Perrignier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Perrignier
Perrignier
Centre de Perrignier.
Blason de Perrignier
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Canton Thonon-les-Bains
Intercommunalité Thonon Agglomération
Maire
Mandat
Claude Manillier
2014-2020
Code postal 74550
Code commune 74210
Démographie
Population
municipale
1 720 hab. (2014)
Densité 219 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 18″ nord, 6° 26′ 27″ est
Altitude Min. 489 m
Max. 729 m
Superficie 7,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Perrignier

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Perrignier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Perrignier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Perrignier

Perrignier (Peregnér en arpitan savoyard[1]) est une commune de la Haute-Savoie située à environ 8 kilomètres de Thonon-les-Bains et à proximité du lac Léman. Elle fait partie de l'agglomération urbaine du Grand Genève. Elle est jumelée avec la commune française de Guénin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Perrignier
Sciez Margencel Allinges
Lully Perrignier
Lully Cervens Draillant

Perrignier est constitué de plusieurs lieux-dits et hameaux : le Bourg, les Noyers, le Villard, le Petit Lieu, la Bandière, Fougeux, Brécorens et la Tuileri

Perrignier depuis la route du Villard.
Vue sur le bourg de Perrignier.

Transports[modifier | modifier le code]

Gare SNCF[modifier | modifier le code]

La gare de Perrignier est desservie par des TER Auvergne-Rhône-Alpes en provenance d'Évian-les-Bains et à destination d'Annemasse, de Bellegarde, de Lyon-Part-Dieu ou de Lyon-Perrache.

Parvis de la gare.
Voies de la gare.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Pârnî (graphie de Conflans) ou Peregnér (ORB)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1974 à 2001, Perrignier a été associée avec la commune de Draillant[3] :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Perrignier appartient au canton de Thonon-les-Bains, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 12 communes[4]. Avant ce redécoupage, elle appartenait au canton de Thonon-les-Bains-Ouest, créé en 1995 des suites de la scission de l'ancien canton de Thonon-les-Bains.

Elle forme avec sept autres communes la communauté de communes des collines du Léman (CCCL).

Perrignier relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[5].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Inconnu 1995 Claudius Jeandin ... ...
1995 2014 Roger Brasier ... ...
2014 2020 Claude Manillier ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 720 habitants, en augmentation de 8,52 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
489 471 479 640 723 720 684 668 743
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
718 758 760 720 690 698 712 774 751
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
605 575 567 630 648 672 661 664 1 067
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
1 400 1 698 1 921 1 439 1 637 1 720 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture local et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Parvis de l'église Saint-Sylvestre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ici en orthographe de référence B. Se prononce Pârnî (graphie de Conflans): Lexique des noms des communes savoyardes en arpitan - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne)
    préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 18
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. Source : Fiche de la commune dans le Code officiel géographique.
  4. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté le 9 avril 2015).
  5. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 9 avril 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .