Technicentre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Technicentre Alsace (site de Mulhouse).

Technicentre est la dénomination utilisée depuis par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), pour les anciens Établissement industriel de maintenance (EIM), Établissement de maintenance du matériel (EMM) et Établissement industriel de maintenance du matériel (EIMM).

Liste des Technicentres SNCF[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du Technicentre Picardie, à Longueau.

Un technicentre désigne un ou plusieurs sites spécialisés dans la maintenance du matériel de la SNCF. Ils sont répartis sur l'ensemble du territoire national français[1] :

  • Technicentre de Lyon, et ses UO : Gerland (TGV)[note 1], Vaise[2], Vénissieux, L'Arbresle, Sibelin ;
  • Technicentre d'Hellemmes – TI ;
  • Technicentre de Romilly – TI ;
  • Technicentre Charentes-Périgord (sites de Périgueux et Saintes) ;
  • Technicentre Paris-Est (Noisy-le-Sec)[3] – TM ;
  • Technicentre Paris-Nord (Joncherolles, Le Bourget, Mitry-Claye, Persan-Beaumont) ;
  • Technicentre Lorraine (dépôt de Metz, dépôt de Thionville) ;
  • Technicentre du Landy (TGV) ;
  • Technicentre Paris-Saint-Lazare (Levallois, Clichy, Le Val Notre-Dame, Achères) ;
  • Technicentre Paris-Rive-Gauche (Île-de-France : Montrouge, Trappes, Les Ardoines) ;
  • Technicentre Sud-Est Européen (TGV ; sites de Conflans et de Villeneuve-Saint-Georges) – TM ;
  • Technicentre Pays de la Loire (Nantes, Le Mans) – TM ;
  • Technicentre Est Européen (TGV ; Pantin et Bobigny) – TI ;
  • Technicentre Picardie (Longueau, Amiens, Tergnier) ;
  • Technicentre Nord-Pas-de-Calais (Lens, Calais, Tourcoing, Lille, Dunkerque, Somain) ;
  • Technicentre Quatre-Mares, Saint-Étienne-du-Rouvray (Normandie) ;
  • Technicentre Normandie (Sotteville-lès-Rouen, Le Havre, Caen, Cherbourg) ;
  • Technicentre Atlantique (TGV ; Châtillon) ;
  • Technicentre de Rennes (Bretagne) – TI ;
  • Technicentre Bretagne (Rennes) – TM ;
  • Technicentre de Nevers – TI ;
  • Technicentre Alsace (Strasbourg-Ville, Strasbourg-Neudorf, Mulhouse-Ville et Mulhouse-Nord) ;
  • Technicentre de Bischheim – TI ;
  • Technicentre de Chambéry ;
  • Technicentre de Saint-Pierre-des-Corps – TI ;
  • Technicentre PACA (Marseille-Blancarde, auquel sont rattachés les sites de Briançon, Cannes-la-Bocca, Marseille-Saint-Charles, Avignon, Miramas et Nice) ;
  • Technicentre d'Oullins (Rhône-Alpes), fermé en 2019[4],[5] ; migré à Vénissieux – TI ;
  • Technicentre de Villeneuve (Île-de-France ; sites de Corbeil-Essonnes — ouverture prévue en 2021 — et de Bercy[pas clair]) – TM ;
  • Technicentre Aquitaine (Aquitaine) ;
  • Technicentre Bourgogne-Franche-Comté et ses UO (sites de Perrigny, Dijon-Ville, Gevrey-Chambertin et Besançon) ;
  • Technicentre Occitanie (Toulouse et Nîmes).

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. N.B. : le Technicentre de Gerland (Lyon) est le premier Technicentre TGV en dehors de la région parisienne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site talentsncf.com, Les technicentres du Matériel ; lire (consulté le ).
  2. DREAL (65), « Pollution des sols : BASOL - site SNCF Technicentre de Lyon - UP de Vaise », sur http://basol.developpement-durable.gouv.fr/, (consulté le 16 février 2015), p. 69.0321.
  3. Revue Voies Ferrées no 193, septembre-, p. 42.
  4. « Le technicentre SNCF d’Oullins aiguillé en direction de Vénissieux », sur le site web du journal Le Progrès, (consulté le 14 octobre 2016).
  5. « SNCF : le technicentre industriel d’Oullins a déjà entamé sa mutation », sur le site web du journal Le Progrès, (consulté le 14 octobre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]