Tramway de Neuchâtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tramway de Neuchâtel
Image illustrative de l’article Tramway de Neuchâtel

Situation Neuchâtel
Drapeau de la Suisse Suisse
Type Tramway
Entrée en service
Longueur du réseau 8,82 km
Longueur additionnée des lignes 8,82 km
Lignes 1
Stations 14
Rames 6 (6 automotrices + 4 voitures-pilote)
Écartement des rails 1 000 mm
Propriétaire TransN
Exploitant TransN
Vitesse maximale 75 km/h
Lignes du réseau
  • Actuelle : 215 (ex-5)
  • Anciennes : 1, 2, 3, 4, 6, 7
Réseaux connexes Trolleybus de Neuchâtel

Le tramway de Neuchâtel est un réseau de transport en commun desservant la ville de Neuchâtel en Suisse. Il est composé d'une unique ligne périurbaine de 8,82 km ouverte en 1892 et unique survivante d'un réseau qui comptait aussi six lignes urbaines qui ont fonctionné de 1893 à 1976.

Il est exploité depuis 2013 par les Transports publics neuchâtelois (TransN) qui exploitent la quasi-totalité des lignes de transport en commun du canton de Neuchâtel.

Historique[modifier | modifier le code]

Une locomotive à vapeur HG 2/2 du NCB.
La motrice 44 et une remorque série 111-114 à Boudry en 1979.

La compagnie du chemin de fer régional Neuchâtel-Cortaillod-Boudry (NCB) met en service une ligne périurbaine assurée avec des locomotives à vapeur entre Évole et Boudry le , ainsi que l'antenne de 830 m de long entre Areuse et Cortaillod[1],[2],[3]. La ligne est prolongée le d'Évole à la gare de Neuchâtel via la place Pury[1]. Enfin, le NCB met en service un tronçon entre la gare et le port, avec une section à crémaillère rue des Terreaux et avenue de la gare[4].

De son côté, la compagnie du tramway Neuchâtel- Saint-Blaise (NSB) met en service une ligne urbaine reliant Neuchâtel à Saint-Blaise le , exploitée avec d'atypiques tramways à air comprimé[5]. Peu fiables, ils sont remplacés par des tramways hippomobiles le  ; puis la ligne est électrifiée en 1897[5], suivie en 1898 par la ligne Port-Gare du NCB où la crémaillère est supprimée à ce moment là, la traction électrique offrant suffisamment de puissance[4],[2],[6].

En 1898, le NSB laisse place à la compagnie des tramways de Neuchâtel (TN), qui met en service plusieurs nouvelles lignes en quatre ans : Place Pury-Serrières en 1899[7], Place Pury-Valangin[8] et Place Pury-Peseaux en 1901, cette dernière est prolongée à Corcelles en 1902[9]. Pendant ce temps, les TN absorbent le NCB le . La ligne périurbaine ex-NCB est électrifiée en 650 V courant continu le et la ligne Gare-Port est prolongée à la place Pury[1],[4],[2].

En 1910, les lignes du réseau sont numérotées et réorganisées de façon que toutes effectuent la boucle dite du tour de ville, à l'exception de la ligne périurbaine 5 en raison du gabarit de son matériel roulant l'obligeant à faire son terminus sur la place Pury en effectuant une boucle autour de la statue de David de Pury[10], et reprend l'exploitation de la ligne pour La Coudre de la compagnie du chemin de fer Neuchâtel-Chaumont S.A. (Tramway & Funiculaire), dont elle reprendra la concession en 1943[11] :

Le réseau s'étant progressivement pour atteindre son apogée en 1926 avec 27 km de lignes et sept lignes (1 à 7) dont une périurbaine (la 5)[2]. Le réseau entame son déclin en 1940 avec le remplacement progressif des tramways par des lignes de trolleybus conservant les mêmes numéros de ligne[13] : conversion de la ligne 2 en 1940[7], de la ligne 4 en 1949[8], de la ligne 1 en 1957[5] et des lignes 6 et 7 en 1964, marquant aussi la suppression de la boucle du tour de ville[4],[12],[6],[14]. La dernière ligne urbaine, la 3, est convertie le [9],[14],[15] et dès 1971, la compagnie des tramways devient les transports publics du littoral neuchâtelois.

La ligne 5 connut deux accidents majeurs entre Colombier et Auvernier : le premier le et le second le , consistant à des collisions entre deux rames, la seconde due à un non respect de la signalisation par le tramway venant de boudry et causant une quarantaine de blessés[16].

Ne reste dès lors que l'unique ligne périurbaine, la 5, qui est amputée de son antenne entre Areuse et Cortaillod le , remplacée par un service d'autobus (la ligne 5b, remplacée par la ligne 613 en 2014). La ligne 5 est modernisée en 1981 et est équipée du block de ligne et d'un nouveau matériel roulant, toujours en service à ce jour[1],[17]. De plus, elle reçoit le nom commercial Littorail[1]. La boucle de retournement de la place Pury est supprimée en 1988[18] afin de permettre la construction d'un parking souterrain, le nouveau terminus est situé à 40 m de la place[1],[19]. La boucle de Boudry disparaît par la même occasion[20].

La station Areuse est déplacée en 2005 afin de permettre le passage de l'autoroute A5, cette modification rajoute un point de croisement sur la ligne[1].

Le , les transports publics du littoral neuchâtelois (TN) et les transports régionaux neuchâtelois (TRN) fusionnent pour devenir les Transports publics neuchâtelois (TransN)[21]. La fusion s'accompagne d'une renumérotation des lignes en 2014, la ligne 5 devenant la ligne 215[1].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Ligne actuelle[modifier | modifier le code]

Littorail
Ligne 215 (anciennement ligne 5)
Ligne de Neuchâtel à Boudry
via Cortaillod
Image illustrative de l’article Tramway de Neuchâtel
Voiture-pilote Bt no 552 et automotrice Be 4/4 no 504 vers Colombier en 2010.
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Villes desservies Neuchâtel, Boudry, Cortaillod
Historique
Mise en service 1892
Électrification 1902
Concessionnaires NCB (1892 – 1901)
TN (1901 – 1971)
TN (1971 – 2012)
TransN (depuis 2012)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 215
Longueur 8,82 km
Écartement Voie métrique (1,000 m)
Électrification 650 V cc
Pente maximale 24,5 
Nombre de voies Voie unique
Signalisation Block de ligne
Trafic
Propriétaire TransN
Exploitant(s) TransN
Trafic voyageurs

La ligne 215, dernière survivante d'un réseau qui a compté jusqu'à 7 lignes, est une ligne de 8,82 km[23] de long qui relie Neuchâtel Place Pury à Boudry, en passant par Serrières, Auvernier et Colombier. Elle est accessible comme le reste du réseau TransN avec les titres de transport Onde Verte : la ligne est située sur les zones 10 et 11, un trajet simple d'un bout à l'autre de la ligne coûte 4,20 CHF avec un billet unitaire plein tarif.

Un block de ligne est en service depuis 1981, la signalisation ferroviaire suisse classique étant utilisée sur cette ligne. La déclivité maximale est de 24,5 [24].

Dépôts[modifier | modifier le code]

La ligne 215 compte deux dépôts : un au terminus à Boudry, construit en 1985[13] et remplaçant un ancien dépôt plus petit et démoli en 1983[25], et un à Neuchâtel baptisé Évole et situé à 40 m du terminus de la place Pury.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Matériel actuel[modifier | modifier le code]

Depuis la fin des années 1980, la ligne est exploitée à l'aide de six automotrices monocaisse type Be 4/4 (501-506) et quatre voitures-pilote type Bt (551-554), le tout à plancher haut et dérivé des tram 2000 du Waldenburgerbahn (WB) et du Forchbahn (FB), eux-mêmes dérivées du matériel du tramway de Zurich[2],[26].

Les motrices 501-504 et les voitures-pilotes ont été construites par SWS et BBC mise en service le [27], les motrices 505-506, construites par SWP et BBC mais identiques aux précédentes, en 1988[17],[19].

Les Be 4/4 développent une puissance de 202 kW pour un poids à vide de 18,5 t et total de 25,5 t et peuvent atteindre une vitesse maximale de 75 km/h[2]. Elles peuvent transporter 107 personnes dont 42 assises et 65 debout.

Tableau récapitulatif
Constructeurs Type Numéros de parc Années de livraison
SWS/BBC Be 4/4 (automotrice) 501-504 1981
SWP/BBC Be 4/4 (automotrice) 505-506 1988
SWS/BBC Bt (Voiture-pilote) 551-554 1981

Chaque automotrice est baptisée[28] :

Vieillissante et ne répondant pas aux normes d'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, la flotte sera renouvelée d'ici à 2020[29].

Ancien matériel[modifier | modifier le code]

Les anciennes motrices articulées, ex-tramways de Gênes.

Historiquement, la ligne 5 a toujours eu un parc spécifique par rapport aux autres lignes en raison de son gabarit plus important.

Les lignes urbaines furent exploitées à l'aides de motrices à deux essieux et de remorques, construites entre 1893 et 1931[14] : d'abord à air comprimé, puis à traction hippomobile en 1894. Elles furent rejointe en 1947 par trois motrices bi-directionnelles de type tramway standard suisse à quatre essieux construites par SIG — les seuls tramways standards bi-directionnels construits — et numérotées 81 à 83[30]. Si les motrices à deux essieux disparurent à la fermeture de la dernière ligne urbaine en 1976, celles à quatre essieux furent mutées sur la ligne 5 et y restèrent en service commercial actif jusqu'en 1984.

Pour la ligne 5, elle fut exploitée à ses débuts à l'aide de cinq locomotives à vapeur, les numéros 1 à 3 construites en 1892 et les 4 et 5 construites en 1895 et 1898, tractant des remorques à deux ou quatre essieux[14]. les locomotives 2, 3 et 5 restèrent en service jusqu'en 1903, les autres sont retirées du service en 1902 lors de l'électrification de la ligne et de la mise en service de sept motrices construites par SWS (de) (numéros 41 à 47) à quatre essieux et quatre remorques (numéros 51 à 54, renumérotées 121 à 124 en 1911)[14]. En 1967, le parc de la ligne est complété par les anciennes Breda M6/2 articulés 1101 à 1104 du tramway de Gênes construites en 1942 puis par les tramways standards à quatre essieux du réseau urbain en 1976.

Le parc est renuméroté en 1980 : les motrices Breda sont renumérotées 591 à 594 et les motrices SIG 581 à 583, en revanche les motrices de 1902 n'ont pas été renumérotées et ont été radiées à l'arrivée des actuelles Be 4/4 (501 à 504) et des voitures-pilotes Bt (551 à 554).

La mise en service des quatre premières Be 4/4 actuelles en 1981 relègue la série 581-583 aux services de soirée, la série 591-594 reste utilisée sur la ligne vers Boudry ainsi que sur celle vers Cortaillod, désormais exploitée en navette depuis Areuse et ne nécessitant plus qu'une seule rame[14]. La fermeture de cette antenne en 1984 réduit l'utilisation de ces matériels, qui restèrent toutefois dans le parc, et l'acquisition en 1988 des Be 4/4 (505 et 506) permis de les radier définitivement[19].

Liste non-exhaustive des anciennes motrices (le matériel à air comprimé n'est pas listé ici)[28],[31],[32],[33]
Constructeur(s) Type Numéros Mise en service Retrait Remarques
SIG N.C. 1-6 1894 1897 Tramways hippomobiles, transformées en remorque lors de l'électrification du réseau Neuchâtel-Saint-Blaise
Krauss HG 2/2 1-5 1892, 1895, 1898 1902-1903 Tramways à vapeur du régional Neuchâtel-Cortaillod-Boudry.
SIG/MFO Ce 2/2 11-17 1897-1898 1914 à 1928 Matériel mis en service pour l'électrification du réseau Neuchâtel-Saint-Blaise. Série transformée progressivement en remorques B2. Motrices 14 et 16 détruites dans l'incendie du dépôt de Saint-Blaise en 1920.
SIG/MFO Ce 2/2 21-26 1897-1898 1914 à 1928 Matériel mis en service pour l'électrification du réseau Neuchâtel-Saint-Blaise. Série transformée progressivement en remorques B2. Motrices 21 et 23 détruites dans l'incendie du dépôt de Saint-Blaise en 1920.
SIG/MFO Be 2/2 31-40 1897 ou 1901 ? 1966 ?
SWS/MFO Be 2/4[34] 41-47 1902 1976 Possède des bogies.
SWS/MFO Be 2/2 51-53 1910 N.C.
SIG/MFO Be 2/2 61-67 1912 N.C. Remotorisation de la 65 en 1949, devenue 79.
BBC/MFO Ce 2/2 71-78
1948 : 71-79
1922 1976 Motrice 79 obtenue par remotorisation de la motrice 65 en 1948
SIG/SAAS Be 4/4 81-83
1980 : 581-583
1947 1988 Tramway standard suisse, possède des bogies.
Breda/TIBB Be 4/6[35]
(M6/2)
1101-1104
1980 : 591-593
1967 1988 Anciennes rames articulées du tramway de Gênes, datant de 1947. Possède des bogies.
Liste non-exhaustive des anciennes remorques[28],[31],[32],[33]
Constructeur(s) Type Numéros Mise en service Retrait Remarques
SIG B2i 101-106 1897 1964 Issues de la transformation des anciens tramways hippomobiles.
SWS B 111-114 1902 1981 Possède des bogies.
SWS B 121-124 N.C. N.C. Possède des bogies.
N.C. B 131-133 N.C. N.C.
TN B2 141-149 1914 à 1928 1976 Issues de la transformation des Ce 2/2 de 1897-1898.

Avenir[modifier | modifier le code]

Outre le remplacement du matériel roulant d'ici à 2020, le prolongement de la ligne 215 à l'est vers la Maladière voire Monruz est étudiée en 2007, mais n'a en 2017 toujours pas débouché sur un projet planifié[36].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Histoire de la ligne 5 », sur https://museedutram.ch (consulté le 2 décembre 2017)
  2. a, b, c, d, e et f (de) « Eisenbahn Bilder: Neuchâtel–Boudry Be 4/4 », sur http://www.eisenbahn-bilder.com (consulté le 2 décembre 2017)
  3. Vogt, H. (November/December 1984 issue). "Verkehrsveränderungen in Neuchâtel" (Operations changes in Neuchatel) (in German). Stadtverkehr (de), pp. 444–447. Bielefeld, Germany: Werner Stock. (ISSN 0038-9013)
  4. a, b, c, d et e « Histoire de la ligne 6 », sur https://museedutram.ch (consulté le 2 décembre 2017)
  5. a, b, c et d « Histoire de la ligne 1 », sur https://museedutram.ch (consulté le 2 décembre 2017)
  6. a et b « Histoire des TN », sur http://www.transn.ch (consulté le 2 décembre 2017)
  7. a, b et c « Histoire de la ligne 2 », sur https://museedutram.ch (consulté le 2 décembre 2017)
  8. a, b et c « Histoire de la ligne 4 », sur https://museedutram.ch (consulté le 2 décembre 2017)
  9. a, b et c « Histoire de la ligne 3 », sur https://museedutram.ch (consulté le 2 décembre 2017)
  10. « Motrices Be 2/4 44 et 45 », sur https://museedutram.ch (consulté le 3 décembre 2017)
  11. « Feuille fédérale n°18 », sur https://www.amtsdruckschriften.bar.admin.ch, (consulté le 3 décembre 2017)
  12. a et b « Histoire de la ligne 7 », sur https://museedutram.ch (consulté le 2 décembre 2017)
  13. a et b Wansbeek, C. J. (December 2005). "Neuchâtel: Swiss lakeside city with tram-train ambitions". Tramways & Urban Transit, pp. 476–479. UK: Ian Allan Publishing/Light Rail Transit Association.
  14. a, b, c, d, e et f Roggenkamp, Helmut (January 1978). "85 Jahre Straßenbahn in Neuchâtel" (85 Years of the Neuchatel Tramway) (in German). Strassenbahn International, pp. 16–18. Vienna: Spurkranz Verlag. (OCLC 13135315)
  15. Modern Tramway and Rapid Transit Review, November 1976 issue, p. 394. UK: Ian Allan Publishing/Light Rail Transit Association.
  16. Claude Jeanmaire, Yves Merminod: Les Tramways de Neuchâtel II, p. 90
  17. a et b Richard Buckley, Tramways and Light Railways of Switzerland and Austria, Gloucester, UK, Light Rail Transit Association, , 37, 45 p. (ISBN 0-948106-27-1)
  18. Modern Tramway and Light Rail Transit, November 1988 issue, p. 398. Ian Allan Ltd./Light Rail Transit Association.
  19. a, b et c Vogt, H. (October 1989). "Veränderungen bei TN in Neuchâtel" (Changes at TN in Neuchatel) (in German). Stadtverkehr (de), pp. 28–30. Freiburg, Germany: EK Verlag. (ISSN 0038-9013)
  20. Claude Jeanmaire, Yves Merminod: Les Tramways de Neuchâtel II, p. 83
  21. www.tnneuchatel.ch
  22. www.anat.ch
  23. (fr + de) Hans E Wägli et Sébastien Jacobi, Schienennetz Schweiz: Strecken, Brücken, Tunnels; ein technisch-historischer Atlas = Réseau ferré suisse: atlas technique et historique; toutes les lignes, les ponts, les tunnels, Zürich, AS-Verlag, (ISBN 978-3-909111-74-9), p. 93
  24. « Caractéristiques des lignes TransN », sur http://www.transn.ch (consulté le 3 décembre 2017)
  25. Claude Jeanmaire, Yves Merminod: Les Tramways de Neuchâtel, p. 143
  26. Claude Jeanmaire, Yves Merminod: Les Tramways de Neuchâtel II, p. 14
  27. Modern Tramway and Light Rail Transit, October 1981 issue, p. 382.
  28. a, b et c (en) « État de parc non-exhaustif du tramway de Neuchâtel », sur http://transphoto.ru (consulté le 3 décembre 2017)
  29. Thierry Grünig, « Un nouveau Littorail en 2020 », sur http://www.arcinfo.ch/, (consulté le 3 décembre 2017)
  30. R.J. Buckley, Tramways and Light Railways of Switzerland and Austria, Milton Keynes, UK, Light Rail Transit Association, , 10, 26, 29 p. (ISBN 0-948106-27-1)
  31. a et b « Remorque B2 143 », sur https://museedutram.ch (consulté le 3 décembre 2017)
  32. a et b « Motrice Be 2/2 73 », sur https://museedutram.ch (consulté le 3 décembre 2017)
  33. a et b « Remorque B2i 1 », sur https://museedutram.ch (consulté le 3 décembre 2017)
  34. (de) « Neuchatel - Boudry Be 2/4 41 », sur http://www.eisenbahn-bilder.com (consulté le 3 décembre 2017)
  35. (de) « Neuchatel - Boudry Be 4/6 », sur http://www.eisenbahn-bilder.com (consulté le 3 décembre 2017)
  36. Carlos Montserrat, « Le Littorail prolongé, maillon d'un possible RER neuchâtelois », sur http://www.arcinfo.ch, (consulté le 3 décembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Peter Willen: Strassenbahnen der Schweiz. Triebwagen. Orell Füssli Verlag, Zürich 1978, (ISBN 3-280-00998-7)
  • Sébastien Jacobi: Neuchâtel en Tram 1890–1990. Eigenverlag Sébastien Jacobi, Neuchâtel 1989
  • Claude Jeanmaire, Yves Merminod: Les Tramways de Neuchâtel. Verlag Eisenbahn, Villigen AG, 1991, (ISBN 3-85649-054-X)
  • Claude Jeanmaire, Yves Merminod: Les Tramways de Neuchâtel II. Verlag Eisenbahn, Villigen AG, 1992, (ISBN 3-85649-060-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]