Valleiry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Valleiry
Valleiry
Blason de Valleiry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Intercommunalité Communauté de communes du Genevois
Maire
Mandat
Alban Magnin
2020-2026
Code postal 74520
Code commune 74288
Démographie
Gentilé Valleiryens, Valleiryennes ou Veleureux, Veleureuses
Population
municipale
4 935 hab. (2019 en augmentation de 28,68 % par rapport à 2013)
Densité 710 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 32″ nord, 5° 58′ 07″ est
Altitude Min. 355 m
Max. 560 m
Superficie 6,95 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Valleiry
(ville isolée)
Aire d'attraction Genève - Annemasse (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Julien-en-Genevois
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Valleiry
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Valleiry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valleiry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valleiry
Liens
Site web valleiry.fr

Valleiry est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situé en Haute-Savoie à proximité de Genève, d'Annecy et de Valserhône, Valleiry comme beaucoup de villages frontaliers de Genève a connu une très forte urbanisation ces dernières années. Sa population a quadruplé en 40 ans.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chancy (Drapeau de la Suisse Suisse, GE) Viry Rose des vents
Vulbens N Chênex
O    Valleiry    E
S
Dingy-en-Vuache

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]
Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare SNCF de Valleiry est une gare ferroviaire française située sur la ligne Longeray-Léaz au Bouveret entre les gares ouvertes de Bellegarde et de Saint-Julien-en-Genevois. Elle est desservie par les TER Auvergne-Rhône-Alpes en provenance d'Évian-les-Bains ou Saint-Gervais-les-Bains-Le Fayet et à destination de Bellegarde, de Lyon Part-Dieu ou de Lyon-Perrache.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Outre la desserte des trains, la commune est desservie par la ligne de bus N des Transports publics genevois (TPG). Elle relie la commune à Saint-Julien-en-Genevois où les voyageurs peuvent effectuer une correspondance avec la ligne de bus D de la même compagnie qui relie Saint-Julien à la place de Bel-Air à Genève via Perly-Certoux et Plan-les-Ouates notamment.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Valleiry est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Valleiry, une unité urbaine monocommunale[4] de 4 935 habitants en 2019, constituant une ville isolée[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (49,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (56,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (42,3 %), forêts (24,1 %), zones urbanisées (22 %), zones agricoles hétérogènes (6,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,4 %), prairies (0,9 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune est composée d'un bourg principal et de plusieurs hameaux.

Logement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Valleiry doit probablement son nom à Vallerius Caïus, fils de Titus, tribun militaire romain de la seconde légion qui avait édifié une villa romaine dans la région.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Valéri, selon la graphie de Conflans[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Romains de l'époque apportèrent le culte de Jupiter (JO VIS) et le hameau de la Joux aurait été à l'origine construit aux abords d'un temple qui lui aurait été dédié.

Petit village du haut-Genevois sans rôle particulier dans la grande Histoire, dont les revenus étaient propriété des chapitres de Genève, ballotté pendant la réforme — tantôt catholique, tantôt protestant — Valleiry n'avait qu'une vocation agricole.

En tant que commune, Valleiry n'existe que depuis un édit du roi Charles-Emmanuel III de Sardaigne du . Elle n'avait pas jadis le renom qu'elle a acquis depuis un siècle ; le chemin de fer l'a fait apprécier et lui a apporté de l'aisance en lui donnant une vocation commerciale et artisanale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Gilbert Fol[11]    
mars 1989 mars 2014 Marc Favre[12] (1937-2017) UMP Chef d’entreprise retraité, maire honoraire
mars 2014 mai 2020 Frédéric Mugnier UDI Cadre du secteur privé
9e vice-président de la CC du Genevois (2014 → 2020)
mai 2020 En cours Alban Magnin UDI Agriculteur
11e vice-président de la CC du Genevois (2020 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Société et population[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Valleiryennes et les Valleiryens[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2019, la commune comptait 4 935 habitants[Note 3], en augmentation de 28,68 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +7,33 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
263368376375534630649632700
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
632647666683657671676664686
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
6706956726896086017628071 249
1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018 2019 -
1 3711 7482 1972 8683 0563 8354 8664 935-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévision locale : TV8 Mont-Blanc.

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Football: Née en 1947 dans les sous-sols de la mairie de Valleiry, l'Etoile Sportive de Valleiry compte aujourd'hui 230 licenciés, 2 équipes séniors, 1 équipe féminine et 12 équipes jeunes de U7 à U20. Le club possède 2 terrains de football dont un en herbe et un stabilisé. L'équipe fanion évolue cette saison en D2 (anciennement Promotion d'excellence). L'équipe féminine vient tout juste de terminer sa saison et assure donc une montée en D1 en restant la seule équipe invaincue du championnat. Le club possède 2 terrains de football dont un en herbe et un stabilisé[18].

Tennis: Le club local existe depuis 1980 et compte environ 200 membres. Il dispose d'un terrain couvert et de deux terrains en greenset.

Boules Lyonnaises: La Boule Valleiryenne existe depuis 1909, ce qui en fait la plus vieille société sportive de Haute-Savoie. Elle dispose de 4 jeux couverts (boulodrome), 4 jeux extérieurs (+ le terrain stabilisé du foot), d'une salle de réunion et d'une buvette. Le club de boules compte 60 membres dont 35 licenciés.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture.
  • Artisanat, commerces et agences diverses : 61 unités.
  • Centre logistique et technique de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) regroupant les activités liées à la Formule 1 : pôle de recherche mécanique, pôle de recherche électronique, plate-forme d'essai de la F1 — l'ensemble des F1 y subissent leurs crash-tests d'homologation[19] — et plate-forme logistique pour les autres championnats.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Valleiry

Les armes de Valleiry se blasonnent ainsi :

Écartelé ; au I de gueules à la croix d'argent ; au II d'argent à deux clés d'or en sautoir, au III d'argent à deux épis en sautoir accompagnés de trois roses de gueules boutonnées d'or deux sur les flancs et une en pointe ; au IV d'azur à une couronne de douze étoiles d'or.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Valleiry », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou
    .
  11. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000165202&categorieLien=id
  12. « Décès de l’ancien maire, Marc Favre », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne)
  13. « Valleiry », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le ), Ressources - Les communes.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. « Étoile Sportive de Valleiry | Le site officiel de l'ESV », sur www.esvalleiry.fr (consulté le ).
  19. Les F1 sont désormais homologuées en France - Matthieu Piccon, MotorsInside.com, 25 février 2014