Gare de Lausanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lausanne CFF
Image illustrative de l'article Gare de Lausanne
Vue du bâtiment principal de la gare.
Localisation
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Commune Lausanne
Adresse Place de la Gare
1003 Lausanne
Coordonnées géographiques 46° 31′ 02″ Nord 6° 37′ 45″ Est / 46.517302, 6.629237
Gestion et exploitation
Propriétaire CFF
Exploitant CFF
Services TGV Lyria, EC, IC, ICN, IR, RE, RER Vaud
Caractéristiques
Ligne(s) 100, 104, 150
205, 210, 250
Voies 9
Quais 5
Transit annuel 27 millions
Zone 11 (Mobilis)
Altitude 452 m
Historique
Mise en service 1856 (origine)
1916 (actuelle)
Protection Bien culturel suisse d'importance nationale
Correspondances
TL m2 1 3 21

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Lausanne CFF

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Lausanne CFF

Géolocalisation sur la carte : Lausanne

(Voir situation sur carte : Lausanne)
Lausanne CFF

La gare de Lausanne est une gare ferroviaire de Lausanne, la principale du canton de Vaud avec plus de 650 trains par jour.

Histoire[modifier | modifier le code]

En terre vaudoise, le premier tronçon de ligne ferroviaire reliant Yverdon-les-bains à Bussigny a été ouverte le par la Compagnie de l'Ouest-Suisse (OS). La liaison sur Lausanne n'a été ouverte que le mais assez loin du centre ville, situé à Mornex[1]. En 1861, cette même compagnie ouvre la liaison Lausanne - Villeneuve - Saint-Maurice (Valais). Cette première gare sera agrandie en 1863 à la suite de l'inauguration en 1862 de la liaison Lausanne - Fribourg.

C'est en 1908 qu'un concours est lancé pour reconstruire la gare car après l'ouverture du tunnel du Simplon le , Lausanne est devenue un important nœud ferroviaire et un lieu de transit. Le concours fut remporté par les bureaux d'architectes Monod & Laverrière et Taillens & Dubois[2]. Une des conditions stipulées pour le concours : une apparence fonctionnelle, la façade digne mais sans luxe, l'emploi de matériaux reconnus sains et inaltérables et si possible, de pierre du pays[3], l'entrée principale devait avoir du caractère et, sans paraître trop riche, être élégante et d'heureuses proportions[4]. La construction fut réalisée de 1911 à 1916.

La grande marquise en métal et en verre, pièce historique, recouvrant les quais de la gare, est longue de 107 mètres, large de 44 mètres, haute de 10 mètres sur les côtés et 16,5 mètres à son faîte au-dessus des voies. Elle est formée de quatorze fermes, 232 000 rivets et pèse 720 000 kilos. Les travaux pour la construction de la marquise ont débuté le 2 novembre 1911 et achevé en mars 1912. Les plans de la marquise ont été exécutés au « Bureau des Ponts » des Chemins de fer fédéraux, à Lausanne, par les ingénieurs Adolphe Robert-Regamey et Léon Marguerat-Blanc. Les entreprises qui ont participé à sa construction sont, pour les pièces préparées à l’atelier : MM. Vallelte et Cie, à Genève et Brugg, Bosshard et Cie, à Naefels; Schaeppi et Schweizer à Albisrieden; Buss et Cie, à Bâle. Tout le travail de montage s'est fait par les soins de la maison Wartmann Vallelte et Cie. à Genève et à Brugg. Le montage a été opéré au moyen de puissants échafaudages mobiles s'avançant au fur et à mesure des besoins. La seconde marquise qui est fixée au bâtiment de la gare et qui recouvre le quai numéro 1, a été construite à la même période par la maison Louis Zwahle, à Lausanne. L’espace entre les deux marquises était prévu pour l’évacuation des fumées des trains d’époque[5].

Buffet de la gare[modifier | modifier le code]

Le buffet de la gare présente un aménagement en majeure partie d'origine, qui remonte à son ouverture en 1916. Les menuiseries, réalisées en chêne du Japon, sont l’œuvre de la célèbre Menuiserie Modèle de Montreux. Mais l'ornement le plus spectaculaire du buffet consiste en six panneaux peints qui représentent les destinations desservies depuis Lausanne. A l'est, Neuchâtel du peintre paysagiste Louis Vonlanthen (1889-1937), élève de L'Eplattenier à l'Ecole d'art de La Chaux-de-Fonds, puis Berne de Max Brack (1878-1950), et Montreux, de Henri-Edouard Bercher (1877-1970). A l'ouest, Fribourg du peintre Oswald Pilloud, élève de Ferdinand Hodler; Zermatt - Mont Cervin du Genevois Albert Gos (1852-1942) et Genève du Genevois d'adoption Erich Hermès (1881-1971). Le buffet de la gare ayant fermé ses portes à la fin 2015, tout son contenu a été vendu aux enchères. Mais il rouvrira en 2018 après une restauration dans les règles de l'art sous l'égide des services de la protection du patrimoine[6].

La gare au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le est mis en service le TGV entre Lausanne et Paris, en passant par Vallorbe en 3h40, remplaçant le Trans-Europ-Express Cisalpin. C'est la gare de Paris-Gare-de-Lyon que les voyageurs empruntent à Paris. Le TGV ne roule néanmoins à grande vitesse qu'entre Dijon et Paris et ceci encore de nos jours. En 1997, les TGV Lausanne-Paris changent de couleur, passant de l'orange au gris/bleu. En 2012, des rames modernes capables de rouler à 300 km/h viennent prendre la relève des anciens TGV qui ne pouvaient dépasser les 270 km/h[7].

La gare a bénéficié d'une transformation entre 1992 et 1996, notamment à la suite de l'incendie d'une partie de la toiture en 1994, elle a concerné l'aile est et le centre du bâtiment. L'architecte lausannois Danilo Mondala obtient le mandat[8]. Les coûts se sont élevés à 60 millions de francs suisses[9].

Dans la nuit du 28 au 29 juin 1994, un train de marchandises d’une longueur de 690 mètres, composé de 50 wagons, en provenance de Bâle déraille sur la voie 3 et trois citernes se sont couchées sur les voies. L’une contenait du chlorure de thionyle et les deux autres de l’épichlorhydrine. Les pompiers de Lausanne doivent intervenir pour éviter une très grave pollution et tout risque d'explosion[10].

À cette époque débute également une restructuration de la place de la gare, acceptée par le Conseil communal en 1996 dont la configuration date de l'exposition nationale suisse de 1964[11]. Depuis, le bâtiment est inscrit comme bien culturel suisse d'importance nationale[12].

Une halte dans la région de Prilly-Malley est ouverte le 30 juin 2012, un chantier de 80 millions de francs suisses. Elle voit le passage des trains RER vaudois[13].

L’aile Ouest du bâtiment de la gare de Lausanne, dessinée par les architectes Monod & Laverrière et Taillens & Dubois en 1916, va subir des transformation dès janvier 2016. Selon un communiqué des CFF[14], les travaux dureront deux ans et nécessitent la fermeture de l'actuel buffet de gare. Le but est de rendre son volume au bâtiment en démolissant des constructions ajoutées vers les années 60 et en 1996. Le budget s'élève à un peu plus de 20 millions de francs.

Projet Léman 2030[modifier | modifier le code]

Dans le vaste projet Léman 2030[15], les CFF, prévoient, à l'horizon 2017-2025, d'augmenter la longueur des quais et de les élargir, pour qu'ils atteignent une longueur de 420 mètres, pour accueillir des trains de 400 mètres, permettant ainsi une forte augmentation des places assises dans les trains et de répondre à l'augmentation futur du nombre de personnes transitant par la gare, de 120 000 à 200 000 personnes. D'autre part, le nombre de passage sous voie, passera de 2 à 3, et seront plus larges de 3 mètres 50 et les surfaces commerciales passeront de 2 500 m2 à 10 000 m2. Quant à la marquise, elle sera surélevée, d'environ 1 mètre 50 et déplacée de 80 centimètres[16]. Dans cette perspective, plusieurs bâtiments seront détruits : l'hôtel Lausanne Guesthouse, la villa voisine, ainsi que l'immeuble locatif de la rue du Simplon 22, 24 et 26[17].

Les coûts des travaux de la rénovation de la gare et de la quatrième voie entre Lausanne et Renens, sont estimés à 1,2 milliard de francs et seront financés par la confédération. Ces projets pourront se réaliser à la suite de la votation sur le projet de "Financement et aménagement de l'infrastructure ferroviaire (FAIF)", accepté par le peuple Suisse, le 9 février 2014[18],[19].

Dans un autre registre, qui ne fait partie du projet Léman 2030, mais qui pourrait y être intégré, une nouvelle station de la ligne M2 du métro de Lausanne est prévue d'être construite sous la gare de Lausanne. L'actuelle station du M2 à proximité de la gare de Lausanne, serait dévolue à la future ligne M3 du métro de Lausanne encore en projet, et sous réserve d'acceptation de la part des autorités du Canton de Vaud et du peuple vaudois[20],[21].

Place de la Gare

Liaisons[modifier | modifier le code]

Liaisons TEE[modifier | modifier le code]

Train TEE Période Itinéraire Matériel roulant
Cisalpin 01.07.196121.01.1984 Paris-Gare de LyonDijonLausanneBrigDomodossolaMilano Centrale 01.07.196125.05.1974 : RAe TEE II
26.05.197421.01.1984 : Re 4/4 II + Voitures Mistral 1969
Lemano 01.06.195822.05.1982 GenèveLausanneBrigDomodossolaMilano Centrale 01.06.195827.05.1972 : ALn 442-448
28.05.197222.05.1982 : Re 4/4 II + voitures Gran Comfort FS
Rheingold 30.05.196522.05.1982 GenèveLausanneBernBasel SBBFreiburg (Breisgau)KarlsruheMannheimMainzKoblenzBonnKölnDüsseldorfDuisburgUtrechtAmsterdam-Central
+ voitures directes GenèveLausanne> DuisburgEssenBochumDortmund
30.05.196522.05.1982 : Re 4/4 I + voitures Rheingold 1962,
complétées par la suite de voitures UIC-X TEE de la DB

Source : « La légende des TEE », Maurice Mertens & Jean-Pierre Malaspina, LR Presse, 2007.

Liaisons actuelles (horaire 2013)[modifier | modifier le code]

Liaisons internationales[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Paris-Gare-de-Lyon Vallorbe TGV Lyria Terminus ou Montreux Terminus ou Brigue
Genève-Cornavin Genève-Cornavin CFF EuroCityEC Montreux Milano Centrale
ou Venezia Santa-Lucia

Liaisons nationales[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Genève-Aéroport Genève-Cornavin CFF Intercity (IC) Fribourg Saint-Gall
Genève-Aéroport Genève-Cornavin CFF InterRegio (IR) Fribourg Lucerne
Genève-Aéroport Morges CFF InterRegio (IR) Vevey Brigue
Terminus Terminus CFF ICN Yverdon-les-Bains Bâle CFF
Terminus Terminus CFF ICN Yverdon-les-Bains Saint-Gall
Genève-Cornavin Renens VD CFF RegioExpress (RE) Palézieux/Vevey Romont/Vevey

Liaisons régionales[modifier | modifier le code]

Direction précédente Gare précédente Trains Gare suivante Direction suivante
Yverdon-les-Bains Prilly-Malley RER Vaud S1 Pully Villeneuve
Vallorbe Renens VD RER Vaud S2 Pully-Nord Palézieux
Allaman Prilly-Malley RER Vaud S3 Pully Villeneuve
Morges Prilly-Malley RER Vaud S4 Pully-Nord Palézieux
Yverdon-les-Bains Renens VD RER Vaud S11 Terminus Terminus
Terminus Terminus RER Vaud S21 Puidoux-Chexbres Payerne

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Exploitant Catégorie Matériel roulant
Liaisons internationales
Lyria TGV TGV Sud-Est tricourant (HS)
TGV POS
SBB CFF FFS EuroCity ETR 610
Liaisons nationales
SBB CFF FFS InterCity Re 460 + IC 2000
ICN RABDe 500
InterRegio Re 460 + rame réversible VU IV
Re 460 + rame tractée VU IV
RegioExpress RABe 511
Liaisons régionales
RER Vaud RER (S-Bahn) RBDe 560
Stadler FLIRT

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 24 Heures, 1er avril 1997
  2. Lausanne, Histoire et patrimoine
  3. Office national suisse du tourisme, Gares historiques des CFF, 1986
  4. Construire, 28 septembre 1983
  5. scriptorium.bcu-lausanne Nouvelliste vaudois, 6 mars 1912 (page 2) et Tribune de Lausanne, 7 mars 1912 (page 12)
  6. Joelle Neuenschwander-Feihl, « Le buffet de la gare de Lausanne. Témoin centenaire de la grande époque des restaurants ferroviaires », A+A Art + Architecture en Suisse, no 4,‎ , p. 16-25 (ISSN 1421-086X).
  7. Vaud célèbre 30 ans de TGV, 22 janvier 2014, 24 heures (Suisse)
  8. 24 Heures, 26 octobre 1996
  9. Gazette de Lausanne, 4 avril 1997
  10. [1] Le site Ecoscan SA, le déroulement de l'accident et photos. Site visité le 25 octobre 2009.
  11. Journal de Genève, 2 novembre 1996
  12. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  13. Le Temps, 14 novembre 2009
  14. News CFF, 2 décembre 2015
  15. Le chantier Léman 2030 a été officiellement lancé à Renens (VD), Radio télévision suisse, 22 novembre 2014
  16. La gare de Lausanne va doubler de capacité d'ici 2025 22.11.2013 Radio télévision suisse
  17. http://www.rts.ch/info/regions/vaud/4204306-accord-sur-le-projet-d-agrandissement-de-la-gare-de-lausanne.html
  18. FAIF : oui au nouveau financement et à l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire
  19. Le projet de réaménagement de la gare de Lausanne est prêt pour la mise à l'enquête, Canton de Vaud, 19 mars 2015
  20. Métros m2 et m3
  21. L’offre de métro va doubler entre le Flon et la gare CFF, 24 heures (Suisse), 12 février 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]