Albéric de Cîteaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aubry de Cîteaux)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint Albéric
Image illustrative de l’article Albéric de Cîteaux
Les trois fondateurs du monastère de Cîteaux.
Cofondateur de l'ordre cistercien
Décès 26 janvier 1109 
Nationalité Française
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Vénéré par Église catholique
Fête 26 janvier
Saint patron Ordre cistercien

Saint Albéric de Cîteaux (Albericus Cassinensis), parfois nommé Aubry de Cîteaux, mort le , était un ermite qui, se joignant à Robert de Molesme, fit partie de l'équipe monastique fondatrice de ce qui devint l'ordre de Cîteaux.

Vie[modifier | modifier le code]

Albéric était ermite dans la forêt de Collan près de Laignes en Bourgogne. Avec cinq autres ermites, il invita Robert de Molesme à fonder un nouveau monastère avec eux qui vivrait intégralement la règle de saint Benoît. Robert guida ces ermites jusqu'à la forêt de Molesme et y fonda une communauté monastique en 1075. À Molesme, Robert servit comme abbé alors qu'Albéric était prieur. Ce nouveau monastère attira de nombreux moines qui se révélèrent peu fidèles à la règle. En conséquence, la communauté de Molesme se divisa et les moines s'opposèrent à Robert et Albéric. Robert quitta à deux reprises le monastère pour reprendre sa vie d'ermite, et chaque fois le pape lui ordonna de rejoindre la communauté. Lors d'une de ces absences, les moines emprisonnèrent Albéric pour avoir le champ libre.

En 1093, Robert quitta à nouveau le monastère, cette fois-ci avec Albéric et Étienne Harding. L'évêque de Langres demanda à Albéric de retourner à Molesme. Il s'exécuta, mais ne fit aucun progrès avec les moines dissolus. En 1098, vingt-et-un moines quittèrent Molesme pour rejoindre Robert, Albéric et Étienne, donnant ainsi à Robert la permission de fonder un nouveau monastère. Une parcelle de terrain dans une région inhospitalière leur fut concédée, permettant ainsi la création du monastère de Cîteaux.

Initialement, Robert était l’abbé de Citeaux et Albéric (Aubry) le prieur. Comme les moines de Molesme émirent une pétition pour que Robert leur revienne, en 1100 Robert quitta Cîteaux et Albéric devint le nouvel abbé. Sous Albéric, la règle bénédictine fut rendue plus austère encore. Il introduisit le capuchon blanc dans l’habit des moines, qui devint leur signe distinctif dans les représentations.

Fête[modifier | modifier le code]

Saint Albéric est liturgiquement commémoré le 26 janvier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Attwater, Donald et Catherine Rachel John. The Penguin Dictionary of Saints. 3e édition. New York: Penguin Books, 1993. (ISBN 0-14-051312-4)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]