Trolleybus de Saint-Étienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trolleybus de Saint-Étienne
image illustrative de l’article Trolleybus de Saint-Étienne

Situation Drapeau de la France Saint-Étienne (Auvergne-Rhône-Alpes)
Type Trolleybus
Entrée en service 1940
Lignes 1
Rames 11
Propriétaire Saint-Étienne Métropole
Exploitant STAS
Site internet www.reseau-stas.fr
Lignes du réseau  M3
Réseaux connexes Tramway de Saint-Étienne
Autobus de Saint-Étienne
Transports interurbains de la Loire
Réseau interurbain de la Haute-Loire

Le trolleybus de Saint-Étienne fait partie du réseau de transports en commun de l'agglomération de Saint-Étienne. Le réseau est créé en 1940, en remplacement d'une partie du réseau du tramway de Saint-Étienne. Le réseau de trolleybus connaît un développement important jusque dans les années 1970.

En 2012, Saint-Étienne est une des trois dernières villes françaises à conserver un réseau de trolleybus, avec Lyon et Limoges .

Un Berliet ELR circulant en 1981
Un Renault PER180H
Un Berliet ER100

Histoire[modifier | modifier le code]

Le trolleybus fait son apparition à Saint-Étienne en 1940, en remplacement des tramways sur la ligne Tardy-Le Soleil. Cependant, en raison de difficultés d'approvisionnement liées à la Seconde Guerre mondiale, les sept trolleybus CS 45 commandés à la société Vétra ne peuvent être livrés qu'en 1942. Entretemps, six trolleybus CS 35 initialement destinés au réseau de Poitiers circulent sur le réseau à titre provisoire[1],[2],[3].

En 1947, le remplacement des tramways reprend avec la livraison des 22 Vetra CS 60 de la ligne Bellevue - Firminy, complétés par des véhicules de type VBD et VCR[3].

En 1954, cinquante Vetra Berliet ELR sont réceptionnés. Treize VA3B2 en provenance de Marseille renforçaient le parc en 1973. À cette date, le réseau compte sept lignes (1, 3, 5, 6, 7, 8 et 10)[1],[3], seule la ligne 4 conservant ses tramways[3].

En 1974, à la suite d'un remaniement du plan de circulation, les trolleybus de la ligne 7 (Bellevue - Châteaucreux) sont remplacés par des autobus[3]. Cela n'empêche pas le réseau de connaître des extensions et reçoit à partir de 1978 des Berliet ER 100, remplaçant les ELR mis en réserve et la réforme des VA3B2[1],[3]. Enfin, en 1983, huit trolleybus articulés de type PER180H sont mis en service sur la ligne 6 (Dorian - La Métare)[1],[3]. Le réseau reçut alors plus de 50 véhicules[1],[3].

Dans les années 1990, le vieillissement des véhicules se fait sentir et la STAS se tourne vers l'autobus pour les remplacer[4],[3].

La ligne 1 est déséquipée en 1999 à la suite des travaux persistants sur la ligne et de la volonté des maires des communes traversées de ne plus voir de câbles aériens. La ligne 6 a été déséquipée de ses trolleybus à la suite de l'arrivée des autobus Agora L.

Fin 2002, les lignes 3 (Dorian - Terrenoire) et 5 (Hôtel de Ville - Michon) fusionnent pour former la ligne 3 qui reçoit onze trolleybus Irisbus Cristalis ETB 12 en 2003.

Les travaux de la ligne Tram 5 (av. de la Libération et Fourneyron) ont empêché l'utilisation des lignes 3 (Terrenoire) et 10 (Soleil) en trolley. Pour garder une ligne de trolley (notamment par manque de bus), les lignes sont scindées en deux. la provisoire ligne 10 (exploitée en trolley) reprend les itinéraires ouest (Michon et Cotonne) tandis que la provisoire ligne 3 reprend, en bus, les parties ouest (Terrenoire et Soleil).

À l'ouverture du Tram 5, la ligne 3 retrouve sa configuration d'avant travaux (Michon Terrenoire) et est exploitée en trolleybus. La ligne 10 est scindée et seule sa partie Ouest (Cotonne Hôtel de Ville) est conservée, et exploitée en trolleybus.

Le , les lignes 3 et 10 fusionnent pour former la ligne 3 (Cotonne - Terrenoire), exploitée par un panachage de trolleybus Cristalis et d'autobus, les ER100 ayant été réformés et le parc de Cristalis étant insuffisant par manque de fiabilité du matériel.

Le 31 août 2017, la ligne 3 devient la ligne Métropole M3, mais son tracé reste identique.

Lignes[modifier | modifier le code]

Du réseau historique de sept lignes :

  • 1 Bellevue - Firminy (déséquipée en 1999 à la suite des travaux persistants sur son parcours puis de la volonté esthétique des maires des communes traversées, dont le Chambon-Feugerolles notamment) ;
  • 3 Dorian - Terrenoire (fusionnée avec la 5 en 2002) ;
  • 5 Hôtel de Ville - Michon (fusionnée avec la 3 en 2002) ;
  • 6 Dorian - Métare (déséquipée à l'arrivée des Agora L) ;
  • 7 Châteaucreux - Bellevue (déséquipée en 1974 puis fusionnée avec la 8 puis avec la 12 sud en 2006) ;
  • 8 Dorian - La Rivière (fusionnée avec la 7) ;
  • 10 Soleil - Centre Ville - Cotonne (maintenue après 2006 dans sa partie sud-ouest uniquement, la ligne 9 et la 2e ligne de tram reprenant le parcours).

Ne subsistait en 2009 que les lignes :

  • 3 Terrenoire - Michon ;
  • 10 La Cotonne - Hôtel de Ville.

Puis à partir du qu'une seule ligne, issue de la fusion des précédentes, exploitée partiellement en autobus[5] :

  • 3 Terrenoire - La Cotonne.

Cette ligne devient à partir du la ligne M3.

  • M3 Terrenoire - La Cotonne

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Les trolleybus ne circulent pas le week-end ; ils sont remplacés par des autobus diesel.

En service[modifier | modifier le code]

En 2017, le réseau compte 11 trolleybus Irisbus Cristalis ETB 12, numérotés de 111 à 121 et mis en service entre 2003 et 2004[6].

Réformés[modifier | modifier le code]

Trolleybus standards :

  • 4 Vétra CB 40 nos 1 à 4, achetés d'occasion en 1941-1942 et réformés en 1946-1947, ils furent rendus à leur réseau d'origine, celui de Poitiers ;
  • 14 Vétra CS 60 nos 5, 13 à 24 et 81 mis en service en 1944 pour le no 5, en 1946-1947 pour les autres sauf le no 81 qui est un ex-RATP acheté d'occasion en 1958, et réformés en 1968 (sauf les no 17 et 21 accidentés et réformés avant cette date). Le no 5 devient le no 35 en 1948 ;
  • 7 Vétra CB 45 nos 6 à 12, mis en service en 1944 et réformés en 1961 ;
  • 5 Vétra VDB nos 1 à 5, mis en service en 1946 et réformés en 1961 ;
  • 55 Vétra VCR nos 25 à 34 et 36 à 80, mis en service entre 1947 et 1953 et réformés en 1975 pour les dix derniers. Les nos 65 et 72 ont été conservés par 2 musées. Le no 72, propriété des Amis du rail du Forez (ARF), est mis à la disposition du musée de la STAS ;
  • 40 Vétra-Berliet ELR (ou Vétra VBBh) nos 101 à 140, mis en service entre 1960 et 1964 et réformés en 1981-1982. Le no 126 a été conservé par le musée de la STAS ;
  • 40 Vétra-Berliet ELR dit « extérieur », car achetés d'occasion, dont on peut distinguer plusieurs séries :
    • 26 exemplaires nos 2, 4, 6 à 21 et 92 à 99 achetés d'occasion au réseau de Nice entre 1969 et 1971, où ils furent mis en service entre 1954 et 1961, et réformés en 1981. Le no 97 (ex-no 25 TLN) est exposé dans un musée de la Côte d'azur dédié aux transports en commun ;
    • 13 exemplaires nos 23 à 28 et 85 à 91 achetés d'occasion au réseau de Marseille entre 1975 et 1981 pour la série 23-28 et entre 1972 et 1974 pour la série 85-91, où ils furent mis en service en 1955, et réformés en 1981. Le no 86 a servi de prototype à hacheur de courant (technologie utilisée sur l'ER 100H) ;
    • 1 exemplaire no 22 acheté d'occasion au réseau de Toulon en 1974 et réformé en 1981.
  • 13 Vétra-Berliet VA3B2 (ou Berliet EBR) dit « extérieur » nos 141 à 153 achetés d'occasion au réseau de Marseille en 1973, où ils furent mis en service en 1955-1956, et reformés en 1981 (sauf le no 141 qui a été détruit par accident en 1977). Le no 151 est propriété des Amis du Rail du Forez (ARF) et est mis à la disposition du musée de la STAS ;
  • 25 Berliet ER 100 nos 401 à 425, mis en service en 1979 et réformés en 1998-1999. Cinq d'entre eux (nos 402, 414, 416, 417 et422) ont terminé leur carrière à Ploiești (Roumanie) où ils ont été réformés en 2010. Le no 415 est conservé par le musée de la STAS ;
  • 25 Renault ER 100H nos 426 à 450, mis en service en 1982-1983 (le no 426 a été mis au point en 1981) et réformés en 2009 pour les derniers. Certains ont été vendus en Roumanie (nos 430, 436, 446, 447 et 450) d'autres sont conservés par le musée de la STAS (nos 426, 433, 435 et 438) ;
  • 6 Berliet ER 100 nos 461 à 466 achetés d'occasion au réseau de Grenoble en 1987, où ils furent mis en service en 1977, et reformés en 2004 (sauf le no 464 réformé en 1997). Ils avaient la particularité de posséder un groupe d'autonomie (moteur Diesel de secours), contrairement à la série 401-425. Le no 462 est conservé par le musée de la STAS le no 463 a été donné à un autre musée inconnu, son état actuel n'est pas connu.

Trolleybus articulés :

  • 10 Renault PER 180H nos 101 à 110, mis en service en 1983, en 1989 pour les 109 et 110 achetés d'occasion au réseau de Grenoble, et réformés en 1999-2000. Ils ont été vendus à Toula (Russie) sauf les nos 102 et 105 qui ont été ferraillés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (Béjui et courant)
  2. Histoire des transports urbains de Saint-Étienne sur le site de l'AMTUIR
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Histoire des trolleybus de Saint-Étienne sur le site de l'AMTUIR
  4. « Six villes face à l'avenir de leurs trolleys », Vie du rail et des transports, no 96,‎ , p. 43-49 (ISSN 1249-2892)
  5. « Trolleybusstadt : St. Etienne (Frankreich) », TrolleyMotion website, TrolleyMotion (consulté le 15 mai 2012) (de)
  6. « Сент-Этьен, троллейбус », Transphoto.ru, Transphoto.ru (consulté le 15 juin 2012) (de)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Béjui et René Courant, Les trolleybus français, Ed. presses et éditions ferroviaires, (ISBN 978-2-905447-01-2)
  • Jean Robert, Histoire des transports dans les villes de France, ed. Jean Robert,
  • Philippe Valla, 75 ans de trolleybus à Saint-Etienne, Ed. ARF 2016 (ISBN 978-2-9515606-9-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]