausanne – Genève est une ligne ferroviaire suisse qui relie la gare centrale de Lausanne à la gare de l'aéroport de Genève, en longeant le lac Léman.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier tronçon de la ligne Lausanne – Genève va de la gare de Renens à celle de Morges. Il est mis en service le par la compagnie de l'Ouest-Suisse. Une année plus tard, le , le tronçon est étendu jusqu'à la gare de Lausanne depuis celle de Renens, toujours par la compagnie de l'Ouest-Suisse[1].

De l'autre côté de la ligne, le , le tronçon de Genève-Cornavin à la gare de La Plaine est mis en service par la compagnie du chemin de fer de Lyon à Genève. Cette même année, la compagnie de l'Ouest-Suisse étend la ligne en direction de Genève depuis Morges en mettant en service un tronçon jusqu'à Coppet le et une semaine plus tard, le , jusqu'à Versoix. Deux mois plus tard, le , le chemin de fer Genève-Versoix met en service le tronçon du même nom[1]. La ligne Lausanne – Genève est alors complète.

Le , la ligne est reprise par la nouvelle compagnie des chemins de fer fédéraux suisses (CFF). Ces derniers procèdent à l'électrification de la ligne en 15 kV alternatif monophasé avec une fréquence de 16 ⅔ Hz le [1].

Après la Seconde Guerre mondiale, les CFF étendent la ligne avec la mise en service du tronçon de Genève jusqu'à la gare de triage de La Praille le , et celle de Lausanne-Triage suivra le . Le , le tronçon Châtelaine – Genève-Aéroport est mis en service[1]. Le , une nouvelle halte ferroviaire est mise en service entre les gares de Renens et Lausanne. Il s'agit de la halte de Prilly-Malley[2].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

L'état de la ligne est qualifié de vieillissant par la presse bien que les CFF l'estiment en bon état[3]. En août 2012, deux incidents consécutifs se sont produits. Le aux alentours de h 30 du matin un convoi de marchandises arrache 500 m de ligne de contact à la hauteur de la gare de Nyon, nécessitant un remplacement de 900 m[4],[5]. Quatre jours plus tard, le , un court-circuit dans un poste de transformation à Prangins provoque des retards[3].

Projets[modifier | modifier le code]

Il est prévu dans le cadre d'amélioration de la ligne, d'installer une quatrième voie entre les gares de Renens et Lausanne. Cela permettra de pousser au quart d'heure la cadence du RER vaudois. Il est prévu que cette voie soit mise en service en 2023. Les coûts sont estimés à 210 millions de francs avec une marge d'incertitude de ± 30 %[6]. En parallèle à ce projet, il est prévu de construire un saut-de-mouton entre Prilly-Malley et Renens. Il s'agit d'une voie qui en enjamberait deux. Ce saut-de-mouton serait destiné aux lignes Cully-Cossonay du RER vaudois ainsi qu'aux ICN arrivant depuis Berne et circulant en direction de Genève. La mise en service est prévue pour 2023 pour un coût estimé à 260 millions de francs avec une marge d'incertitude de ± 30 %[7].

Les enclenchements dans le nœud de Lausanne doivent être remplacés d'ici 2020. Il s'agit des enclenchements de Lausanne, Malley, Sébeillon et Renens. Cela permettra une banalisation intégrale du trafic et un temps d'écart de 2 minutes entre chaque trains sur une même voie. Ce projet implique aussi de modernister le centre de l'exploitation à Lausanne et de créer et transformer les locaux techniques liés. La mise en service est prévue entre 2016 et 2019 pour un coût estimé à 160 millions de francs avec une marge d'incertitude de ± 30 %[8].

La construction d'une 3e voie entre Genève et Coppet a permis de séparer le trafic régional du trafic national et ainsi d'augmenter l'horaire à la demi-heure. Ce dernier doit être poussé au quart d'heure dès la mise en service du CEVA. Cela implique de créer deux points de croisement aux gares de Mies et Chambésy ainsi qu'une nouvelle liaison de voies à la gare de Cornavin. Les haltes entre Genève et Coppet doivent être réaménagées avec une extension des quais à 220 m et les installations de sécurités modernisées et adaptées. Les coûts sont estimés à 210 millions de francs avec une marge d'incertitude de ± 20 %[9].

Entre 2016 et 2017, une voie centrale de dépassement fret entre Founex et Coppet devrait être construite. Les coûts sont estimés à 100 millions de francs avec une marge d'incertitude de ± 30 %[10].

À la gare centrale de Genève, le scénario de prévision ZEB estime l'augmentation de la demande sur la ligne à 120 % de plus en 2030 par rapport à 2007. Notamment par l'augmentation du réseau RER et l'ouverture de la ligne CEVA. Pour éviter une saturation de la gare, il est prévu de créer deux voies de plus (en surface ou en souterrain) et de séparer le trafics selon les trois catégories suivantes :

  • le trafic international qui arrive depuis la France via La Plaine ;
  • le trafic national des grandes lignes suisses  ;
  • le trafic régional en direction de Coppet et Annemasse.

Cela permettra à la gare de voir s'arrêter jusqu'à 56 trains par heure. L'objectif de mise en service est prévu entre 2020 et 2025 et les coûts sont estimés au moins 835 millions de francs[11].

Jonctions et correspondances[modifier | modifier le code]

Trafic actuel[modifier | modifier le code]

  • Trains EuroCity :
  • Trains InterCity :
  • Trains ICN :
    • Genève-Aéroport – Genève – Yverdon-les-BainsBiel/BienneBasel SBB
    • Genève-Aéroport – Genève – Yverdon-les-Bains – Biel/Bienne – Zürich HB – St. Gallen
    • Lausanne – Yverdon-les-Bains – Biel/Bienne – Basel SBB
    • Lausanne – Yverdon-les-Bains – Biel/Bienne – Zürich HB – St. Gallen
  • Trains InterRegio :
    • Genève-Aéroport – Genève – Lausanne – Bern – Luzern
    • Genève-Aéroport – Genève – Nyon – Morges – Lausanne – Sion – Brig
  • Trains RegioExpress :
    • Genève – Coppet – Nyon – Gland – Rolle – Morges – Renens VD – Lausanne – Romont
    • Genève – Coppet – Nyon – Gland – Rolle – Morges – Renens VD – Lausanne – Vevey
  • Trains Regio :
    • Lancy-Pont-Rouge – Genève – Versoix – Coppet
    • Saint-Maurice – Montreux – Vevey – Lausanne – Prilly-Malley – Renens VD
  • RER Vaud :
    • RER Vaudois S1.png Yverdon-les-Bains – Renens VD – Lausanne – Villeneuve
    • RER Vaudois S2.png Vallorbe – Renens VD – Lausanne – Palézieux
    • RER Vaudois S3.png Allaman – Lausanne – Villeneuve
    • RER Vaudois S4.png Allaman – Lausanne – Palézieux
    • RER Vaudois S11.png Yverdon-les-Bains – Renens VD – Lausanne
    • RER Vaudois S21.png Lausanne - Moudon - Payerne
    • RER Vaudois S31.png Vevey - Chexbres - Puidoux
  • Trains marchandises :

Le réseau ferré suisse étant ouvert à tous pour le trafic des marchandises free access, n'importe quel opérateur de fret ferroviaire est susceptible d'y faire circuler un train de fret.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (de) « Bahnstrecke Lausanne – Genève Aéroport » (consulté le 25 août 2012)
  2. « Nouvelle halte de Prilly-Malley dès le 30 juin 2012. », sur cff.ch, Chemins de fer fédéraux, (consulté le 29 juin 2012)
  3. a et b Céline Garcin, « La ligne Genève-Lausanne est «en bon état» selon les CFF », 24 heures,‎ (lire en ligne)
  4. « Le trafic ferroviaire sur l'Arc lémanique est revenu à la normale », RTS,‎ (lire en ligne)
  5. « Le trafic ferroviaire a été rétabli », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  6. « 4e voie Lausanne – Renens VD », Léman 2030 | Nœud de Lausanne,‎
  7. « Saut-de-mouton Lausanne – Renens VD », Léman 2030 | Nœud de Lausanne,‎
  8. « Renouvellement des enclenchements », Léman 2030 | Nœud de Lausanne,‎
  9. « Développement RER Coppet – Genève », Léman 2030 | Nœud de Genève,‎
  10. « Voie de dépassement Fret entre Coppet et Founex », Léman 2030 | Ligne Lausanne – Genève,‎
  11. « Augmentation de la capacité de la gare de Genève », Léman 2030 | Nœud de Genève,‎

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]