Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises
Calabasse2.JPG
Le pic de la Calabasse, près d'Augirein.
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
2 465 km2
Population
42000
Administration
Type
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
Création
Site web

Géolocalisation sur la carte : Ariège

(Voir situation sur carte : Ariège)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

(Voir situation sur carte : région Occitanie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises est un parc naturel régional créé en 2009, dont le périmètre occupe environ 40 % de la superficie du département de l'Ariège. Avec environ 2 468 km2, il englobe 141 communes depuis le (fusion de Les Bordes-sur-Lez avec Uchentein donnant Bordes-Uchentein) et 43 000 habitants.

Projet[modifier | modifier le code]

Projet de territoire conciliant protection de l'environnement et développement maîtrisé, le parc naturel régional est placé sous la compétence partagée de l'État et de la Région.

Logo du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le décret de création du 46e parc naturel régional de France a été signé le jeudi 28 mai 2009 et publié au Journal Officiel le 30 mai 2009. Le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises est le quatrième parc naturel régional de la région Occitanie. Il ne concerne que des communes situées en Ariège.

Géographie[modifier | modifier le code]

Périmètre du PNR.

Le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises se situe dans le massif pyrénéen. Du nord au sud, il s'étend du piémont pyrénéen aux frontières espagnole et andorrane.

Le territoire du PNR s'étend sur 2 468 km2 soit la moitié de la superficie du sud ouest du département. Il concerne 141 communes ; 6 cantons, 4 communautés de communes et une communauté d’agglomération. Sa population est de 46 000 habitants environ, soit 30 % de la population de l'Ariège. Sa densité est de 17 habitants au km2.

Le périmètre du PNR comprend les parties « naturelles » suivantes :

Climat[modifier | modifier le code]

Le territoire concerné par le parc est à la confluence de trois influences climatiques : océanique, méditerranéen, montagnard. Il en résulte un microclimat local qui dépend plus ou moins de ces influences, selon l'altitude, l'exposition ou la situation.

Relief[modifier | modifier le code]

Le Mont Valier.

Le point culminant est :

Les principaux autres sommets :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La parc est parcouru par plusieurs rivières majeures :

L'Ariège ne traverse pas le parc, mais sa rive gauche constitue la limite Est du parc.

Il compte 69 lacs et étangs d'altitude, 33 tourbières et 133 mares. Les ressources souterraines sont également importantes.

Plus généralement, sur la quasi-totalité du territoire, l'eau y est d'excellente qualité abritant de nombreuses espèces.

Économie[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire est en zone d'économie montagnarde et 39 communes sont en zone de haute montagne.

Seulement 1 % du territoire en zones urbaines, industrielles ou commercialisées pour 51 % de forêts dont 39 % de feuillus, essentiellement du hêtre : le parc mise sur la filière bois et l'énergie bois dans le cadre du Plan Climat.

13 % de pelouses et pâturages d'altitude ; 12,4 % de prairies de piémont ; 10 % de terres cultivées ; 8 % de roches nues.

13,9 % des actifs travaillent dans le secteur agricole et forestier ; 15,8 % sont dans le secteur industriel ; 7,9 % sont dans la construction ; 62,3 % travaillent dans le tertiaire public et privé.

Cheval sur une estive de la vallée de Siguer.

Agriculture et pastoralisme[modifier | modifier le code]

Le pastoralisme y est encore très présent, cependant, en 20 ans le territoire du parc a perdu 51,8 % de ses exploitations agricoles. Il en compte désormais 747, dont 63 bénéficient du label AB d'agriculture biologique. Le territoire compte de nombreuses races locales domestiques adaptées aux conditions du territoire et à la mise en estives.

Dans le Couserans notamment existe une activité fromagère répartie entre producteurs fermiers, artisans et petite industrie et principalement identifiée par une tomme de lait de vache au lait cru, dans la tradition dite du Bethmale.

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Les filières majeures de l'artisanat et l'industrie sont l'agroalimentaire, la production de papier et l'énergie hydroélectrique. La production d'énergie hydroélectrique s'élève à environ 57 500 MW/an. L'industrie lourde est en déclin.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • 202 km de GR et 1668 km de sentiers de petite randonnée
  • 2 stations de ski alpin (Goulier et Guzet) et 2 domaines dédiés au ski de fond (Étang de Lers,...)
  • De nombreux gouffres remarquables nécessitant cependant un accompagnement qualifié

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La montagne ariégeoise concernée par ce parc, particulièrement préservée, abrite un patrimoine naturel exceptionnel. De nombreuses espèces rares y vivent : le gypaète barbu, le vautour percnoptère, le grand tétras, le desman ou encore le lys des Pyrénées. Seulement 1 % du territoire couvert par ce parc est « artificialisé », tandis que 85 % figure à l’inventaire des Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique.

Faune[modifier | modifier le code]

Liste des principales espèces remarquables

Flore[modifier | modifier le code]

Lis des Pyrénées.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le patrimoine humain est également particulièrement riche, avec ses sites préhistoriques et historiques : grottes ornées de Niaux, Bédeilhac, le Mas d'Azil, cité antique de Saint-Lizier, le Château de Pailhès, etc.

Coordination transfrontalière[modifier | modifier le code]

Le 24 août 2018 a été acté à La Massana (Andorre) un protocole de coopération permanent de quatre parcs naturels existants qui devient le Parc pyrénéen des trois nations[4]. Il s'agit de deux parcs naturels communaux de l'Andorre, à savoir le parc naturel des vallées du Coma Pedrosa et le parc naturel de la vallée de Sorteny, du parc naturel de l'Alt Pirineu en Catalogne (Espagne) et du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes adhérentes[modifier | modifier le code]

Les communes du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, A-D Les communes du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, E-M Les communes du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, N-Z

Actions engagées[modifier | modifier le code]

Bouquetin ibérique.

Dès 2014, la réintroduction du bouquetin ibérique a été opérée sur le territoire du parc au cirque de Cagateille à Ustou[3].

Actions en projet[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La marmotte dans les Pyrénées. »
  2. 5e lâcher de bouquetins ibériques dans les Pyrénées françaises, Emmanuelle Gayet, 09/10/2014, blog de France 3 Midi-Pyrénées
  3. a et b « Le retour du bouquetin dans les Pyrénées »
  4. M. F., « Matthieu Cruège : «Le parc des 3 Nations, c'est une longue histoire» », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]