Pringy (Haute-Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pringy.
Pringy
Vue de l'entrée principale de Pringy.
Vue de l'entrée principale de Pringy.
Blason de Pringy
Blason
Pringy (Haute-Savoie)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Annecy-le-Vieux
Intercommunalité CA Annecy
Maire
Mandat
Jean-François Piccone
2014-2020
Code postal 74370
Code commune 74217
Démographie
Gentilé Prinniaciens
Population
municipale
4 129 hab. (2013)
Densité 456 hab./km2
Population
aire urbaine
139 693 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 51″ N 6° 07′ 21″ E / 45.9475, 6.122545° 56′ 51″ Nord 6° 07′ 21″ Est / 45.9475, 6.1225
Altitude Min. 437 m – Max. 860 m
Superficie 9,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Pringy

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Pringy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pringy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pringy
Liens
Site web pringy74.fr

Pringy est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La ville de Pringy est située au nord d'Annecy, sur l'antique route de Genève. On y accède via la très longue Avenue de Genève traversant les deux villes d'Annecy et d'Annecy-le-Vieux.

Les communes limitrophes de Pringy sont Argonay, Metz-Tessy, La Balme-de-Sillingy, Épagny, Cuvat, Saint-Martin-Bellevue et Annecy-le-Vieux.

Climat[modifier | modifier le code]

La ville de Pringy est situé en Haute-Savoie. Le climat y est essentiellement montagnard, avec un hiver froid et neigeux. Cependant, la proximité du lac d'Annecy radoucit un petit peu la température.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

TER Rhône-Alpes en gare en 2007.

Pringy possède une gare SNCF située sur la ligne d'Annecy à La Roche-sur-Foron (ligne ferroviaire Aix-les-Bains - Annemasse. Elle est desservie par certains trains régionaux en provenance d'Annecy et à destination de La Roche-sur-Foron, Annemasse et Genève Eaux-Vives et vice-versa.

Cette gare de la banlieue d'Annecy permet un accès à l'Hôpital d'Annecy. Des correspondances sont assurées par des lignes d'autobus de l'agglomération annécienne, gérées par la SIBRA.

Cette gare est appelée à se développer à partir de 2014 avec la mise en service des dessertes cadencées entre Genève et Annecy dans le cadre de la réalisation du projet CEVA.

Voies routières[modifier | modifier le code]

L'autoroute A41 traverse la commune et la sépare de sa voisine Metz-Tessy à l'ouest. Elle permet une entrée à travers la sortie 17 Annecy-Nord.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par une quinzaine de cars à destination d'Annecy, d'Annemasse ou de Genève.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le centre de la commune.

La commune de Pringy est composée de plusieurs hameaux et autre village dont Le Pont de Brogny qui est une commune de Pringy. Située à moins d'un km au sud de Pringy, elle comprend uniquement le carrefour où se rencontrent les routes venant de Pringy, d'Argonay et d'Annecy-le-Vieux, les quelques habitations les bordant, ainsi que le pont sur le Fier, pour une surface totale ne dépassant sans doute pas 1 km2[précision nécessaire].

Logement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme de Pringy dérive, très probablement comme la commune helvétique Pringy, du nom d'un domaine gallo-romain *Primiacus[1].

En francoprovençal, la commune s'écrit Prinzhi selon la graphie de Conflans ou encore Prengi selon l'ORB[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Jean-Francois Bouchet    
2008 en cours
(au 30 avril 2014)
Jean-François Piccone    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Prinniaciens[3].

En 2013, la commune comptait 4 129 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
286 288 321 337 409 390 394 393 358
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
389 421 409 406 405 380 356 347 345
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
372 387 405 379 549 576 945 1 070 1 369
1982 1990 1999 2008 2013 - - - -
1 915 2 462 2 616 3 437 4 129 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio, Radio Semnoz... Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale du bassin annécien. France 3 et son décrochage France 3 Rhône-Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Genevois, le Courrier savoyard.

Économie[modifier | modifier le code]

Le Pont de Brogny.

La commune de Pringy compte sur son territoire une usine du fabriquant Tefal.

En 2014, la capacité d'accueil de la station, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 94 lits touristiques répartis dans 20 structures[Note 3], dont 10 meublés[6].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Pringy

Les armes de Pringy se blasonnent ainsi : De gueules à la croix d'argent,cantonnée,au premier d'un chevron alésé d'or,au deuxième d'un pic de mineur d'argent posé en barre,au troisième de l'urne funéraire de Primus aussi d'argent,au quatrième d'une croix trèflée brochant sur une croix de Malte penchée, apparaissant ainsi dans les cantons de la première,le tout d'or, chargée en cœur d'un écusson du Genevois (d'or à quatre points équipolé d'azur).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. D'après Henry Suter, « Pringy», Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter,‎ 2000-2009 (consulté le 20 octobre 2015).
  2. Lexique des noms des communes savoyardes en arpitan - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen,‎ , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 13
    préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  3. « Pringy », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en juillet 2014), Ressources - Les communes.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  6. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com,‎ (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  7. « Château de Promery », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. [PDF] Paroisse de Pringy : Paroisse Saint-Marc du Parmelan, « Communautés constituant la paroisse », sur www.diocese-annecy.fr (consulté en juillet 2014).
  9. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).